Direct Soir n°326 2 avr 2008
Direct Soir n°326 2 avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°326 de 2 avr 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (142 x 187) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Franck Dubosc dance machine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8up dans son restaurant. « Je me suis dit, tiens, je vais essayer d’être drôle, on va voir. » Franck réalise que c’est ça qu’il veut faire. « C’est dans l’humour que je me suis trouvé le plus vrai. J’avais enfin l’impression d’être sincère, de créer une émotion […]. Enfin, ça a été le registre de l’humour, mais ça aurait pu être autre chose. Dans la vie, je suis même plutôt sérieux. » Il estime ne pas avoir de talent particulier. « Je n’ai pas de don, j’ai juste appris à être drôle. Le seul talent que j’ai, c’est le travail ! » Franck Dubosc, un vrai bosseur… Son ami Mouss Diouf, qui lui a ouvert les portes du Réservoir, le confirme : « Il ne se cantonnait pas simplement à jouer son spectacle. Il fallait qu’il appelle les gens, qu’il remplisse la salle. Il était son propre attaché de presse. Etre drôle, trouver l’inspiration et en même temps passer tous ces coups de fil, c’était fou ! » Le travail s’avère payant. En 1994, sa rencontre avec Elie EN COUVERTURE Trois complices DR Semoun lui ouvre les portes du succès grâce à ses apparitions déjantées dans les désormais cultes « petites annonces ». Tout va alors très vite. Grâce à ce personnage de séducteur mi-macho mimytho, Franck fait fureur et devient un des humoristes préférés des Français. « Comme je n’avais pas une tronche de comique, je me suis dit que j’allais m’en moquer, que j’allais aller à l’envers. » Un petit jeu bourré d’autodérision que certains n’ont toujours pas compris. « Je connais des acteurs, des gens du show-biz qui me haïssent, car ils pensent que je suis prétentieux. Ils n’ont pas réalisé que c’était du second degré ! Dans mon dernier spectacle, je laissais les gens applaudir pendant quatre ou cinq minutes. Et après je disais : « C’est normal. » Comment certaines personnes peuvent-elles penser que je MON TRUC : suis sérieux quand je FAIRE « CROIRE AUX dis ça ? » Quand on lui GENS QUE JE SUIS demande comment il se NAÏF SANS L’ÊTRE, voit dans dix ans, Franck COMME ÇA J’AI Dubosc se voit plus au TOUJOURS UN cinéma, « car sûrement TEMPS D’AVANCE. fatigué de la scène ». Et C’EST DU BLUFF, dans vingt ans ? « Je ne COMME AU POKER. sais pas, j’aurai peutêtre arrêté, je profiterai JE FAISAIS DÉJÀ ÇA À L’ÉCOLE. de la vie.Vous savez, j’ai » découvert que ce métier n’était vraiment pas fait pour moi, il est tellement méchant. Mais ce n’est pas grave, sur moi la méchanceté, ça glisse. » (voir critique en p.15) MOUSS DIOUF : LE COUP DE POUCE ■ Franck démarre le stand-up sur un cube en bois d’un mètre carré au fond d’un café du Marais. Très vite, le cube devient trop petit. Les retrouvailles avec son ami Mouss Diouf qu’il a connu à l’adolescence sont déterminantes : « Franck commençait à se faire un nom. Le gros problème, c’est qu’il n’avait pas de salle. » Ce sera la scène du Réservoir. Franck fait salle comble et enchaîne au Théâtre de Dix-Heures puis au Splendid. En 1999, il est élu « Révélation de l’année » au festival Juste pour rire de Montréal. LORENVU/SIPA WARRIN/NIVIERE/LORENVU/NMA07 ÉLIE SEMOUN : LA NOTORIÉTÉ VU PAR ■ Sa rencontre avec Elie Semoun dans les années 1990 engendre Les petites annonces d’Elie qui vont se vendre à plus d’un million d’exemplaires. L’humoriste lui propose la première partie de son spectacle au Casino de Paris. Au printemps 2002, il fait salle comble au Casino de Paris, à l’Olympia, au Zénith de Paris, puis dans tous les Zénith de France avec son spectacle J’vous ai pas raconté ?. Les deux spectacles suivants, Pour toi public et Romantique, seront eux aussi des cartons. ■ « La première fois que je l’ai vu, c’était à Deauville ; il m’a dit qu’il voulait faire un film avec moi. Je ne le connaissais pas sur scène, je suis allé le voir, et là j’ai compris qu’il avait ce que je recherchais, ce mélange omniprésent de la connerie et de l’émotion. Vous savez, tout ça c’est sur un fil, c’est à manier avec des pincettes. Franck a trouvé le bon dosage. Finalement, il correspond bien à la définition que m’a donnée Isabelle Nanty : « Essayer de faire du fin avec du lourd. » Franck, c’est une rencontre très importante dans CALO-MF/ABACA Directsoir N°326/Mercredi 2 avril 2008 Fabien Onteniente, réalisateur de « Disco » « Il est, de l’autre côté de la caméra, ce que j’ai envie de raconter en permanence » ma vie. Il est, de l’autre côté de la caméra, ce que j’ai envie de raconter en permanence. Je ferai sans doute des films sans lui, et lui sans moi. Mais il me manquera, c’est comme si vous me demandiez de faire des voyages avec une femme qui n’est pas dans ma vie ! Malgré tout, je pense qu’on continuera à avoir des rendez-vous réguliers. D’ailleurs, nous préparons un prochain film, Le Mexicain, qui traitera de la découverte des « all inclusive » pour ceux qui n’ont jamais voyagé ! » FABIEN ONTENIENTE : LE CINÉMA ■ Franck fait quelques apparitions au cinéma (Recto/verso, Au secours j’ai 30 ans !, Iznogoud) avant de prêter sa voix à un poisson clown dans Le monde de Nemo. Sa rencontre avec le réalisateur Fabien Onteniente va le propulser en tête d’affiche en 2006 avec l’immense succès de Camping, où il interprète Patrick Chirac, un dragueur invétéré sans femme et sans carte bleue. Franck, qui participe à l’écriture du scénario, s’est inspiré de ses propres souvenirs de vacances au camping (il y est allé jusqu’à ses 36 ans). En 2008, il est à l’affiche de Disco et d’Astérix aux Jeux olympiques. VANZEVEREN/ISOPIX/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :