Direct Soir n°32 4 oct 2006
Direct Soir n°32 4 oct 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de 4 oct 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Kate Moss stupéfiante

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mercredi 4 octobre 2006 6 ACTU EN COUVERTURE KATE MOSS/Une brindille en acier En pleine Semaine de la mode à Paris, le phénomène Kate Moss étonne. Au cœur du scandale il y a un an, la top des tops renaît et devient l’égérie d’une quinzaine de marques de luxe. Plus qu’un mannequin, un top model ; plus qu’une femme, une icône. Kate Moss fascine, subjugue et fait vendre. A trente-deux ans, alors que la plupart de ses consœurs sont depuis longtemps à la retraite, la brindille est à l’apogée du succès. Les marques se l’arrachent, les grandes maisons ne jurent que par elle : Dior, Vuitton, Burberry, Roberto Cavalli, Longchamp… la petite Anglaise cumule cette saison quatorze contrats et pèse plus de quarante-cinq millions d’euros. « Kate Moss est l’un des plus grands mythes du XXI e siècle », assure KarlLagerfeld : « Elle a un pouvoir d’identification très fort. » Découverte à l’âge de 14 ans dans les couloirs de l’aéroport JFK de New York, Kate Moss n’a, depuis, jamais cessé d’être désirée. John Galliano la fait défiler alors qu’elle n’a que 15 ans, Calvin Klein la propulse au rang de star avec ses campagnes pour jeans signées Patrick Demarchelier. L’impact est immédiat. Pourtant, la jeune Kate est loin des canons de l’époque. Nous sommes au début des années quatre-vingt-dix. La mode est aux jeunes femmes pulpeuses et sensuelles. C’est le règne des Claudia Schiffer, Cindy Crawford ou Linda Evangelista. Miss Moss fait figure de petite fille maigrichonne à côté de ces corps de rêve. 1,72 mètre et à peine plus de 45 kg, elle lance la tendance « waif look » (allure de KELLY JORDAN/CORBIS T. MELVILLE/REUTERS gamine abandonnée). Séduits par sa photogénie, les photographes vont faire d’elle la figure emblématique des années à venir, modèle de toute une génération. Emportée par son succès, millionnaire à l’âge de vingt ans, Kate Moss bâtit sa réputation autour de trois grands axes : sex, drugs & rock’n’roll… De Londres à Paris, en passant par New York, elle est de toutes les fêtes, petite chouchoute de ce milieu qui lui colle à la peau. Ses histoires d’amour font la une des tabloïds, son style est imité partout. A peine porte-t-elle un Les trois visages de Kate Moss La mode Ce n’est pas uniquement parce qu’elle donne le « la » en matière de mode que Kate Moss était, cette année, présente à la semaine de la mode, à Londres. La brindille va désormais officier pour la marque britannique Topshop. Dès 2007, les fashion victimes pourront acquérir jeans, vestes et autres sacs dessinés par Kate. La muse CAROLINE ITHURBIDE,BÉRENGÈRE DE TERMONT,CAROLINE HALAZY,THOMAS LIARD,ANTONIN MOSER,ALEXANDRE GIRAUD KELLY JORDAN/CORBIS SYGMA vêtement, un accessoire, que le monde entier se l’approprie. Kate est adorée, tous les excès lui semblent permis.Mais en septembre 2005, « la Moss » va trop loin. Elle est prise en flagrant délit de consommation de drogue dure. Le Daily Mirror publie les photos-choc de la top model en train de sniffer ce qui paraît être de la cocaïne. Les ventes s’envolent pour le quotidien britannique. Les choses se gâtent pour l’enfant chérie de Grande-Bretagne. L’affaire défraie la chronique, la justice menace de lui enlever la garde de sa fille Lila Grace. L’opinion Au-delà de l’univers de la couture, la Moss se fait muse. Notamment celle du peintre Lucian Freud et du sculpteur Marc Quinn. Elle fait aussi l’objet d’une exposition photographique à Amsterdam. Comme d’autres tops avant elle, elle a décidé de s’essayer au cinéma. Elle jouera dans le prochain Ang Lee au côté de Charlize Theron. Et pourrait tourner avec son ex, Johnny Depp. D. DYSON/CAMERAPRESS/GAMMA Les amours publique est choquée. Certaines maisons de couture cassent leurs contrats publicitaires avec la top model. C’est l’annus horribilis de Kate. On dit que la fin de sa carrière a sonné. Mais l’icône, comme le sphynx, renaît de ses cendres. Kate Moss s’excuse publiquement. Elle accepte de suivre une cure de désintoxication. En un an, l’affaire est oubliée. Aujourd’hui, elle affiche un bonheur absolu, et on peut se demander si le scandale passé n’a pas, en réalité, contribué à renforcer son pouvoir médiatique. Pas une semaine ne se passe sans que le couple le plus rock’n’roll du moment ne fasse la une des tabloïds. Pete Doherty, leader des Baby Shambles et chef de file du renouveau du rock, a beau sortir de la vie de Kate à cause de ses excès, il y revient toujours. Près de deux ans après leur rencontre et quelques cures de désintoxication plus tard, ils auraient projeté de se marier.
www.directsoir.net MÉTÉO/Violentes intempéries h Météo France a levé ce matin l’alerte orange pour les pluies dans l’est du pays. Mais la Meurthe-et-Moselle devait subir le pic des inondations dans la matinée. Dans la région de Lunéville, 200 personnes ont été évacuées et 270 sont au chômage technique. La crue de la Meurthe serait la plus forte observée depuis 1947. Dans le Sud-Ouest, c’est une petite tempête qui a balayé l’Aquitaine. Ce matin, près de 90 000 foyers étaient toujours privés d’électricité, notamment en Gironde et en Dordogne. PHOTO/Vente record h Un ensemble de 23 photos de Brassaï a été acquis pour plus de 200 000 euros hier, lors d’une vente consacrée au photographe d’origine hongroise connu pour ses clichés d’un Paris interlope et nocturne. Cette somme constitue un record pour une œuvre de l’artiste dans une vente publique. Avec quelque 600 pièces, dont 550 photographies, ces enchères rassemblaient le plus important ensemble d'œuvres signées Brassaï jamais proposées. F. FLORIN/AFP R. DAMORET/REA UNIVERSITÉS/Choisir sa sélection ? h En pleine rentrée universitaire, la nouvelle risque de faire du bruit. Plus de la moitié des Français (61%) est favorable à une sélection à l’entrée dans l’enseignement supérieur ; dont 56% des 18-24 ans, selon une étude TNS Sofres à paraître demain dans Le Pèlerin.La raison invoquée : éviter que « des étudiants s’engagent dans des filières sans débouchés professionnels. » Selon Olivier Vial, du syndicat étudiant UNI, il était temps que cette prise de conscience se fasse. « Il faut se poser la question de savoir quelle sélection il est souhaitable de défendre : une sélection sauvage et anarchique comme celle qui existe actuellement à l’université, basée sur l’échec, ou une sélection organisée, transparente comme c’est le cas dans les écoles, les IUT, ou les BTS et qui assure des débouchés plus sûrs à leurs diplômés ? » Pour Julie Coudry, de la Confédération étudiante, la question ne doit pas être posée en ces termes. « Le débat est tronqué. C’est le système d’orientation actuel qui est en faillite », explique-t-elle, « mais nous sommes actuellement en discussion avec le ministère pour mettre en place des commissions, où chaque université donnera un avis consultatif sur telle ou telle candidature ». A défaut de leur garantir un diplôme, ce mécanisme pourrait permettre aux futurs étudiants de se lancer en connaissance de cause. ACTIONNARIAT/Les salariés concernés ★★★ ★★★★ ★ ★★ F. HENRY/REA Objectif : 3% du capital h Il s’agit du dispositif « le plus avancé au monde » pour la participation, selon les dires de Jean-Louis Borloo, ministre de l’Emploi, avant les débats tenus à l’Assemblée nationale. L’enjeu consiste à protéger les entreprises hexagonales face aux OPA offensives ; mais il s’agit aussi d’associer les Français à l’entreprise pour qu’ils « partagent les fruits de la croissance ». Selon le Conseil supérieur de la participation, 8 millions de Français avaient accès, en 2003, à un dispositif de participation. Et l’implication du salarié pourrait être encore plus palpable : il faudra que les salariés détiennent 3% du capital pour être représentés au conseil d’administration. LES SITES À CONSULTER www.epargne-salariale.fr www.fas.asso.fr www.actionnariat-salarie.com vosdroits.service-public.fr FRANCE PHARMACIE : BILAN DE SANTÉ 1 85% des Français attribuent la hausse des prix de la santé à la mauvaise gestion du système, contre 81% en 2000. Du coup, ils tentent de mieux maîtriser leurs frais médicaux. (étude de la Drees 1). 2 Les Entreprises du Médicament (Leem-patronat) ont constaté « une rupture brutale » et « historique » de la croissance des ventes de médicaments en France. Elle devrait être comprise entre 0 et 1% en 2006, contre 5 à 7% les années précédentes. 3 Le déremboursement de 150 médicaments en mars dernier a causé une hausse spectaculaire des prix de certains produits 2 (jusqu’à 200%). Explication : les prix sont fixés par les seuls pharmaciens et industriels. 4 Toutes ces conditions ont « fragilisé » les groupes pharmaceutiques français, selon le Leem. Cela devrait avoir « des conséquences visibles sur l’emploi », à tous les niveaux de la chaîne. Des plans sociaux devraient être annoncés dans les mois à venir. Neuf ont été recensés depuis le début de l’année. 1- Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques 2- Selon une enquête du magazine 60 millions de consommateurs (octobre 2006) J. FISTICK/REPORTERS-REA Directsoir t Mercredi 4 octobre 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :