Direct Soir n°376 25 jun 2008
Direct Soir n°376 25 jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°376 de 25 jun 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Nadine Morano modernise la politique familiale

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 LES DYNASTIES Lacoste Le style crocodile À l’origine de l’entreprise étaient un homme et surtout un style, un esprit sportif teinté d’élégance et de détermination. Des valeurs transmises de génération en génération, qui triomphent sur les courts comme sur les podiums depuis 75 ans. Le teint est hâlé, les cheveux lustrés en arrière, le blazer blanc impeccable ; René Lacoste a l’élégance décontractée des héros de Francis Scott Fitzgerald. Son père le voit déjà à Polytechnique, mais lui préfère le tennis. Sa santé fragile aurait dû lui interdire toute carrière sportive, mais le jeune homme a la détermination chevillée au corps, de celle qui emporte tout sur son passage même « l’imprenable » Coupe Davis, raflée aux Américains à l’âge de 23 ans. Ses victoires, René Lacoste les décroche à la force du poignet. De son père industriel, il a hérité la rigueur et le perfectionnisme. Il frappe dans la balle sans relâche, jusqu’à user le crépi de la maison familiale, décrypte avec une acuité quasi obsessionnelle la technique de ses adversaires, invente une machine lance-balles avant l’heure, quand l’entraînement de son professeur ne suffit plus. En cinq ans à peine, entouré de la célèbre équipe des mousquetaires (Jacques Brugnon, Jean Borotra et Henri Cochet), il va dominer le tennis mondial. Trois victoires aux internationaux de France, deux à Wimbledon et bien sûr la Coupe Davis en 1927 et 1928. Une légende est née, en France et outre-Atlantique, où le Frenchie est surnommé « l’alligator », celui qui ne lâche jamais sa proie. Interview du président de la FFT J. B. AUTISSIER/PANORAMIC GÉNIALE IDÉE MARKETING Sportif d’exception, René Lacoste est aussi un inventeur. Avec son père, il a baigné dans une culture d’ingénieur. Outre ses trophées, on lui doit ainsi une quarantaine de brevets, notamment quelques éléments du Concorde, la première raquette en acier (vendue à sept millions d’exemplaires) et bien sûr son polo, créé pour son usage personnel sur les courts de tennis. En 1933, René Lacoste, qui a dû raccrocher sa raquette pour raisons de santé, décide d’exploiter commercialement sa fameuse chemise. Dans cette entreprise, René s’allie à André Gillier, acteur majeur de la bonneterie française. Si son polo, jugé trop moulant, reçoit un accueil mitigé de la Fédération française de tennis, son jersey petit piqué, aéré et léger, s’attire les suffrages unanimes des joueurs. Mais la grande intuition des deux entrepreneurs aura été de coudre le crocodile Lacoste à l’extérieur, faisant du polo le premier vêtement griffé. Du marketing avant l’heure. Le public se l’arrache, conquis à l’idée d’arborer la légende du Mousquetaire sur la poitrine. À LA CONQUÊTE DU MONDE Si René Lacoste part à la conquête de l’Amérique dès 1952, c’est son fils aîné, René Lacoste en 1927. Christian Bîmes – président de la Fédération française de tennis René Lacoste occupe une place particulière dans le tournoi de Roland-Garros. Que reste-t-il de « l’esprit du crocodile » dans le tennis contemporain ? Son empreinte reste très présente dans le tennis à travers son style, son élégance, son logo, les vêtements et la première raquette métallique qu’il avait inventée et qui avait fait le bonheur de Jimmy Connors, avant d’être imitée par les autres marques. Il a également inventé la balle lente, toujours utilisée Bernard, qui va donner une dimension internationale à l’entreprise familiale. Il a étudié à Princeton aux Etats-Unis. « L’homme est un visionnaire avec une culture internationale », selon Patricia Kapferer et Tristan Gaston-Breton, auteurs de Le style René Lacoste (éditions l’Equipe), il est particulièrement ouvert sur le monde et notamment l’Asie, d’où est originaire sa femme ». Nommé président en 1963, il exporte au Japon dès l’année suivante, avant d’y signer une licence de fabrication et de distribution. Puis viendront le Brésil, l’Australie, la Corée du Sud, etc. Au début des années 1990, Bernard Lacoste s’intéresse aux pays émergents comme l’Inde et la Chine, avec pour le mini-tennis mais également pour les adultes débutants. Cette année, c’est Jérémy Chardy qui a été révélé par le tournoi international français. Le tennisman aurait-il plu au Mousquetaire ? Jérémy Chardy pratique un tennis qu’aurait particulièrement apprécié René Lacoste, car il est très offensif et capable à tout moment de faire la différence contre n’importe quel adversaire. Son jeu, remarquable Directsoir N°376/Mercredi 25 juin 2008 l’ouverture d’une boutique à Shanghai. Michel, son frère, travaille à ses côtés. Même esprit de rigueur chez cet astrophysicien formé à Normale Sup, qui va se concentrer sur la gestion financière et de la protection de la marque. Une mission stratégique : le crocodile – rançon du succès –, au hit-parade des marques les plus contrefaites, est l’objet de tous les trafics. En 2005, quelques mois avant la disparition de son frère, Michel reprend la tête de l’entreprise. Il poursuit alors son développement à l’étranger et notamment au Brésil, marché prometteur, où Lacoste présente pour la première fois la nouvelle collection. sur terre battue, a enthousiasmé les Anglais, qui viennent de lui attribuer une wild card pour intégrer le tableau principal de Wimbledon, tant son tennis est apparu spectaculaire et efficace. Selon vous, quel serait le joueur, français ou étranger, emblématique de l’esprit Lacoste ? Guy Forget, par son attitude sur le court lorsqu’il a remporté la Coupe Davis à Lyon, puis lorsqu’il l’a regagnée en tant que capitaine.
www.directsoir.net Michel Lacoste, à Roland-Garros le 18 juin dernier, a fêté les 75 ans de la marque au crocodile. LE VENT EN POUPE En cinq ans, le chiffre d’affaires mondial de l’entreprise a plus que triplé, atteignant 1,6milliard d’euros l’an dernier. Une remontée de fond de court digne du champion. Dans les années 1990 en effet, Lacoste perd du terrain. Les ventes stagnent, la marque quitte la sphère BCBG du sportswear chic pour s’installer en banlieue et frise le hors-jeu. Il faut revoir la stratégie. Pour Michel Lacoste, tout le défi est de s’ancrer dans la modernité sans renier l’ADN de la marque. Toilettage général : Lacoste restructure et revoit le circuit de distribution. Les 800boutiques du groupe sont relookées dans un style épuré. Christophe Lemaire, transfuge de Lacroix, est engagé pour rajeunir les gammes et, ■ Source : Lacoste. coup de génie, ajoute un soupçon de stretch au piqué de coton. Comble du chic, les défilés sont organisés à Manhattan, sur les terres de Ralph Lauren. Plus que Paris, New York conjugue sans tabou streetwear et élégance. Le crocodile s’affiche sur la poitrine de toutes les élégantes du moment. L’AVENIR La suite reste à écrire. Christophe Chenut, l’ancien patron de L’Equipe, est depuis le 1 er avril le nouveau directeur général. Fort de plus de quatre décennies dans la maison, Michel demeure président. Aujourd’hui, deux articles Lacoste sont vendus chaque seconde dans le monde. Soixantequinze ans après, le crocodile a toujours les crocs. RÉPARTITION DES MAGASINS LACOSTE DANS LE MONDE Une présence mondiale dans 112 pays Afrique (11) Asie (32) Europe (41) Océanie (2) Amérique (26) Une distribution sélective au travers de - plus de 1000 boutiques Lacoste - plus de 2 000 corners en grands magasins - des détaillants spécialisés et des magasins de sport LA SAGA DE L’ÉCONOMIE 9 FG GINIES/SIPA EN SAVOIR PLUS CHAMPIONNES De mère en fille ■ René Lacoste a rencontré sa femme lors d’un match de Coupe Davis. Mais Simone Thion de la Chaume est une golfeuse. Une très grande golfeuse. Neuf fois championne de France, elle devient en 1927 la première étrangère à gagner le British Ladies Championship. Bon sang ne saurait mentir, Catherine, sa fille, possède également la passion des greens. Comme son père, elle ira narguer les Américains chez eux, en devenant la première joueuse amateur non américaine à remporter l’US Open de golf. En 2006, capitaine de l’équipe de France, elle est victorieuse du championnat d’Europe senior à 61 ans. LA NAISSANCE DU CROCODILE Champion aux dents longues Le fameux polo fête ses 75 ans. RENÉ LACOSTE Un visionnaire au musée ■ Jusqu’au 30 novembre, le Tenniseum, le musée de Roland-Garros, consacre une exposition au champion sportif. Inspirée de l’ouvrage de Patricia Kapferer et Tristan Gaston-Breton, Le style René Lacoste, l’exposition retrace la carrière du joueur et du businessman, mais aussi celle moins connue de l’inventeur. L’occasion d’admirer quelques-unes de ses inventions, la machine lance-balles, la pastille antivibration pour les cordages, ou encore sa fameuse raquette en acier, Madame René Lacoste en 1931. ■ Le champion doit son surnom à un pari. Le capitaine de l’équipe de France de la Coupe Davis promet au jeune René une valise en crocodile s’il remporte un match décisif. Enthousiaste, la presse américaine le baptise alors « l’alligator », un animal emblématique de ce jeune prodige français joueur opiniâtre, qui ne semble jamais vouloir lâcher sa proie. Le tennisman affichera ensuite le reptile sur son blazer. L’animal aux dents longues est devenu aujourd’hui l’un des emblèmes les plus célèbres au monde. digne successeur de celle en bois, qui « gagnera » 46 tournois du Grand Chelem. Un des nombreux objets exposés.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :