Direct Soir n°369 16 jun 2008
Direct Soir n°369 16 jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°369 de 16 jun 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Xavier Darcos, la réforme du lycée

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 EXPOSITION CULTURE L’art rayé de Bridget Riley Cataract 3 de Bridget Riley. Lignes, ronds, points, courbes, parallélogrammes : Bridget Riley explore les formes, les épuise, de toile en toile, dans le but de questionner jusqu’au bout la perception de l’œil. Célèbre dans son pays et pourtant quasiment inconnue en France, la peintre britannique installe ses œuvres au musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Première grande rétrospective en France de l’artiste, l’exposition présente un parcours chronologique qui rassemble une soixantaine de créations de Riley. Classée dans le courant de l’op art (optical art) par les critiques, l’artiste ne s’en réclame pourtant pas. Elle suit les traces de Victor Vasarely ou de Jeffrey Steele, qui emploient la persistance rétinienne, les On a testé… NAPLES À PARIS Le musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente pour la première fois en France une grande rétrospective de l’œuvre de Bridget Riley, expérimentatrice des effets optiques. jeux de contrastes entre couleurs, les illusions d’optique dans leurs compositions. Bridget Riley a débuté dans les années 1950 avec des reproductions d’œuvres pointillistes, dont le célèbre Pont de Courbevoie de Seurat. Puis, elle procède par succession de thèmes. Dans les années 1960, elle expérimente le noir et blanc, et elle réinsère peu à peu la couleur. Puis, de la verticale à la diagonale, l’ondulation et enfin la courbe, c’est la forme que l’artiste fait évoluer, explorant toujours plus avant la connaissance de l’illusion. Bridget Riley, jusqu’au 14 septembre, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 11, avenue du Président-Wilson, Paris 16 e (01 53 67 40 00). ■ C’est jeune, sympa, bon, dans la tradition trattoria napolitaine, ambiance comprise et service parfait. Quelques tables en terrasse, une grande salle face au four à pizza et une en sous-sol pour roucouler. Comptez pour les entrées de 6 à 15 €, moins de 18 € pour les plats. Beignets de mozzarella (à craquer !), mozzarella en carrosse (spécialité) ou le parme aux artichauts. En hors-d’œuvre, des pâtes, avec les rigatoni all’amatriciana (lardons, tomate, pecorino – fromage de brebis – et oignons) ou celles aux fruits de mer, des produits frais de l’océan (espadon, calamars, gambas), ou encore une déclinaison de veau (au citron, crème et champignon, etc.) et, bien sûr, les pizzas succulentes. Villa des Ternes, 35, rue Guersant, Paris 17 e (01 45 74 23 86). LIVRE Marseille de A à Z ■ La collection des Dictionnaires amoureux s’élargit avec un nouveau volume consacré à Marseille, signé Paul Lombard, avocat et essayiste. Les lieux emblématiques (Canebière, Calanques) croisent les personnalités marquantes de la ville (Gaston Defferre ou Fernandel) mais aussi un vocabulaire typique (galéjade) ou des passions locales (la pétanque et l’OM). Une visite alphabétique chargée d’anecdotes, sous la plume enlevée d’un fin connaisseur de l’histoire de la cité phocéenne. Dictionnaire amoureux de Marseille, de Paul Lombard, éd. Plon, 23, 90 €. BD Vous avez dit bizarre ? ■ Où peut-on croiser un homme qui saigne des scorpions, un autre à tête de planète, un dauphin qui vole ou encore le dernier cow-boy raisonnable ? Sur la Terre défroissée de Daniel Merlin Goodbrey. Ce jeune dessinateur américain, qui sévissait jusqu’à maintenant sur la Toile, sert, d’un trait proche de celui de Mike Mignola, des histoires courtes et absurdes. Le dernier cow-boy raisonnable & autres histoires, de Daniel Merlin Goodbrey, éd. Actes Sud. DR DR DR Directsoir N°369/Lundi 16 juin 2008 ROMAN Dans le calme du chaos ■ Enorme best-seller en Italie, adapté au cinéma avec Nanni Moretti dans le rôle du personnage principal, Chaos calme est la chronique douceamère d’un deuil. Après avoir perdu sa femme, le narrateur quarantenaire passe ses journées devant l’école de sa fille. En retrait du monde, il reçoit la visite, dans sa voiture transformée en divan, de proches et collègues qui viennent lui faire part de leur propre désarroi. A partir de cette situation loufoque que n’aurait pas reniée Samuel Beckett, l’auteur SandroVeronesi signe un roman collant parfaitement à son époque, à la fois drôle et désespéré, ironique et émouvant. Chaos calme, de SandroVeronesi, éd. Grasset, 21,90 €. LIVRE Dubois l’ensorceleur ■ Grand spécialiste de l’imaginaire et du merveilleux, « l’elficologue » Pierre Dubois s’est amusé à pervertir les contes de fées de notre enfance. L’ensorceleur nous livre des Comptines assassines aussi terrifiantes que sanglantes, dans lesquelles il ressuscite Dracula ou Barbe Bleue et transforme le sympathique Chat botté en serial killer. Comptines assassines, de Pierre Dubois, éd. Hoëbeke, 19 €.
www.directsoir.net CINÉMA En piste avec les frères Wachowski ★★★★★ « Speed Racer » scelle le grand retour sur les écrans de Larry et Andy Wachowski, les créateurs de la trilogie « Matrix ». Ami-chemin entre Les fous du volant, dessin animé des années 1960 de Hanna et Barbera, et Ma sorcière bien-aimée, le nouveau film des frères Wachowski laisse songeur. Courses furieuses de bolides armés de crochets, de piques ou de lames coupantes où chacun tente de gagner de manière malhonnête… sur fond d’esthétique kitsch des années 1960 : Speed Racer déploie, à l’instar de Matrix, une imagerie impressionnante mariant prises de vue réelles et infographie. Malheureusement, quitte à tomber dans la caricature, les frères Wachowski ont décidé de coller au plus près de la série originelle nipponne créée en 1967 (Mach Go Go Go).Arrivé aux Etats-Unis six mois plus tard, ce dessin animé a baigné l’enfance des réalisateurs. En conservant son esprit ANIMATION InuYasha Mi-ange mi-démon Œuvre majeure de la célèbre mangaka Rumiko Takahashi, « InuYasha » débarque dans une nouvelle édition DVD ambitieuse. Elle devrait contenter les fans, quelque peu frustrés jusqu’ici. ■ Lamu, Juliette je t’aime, Ranma 1/2, ces titres vous rappellent sûrement quelques souvenirs. Les trois mangas, adaptés en série animée dans les années 1980, sont tous l’œuvre de la célèbre dessinatrice japonaise Rumiko Takahashi. Adulée au Japon pour ses histoires mêlant ambiance fantastique et romance, elle ne déroge pas à la règle dans InuYasha, une de ses créations les plus populaires. Dans cette aventure, au dessin classique mais impeccable, un homme-démon et la jeune Kagome, projetée au XV e siècle par magie, partent en quête d’une perle aux pouvoirs fabuleux. Comme d’habitude dans l’animation japonaise, leur parcours sera évidemment semé d’embûches. La série, elle aussi, a connu son lot de familial, le film sert une fable manichéenne dont l’histoire est celle de Speed Racer, personnage campé par Emile Hirsch (Into The Wild), un jeune pilote intègre et fidèle à sa famille qui se bat contre la corruption dans le sport automobile. La plupart des séquences met en avant les facéties de Spritle, le petit frère de Speed, et de son chimpanzé Chim-Chim, ainsi que les courses-poursuites vertigineuses sur des pistes ressemblant moins à des circuits qu’à des rampes de skateboard. Le reste s’appuie sur des personnages exemplaires, la petite amie admirative, la mère confiante, le père juste et honnête, pour illustrer la belle idée que le crime ne paie pas. Speed Racer, de Larry et Andy Wachowski, en salles mercredi. Kagome, perdue dans un monde de chaos. péripéties avant d’être éditée en France. Pendant longtemps, les fans français n’ont pu mettre la main que sur les 26 premiers épisodes, sur les 167 diffusés au Japon. La sortie chez Kaze de cette nouvelle édition laisse espérer l’arrivée prochaine de l’intégralité de cette série culte. InuYasha, box 1, Kaze. KAZE WARNER Emile Hirsch était ébahi d’avoir été choisi pour incarner le personnage de Speed Racer, héros de la série animée Mach Go Go Go qu’il regardait tous les matins, et dont il ne ratait pas un épisode. CULTURE 13 Speed Racer (Emile Hirsch), jeune pilote et concepteur de sa puissante Mach 5.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :