Direct Soir n°336 16 avr 2008
Direct Soir n°336 16 avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°336 de 16 avr 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Christophe Maé en tournée en France

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 EN COUVERTURE Christophe Maé sera en concert dans tous les Zénith de France. Après une tournée triomphale en 2007, Christophe Maé est de retour sur scène avec une série de concerts dans tous les Zénith de France. Pour le plus grand bonheur des fans mais aussi du chanteur : « Etre sur scène, ça me transcende, c’est une vraie adrénaline. C’est pour ça que j’ai choisi de faire ce métier. Sentir que je fais vibrer les gens, que je les fais voyager avec mes textes et ma musique, pour moi c’est la consécration. » Dès l’annonce de sa nouvelle tournée, les concerts se sont remplis à vue d’œil à tel point qu’ils affichent déjà presque tous complets. Mais que les retardataires se rassurent, l’été et sa flopée de spectacles et de festivals se profilent, avec en point d’orgue la participation du chanteur aux Francofolies de La Rochelle. Il est loin le temps où le jeune homme arpentait les pianos-bars avec des reprises d’Otis Redding, de Tracy Chapman et Bob Marley « devant quatre pochetrons au comptoir ». Aujourd’hui Christophe Maé attire les foules, en particulier la gente féminine, avec son joli minois et sa voix haut perchée. Mais le réduire au simple statut de chanteur pour midinettes serait trompeur. Il suffit de le voir sur scène où, en baggy et casquette gavroche, il révèle vite ses talents de musicien et d’interprète avec des titres mi-soul mi-reggae et un enthousiasme communicatif. Directsoir N°336/Mercredi 16 avril 2008 CHRISTOPHE MAÉ LE SACRE DU ROI DE LA CHANSON Depuis qu’il a été révélé au grand public en 2005 dans la comédie musicale « Le Roi-Soleil », Christophe Maé n’en finit pas d’aligner les succès. Sacré Révélation du public de l’année aux dernières Victoires de la Musique avec son album « Mon paradis », le chanteur triomphe actuellement sur scène avec une tournée marathon dans toute la France. Il sera demain soir à Paris pour enflammer la scène du Zénith de sa soul-reggae acoustique. C. COURTOIS/ASA PICTURES « Sur scène, il se passe vraiment quelque chose, explique son ex-producteur et complice, Dove Attia. Ce qui me frappe, c’est que c’est lui qui « drive » le public. Il l’amène où il veut, il le séduit, puis il entre en communion avec lui. Un peu comme un dompteur avec ses lions. » Cette présence scénique, le producteur du Roi-Soleil l’avait déjà repérée quelques années auparavant. A l’époque, Christophe Maé était totalement inconnu.
www.directsoir.net QUAND LE FRÈRE VOLE LA VEDETTE AU ROI Au début des années 2000, Christophe a quitté son Sud natal pour tenter sa chance à Paris. Il court les cachets en se produisant dans les pianos-bars de Saint-Germain-des-Prés. « Je galérais dans ma chambre de bonne avec mon petit statut d’intermittent du spectacle », raconte-t-il. Du coup, j’ai intériorisé une forme de rage. » En 2002, la chance finit par tourner : Christophe rencontre Yann- Philippe Blanc, directeur de Warner (par l’intermédiaire de la chanteuse Zazie), qui lui propose un disque. Mais ce dernier décède subitement dans un accident de moto et l’album est classé sans suite. Le jeune homme ne se démonte pas et assure quelques premières parties de concert – Seal, Cher ou Jonatan Cerrada. « J’étais mort de trouille, avouet-il. Tout seul sur scène en acoustique guitare-voix. Mais ça m’a vachement encouragé pour la suite ». La suite, c’est Dove Attia qui la provoque. L’ex-juré de la Nouvelle Star le repère lors d’un concert dans un bar en Corse. Cette première rencontre, il la raconte comme si c’était hier : « Ça a été le coup de foudre total. J’étais dans ce bar avec mes copains, mais je ne les écoutais plus. Christophe avait une puissance scénique, un magnétisme qui faisait qu’il attirait tous les regards. Il captait l’attention, il arrivait à imposer le silence dans un bar bruyant. Ce qui est très rare. » A peine le concert terminé, le producteur retrouve le jeune homme en coulisses et lui propose l’aventure du Roi-Soleil. Il hésite. Lui qui se rêve en Ben Harper de la chanson française ne se voit pas à l’affiche d’un spectacle musical. Il finit par se laisser convaincre, séduit par le côté excentrique de son personnage. Sous ses airs de poète dans la lune, un brin « bordélique » d’après Dove Attia (« il est incapable de se rappeler les paroles de ses chansons ! »), Christophe Maé est un bosseur. Pour endosser le rôle de Monsieur, frère du roi, il prend des cours de danse, de chant, de théâtre, et regarde en boucle le film Amadeus de Milos Forman, afin de donner un côté impertinent et drôle à son personnage. Le 22 septembre 2005, soir de la première, le frère vole la vedette au roi : Louis XIV, alias Emmanuel Moire, paraît presque terne face aux prouesses de Christophe. S’ensuit une tournée de presque deux B. BENANT ans et 400 représentations. Christophe devient l’une des vedettes du spectacle et empoche un NRJ Music Award. Fin de la parenthèse « comédie musicale ». En 2007, Christophe se lance dans une carrière solo. LE ROI EN SOLO Le Roi-Soleil a laissé du temps au jeune homme pour s’investir dans ses projets personnels : « J’arrivais tous les soirs à 19 heures. Dans la journée, j’avais tout mon temps pour me consacrer à mes chansons », raconte-t-il. Christophe travaille d’arrache-pied et, lorsque le spectacle s’achève, son premier album Mon paradis est presque prêt. « J’ai compris que ma voix devait s’accompagner d’une guitare sèche, d’arrangements dépouillés. Plus je fais simple, plus cela me sied », expliquait-il récemment dans une interview à Paris Match. Le résultat : douze titres chaloupés dans EN COUVERTURE 5 L’album Mon paradis a été certifié disque de diamant avec plus de 1,2 million d’exemplaires vendus. « LE RÉDUIRE AU STATUT DE CHANTEUR À MIDINETTES SERAIT TROMPEUR. IL SUFFIT DE LE VOIR SUR SCÈNE. » le plus pur style soul-acoustique, des airs de Gérald de Palmas et une voix haut perchée. Le public en redemande. Le premier single Parce qu’on ne sait jamais est très vite un tube et tourne en boucle sur les radios. La parenthèse Roi- Soleil aura été bénéfique à une reconversion solo : après avoir brillé en Monsieur, frère du roi, Christophe Maé réussit l’exploit d’imposer son nom là où on ne l’attendait pas. Avec 1,2 million d’exemplaires vendus, Mon paradis a créé la surprise l’année dernière en réalisant la deuxième meilleure vente en France, juste derrière le chanteur Mika. Selon une enquête du Figaro parue en janvier, il arrive en quatrième position du classement des chanteurs les mieux payés de l’année 2007, avec 1,75 million d’euros. Pas de quoi faire tourner la tête de ce jeune papa de 32 ans : « Je n’ai pas la folie des grandeurs. J’ai acheté une petite maison de village près d’Aix. Je vais essayer d’être intelligent. Les bagnoles à 80 000 euros, c’est pas pour moi. » Quand on lui demande comment il fait pour garder la tête froide, Christophe Maé explique qu’il mène la même vie qu’avant, dans le Sud avec ses copains (les mêmes depuis qu’il a 17 ans) et sa fiancée Nadège qu’il a connue à ses débuts et qui vient de lui donner un fils. Dove Attia confirme : son ami n’est pas du genre à avoir la grosse tête, même s’il peut montrer parfois un excès de confiance : « C’est toujours pour masquer. Christophe est quelqu’un qui a très peu d’assurance. » Le succès n’y aurait, paraît-il, pas changé grandchose : « Lorsqu’il lit un article dithyrambique sur lui, il pense que c’est pour quelqu’un d’autre. » Sur scène, c’est pire : « Il attend toujours la sanction du public, il se dit qu’il a fait quelque chose de mal. Il est très sensible à ce qu’on lui dit. C’est sans doute lié à son histoire. » L’artiste n’est en effet pas le fruit d’une émission de téléréalité, mais plutôt de longues années de galères. Et en musique, les galères laissent des traces.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :