Direct Soir n°327 3 avr 2008
Direct Soir n°327 3 avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°327 de 3 avr 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (138 x 190) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Louis Borloo, les OGM en question

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 e raser le matin ? Pas besoin d’être Sprésident de la République pour y penser. Geste quotidien pour les uns, de tous les deux jours pour certains, d’une fois par mois pour les autres, mais geste inhérent aux valeurs de bonne tenue dans nos sociétés occidentales. Incontestablement, le poil dérange, et Gillette l’a bien compris. LA SAGA DE L’ÉCONOMIE UNE IDÉE BIEN AFFÛTÉE A l’origine du rasoir Gillette, comme pour de nombreuses inventions, un visionnaire obsédé par l’efficacité et la facilité. King Camp Gillette, vendeur pour une société de bouchons de liège, s’agace de devoir toujours affûter la lame de son coupe-chou. Comme le bouchon que l’on jette après l’ouverture de la bouteille, il imagine dès 1885 un rasoir dont les lames seraient interchangeables après utilisation. Il fonde l’American Safety Razor Company et commercialise son invention en 1903 : il vend alors 51 rasoirs (cinq dollars l’unité) et 168 lames (un dollar le paquet de 20). En Le retour du Poil long H. DE OLIVEIRA.EXPANSION-REA D. WINTER/ICON SPORT Gillette La fine lame du rasoir Directsoir N°327/Jeudi 3 avril 2008 Deux, trois ou six lames ? Manuel ou électrique ? Depuis plus d’un siècle, Gillette invente constamment. Les ingénieurs du fabricant américain sont contraints, pour limiter la concurrence, d’améliorer sans cesse leur produit. Dernier né : le Gillette fusion à cinq lames. concevant une lame amovible plutôt qu’un rasoir jetable au coût prohibitif, il conçoit un modèle économique qui fidélise le client. Le succès est au rendez-vous, les ventes passant à 91000 rasoirs et 124000 lames en 1904. Il choisit dès le début d’exporter son invention et installe des filiales en France, au Canada, en Allemagne et en Angleterre. Dès lors, la production et les ventes vont croissant, atteignant 35 millions de lames en 1911. POURQUOI LES GI’S NE SONT PAS DES POILUS Pendant la Première guerre mondiale, le gouvernement américain commande 4,2 millions de rasoirs et plus de 35 millions de lames à Gillette pour les trousses de toilette de ses soldats, les « Khaki Sets ». En effet, les masques à gaz protègent mieux quand la peau est rasée de près. Un excellent placement de produit qui habitue les soldats à ce moyen novateur de rasage. Pendant la guerre, les femmes restent au foyer mais s’entretiennent : en 1915, Gillette commercialise le Milady Decollete, premier rasoir féminin – « la méthode la plus sûre et la plus hygiénique d’avoir des aisselles douces ». légende en blanc Rendez-vous manqué pour Sébastien Chabal Octobre 2007. Panique au siège de Gillette France. Et si la Chabalmania entraînait l’ensemble des mâles dans un mouvement d’identification totale, et donc de renoncement à toute forme de rasage ? Un seul objectif : raser Chabal. Selon le site internet rugbyrama.fr, Gillette aurait contacté l’agent du joueur, « pour tenter de le UNE CONCURRENCE AIGUISÉE Dans l’entre-deux-guerres, la concurrence est rude. Le rasoir électrique fait son apparition en 1931, mais demeure marginal. L’année suivante, King Camp Gillette décède, mais les innovations se poursuivent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale qui, tension sur le marché du métal oblige, impose une limitation de la production de 70 brevets ont été déposés pour le seul rasoir Gillette Fusion, lancé l’an dernier. convaincre de couper sa barbe » dans une publicité. La société mère de Gillette, Procter & Gamble, confirme. Connaissant le deuxième ligne de l’équipe de France, il a probablement dû ne pas apprécier cette proposition. Depuis la Coupe du monde, Sébastien Chabal n’a plus été sélectionné dans le XV tricolore. Un soulagement de courte durée rasoirs. The Gillette Company, renommée ainsi en 1951, sort le Super Blue Blade, qui intègre une couche de silicone atténuant la pression. Le rasoir rase désormais en douceur. Mais dans les années 1960, l’électroménager accessible attire toutes les attentions, et le consommateur s’intéresse au rasoir électrique. Gillette double ses efforts et le nombre de lames. « On est plus efficace quand on est deux », informe Christian Clavier, comédien pas encore rasoir, dans une publicité de 1972. « La première coupe le poil et le tire, la deuxième peut le recouper avant qu’il ne se rétracte. » Succès mais sursis jusqu’en 1975 avec King Camp Gillette, l’inventeur du fameux rasoir du même nom. pour Gillette : la menace provient d’un autre Sébastien, Sébastien Tellier. L’artiste qui représentera la France à l’Eurovision est en effet un adepte du poil long. Et comme son album s’intitule Sexuality, le risque pour la marque des rasoirs multilame est qu’à nouveau, la barbe de dix-huit jours devienne un outil de séduction… BETTMANN/CORBIS
www.directsoir.net « Ce matin en me rasant, j’ai pensé à toi et je me suis coupé. Les femmes sont dangereuses. » Elie Semoun l’attaque frontale de Bic, la marque de stylos jetables, qui propose : « Ne changez plus de lame, changez de rasoir. » Gillette n’a d’autre choix, parallèlement à ses rasoirs traditionnels à lames interchangeables, que de produire à son tour du tout-jetable. INNOVATION TRANCHANTE L’innovation chez Gillette est primordiale. Depuis son centre de Reading en Angleterre, la marque sort un produit majeur tous les huit ans. En réalité, le changement provient plus souvent d’un slogan efficace inventé par les agences de publicité, comme « La perfection au masculin », qui accompagne en 1988 la sortie du rasoir Contour Plus. Gillette réussit à capter l’attention du consommateur. En 1990, la marque annonce que Sensor, rasoir à deux lames et à tête montée sur ressort, « changera à tout jamais la façon dont les hommes se rasent ». Un nom et un rasoir uniques, un investissement de 175 millions de dollars dans la recherche et 100 millions GILLETTE de dollars dans la publicité pour la seule année 1990, et un succès immédiat : il s’en écoule 28 millions d’unités et 424 millions de recharges dans dix-sept pays (31% de parts de marché des rasoirs). La version féminine, lancée en 1992, représente désormais près d’un tiers des ventes de rasoirs de Gillette. ELECTRIQUE ET MANUEL Aujourd’hui, Gillette est passé à la vitesse Mach 3, modèle vendu entre 1998 et 2000 à 125 millions d’exemplaires, pour un coût de 1,5 milliard de dollars en marketing et R&D (une trentaine de brevets). Mais la course aux multilames a ses limites. Et son absurdité : sur Internet, de nombreuses fausses pubs moquent la marque avec des publicités vantant des rasoirs à dix, quinze lames.Alors Gillette cherche ailleurs : Gillette Fusion Power combine l’électrique et le manuel. Sa pile intégrée crée des micropulsations. Rien ne prouve que cette technologie révolutionnera le rasage. Le nouveau rasoir Gillette Fusion Power. GILLETTE MASCULIN LAMES + RASOIRS + JETABLES 297 214 453 M € 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 ■ Source : Gillette 285 283 260 222 099 M € 234 120 M € L’un des premiers rasoirs Gillette à lame interchangeable. 246 505 M € 244 242 242 M € 231 228 245 580 M € 240 602 M € Volume (MM lames) Valeur en M € ROGER-VIOLLET JL. AMOS/CORBIS D. ELLIS/CORBIS ACTEURS DU MARCHÉ BIC Le rasoir orange ■ La marque Bic voit le jour le 25 octobre 1944 à Clichy. En 1975, elle est le premier fabriquant à proposer un rasoir monolame jetable. Depuis, le petit objet orange n’a pas connu d’innovation majeure, sinon qu’il s’est décliné en version bi-lame, ainsi qu’en « rose » pour les femmes. Dernièrement, Bic a complété son offre en lançant un rasoir trois lames. WILKINSON Le poil pour avenir ■ Henry Wilkinson, un des descendants du fondateur de la marque aux deux épées croisées, lance, en 1824, la fabrication de lames de rasoir. Principal concurrent ■ Chez Gillette, les employés des centres de recherche de Boston et de Reading (Angleterre) ne se rasent qu’une fois arrivés au travail, afin de tester les nouveaux produits. D’autres testeurs, des clients rémunérés par Gillette, se rasent devant des miroirs sans tain. Leurs gestes filmés sont analysés, décortiqués par des spécialistes et ingénieurs. Grâce aux caméras, ils observent les techniques de rasage de chacun : orientation du poignet, pression, nombre de passages pour raser une barbe… de Gillette sur le marché des lames interchangeables, en 1961, la firme anglaise lance la première lame en acier inoxydable. RECHERCHE Le poil pour matière première CHIFFRES 8 mètres de barbe ! SOCIÉTÉ BIC Le premier jetable Bic à une lame. Chaque nouveau modèle représente entre un et deux milliards d’investissement en recherche et marketing, et le dépôt de près de 70brevets. Chez Gillette, on étudie la qualité et la justesse des rasoirs.• Les poils de barbe poussent en moyenne de 0,6 millimètre par jour.• En une vie, un homme produira en moyenne huit mètres de barbe.• Une barbe d’homme contient entre 7000 et 15000 poils.• Les hommes consacrent 780 heures (32,5 jours) de leur vie à se raser.• En moyenne, les hommes se rasent 24 fois par mois, les femmes 11 fois. 9 R. FRIEDMAN/CORBIS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :