Direct Soir n°322 27 mar 2008
Direct Soir n°322 27 mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°322 de 27 mar 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Christian Blanc, secrétaire d'état à la région capitale

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°322/Jeudi 27 mars 2008 8 ÉCONOMIE Petit Navire Il était un petit pêcheur… Comment un banquier breton réussit-il en quelques années à devenir un leader de la pêche et de la conserve de poissons ? Créée en 1932, la marque Petit Navire est aujourd’hui une référence pour tous les amateurs de sardine, de maquereau ou de thon. Beaucoup d’audace, une gestion rigoureuse, des innovations techniques et une communication ingénieuse ont permis à la marque bretonne de traverser les époques et les océans. AVEC PRÈS DE 30% DE PARTS DE MARCHÉ DANS LA CONSERVERIE DE POISSONS, LA MARQUE PETIT NAVIRE OCCUPE UNE PLACE INCONTESTÉE DEPUIS PLUSIEURS DÉCENNIES DANS LE SEC- TEUR DE LA TRANSFORMATION DES PRODUITS DE LA MER. A l’origine de ce succès : Paul-Edouard Paulet, bouillonnant directeur du Crédit Nantais de Douarnenez. UN ENTREPRENEUR Pour ce père de famille, le métier de banquier dans la Bretagne des années 1930 manque de défis. Aussi, quand l’occasion de se reconvertir se présente, Paul-Edouard Paulet saisit sa chance et se lance. L’usine H. Parmentier, au bord de la cessation de paiement, est l’occasion pour la famille de se lancer dans une nouvelle aventure. Une fois la conserverie de poisson rachetée, Paul-Edouard Paulet commence par un geste symbolique et riche de sens : il donne un DR Interview de la SPÉCIALISTE DR Pour la première fois, Petit Navire propose aux consommateurs une production régulière et constante nouveau nom à l’affaire, « Petit Navire ». Avec cette nouvelle dénomination, l’identité de la marque est claire. Elle est orientée du côté de la mer et permettra par la suite une stratégie marketing efficace. Le slogan « Le bon goût du large », qui accompagne le dessin d’un bateau de pêche, restera dans les mémoires. C’est Marguerite Paulet, l’épouse du banquier, qui a dessiné le logo de la marque pour la première fois. Soixante-dix ans plus tard, épurée et stylisée, la silhouette du petit bateau de pêche qu’elle a imaginée s’impose toujours. RAPPROCHER LES PORTS ET PRODUIRE CONSTAMMENT Par intuition, Paul-Edouard Paulet apporte un premier changement, consistant à assurer toute l’année une production jusque-là saisonnière. En avance sur son temps, il compense l’absence de chambres froides, qui seules peuvent permettre la conservation du poisson, en rapprochant les usines de transformation de poisson des ports de pêches. Cette proximité est la condition sine qua non pour offrir les produits les plus frais. Il ouvre deux usines en 1936, l’une à l’île d’Yeu, l’autre proche du port de Saint-Jean-de-Luz. Pour éviter que ses poissons fermentent, il invente la « bassine à frire », autrement dit la friture prête à l’emploi pour cuire les sardines. Le pari est gagné : la production est constante toute l’année. Paul-Edouard Paulet peut, pour la première fois, présenter aux consommateurs des poissons en boîte sans tenir compte des saisons. La concurrence ne peut que s’aligner et copier ces méthodes révolutionnaires. Le chiffre d’affaires de l’entreprise passe d’un million de francs en 1932 à quatorze millions en 1938. UN MANAGEMENT INNOVANT L’ancien banquier se révèle un véritable précurseur avec l’élaboration, dès 1935, d’une charte encore en vigueur actuellement. Il s’avère aussi visionnaire en termes de gestion des ressources humaines. Il décide de faire participer ses salariés aux bénéfices de l’entreprise. En 1938, les hommes ont la surprise de recevoir une enveloppe : jamais encore ils n’avaient reçu d’argent en rapport avec les Sabine Zanella – Directrice marketing Petit Navire COMMENT SE PORTE LE MARCHÉ DE LA CONSERVERIE DE POISSON ? C’est un marché qui se porte bien. Nous observons qu’il a été plus faible sur les douze derniers mois. La progression de nos ventes est restée limitée à 1% seulement. La raison est une question de saison. Le marché a beaucoup souffert de l’absence d’été. Les produits se sont mal vendus. Mais les tendances alimentaires vont dans le bon sens. Le poisson est un produit naturel que recherchent de plus en plus de consommateurs. La conserve est très pratique, les consommateurs le savent et c’est un marché qui est amené à se développer. La silhouette du bateau de pêche qui accompagne la marque est présente depuis les débuts de l’entreprise. VOTRE ENTREPRISE EST-ELLE TOUCHÉE PAR LA BAISSE DES STOCKS DE POISSONS DANS LES OCÉANS ? Nous sommes bien évidemment touchés par la baisse des populations de poissons due à des facteurs multiples, et la société est depuis de nombreuses années sensibilisée à la protection de l’environnement. Nous avons adhéré à la Convention internationale sur le droit de la mer, dont la grande règle est de ne pas pêcher pendant les périodes de reproduction. Il faut bien évidemment gérer les populations de poissons de haute mer résultats de l’entreprise. L’année suivante, ce sera au tour des femmes de toucher la « participation » instaurée par leur patron avant-gardiste. Sous cette conduite moderne, la production augmente d’année en année et les ventes s’envolent. Pourtant, en 1942, un drame secoue la famille et toute la région : Paul-Edouard Paulet meurt, ainsi que les 7 000 passagers d’un cargo torpillé par la Royal Navy. Il laisse sept jeunes enfants. Tous les espoirs se portent alors sur Jean, l’aîné, qui a 17ans. En attendant que le jeune héritier soit formé pour reprendre les rênes de l’entreprise, son neveu Jacques Chauvin veille à la bonne marche de l’entreprise jusqu’à la fin de la guerre. PETIT NAVIRE DEVIENT GRAND Quand deux des enfants Paulet, Jean et Yves, se retrouvent à la tête de la conserverie, leur premier travail consiste à moderniser le site de Douarnenez et à investir dans une nouvelle usine. Cette modernisation, à la pointe de la technologie pour la transformation des poissons, sera suivie par le renouvellement de leur flotte de bateaux. mais nous accentuons aussi nos efforts sur la gestion de nos stocks. SELON VOUS, QUEL EST LE SENTIMENT DES FRANÇAIS POUR LA MARQUE PETIT NAVIRE ? Petit Navire est une marque ancrée dans la tradition. Pour les consommateurs, c’est l’image de produits sains et frais. C’est aussi le spécialiste du poisson en conserve. L’image de la marque est bonne, et l’est restée grâce à nos différents outils de communication. DR
O. BARBAROUX/IFREMER DR www.directsoir.net L’usine de Douarnenez. Une aquarelle est à l’origine du logo de Petit Navire. Pour faire face à la concurrence de plus en plus forte dans les années 1970, l’entreprise doit trouver des zones de pêche plus éloignées et acquiert une flotte de bateaux adaptés aux mers du Sud. Après le décès de Jean Paulet d’une maladie grave en 1969, un troisième frère, François, rejoint la florissante aventure familiale. Cette réussite attise les appétits des grands groupes. Le géant américain Heinz, après une percée dans le capital du Breton, devient propriétaire de la marque en 1986. Quand les Français se régalent d’un kilo de thon par an, les Américains en consomment trois ! En 1988, les affaires passent à la vitesse supérieure. Alors que l’entreprise PARTS DE MARCHÉ DE LA CONSERVE DE POISSON 25,7% marques de distribution classique 11,3% autres marques 7,3% Wenceslas ■ Source : Nielsen-HM+SM-CAM. Les rillettes de thon Petit Navire, idéales pour l’apéritif. 400 tonnes de thon sont mises en boîte chaque jour par Petit Navire.comprend trois usines en Bretagne, deux nouvelles usines ouvrent au Portugal, puis au Ghana et aux Seychelles. UNE COMMUNICATION EFFICACE En diffusant des spots publicitaires à la télévision, la publicité propulse Petit Navire dans l’ère de la très grande consommation. Heinz décide pour la première fois de sponsoriser un voilier. Une régate est lancée dans la baie de Douarnenez. Depuis 2000, le Grand Prix Petit Navire réunit une centaine de bateaux tous les ans au printemps. La marque en profite pour lancer ses nouveaux produits : des recettes et des salades prêtes à consommer. Parallèlement, un partenariat est réalisé avec l’émission Fort Boyard. Cette présence à la télévision a généré 8,5% de ventes supplémentaires en volume et fait gagner deux points de parts de marché à l’entreprise. En 2006, alors que la marque affiche un chiffre d’affaires de 207 millions d’euros, elle est rachetée par le fonds d’investissement américain Lehman Brothers, qui crée le groupe MW Brands.Aujourd’hui, après soixantequinze ans d’activité et près de 200 millions de produits Petit Navire vendus chaque année, la marque au thonier bleu a le vent en poupe ! 7% Marques de distribution 1er prix 19,0% Saupiquet 27,4% Petit Navire DR 2,3% Hyacinthe Parmentier ■ Les bienfaits du poisson ne sont plus à prouver. Et ce n’est pas les Japonais qui nous diront le contraire. Ces derniers, grands consommateurs de produits de la mer, ont une meilleure longévité et ne connaissent pas de problèmes d’obésité ni de maladies cardiovasculaires. Le poisson contient le même pourcentage de protéines que les viandes et globalement moins de matières grasses. On retrouve trois catégories de poissons : les maigres comme le merlan ou la dorade ; les poissons demi-gras comme la carpe et la sardine ; les poissons gras comme le maquereau, le thon ou la sardine. Le poisson est également très riche en oméga 3 reconnus pour diminuer les problèmes cardio-vasculaires et assurer un bon développement général du fœtus. Les poissons séchés ou fumés sont en revanche déconseillés aux personnes souffrant d’hypertension artérielle car leur teneur en sel est trop élevée. DR ÉCONOMIE 9 LES BIENFAITS DU POISSON Des protéines et des oméga 3 CONNÉTABLE La sardine Une jolie boîte de la plus ancienne conserverie de sardines. SAUPIQUET Le Nantais ■ La compagnie Saupiquet a été fondée à Nantes en 1891 par Arsène Saupiquet, jeune entrepreneur originaire du Cantal. D’abord contremaître chez le ferblantier Riom à Nantes, Arsène Saupiquet crée rapidement une conserverie spécialisée dans la sardine. Le succès est rapide : en 1900, l’entreprise compte déjà neuf usines en Bretagne et en Vendée. A partir de 1955, Saupiquet est propriétaire de la quasi-totalité des conserveries nantaises. En 1960, les entreprises Saupiquet deviennent le groupe Saupiquet, et en 1990, la marque est rachetée par Bonduelle. Aujourd’hui, Saupiquet est l’une des entreprises de conserverie de poisson les plus rentables. Ingrédients• 2 boîtes de 80g de mousse de thon• 4 œufs• 50g de beurre• 50g de farine• 40 cl de lait• 1petite branche de thym• Sel et poivre Préparation• Préchauffez votre four à 180°C.• Beurrez et farinez 4 moules à soufflé individuels. Pour la béchamel : • Faire fondre 40g de beurre dans une casserole.• Ajoutez 40g de farine, mélangez avec EN SAVOIR PLUS Le poisson : un trésor pour la santé. ■ Fondée en 1853 à Douarnenez, Connétable est la plus ancienne conserverie de sardines au monde. Les habitants de la région sont même appelés « PennSardin » (têtes de sardine). Les sardines sont choisies, triées, préparées et rangées à la main depuis 1853 ; un savoir-faire désormais conforté par les contrôles qualité et les techniques modernes. Outre ce contrôle humain, les sardines Connétable sont frites dans l’huile plutôt que cuites à la vapeur dans des bassines à frire Marchadour, ce qui leur donne leur caractère croustillant et, paradoxalement, moins gras car moins perméable à l’huile de couverture qui remplit ensuite la boîte. RECETTE Soufflé au thon Saupiquet a 117 ans. une cuillère en bois et ajoutez, petit à petit, le lait chaud en évitant la formation de grumeaux.• Faites cuire environ 5 mn sans cesser de tourner. Salez et poivrez.• Cassez les œufs en séparant les blancs des jaunes. Hors du feu, ajoutez les 4 jaunes et la mousse de thon à la béchamel. Parfumez avec le thym.• Montez les blancs en neige. Incorporez-les délicatement à la préparartion.• Versez la préparation dans les moules ; elle ne doit pas dépasser les 2/3 de la hauteur.• Enfournez et faites cuire 20 minutes à 180°C.• Servez au sortir du four. R. RAGAN/AGE FOTOSTOCK/HOA-QUI J.-C. MOSCHETTI/REA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :