Direct Soir n°357 29 mai 2008
Direct Soir n°357 29 mai 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°357 de 29 mai 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Michel Sleimane, enfin un Président pour le Liban

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Google SUCCESS STORIES La clé universelle du Web Que serait Internet sans les moteurs de recherche ? Sans doute une inextricable jungle d’informations. A la fois carte boussole et sésame, Google est le plus connu de ces outils devenus indispensables. C’est en 1995 que Sergey Brin et Larry Page, les deux têtes pensantes de Google, se rencontrent sur les bancs de l’université Stanford. Située au cœur de la Silicon Valley, elle avait déjà accueilli de nombreux autres étudiants devenus des grands de ce monde mais aussi du cyberespace (parmi eux, William Hewlett et David Packard, les fondateurs de Hewlett-Packard, Vinton Cerf, le père d’Internet ainsi que David Filo et Jerry Yang, les créateurs de Yahoo !). Sur le campus californien, Brin et 500 000 Ce serait, selon les experts, le nombre de serveurs dont disposerait Google. Page, à peine âgés de 23 et 24 ans, cultivent un don et une passion commune pour les mathématiques et l’informatique. Le premier s’intéresse plus particulièrement aux techniques d’exploration de données, le second aux moteurs de recherche, mais leurs travaux s’annoncent complémentaires, au moment où se développent les annuaires du Web Yahoo, Lycos et le premier moteur de recherche AltaVista, qui n’analysent pas la pertinence de leurs informations. Mais les deux jeunes prodiges ne semblent pas satisfaits de ces innovations et regrettent le manque de pertinence des Interview du président de la CNIL DR résultats par rapport aux requêtes effectuées. Après le téléchargement pendant plus d’un an de l’intégralité du Web sur les ordinateurs de l’université et l’élaboration de diverses formules mathématiques tenues secrètes, Page et Brin mettent au point dans leur chambre universitaire le « Page rank » (voir encadré) qui consiste à donner des réponses les plus intelligentes possibles aux requêtes. DE GOOGOL À GOOGLE Au début de l’année 1997, les premiers essais sont très concluants. Et pour baptiser ce nouveau système de recherche en ligne très efficace, les deux ingénieurs optent pour « Googol », un terme inventé par Milton Sirotta (neveu du mathématicien Edward Kasner) et apparu en 1938 dans l’ouvrage Les mathématiques et l’imagination pour désigner le nombre 1 suivi d’une centaine de zéros. Une dénomination évoquant le caractère illimité du volume d’informations disponible sur Internet. Mais en vérifiant la disponibilité du domaine portant ce nom sur Internet, un collègue de Larry Page orthographie maladroitement ce terme et lance la recherche à partir de « google.com », explique Daniel Ichbiah dans son livre Comment Google mangera le monde. L’erreur plaît et fait sens puisque Google signifie « paire de jumelles » en En quoi Google peut-il porter atteinte à notre vie privée ? Le problème des moteurs de recherche et des réseaux sociaux comme Facebook, c’est le traçage dans le temps des personnes. On donne des informations sur nous et on reste dans leur système, sans possibilité de se retirer du mécanisme, ni droit à l’oubli. Ils gardent des informations qui peuvent faire l’objet de manipulation à notre insu. C’est une atteinte à la liberté. D. STAPLES/REUTERS anglais. « Google.com » est enregistré le 15 septembre 1997. A cette époque, les deux légende étudiants en blanc ont installé leurs ordinateurs dans un garage qu’ils louent et cherchent à vendre leur technologie pour financer leurs études. Ils contactent alors un ancien de Stanford, David Filo, le fondateur de Yahoo, qui décline l’offre, comme beaucoup d’autres. Le soutien des familles et des amis leur sera alors précieux, jusqu’à l’apport de 100 000 dollars octroyé par Andy Bechtolsheim, cofondateur de Sun. D’autres investisseurs suivront. Page et Brin « entendent imposer Google comme le service de recherche le plus efficace du Web. Ils demeurent intimement convaincus que les utilisateurs sont davantage intéressés par l’efficacité des résultats que par le fourretout des portails », détaille Daniel Ichbiah, auteur de nombreux livres sur les nouvelles technologies. Pourtant, Google s’est engagé à conserver ces informations pendant dix-huit mois ? Il n’y a aucune raison qu’elles soient conservées. Au début, Google n’avait pas fixé de limite, mais devant les réserves de l’opinion, l’entreprise a limité à dix-huit mois la durée de conservation des données. Que dit la loi à ce sujet ? Elle précise que l’on ne peut pas développer le traitement de données sans préciser la durée de conservation. Cette durée doit être Directsoir N°357/Jeudi 29 mai 2008 LE « BUSINESS MODEL » GOOGLE Le succès de Google ne repose pas seulement sur l’invention d’une technologie inédite, mais aussi sur un ingénieux « business model » fondé sur la publicité. Les annonceurs ont le choix entre deux programmes : AdWords et AdSense. Le premier consiste à faire apparaître des liens commerciaux dans la colonne de droite au moment de l’affichage du résultat. La publicité est ciblée en fonction du mot-clé recherché. Le site de l’annonceur qui est prêt à payer le plus cher apparaît alors en tête de liste. La publicité n’est facturée au client qu’au moment où l’internaute clique sur le lien. Le second programme identifie via le moteur de recherche des publicités (bannières, vidéos ou liens commerciaux) susceptibles de prendre place sur un site partenaire de Google. Si un internaute visitant ce site Alex Türk – président de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) appropriée et justifiée. L’article 29 sur la protection des données, qui réunit les 27 pays européens, a remis un avis selon lequel la rétention d’informations ne pourrait dépasser six mois. Aux autorités de contrôle de chaque pays de faire respecter cet avis. Quels sont les autres défis de la Cnil face à Internet ? Le problème des spams, moins grave, mais gênant et plus difficile à traiter, car il faudrait que la lutte soit engagée dans chaque pays.
www.directsoir.net clique sur le lien publicitaire, alors Google et le site partenaire sont immédiatement rémunérés. Pour le premier trimestre 2008, le modèle AdWords a généré plus de 66% du chiffre d’affaires de Google, soit 3,4 milliards de dollars, tandis que le modèle AdSense a rapporté pour l’entreprise près de 1,49 milliard de dollars. LE SUCCÈS DE GOOGLE En près de dix ans, Google est devenu le moteur de recherche le plus populaire, explorant plus de huit milliards de pages. Son interface traduite en 112 langues reçoit des millions de visiteurs par mois.Avec son siège, le Googleplex, situé en plein cœur de la Californie à Mountain View, la société compte plus de 19 000 salariés répartis dans cinquante bureaux. ■ Source : Google. « Larry Page et Sergey Brin entendent imposer Google comme le service de recherche le plus efficace du Web » Son logo aux couleurs primaires rappelle les nuances des Lego que Larry Page aime manipuler. Et si Google cultive le secret, l’entreprise cherche à être toujours plus proche des besoins de l’internaute, en développant une série d’outils gratuits : Google Actualités, Google Maps, Google Earth, Google Images, Google Recherche de livres, Gmail, Google Agenda, Google Document et Tableur, Picasa,YouTube (propriété de Google depuis 2006), Google Mobile, Blogger… L’entreprise s’inscrit d’autant plus dans l’ère de son temps qu’elle s’engage dans des combats écologiques et environnementaux, notamment grâce à sa fondation Google.org qui reçoit 1% du chiffre d’affaires de la maison mère, pour mener à bien ses actions en Afrique, par exemple. ÉVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES DE GOOGLE DEPUIS 2002 439 508 1 465 934 3 189 223 6 138 560 10 604 917 LA SAGA DE L’ÉCONOMIE 9 16 593 986 2002 2003 2004 2005 2006 2007 C06/KPA/GAMMA/EYEDEA PRESSE DR DR EN SAVOIR PLUS TECHNOLOGIE La clé de la rapidité ■ Si le succès de Google tient inévitablement à la brillante réussite de son « business model », il est aussi et surtout lié à l’ingéniosité de deux jeunes ingénieurs qui développent en 1997 leur propre système de traitement des résultats et de classement des pages, baptisé PageRank. Cette infrastructure qui porte aussi le nom de l’un Larry Page et Sergey Brin. de ses fondateurs, analyse la totalité de la structure des liens du Web afin de déterminer objectivement les pages les plus pertinentes par rapport à la requête effectuée. Comment est-ce possible en une fraction de seconde ? A la différence d’autres moteurs de recherche, qui fonctionnent à partir de quelques grands serveurs pouvant être soumis à des ralentissements lors de trafics importants, Google repose sur des milliers – suppose-t-on – de PC reliés les uns aux autres, pour fournir des réponses dans des délais ultrarapides. MANAGEMENT La culture Google ■ Le management Google est fondé sur une « hiérarchie plate » ; les salariés sont consultés lors de recrutement, donnent des bonus à d’autres collaborateurs, évaluent leur supérieur… Ce système transparent contient quatre à cinq échelons hiérarchiques. Les ingénieurs, qui représentent la moitié des effectifs du groupe disposent d’une journée sur cinq pour la réalisation de leurs projets personnels. Consultation du personnel pour un recrutement chez Google. Un concept qui s’étend progressivement aux autres métiers. Pour le confort et l’émulation de ses employés californiens, Google met à leur disposition une piscine à remous, des terrains de volley, des salles de massage, une salle de cinéma, dixneuf cafétérias… Les autres sites dans le monde choient aussi leurs équipes. Google France a par exemple reçu cette année le prix Best Place to Work (le meilleur endroit pour travailler) décerné par le Great Place to Work Institute France selon cinq critères : crédibilité, équité, convivialité, fierté et respect. PRATIQUE La requête Google ■ La plupart des internautes n’utilisent qu’une partie infime des possibilités qu’offre Google. Afin de maîtriser davantage les ressources de cet instrument, voici quelques conseils pratiques:• Simplifiez votre requête : vous n’avez besoin d’écrire ni majuscules, ni pluriels, ni prépositions et conjonctions. Et pour rechercher une expression ou l’extrait d’un texte, mettez les guillemets.• Eliminez les pages indésirables : vous pouvez choisir le format des documents que vous recherchez, en cliquant sur « recherche avancée » puis en sélectionnant dans le menu déroulant le format de fichier souhaité.• Si vous êtes parents, vous pouvez cliquer sur le lien « préférences » de la page d’accueil et choisir le niveau de sécurité que vous voulez voir appliquer.• Gagnez du temps : en tapant directement dans la boîte de recherche le numéro d’un vol pour obtenir toutes les informations le concernant. Vous pouvez effectuer une opération mathématique, connaître les taux de change, localiser une adresse à l’aide d’une carte ou même traduire des extraits de texte dans la langue de votre choix. DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :