Direct Soir n°326 2 avr 2008
Direct Soir n°326 2 avr 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°326 de 2 avr 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (142 x 187) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Franck Dubosc dance machine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 FOIRE On a testé… CULTURE Un demi-siècle d’art au Grand Palais Rendez-vous majeur des professionnels de l’art moderne et contemporain, Artparis fête ses 10 ans. Sous les verrières du Grand Palais, 115 galeries célèbrent l’événement. Chartres, 2007, huile sur toile. F oire internationale d’art moderne et contemporain, Artparis réunit à la fois des galeries historiques qui apportent leur solide assise et leur fidélité, et d’autres plus récentes, insufflant (...) la vitalité et le dynamisme qui les caractérisent. » C’est en ces termes que Caroline Clough-Lacoste, à l’origine du projet, définit Artparis, qui s’ouvre demain et se tiendra jusqu’au lundi 7 avril, dix ans après sa création. Cette année, 115 galeries venues de vingt pays différents se dévoilent, s’affrontent et se complètent pour représenter un demi-siècle d’art. La figuration narrative – à laquelle le Grand Palais consacrera une exposition dans quinze jours – sera un des courants les plus représentés, notamment par les galeries Lélia Mordoch, Louis Carré & Cie et Daniel Templon. Les maîtres du pop art américain (Wesselman, Warhol, Haring, etc.) et leurs homologues français dits « nouveaux réalistes » (Arman, César, Deschamps, etc.) seront également de la partie, tout comme les membres du mouvement Cobra. Quatorze galeries feront la part belle à la photographie. La galerie Acte2 exposera, par exemple, les clichés d’Albert Watson, artiste écossais passé maître dans l’art du portrait. Une 10 e édition internationale, qui s’annonce très riche. Artparis, du 3 au 7 avril au Grand Palais, av. Winston-Churchill, Paris 8 e (www.artparis.fr). UN REPAS DE FROMAGES Situé à Levallois-Perret, ce restaurant est dédié au fromage. Vous pourrez par exemple choisir un croustillant de mozzarella à la tomate confite, puis un gratin de reblochon et un gâteau de montagnard, voire un plateau de fromages d’une grande variété. La carte compte aussi viandes et poissons, et les mets sont « frais et fins ». La cuisine est 100% maison et le chef garde bien ses secrets. Repas à la carte et menus à midi (13,50 € et 15 €). Du mardi au vendredi de 12h à 14h30, du mardi au samedi de 20h à 22h30. La chèvre au plafond, 46, rue Louis Rouquier, Levallois-Perret (01 47 57 73 59), métro Anatole-France. G. GAROUSTE/COURTESY GAL. D. TEMPLON DR LIVRE La foire aux vanités ■ Dans la lignée du Trente ans et des poussières de Jay McInerney, Claire Messud signe avec Les enfants de l’empereur un grand roman sur des jeunes New-Yorkais évoluant dans le monde de l’édition. Brillante fiction sur l’être et le paraître, le livre présente, de manière à la fois empathique et sarcastique, des trentenaires éduqués qui rêvent de faire de grandes choses, mais sont bien trop frivoles et nombrilistes pour les réaliser. Les enfants de l’empereur de Claire Messud, éd. Gallimard, 25 €. EXPOSITION L’art gothique en Alsace ■ Sa cathédrale est célèbre pour sa hauteur, mais sait-on que Strasbourg fut l’un des foyers majeurs de l’art gothique à l’aube du XV e siècle ? Panneaux peints, sculptures, enluminures et vitraux exposés au Musée de l’œuvre témoignent de la richesse artistique de la ville et de son influence sur le « gothique international ». Strasbourg 1400, jusqu’au 6 juillet au Musée de l’œuvre Notre-Dame, 3, place du Château, Strasbourg (67), www.strasbourg1400.com. M. BERTOLA/MUSÉE DE LA VILLE DE STRASBOURG DR Moulage d’un damné du beffroi de la cathédrale de Strasbourg. Directsoir N°326/Mercredi 2 avril 2008 C. KETTIGER Carolyn Carlson. DANSE L’Opéra de Lille au fil de l’eau ■ La danseuse et chorégraphe américaine Carolyn Carlson (Maa, Signes), figure de la danse contemporaine et directrice du Centre chorégraphique de Roubaix Nord-Pas-de-Calais, présente Eau, sa nouvelle création. Inspirée par cet élément qui marque son œuvre et par les pensées du philosophe Gaston Bachelard, l’artiste a travaillé sa scénographie avec le plasticien Alain Fleischer. Côté musique, l’Orchestre national de Lille est dirigé par Christopher Austin, sur la partition du jeune et très sollicité compositeur Joby Talbot, avec qui il a déjà collaboré sur des projets avec The Divine Comedy. Les douze danseurs promettent un spectacle de toute beauté. Eau, jusqu’au 5 avril, Opéra de Lille, Place du Théatre, Lille (0820 48 90 00). THÉÂTRE Chronique sentimentale ■ Le regard des hommes est-il conditionné par la taille des jupes de ces dames ? Peut-être. Fatiguée par les coups d’œil vicieux de ces messieurs, une jeune femme (Stéphanie Caillol) décide de remettre dans le droit chemin le prochain dragueur. Minijupe et bottines assorties, elle s’en va tenter le diable dans un parc. Hervé Devolder, auteur et comédien, livre ici une comédie sur les relations amoureuses Jupe courte et conséquences, jusqu’au 1 er juin, théâtre du Lucernaire, 53, rue Notre-Dame-des-Champs, Paris 6 e (01 45 44 57 34).
STUDIO CANAL CULTURE 15 CINÉMA Nouvelle épidémie de fièvre du samedi soir ★★★★★ Comédie populaire, « Disco » relance la fièvre du samedi soir. Devant la caméra, une pléiade d’excellents acteurs s’en donne à cœur joie. Abbes Zahmani, Franck Dubosc et Samuel Le Bihan dans Disco de Fabien Onteniente. ■ Après avoir installé sa caméra à Palavas-les-Flots pour son septième long métrage, Camping, le réalisateur Fabien Onteniente enflamme les podiums du Havre avec Disco. A ses côtés, Franck Dubosc a troqué son maillot de bain moulant arboré à tout-va dans les allées des Flots bleus pour des tenues pailletées et des jeans près du corps typiques des années 1980. Pourtant, depuis vingt ans, l’ex-star du disco Didier Graindorge, alias Didier Travolta (Franck Dubosc), a raccroché ses habits de scène. Endetté, logeant chez sa mère (Annie Cordy), il vivote tel un « adulescent » insouciant. Bienvenue dans l’univers simpliste d’un séducteur-né. La réouverture du Gin Fizz, haut lieu des soirées disco tenu par un couple rocambolesque (Gérard Depardieu-Isabelle Nanty), va A l’affiche de Disco, Francis Lalanne fait une apparition au côté d’Isabelle Nanty. Fidèle à lui-même, il revêt ses éternelles cuissardes. changer la donne. Didier rechausse ses boots. Son objectif : reformer le trio légendaire des Bee Kings (Franck Dubosc, Samuel Le Bihan, Abbes Zahmani) et gagner le premier prix de « la Gin Fizz Academy », clin d’œil savoureux à l’actualité. Entre le docker en grève, le vendeur de chez Darty et le bellâtre ridicule, Fabien Onteniente livre une comédie populaire attachante. Coups de cœur, chorégraphies burlesques et caricatures sont les ingrédients de ce film. Moment de choix, on salue la prestation de Samuel Le Bihan répétant ses chorégraphies sur le port du Havre face à une brochette de dockers. Effet Full Monty assuré. Sur une bande originale grisante, l’ambiance est à la boule à facettes. (voir portrait en page 6). Disco, de Fabien Onteniente, en salles.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :