Direct Soir n°34 6 oct 2006
Direct Soir n°34 6 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de 6 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Barthez, salut l'artiste

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Vendredi 6 octobre 2006 8 ACTU FRANCE EN BREF Le facteur high-tech La Poste va débourser 700 millions d’euros sur quatre ans pour moderniser l’équipement de ses 100 000 facteurs. Au cours de l’année 2007, ils seront tous équipés d’un PDA (ordinateur de poche) qui servira de GPS mais aussi pour les signatures des colis. 400 d’entre eux auront également un vélo électrique. Le facteur du futur est en route ! Enfin, 450 trieuses vont être achetées afin de faciliter le travail des postiers. En prévision de la libéralisation du courrier, La Poste relève donc le défi. Sécu : fraudes épinglées v Un comité national de lutte contre les fraudes à la Sécurité sociale sera bientôt mis en place, vient d’annoncer Xavier Bertrand, ministre de la Santé, le comité fonctionnera grâce à la mutualisation des moyens de l’Assurance maladie, des Caisses d’allocations familiales et de l’administration des fraudes. « Si notre chasse est efficace, nous devrions récupérer 100 millions d’euros », annonce d’ores et déjà le ministre. Retraite à la carte v 61% des Français souhaitent pouvoir partir à la retraite quand bon leur semble, même après 65 ans. Un sondage (LH2) pour 20 minutes/RMC dévoile les rapports qu’entretiennent les Français avec leur départ de la vie active. Seulement 37% considèrent que « l’âge de la retraite doit être imposé pour tout le monde ». La fête des cabanes v Quelques jours après avoir célébré Yom Kippour, la communauté juive fête ce soir, et pour une semaine, « Souccoth », la fête des cabanes. Dans la liturgie juive, celle-ci commémore la précarité dans laquelle les Hébreux vivaient durant les 40 ans de leur traversée du désert. La coutume veut que pendant cette fête, les familles vivent dans des cabanes en plein air. JUSTICE/Seznec : une histoire de famille Sans surprise, l’avocat général Jean-Yves Launay s’est prononcé en faveur d’une révision du procès de Guillaume Seznec. Le représentant du ministère public siégeait déjà lors de l’examen de la précédente requête dans ce dossier, le 24 janvier 2005. Il avait déjà défendu cette cause. L’audience de la Cour de révision consacrée à cette affaire a débuté hier matin à 8h30.Temps fort des huit heures de débats, l’intervention de Denis Seznec, petit-fils du condamné, qui a pris la parole en fin de séance.Visiblement très ému, celui qui a consacré sa vie à la réhabilitation de son aïeul a évoqué un moment « où l’histoire et la justice ont rendez-vous ». Auparavant, ses deux avocats, Yves Baudelot et Jean-Denis Bredin, avaient longuement développé les arguments établissant, selon eux, que le doute nécessaire à la révision d’un procès pénal était constitué. Ils ont souvent fait référence au capitaine Dreyfus, dont la Cour de cassation avait célébré le centenaire de la réhabilitation en juillet dernier. A l’issue de l’audience, le président de la cour, Bruno Cotte, a indiqué que la décision serait rendue le 14 décembre prochain. Pour rappel, Guillaume Seznec avait été condamné le 4 novembre 1924 aux travaux forcés à perpétuité et envoyé au bagne de Cayenne. Il était accusé du meurtre de son ami et associé, le conseiller général Pierre Quémeneur. Un meurtre supposé, puisque le corps de Quémeneur ne sera jamais retrouvé. Désigné par un faisceau d’indices et de témoignages, Seznec a tout du coupable idéal. Mais MUNICIPALES/Election à la mairie de Bordeaux J-2 h Cinq semaines après la démission du conseil municipal, il est temps pour les Bordelais de faire leur choix. A deux jours du premier tour du scrutin, Alain Juppé affronte une liste conduite par le Front national et un conglomérat antilibéral marié avec les Verts. Quant au socialiste Jacques Respaud,il n’a pas trouvé d’accord avec les Verts. L’opposition semble donc mal armée pour contrer le retour d’Alain Juppé. Le plus gros adversaire de l’ancien maire pourrait bien être l’absentéisme. Dimanche, c’est une ville en plein chantier qu’il faudra reconquérir. Depuis 10 ans, les travaux n’ont pas cessé Rendue aux piétons, la capitale de l’Aquitaine revit et bouillonne de nouveaux projets. CAROLE TOLILA,SAMUEL ROUSSEAU,ANTONIN MOSER,LAURE DEGOUY,XAVIER FORNEROD ET NICOLAS CAILLEAUD @ GBA/AFP des révélations tardives, notamment sur la personnalité et les connaissances de l’un des principaux enquêteurs, viendront semer le doute, et étayer la thèse de ceux qui n’ont eu de cesse de clamer l’innocence du condamné, celle d’un complot policier. Considérée comme l’une des plus grandes énigmes judiciaire du XX e siècle, l’affaire Seznec a déchaîné les passions depuis plus de 80 ans. Alimentant livres, téléfilms ou discussions de repas de famille, les thèses de la culpabilité ou de l’innocence sont aujourd’hui encore défendues avec force. La question sera donc tranchée le 14 décembre prochain. PC/Match à quatre pour la présidentielle h Marie-George Buffet pouvait espérer un début de campagne plus paisible. Après la controverse sur la constitution ou non d’un pôle antilibéral, allant d’Olivier Besancenot à José Bové, elle doit maintenant compter avec des candidats à l’investiture de son propre parti. Deux responsables communistes, André Gerin et Jean-Jacques Karman, se sont porté candidats mardi contre le numéro 1, pourtant soutenue par la direction du parti pour représenter ce front antilibéral. André Gerin, député-maire de Vénissieux, et Jean-Jacques Karman, vice-président du conseil général de la Seine-Saint-Denis, s’opposent ainsi à la stratégie de la direction qui entend investir Marie-George Buffet avant de « proposer » sa candidature aux « Collectifs unitaires » (composés de communistes et non communistes). Ces deux responsables ne disposent pourtant pas de l’aura médiatique de la Secrétaire nationale du parti. Mercredi, coup de théâtre à la veille de la clôture du dépôt des investitures : une autre personnalité du parti s’est déclaré candidat à cette investiture. Denis Seznec, à droite, et son grand-père Guillaume. @ B. GUAY/APF Le repère Directsoir « Toute ma famille s’est sacrifiée dans l’affaire Seznec. Si nous avions eu le moindre doute, nous ne nous serions pas battus comme cela. » (Denis Seznec, lors de l’audience de révision du procès de son grand-père.) Ce troisième trouble-fête est l’emblématique député de la Somme, Maxime Gremetz. « J’ai pris ma décision de présenter ma candidature sur la base d’un projet communiste. Si Marie- George Buffet veut être candidate communiste sur la base de notre programme, je la soutiendrai », affirme Maxime Gremetz, qui reproche à la direction de la proposer comme « candidate d’un rassemblement hétéroclite, vaguement antilibéral ». Une Conférence nationale du PCF, les 21 et 22 octobre, doit fixer la stratégie du parti avant un vote des militants les 11 et 12 novembre. Maxime Gremetz.
www.directsoir.net TABAC/Des feux mal éteints Les buralistes redoutent un goût de cendre dans les promesses du gouvernement. Difficile de satisfaire tout le monde quand on parle de tabac. D’un côté, il faut mettre fin à l’hécatombe causée par la cigarette et ses 60000 décès par an. De l’autre, il s’agit de ménager les buralistes, un réseau de commerces de proximité qui offrent des services dont on oublie parfois l’importance. Le gouvernement, pris entre le marteau et l’enclume, entend réussir ce pari. Il a envoyé deux généraux sur le champ de bataille : Xavier Bertrand et Renaud Dutreil, respectivement ministres de la Santé et des PME. Le premier espère profiter d’un consensus global de la classe politique sur la question. La mission parlementaire d’information sur le tabac vient d’ailleurs de rendre ses conclusions préconisant une interdiction totale du tabac dans les lieux publics d’ici à septembre 2007. Pour accélerer le mouvement, la commission, présidée par le député PS Claude Evin, appelle même de ses vœux un décret gouvernemental afin d’éviter un passage du dossier devant l’Assemblée, pourtant réclamé par l’opposition. Pour prévenir la future grogne des buralistes, Renaud Dutreil a été mobilisé sur ce front. Son plan de bataille : négocier le nouveau « contrat d’avenir » et soutenir une profession qui réalise 55% de ses ventes grâce au tabac. Le programme des manœuvres tient en trois points et vise notamment à assurer des aides financières et fiscales après 2007 (avec un dispositif spécial pour les débitants des zones frontalières). Renaud Dutreil, devant les buralistes réunis en congrès à La Défense,a proposé « d’ouvrir le dossier de [leur] rémunération sur la vente des produits tabac et de faire un effort supplémentaire en la matière ».Dès 2007,une aide à la modernisation des débits de tabac pourrait être créée afin de favoriser la diversification de leurs activités. Les buralistes pourraient de plus en plus jouer le rôle de « relais des administrations » et participer à la gestion des timbres fiscaux, par exemple. C’estdit « L’action publique devra prendre un cours nouveau. » Edouard Balladur, l’ancien Premier ministre se retire de la vie politique active. Des aides financières et fiscales prévues pour les buralistes « Je propose d’ajouter une nouvelle dimension au contrat de travail, une modalité de séparation à l’amiable sans passer par la logique de faute. » Laurence Parisot, présidente du Medef Malgré tout, René Le Pape, président de la Confédération des débitants de tabac, reste sceptique face à des mesures qu’il juge insuffisantes. Il regrette en outre qu’aucune mission de service publique n’ait été confiée à la profession. Une des pistes régulièrement évoquées pour redynamiser ce commerce est la possibilité de leur confier la vente de billets de train ou de places de spectacle. La situation est d’autant plus urgente que des études récentes soulignent les difficultés que traversent les buralistes. Depuis 2003, les ventes de tabac ont chuté de 32% et 1 500 débits ont définitivement fermé à cause de la concurrence étrangère. Si les deux exigences – santé publique et sauvegarde de la profession – sont intimement liées pour Matignon, l’impact de ce sujet pousse le chef du gouvernement à marcher sur des œufs. Dominique de Villepin a annulé aujourd’hui un déplacement à l’Institut national du cancer. Ce cadre était idéal pour dévoiler l’ampleur du dispositif antitabac qu’il souhaite mettre en place. Mais il risquait aussi de provoquer la colère des buralistes. Dans ce dossier, tout est affaire d’équilibre. « Je ne vais pas passer ma vie à commenter des commentaires de commentaires. » Jean-Louis Borloo, ministre de l’Emploi « Je ne voterai pas pour Ségolène Royal au 1 er tour de l’investiture. » Martine Aubry, maire de Lille @X. ROSSI/GAMMA @ M. DAY MASSEY/ZUMA/CORBIS FRANCE TRANSPORTS/100 bougies pour le bus h Le 11 juin 1906, les Parisiens découvrent un nouveau mode de transport en commun qui va faire florès. Le ticket de la première ligne, Montmartre-St-Germaindes-Prés, se monnaye 30 centimes pour une place à l’intérieur, 15 centimes pour une place à l’impériale. Exit l’omnibus à cheval, vive les autobus à plate-forme arrière, qui circuleront jusqu'en 1971, avant de réapparaître brièvement entre 1976 et 1988. Depuis, les évolutions se sont succédé. Le receveur qui oblitérait les tickets avec sa « moulinette » disparaît au profit de la carte orange, en juillet 1975. Vient ensuite le passe Navigo, version électronique du ticket d'antan. Preuve d’un succès qui ne se dément pas, à Paris, 1,17 million de voyageurs et 2,10 millions en banlieue utilisent quotidiennement ce mode de transport. A l’occasion de ce centenaire, une exposition se tient au Parc de la Villette (jusqu’au 15 octobre), avec en point d’orgue, une parade roulante au cœur de Paris le 15. Profitez-en pour oublier vos a priori sur ce mode de transport, aujourd'hui écologique à 100%. Dans les KIOSQUES La mode défile à Paris mais aussi à la une de vos journaux. A ne pas manquer ce week-end, le numéro spécial du Monde 2 (2,50 €). Le magazine met un coup de projecteur sur ceux qui font le « made in France ». @ KEYSTONE FRANCE Directsoir t Vendredi 6 octobre 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :