Direct Soir n°372 19 jun 2008
Direct Soir n°372 19 jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°372 de 19 jun 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Rama Yade une voix singulière

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 EXPOSITION On a testé… CULTURE Plongée dans les secrets des cétacés La découverte du quotidien d’animaux marins, baleines, dauphins, orques ou narvals permet de comprendre leurs points communs avec les hommes. Baleines, cachalots et autres cétacés sont à découvrir au Muséum d’histoire naturelle. Pendant un an, le Muséum national d’histoire naturelle de Paris accueille dans la Grande Galerie de l’évolution les plus grands cétacés du monde. Sous une voûte composée de dixhuit squelettes, dont ceux d’une baleine bleue et d’un cachalot, le visiteur part à la découverte d’un monde méconnu.Au total, 1000 m² sont consacrés aux cétacés. Personne n’imagine par exemple qu’un cétacé ait pu avoir des pattes : pourtant, l’exceptionnel squelette d’archéocète, ancêtre disparu des cétacés, spécialement monté pour l’exposition, prouve bien que les pattes se sont transformées en nageoires au cours des siècles. Tout au long du parcours, on découvre les capacités incroyables de ces mammifères carnivores, comme la baleine, qui, avec ses fanons, est capable de filtrer jusqu’à quatre tonnes de krill par jour, et qu’en véritables experts acoustiques, les cétacés sont dotés d’un sonar naturel. Avant de remonter vers la terre ferme, le public est sensibilisé aux dangers qui menacent les cétacés au quotidien. Un bélouga échoué permet de prendre conscience des dangers qui menacent au quotidien : pollutions, collisions, braconnage ou réchauffement climatique. Muséum national d’histoire naturelle, Grande Galerie de l’évolution, 36, rue Geoffroy-Saint-Hilaire, Paris 5e. Tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h, jusqu’au 25 mai 2009 (01 40 79 54 79). PLAISIR DURABLE AU PÈRE LAPIN ■ C’est sur les hauteurs de Suresnes que se cache ce petit restaurant dépaysant à la décoration champêtre. Profitez des beaux jours pour vous attabler en terrasse, avec vue imprenable sur la tour Eiffel ! La carte change au fil des saisons. En ce moment, on conseillera en entrée le carpaccio de saumon, citron vert et basilic. En plat, on succombera à un pavé de sandre a la plancha, carottes nouvelles braisées au cumin, pois gourmands et beurre de moules au safran. Enfin, les desserts sont à se pâmer : rhubarbe confite et fraises en crumble noisette, ou pastilla choco-framboises et crème à la pistache. Formule déjeuner : entrée + plat ou plat + dessert à 22 €. Au père lapin, 10, rue du Calvaire, 92150 Suresnes (01 45 06 72 89). E. HUSSENOT/OCEANOPOLIS DR LIVRE Requiem pour les années 1980 ■ Il a fallu attendre seize ans pour voir enfin traduit The Conclave (Un éternel jeune homme pour le titre français) de l’écrivain anglais Michael Bracewell. Véritable requiem des années Thatcher, ce roman culte présente l’éducation sentimentale et professionnelle d’un jeune ambitieux qui se rêve esthète et romantique, mais va finir par sombrer dans le matérialisme, la futilité et les dettes. Bracewell fait de son héros le pur produit d’une génération, qui, à force de consommer, s’est consumée. Un éternel jeune homme, de Michael Bracewell, éd. Phébus, 23,50 €. DANSE DR Enfer de l’amour ■ Auteur d’une centaine de créations et reconnu sur la scène contemporaine internationale comme l’un des chorégraphes les plus en vue, William Forsythe présente Decreation à Chaillot, un opéra qui aborde les thèmes de l’amour inconditionnel, la jalousie, la spiritualité et l’autodestruction. L’argument du ballet s’inspire d’un livret de la poétesse lyrique Anne Carson, dans lequel il est question des destins de trois femmes : la poétesse Sapho, la mystique Marguerite Porete et la philosophe Simone Weil. Decreation, de William Forsythe, jusqu’à samedi. Théâtre national de Chaillot, Paris 16 e (0153653000). D. MENTZOS DR Directsoir N°372/Jeudi 19 juin 2008 FESTIVAL Villeurbanne et ses curiosités gratuites ■ Dans le cadre du 7 e festival Les invites, musiciens, artistes de rue, plasticiens sont réunis pour trois jours de festivités dans les rues de Villeurbanne. Les organisateurs attendent cette année encore des dizaines de milliers de personnes, charmées sans doute par une programmation éclectique de spectacles gratuits de qualité. Parmi les inratables, notons les concerts des Balkan Beat Box, Beat Assailant, Le Peuple de l’herbe, Rodolphe Burger, Zenzile et Daniel Darc ; mais aussi la chorégraphie hip-hop de La belle affaire, par la compagnie De Fakto, ou bien encore une plongée dans l’univers homérique avec l’opéra urbain oXc-Odyssée… Les invites, aujourd’hui, demain et samedi dans divers lieux de Villeurbanne (69). Programme complet sur le site www.mairie-villeurbanne.fr et renseignements au 0472658090. OPÉRA Les Balkan Beat Box. Les souffrances du jeune Lars ■ Düsseldorf, 1853. Lars Hertervig, étudiant norvégien, s’inscrit à l’Académie des beauxarts avec le projet d’apprendre à peindre. La mélancolie ne tarde pas à le frapper. La belle Hélène, son ange de lumière, semble réussir à l’inspirer. Leur amour est pourtant voué à l’échec et l’artiste maudit doit quitter sa muse. Création mondiale, Melancholia est une commande de l’Opéra de Paris au compositeur contemporain Georg Friedrich Haas, sur un livret de Jan Fosse. Melancholia, jusqu’au 27 juin à 20h. Opéra Garnier, 8, rue Scribe, Paris 9 e (01 40 01 17 89).
www.directsoir.net CINÉMA Wallonie, nouvel eldorado ★★★★★ Le Belge touche-à-tout Bouli Lanners a réalisé « Eldorado », un film singulier présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Une vision absurde et lumineuse de sa Wallonie natale. Bouli Lanners, qu’on a pu voir en tant qu’acteur dans d’excellents films ces dernières années (Un long dimanche de fiançailles, Quand la mer monte) vit toujours à Liège, en Belgique, ou plutôt en Wallonie. A l’instar d’une scène artistique belge francophone en plein essor, Bouli Lanners défend la culture wallonne (il soutient par exemple la candidature de Liège comme capitale européenne), et réussit dans Eldorado à en capter les saveurs les plus irrésistibles. C’est lui qui joue le rôle d’Yvan, un revendeur de voitures solitaire et même un brin ermite. En rentrant un soir chez lui, il surprend un cambrioleur junkie, Elie, en plein travail. Après une première confrontation difficile, Yvan accepte d’emmener Elie « à DVD WARNER BROS La saison 1 de « Veronica Mars » est enfin disponible en DVD. L’occasion de (re)découvrir cette série, habile mélange de fiction ado et de film noir. ■ Loin d’être une énième série pour teenagers, Veronica Mars a été saluée comme l’une des fictions américaines les plus originales de ces dernières années. La où Buffy et les vampires utilisait le fantastique comme métaphore de l’adolescence, Veronica Mars puise dans l’univers du film noir pour décrire cet âge singulier. L’héroïne, incarnée par la pétillante Kristen Bell, se transforme en détective solitaire la frontière française », chez ses parents qu’il n’a pas vu depuis des années. Ce road trip tourne alors à l’absurde, voire à la farce, au gré de rencontres et de nombreux imprévus. Les scènes désopilantes (la rencontre avec un nudiste en campingcar) alternent avec des instants de grande émotion, où ces êtres brisés, paumés, partagent leur désarroi et leurs remords. Bouli Lanners excelle ici dans l’art d’associer humanité et fantasque, mais fait surtout un beau cadeau à la Wallonie. Tourné en Cinémascope, le film offre une vue panoramique des paysages et du ciel belges, prouvant à ceux qui en doutaient que le plat pays regorge de poésie et de lumière. Eldorado, de Bouli Lanners. En salles. Code « Veronica Mars » après l’assassinat de sa meilleure amie. Tout le charme de la série repose sur le regard caustique et distancié qu’elle jette sur ses congénères, nous révélant les arcanes d’une société profondément corrompue, marquée par les trahisons parentales, l’appât du gain et la lutte des classes sous le soleil de la Californie du Sud. Veronica Mars, saison 1, Warner Home Video. L’acteur et réalisateur d’Eldorado, Bouli Lanners. CULTURE 13 Le point de départ du film est inspiré de faits réels : Bouli Lanners a lui-même surpris un soir des cambrioleurs chez lui.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :