Direct Soir n°321 26 mar 2008
Direct Soir n°321 26 mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°321 de 26 mar 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Russel Crowe le retour du Western

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°321/Mercredi 26 mars 2008 6 EN COUVERTURE C’est tout le plaisir de ce métier : devenir quelqu’un d’autre. Interview pour Evene.fr, janvier 2007. acteur de l’histoire à être nommé trois fois de suite pour l’oscar du meilleur acteur. LE CHAMPION DE L’ARÈNE La collaboration de Russell Crowe avec Ridley Scott constitue un tournant pour les deux hommes. L’acteur reçoit un oscar pour son interprétation du général Maximus dans Gladiator, le film qui a ressuscité le genre du péplum en 2000. Ce rôle néoclassique permet à l’acteur de montrer le meilleur de son potentiel physique, de son charisme et de la finesse de son interprétation. Crowe devient l’acteur fétiche de la filmographie du metteur en scène d’Alien et de Blade Runner, comme Johnny Deppl’est pour Tim Burton. Les deux hommes se retrouvent sur les tournages d’Une grande année, d’American Gangster (2007) et ont déjà deux projets de film pour 2009. TROIS FILMS CLÉS DR Il est le premier acteur de l’histoire à avoir été nommé trois fois de suite pour l’oscar du meilleur acteur. « MORT OU VIF » (1995) UNE STAR DISCRÈTE En 2005, dans une interview au mensuel masculin GQ, l’acteur révélait que son triomphe dans Gladiator lui avait valu des menaces d’enlèvement par al-Qaida en mars 2001. « Le FBI m’avait appelé alors que je revenais àL.A., me disant qu’il devait me parler toutes affaires cessantes. » Suite à une information fournie par les renseignements français sur le risque d’enlèvement de stars américaines, l’acteur doit être placé sous protection des services secrets. Côté cœur, après une relation avec Meg Ryan, il épouse la comédienne et chanteuse australienne Danielle Spencer le jour de ses 39 ans, le 7 avril 2003. Les deux artistes ont aujourd’hui des jumeaux. Crowe est un habitué des beaux gestes, même s’il est plutôt discret. Lors du tournage de De l’ombre à la lumière (Ron Howard, 2005) à Toronto, il offre ■ Le repérant dans Romper Stomper, la comédienne Sharon Stone impose Russell Crowe dans le film de Sam Raimi. Intuition heureuse de la superstar qui offre au Néo-Zélandais l’occasion de se faire connaître du grand public américain et surtout du monde d’Hollywood. Pour l’anecdote, le film est, comme 3h10 pour Yuma, un western revisité. DR 25 000 dollars à une école juive victime d’un attentat antisémite. Quelque temps plus tard, il donne 200 000 dollars à une école australienne menacée de fermeture. L’acteur est, de façon générale, très investi en Australie, où il passe le plus clair de son temps. Il est ainsi le propriétaire du club de rugby des South Sydney Rabbitohs. Le comédien est aussi un fan du Richmond Football Club en Australie et du Michigan Wolverines Football Club aux Etats-Unis. Russell Crowe est en outre amateur de musique. Il a réalisé un clip pour sa femme en 2002 et chante régulièrement. Il est membre du groupe pop-rock 30 Odd Foot of Grunts, dont le prochain album sera disponible le 10 mai prochain. Bon vivant avant tout, Russell Crowe aime se promener avec ses enfants et donner libre cours à sa passion pour la gastronomie. Entre deux tournages. « L.A. CONFIDENTIAL » (1997) ■ Adaptation d’un roman noir de l’auteur à succès James Ellroy, le film de Curtis Hanson réunit une pléiade d’acteurs prestigieux comme Danny DeVito, Kevin Spacey ou Kim Basinger. Russell Crowe y livre son premier rôle remarqué, celui d’un flic à la personnalité complexe emporté dans une affaire de mœurs, impliquant des VIP de la « Cité des anges ». DR TITTI FABI/CAMERAPRESS/GAMMA VU PAR Vincent Julé, journaliste sur Ecranlarge.com « Violence, ironie et séduction » DR ■ « Qui aurait cru qu’un petit acteur de soap opera australien porterait aujourd’hui si bien le colt ? Il faut bien commencer par quelque chose, comme George Clooney avec Le retour des tomates tueuses. Mais dès son premier film, The Crossing en 1990, l’acteur néo-zélandais décroche une nomination aux césars australiens. Il prend vite l’habitude d’être nominé à chacun de ses rôles : aux oscars et aux Golden Globes. Dès sa révélation dansL.A. Confidential en 1997, il apparaît comme un corps de cinéma massif et imperturbable. Il ne fait pas que porter un film sur ses épaules, il le traverse, le secoue. Ron Howard réussira à le fragiliser et Ridley Scott à le décomplexer (parfois à outrance, comme dans Une grande année), mais seul Michael Mannle métamorphose aux côtés d’Al Pacino dans Révélations. Une subtilité et une ambiguïté qu’il retrouve en partie dans 3h10 pour Yuma, puisqu’il n’est pas un simple bandit des grands chemins, mais plus une icône du Grand Ouest entre violence, ironie et séduction. Il a même une certaine classe, en espérant qu’il la garde pour ses deux prochains films avec Ridley Scott : Body of Lies avec Leonardo DiCaprio et Nottingham, une relecture de Robin des Bois. » « GLADIATOR » (2000) ■ Quand Ridley Scott décide de remettre le péplum au goût du jour, il fait les choses en grand. Le film est long (2h35) mais sans temps mort. L’épopée est portée par les interprétations magistrales de Joaquin Phoenix et de Russell Crowe, lequel campe un général trahi par l’empereur Commode, qui fait assassiner sa famille. Il prendra sa revanche dans le cœur de Rome : son Colisée.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :