Direct Soir n°364 9 jun 2008
Direct Soir n°364 9 jun 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°364 de 9 jun 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : Avril Lavigne à la rencontre du public français

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
VADIM GHIRDA/AP/SIPA CLIN D’ŒIL 6 ÉVÉNEMENT VU DE FRANCE VICTOR PITURCA Le Ch’ti des Carpates Victor Piturca connaît bien la France. En tant que sélectionneur il a évidemment dû scruter à la loupe le jeu des Bleus. Mais l’entraîneur roumain possède aussi quelques notions de géographie française, puisqu’il est venu terminer sa carrière à Lens lors de la saison 1989-1990, à une époque où les footballeurs s’aventuraient peu au-delà de leurs frontières. Cette saison-là, les Sang et Or évoluaient en D2 et Piturca avait inscrit 4 buts en 28 matches. UNE SAISON EN CATIMINI « C’est vrai qu’il n’était pas beaucoup sorti de Roumanie avant, se souvient Gervais Martel, alors président du RC Lens depuis seulement un an. Je l’avais fait venir du Steaua Bucarest avec Tudorel Stoica. J’étais allé les voir lors de la finale de la Ligue des Champions perdue contre Milan en 1989. Je n’ai eu aucun problème avec lui et je garde le NOSTALGIE. Piturca a fini sa carrière de joueur à Lens. souvenir de quelqu’un d’introverti à cause de la barrière de la langue. Je regrette surtout que les entraîneurs ne l’aient pas fait beaucoup jouer. Avec Stoica, ils m’avaient tout de même coûté 5 millions de francs (environ 770 000 €) ! » Après une saison en catimini, Piturca, 34 ans, a donc quitté le Nord en même temps que le foot professionnel. « Avec un souvenir mitigé », croit savoir le président lensois. Piturca, une « ch’tite » saison et puis s’en va… F.C. 36 ans de disette JULIEN CROSNIER/FLASH PRESS/DPPI PERF’. Lors de la phase de qualification pour l’Euro, les Roumains ont terminé devant... les Pays-Bas ! FRANCE – ROUMANIE Ils sont forts ces Roumains ! Facile, ce match ? Loin de là ! Solides derrière, efficaces devant, les Roumains ne doivent pas être pris à la légère. Ceux qui s’imaginent que débuter face à la Roumanie est un cadeau se trompent. Certes, au regard des Pays-Bas et de l’Italie, les Roumains semblent plus facilement prenables. Mais les sousestimer serait une erreur. Lors des éliminatoires de l’Euro, ils n’ont perdu qu’une fois et encore, ils étaient déjà qualifiés. Ils ont surtout terminé premiers de leur groupe devant… les Pays-Bas. Leurs qualités techniques leur valent d’ailleurs, depuis quelques années, d’être comparés aux Sud-Américains. UN JEU À L’ITALIENNE Pour ce cru 2008, la Roumanie mise sur l’expérience de « ses Italiens », Chivu et Mutu. Le premier, capitaine, est l’un des meilleurs défenseurs du Calcio, sous le maillot de l’Inter de Milan. Le second, enfin assagi, s’est stabilisé à la Fiorentina et vient d’inscrire 33 buts en deux saisons. Avec le gardien Lobont, ce sont les seuls rescapés de l’équipe qui fut quart de finaliste à l’Euro 2000. Victor Piturca, le LILIAN THURAM était encore dans son berceau lors de la dernière victoire roumaine contre la France. À l’époque âgé de 4 mois, le défenseur des Bleus n’a certainement aucun souvenir de ce match, pas plus que ses coéquipiers qui n’étaient RÉTRO. Jean-Michel Larqué en Bleu, contre la Roumanie en 1972. même pas nés. En avril 1972, la Roumanie bat la France 2-0 en match amical à Bucarest. Depuis, l’équipe de France reste sur cinq victoires et un match nul. La dernière opposition entre les deux pays date de 2002 pour une victoire française 2-1. sélectionneur, adepte du 4-3-3, a prévenu : « Il va falloir s’attendre à une lutte physique et tactique. » Avec leurs racines latines, pas étonnant que les Roumains aiment jouer à l’italienne. Et le coach a joint les actes à la parole en convoquant neuf défenseurs dans sa liste des 23. Les Roumains ne vont donc pas être faciles à bouger. « On peut être la surprise de la compétition comme l’a été la Grèce en 2004 », claironne le retraité Gheorghe Hagi, leader de la génération en or des années 1990. Le principal handicap de cette équipe reste tout de même son inexpérience. Privée de compétitions internationales depuis 2000, la Roumanie aligne essentiellement des joueurs issus de son championnat. Bref, quand on est l’équipe de France, vice-championne du monde en titre et prétendante à la victoire finale, la Roumanie ne doit pas effrayer outre mesure. Même s’il s’agit de la patrie de... Dracula. ■ L’ÉQUIPE FLORENT DE CORBIER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :