Direct Soir n°366 11 jun 2008
Direct Soir n°366 11 jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°366 de 11 jun 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : Sylvie Testud, bonjour Sagan

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 EN COUVERTURE J’ai toujours eu l’impression qu’elle faisait partie de ma vie », avoue Diane Kurys, réalisatrice du portrait très attendu de Françoise Sagan, en salles aujourd’hui. Et pour incarner le « charmant petit monstre », figure insolente de la littérature du XX e siècle, elle a choisi Sylvie Testud qui impose son talent, tant elle est, particulièrement sur les scènes de fin de vie, troublante de ressemblance et de justesse. Le reste du casting, au demeurant, est d’une grande qualité. Pierre Palmade incarne Jacques Chazot, son ami de toujours, Denis Podalydès, l’éditeur macho Guy Schoeller, premier mari de Sagan, et Jeanne Balibar est Peggy Roche, son grand amour, avec qui elle a passé quinze ans de sa vie. « Plus urgent de vivre que de compter » Le film s’ouvre sur une Sagan seule, malade, dans sa maison en Normandie. Comme pour expliquer, déjà, que la vie passionnée de la romancière, flambeuse et jouisseuse, basculera. De scènes en scènes, on (re) découvre l’immense liberté de Sagan, de Bonjour tristesse, publiée à 19 ans (best-seller vendu à 4 millions et demi d’exemplaires en cinq ans), jusqu’à son isolement et sa mort. On connaissait cette philosophie de vie excessive, conséquence d’une peur de l’ennui étouffante. On découvre ici à quel point l’écrivain se mettait en danger, chaque jour de sa vie, flirtant avec la mort et les ennuis. Y passent ses rapports avec l’argent (« Il est plus urgent de vivre que de compter », ditelle), sa consommation excessive de drogues, son goût invétéré pour le whisky, EN SALLES VIE D’UN « CHARMANT PETIT MONSTRE » Diane Kurys raconte la vie de Françoise Sagan, grande romancière talentueuse et turbulente dans un « biopic » réaliste. le jeu, les beaux bolides. Il y a tant de scènes de vie, grandes joies et tragédies qu’on finit même par s’y perdre un peu. Diane Kurys n’a pas voulu choisir : ce foisonnement, qui manque de liens et de chronologies, a le défaut de perdre le spectateur. On regrette aussi de ne pas mieux saisir le processus de création de l’écrivain qui se limite à quelques passages sur son manque d’inspiration, ou encore à sa rencontre avec l’éditrice Françoise Verny, qui l’accueillit chez Gallimard. Heureusement, les répliques de Sagan restent le délice de ce film très pédagogique. On y décèle les interrogations, beaucoup moins futiles qu’il n’y paraît, d’un écrivain qui ne s’assume pas, et qui admet n’être pas grand-chose face à Proust, par exemple, son auteur préféré. On apprécie également son sens de la repartie, de la formule. Il est à son image, farceur, empreint d’une douce désinvolture et surtout plein de finesse, comme dans cette épitaphe qu’elle inventa un jour : « Sa disparition, après une vie et une œuvre également bâclées, ne fut un scandale que pour elle-même. » Sagan, de Diane Kurys, en salles. LE PREMIER FILM DE DIANE KURYS, DIABOLO MENTHE, RÉALISÉ EN 1977, A MARQUÉ SON ÉPOQUE ET A REMPORTÉ LE PRIX LOUIS-DELLUC. La littérature à l’écran GEORGE SAND ■ Avant de ressusciter Sagan à l’écran, Diane Kurys s’était déjà intéressée à une autre femme de lettres. Dans Les enfants du siècle, sorti en salles en 1999, la réalisatrice confie à Juliette Binoche le rôle de George Sand. Mais au-delà d’un simple portrait d’une féministe avant l’heure, ce film relate sa relation tumultueuse avec Alfred de Musset (Benoît Magimel). Directsoir N°366/Mercredi 11 juin 2008 Sylvie Testud campe avec justesse Françoise Sagan, de ses 19 ans à sa mort. COLETTE ■ Autre téléfilm consacré à un auteur emblématique de la littérature française, Colette, une femme libre, de Nadine Trintignant, dans lequel est retracé le parcours littéraire et amoureux de Sidonie Gabrielle Colette, de 1893 au début de la Première Guerre mondiale. Pour interpréter cette femme de lettres, la réalisatrice choisit sa fille, Marie. Ce téléfilm en deux parties a été diffusé en 2004.
Visiter la Planète Timbre, c’est Apprendre en s’amusant ! Voyager à travers les siècles grâce à une machine expérimentale Assister au « Festival Timbres en scène » avec magiciens, conteurs, fanfare… Cuisiner des recettes timbrées Flâner dans l’un des plus grands musées du monde : la « Timbre Gallery of Paris » Comprendre les inventions qui ont marqué l’histoire Se mettre dans la peau d’un commentateur sportif Participer au vote des 7 Merveilles de France Planter ses premiers semis S’essayer à l’art des bulles et créer ses propres héros de BD Devenir calligraphe, origamiste ou mail artiste Découvrir les coulisses de l’Imprimerie des timbres-poste Remplissez le passeport remis à l’arrivée et préparez votre première collection de timbres ! Une sortie recommandée en famille ou entre amis ! Réservez au moins une demi-journée pour découvrir et profiter de Planète Timbre : 16 expositions, 10 conférences, 15 ateliers, 50 spectacles, de nombreux jeux et des lots à gagner pour tous les âges. Ce salon n’a pas fini de vous étonner ! Informations pratiques Parc Floral de Paris (12è) Horaires : 10 h 00 à 18 h 00 Nocturne le 20 juin jusqu’à 20 h 00 Accès : Bus – Métro Château de Vincennes Navettes gratuites jusqu’au salon



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :