Direct Soir n°329 7 avr 2008
Direct Soir n°329 7 avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°329 de 7 avr 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (138 x 181) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Vladimir Poutine dicte ses règles

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 EN COUVERTURE BATAILLE AUTOUR D’UN BOUCLIER C’est la principale pomme de discorde entre Moscou et Washington. Depuis qu’ils ont déclaré la guerre au terrorisme, les Etats-Unis ont relancé un projet initié par Ronald Reagan et abandonné entretemps. Afin de parer une éventuelle offensive atomique de la part de l’un des pays de l’« Axe du mal », les Américains ont déployé à travers la planète un dispositif capable d’intercepter des missiles balistiques de longue portée. Problème : pour se prémunir d’une éventuelle attaque de l’Iran, voire du Pakistan, le Pentagone souhaite pouvoir implanter ce système en Europe centrale. La République tchèque a accepté d’accueillir les installations radar, tandis que les dix rampes de lancement seraient disséminées en Pologne. Mais la Russie voit d’un mauvais œil l’éclosion à ses portes d’équipements militaires sensibles. D’une part, parce qu’elle craint d’être la véritable cible de ces installations, ce qui pourrait réduire à néant sa Dates force de dissuasion. D’autre part, le Kremlin avance que la localisation envisagée par les Américains et leurs nouveaux alliés de l’OTAN ne permettrait pas d’assurer une défense balistique efficace contre les pays incriminés : au moment où d’éventuelles ogives seraient lancées au Moyen-Orient, les missiles seraient hors de portée au moment où ils survoleraient la zone retenue.Aussi la Russie a-t-elle proposé un autre site, en Azerbaïdjan, où elle possède déjà des bases militaires. Les Américains, après avoir poliment annoncé qu’ils allaient se pencher sur la question, déclinent l’offre. A leur tour, ils tentent de gagner la confiance de leurs partenaires en proposant des mesures censées montrer leur bonne foi et rassurer leurs interlocuteurs. En retour, les Etats-Unis autoriseraient la Russie à dépêcher des observateurs sur les sites. Une proposition qui semble avoir trouvé un écho favorable aux abords de la Place rouge. 26 MAI 1972 : SIGNATURE DU TRAITÉ ABM ■ Richard Nixon et Leonid Brejnev signent à Moscou un traité interdisant le recours à un système de défense antibalistique. Le but est de ne pas compromettre l’équilibre de la dissuasion reposant sur le principe qu’en cas d’attaque de l’un des deux camps, l’autre peut riposter et infliger les mêmes dommages. BIBER/SIPA EYEDEA VU PAR ■ « Même si ce n’est pas évident, ce sommet peut leur permettre de se parler parce que des deux côtés, on semble vouloir finir sur une note pas trop négative. Tout d’abord parce qu’il s’agit de leur dernière rencontre, ensuite, parce que théoriquement, ils ne devraient plus être aux affaires étrangères. Même si Vladimir Poutine va rester présent dans les affaires russes, on peut penser qu’il sera plus dans l’ombre en matière de politique étrangère. Quant à George W. Bush, il va disparaître de la scène politique. Au final, c’est important pour les deux de donner une image moins 23 MARS 1983 : PROJET GUERRE DES ÉTOILES ■ Deux ans après son accession à la Maison Blanche, Ronald Reagan crée l’Initiative de défense stratégique (IDS). Malgré le Traité ABM, il s’agit d’un projet surnommé « Guerre des étoiles » qui vise à protéger les Etats-Unis d’une éventuelle attaque nucléaire russe. A la chute de l’URSS, en 1991, ce programme perd sa raison d’être et est aboli deux ans plus tard par Bill Clinton. DR Directsoir N°329/Lundi 7 avril 2008 Isabelle Facon, spécialiste de la Russie à la Fondation pour la recherche stratégique. A collaboré au livre « Moscou et le monde ». « Il est important pour eux de donner une image moins négative » négative que tout ce qui s’est passé ces derniers temps. Donc je ne serais pas étonnée qu’ils annoncent des points d’accord sur la défense antimissile ou sur le besoin de mener des négociations harmonieuses à propos de l’après-traité Start 1. Toutefois sur le fond, je ne pense pas que les discussions iront beaucoup plus loin. En effet, côté russe, on est déjà dans l’attente de l’après- Bush. On espère à Moscou que le temps gagné en s’opposant aussi fortement au projet antimissile en Europe, permettra de jeter de nouvelles bases dans les discussions avec la future administration américaine. » FIN 2001 : LES ÉTATS-UNIS QUITTENT LE TRAITÉ ABM ■ Après les attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis déclarent la guerre au terrorisme et dressent une liste d’Etats voyous. Soucieux de se prémunir d’une menace nucléaire potentielle de la part d’un des pays désigné comme « voyou », ils annoncent en décembre leur retrait du Traité ABM et, un an plus tard, la relance de leur programme National Missile Defense.
Pour une Mat'mobile bien assurée ! 110 bureaux en lie de France Accueil téléphonique ([) 0 1 44 83 14 14



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :