Direct Soir n°322 27 mar 2008
Direct Soir n°322 27 mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°322 de 27 mar 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Christian Blanc, secrétaire d'état à la région capitale

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°322/Jeudi 27 mars 2008 6 EN COUVERTURE Je n’étais candidat à rien. (...) Moi qui suis un homme d’action, effectivement, ça m’intéresse. Christian Blanc, le 19 mars, à l’issue de son premier Conseil des ministres. récemment, la Mairie a été disponible pour travailler avec l’Etat, à condition qu’il soit respectueux des collectivités territoriales. » En lançant les assises de l’agglomération, la municipalité de Paris a permis de réunir plus de 150 acteurs locaux –mairies, communautés d’agglomérations, départements et région. « Une première depuis 1967 pour les élus de Paris et ceux de banlieue réunis autour de la même table. Bien sûr, l’Etat est le bienvenu dans ces discussions », reprend l’adjoint parisien, tout en rejetant la prise en main du projet par Christian Blanc. « Nous sommes dans un pays où les compétences sont délocalisées, il est donc impensable pour nous que les collectivités ne pilotent pas ce projet. » Sans émettre d’avis définitif sur l’organisation institutionnelle de la région capitale, les élus parisiens seraient enclins à une structure « à géométrie variable » différente selon les sujets abordés, « quelque chose de forcément original ». De ce point de vue, la position n’est pas très éloignée de celle de Roger Karoutchi, président du groupe UMP au conseil régional d’Ile-de-France. Avec Françoise de Panafieu, il a proposé la création d’« un syndicat mixte ouvert » avant d’aller plus TROIS QUESTIONS À… DR Olivier Renaudie, chargé de mission au Centre d’analyse stratégique, auteur d’une note sur le « statut des villes-capitales » (www.strategie.gouv.fr). Christian Blanc, secrétaire d’Etat au Développement de la région capitale, le 25 mars dernier. loin. Mais il rejette d’emblée la proposition du sénateur UMP Philippe Dallier qui souhaite « la fusion des trois départements de la petite couronne – Hauts-de- Seine, Val-de-Marne et Seine-Saint- Denis – avec Paris. Ce serait la première étape vers la création d’un grand département ». Pour le sénateur UMP, l’autre certitude est que « la nouvelle entité devra être élue au suffrage universel direct. Dans mon rapport [rendu public le 9 avril,ndlr], je proposerai une fusion pour 2010 avec des élections à cette date ». Il se donnera alors deux ans pour répartir les compétences. Tout l’enjeu est là : mettre en cohérence les attributions de chaque collectivité avec les besoins des Franciliens. TRANSPORTS ET URBANISME Dès sa prise de fonction, Christian Blanc reconnaissait « le problème de cohérence en Ile-de-France. L’Etat a une responsabilité pour assurer un meilleur développement à la région capitale ». Premier enjeu, les transports. Ceux-ci sont de la compétence du conseil régional qui dirige le Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France). Pierre Mansat refuse de « remettre en cause le Stif, qui a prouvé son efficacité. POURQUOI PARIS EST-ELLE UNE CAPITALE SINGULIÈRE ? ■ La différence essentielle réside dans son architecture institutionnelle. Alors que Madrid, Londres ou Berlin sont engagées dans des dispositifs métropolitains de grande envergure, Paris est relativement isolée et a des contacts davantage épisodiques et ponctuels avec les différentes collectivités franciliennes. Mais il y a des projets, comme le métrophérique, qui gagneraient à être portés par une entité supérieure ». Tous sont d’accord pour retenir ce projet, qui prévoit le contournement de l’agglomération parisienne par une ligne de métro. Dans les domaines du logement et de l’urbanisme, les problématiques sont aussi nombreuses. Se posera alors la question du financement des programmes. Là encore les points de vue divergent. La Ville de Paris souhaite « la création d’un fonds d’investissement pour les projets. Nous sommes prêts à apporter notre contribution au pot commun à condition que tous en fassent autant, à commencer par l’Etat et les départements, dont les Hauts-de- Seine et les Yvelines », déclare Pierre Mansat. Le but étant d’améliorer la solidarité fiscale et financière. Même Philippe Dallier est d’accord sur ce point. Mais selon lui, « l’effet péréquateur de la fusion des quatre départements serait important sans même toucher à la taxe professionnelle ». Le développement de l’agglomération parisienne est une priorité et un enjeu à tous les échelons politiques. A Christian Blanc désormais d’apporter l’impulsion nécessaire, pour que Paris reste une capitale incontournable. UNE INSTITUTION DE PLUS EST-ELLE NÉCESSAIRE ? ■ La réponse à cette question est importante mais elle n’est pas essentielle. Ce qui compte surtout, c’est de « désenclaver » Paris et de créer une dynamique métropolitaine autour de certains projets communs, comme le développement économique et la qualité environnementale. E. DE MALGLAIVE/REA VU PAR Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France « Une recentralisation jacobine que je combats. » ■ « Je trouve hallucinant qu’un secrétaire d’Etat soit nommé à une compétence territoriale. C’est un indice d’une recentralisation jacobine que je combats. Je ne vois pas très bien ce que cela va apporter aux Franciliens. La région capitale, c’est nous, l’Ile-de-France et ses 11,5 millions d’habitants. Tout ce qui pourrait ressembler à une métropole de 6ou 7 millions de Franciliens, nous sommes contre. En revanche, la région est tout à fait prête à ce qu’on se rassemble tous dans une structure dédiée à une question. Pourquoi pas créer un syndicat du logement, comme il existe déjà le Stif pour les transports ? Celuici fonctionne déjà très bien, sans la participation de l’Etat. Je vous rappelle que toutes les décisions que nous prenons le sont à l’unanimité. Nous allons par exemple mettre en route douze projets de tramway. Et à propos du métrophérique, je rappelle qu’il n’existe pas. C’est totalement irréaliste : je vois mal comment réunir les 10 milliards d’euros nécessaires au projet. Dans le contrat de plan que nous avons signé avec l’Etat, il est question d’un Arc Express. Ce n’est pas simplement un métro qui va relier les différentes stations en tête de ligne, mais une sorte de RER qui ira bien au-delà. » QUE RETENIR DE LA CRÉATION D’UN SECRÉTARIAT D’ÉTAT ? ■ Il est rattaché au ministre d’Etat chargé de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, ce qui témoigne de l’importance du projet. Il illustre la volonté des pouvoirs publics de donner un coup d’accélérateur à la réforme dont Paris a besoin et devrait permettre de créer les synergies indispensables entre les institutions concernées. J. FOLEY/OPALE
PROD DB/FILMS ARIANE/DR Ce soir 20h40 : Dernier domicile connu L’inspecteur Leonetti et sa jeune adjointe mènent l’enquête pour retrouver un témoin essentiel dans une affaire de meurtre. Ils y perdront leurs illusions. Un film de José Giovanni, avec Lino Ventura, Marlène Jobert et Michel Constantin. 22h30 : Adieu poulet Un film politico-policier passionnant et efficace signé Pierre Granier-Deferre, réunissant Lino Ventura et Patrick Dewaere. Soirée spéciale Lino Ventura Direct8 est accessible sur la TNT gratuite (Canal 8), le satellite (CanalSat et TPS - canal38), le câble (Noos-Numéricable - canal 28), l’ADSL (Canal 8), la téléphonie 3G.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :