Direct Soir n°317 19 mar 2008
Direct Soir n°317 19 mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°317 de 19 mar 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Kristin Scott Thomas émouvante

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
G. GAFFIOT/VISUAL V. LELOUP/JDD/GAMMA F. CRUSIAUX/EYEDEA Directsoir N°317/Mercredi 19 mars 2008 14 V.I.P. L’auteur de La consolante dans son jardin. ZOOM SUR… Le célèbre humoriste aux baskets rouges revient avec « Je m’appelle Marilyn », une pièce dans laquelle il met en scène la surprenante Virginie Stevenoot. Qu’est devenu l’enfant chéri des cafés-théâtres ? Conversation avec le grand frère des humoristes actuels, véritable découvreur de talents. Smaïn bien dans ses baskets Pourquoi êtes-vous passé à la mise en scène ? Je suis un peu comme une guitare : je joue avec plusieurs sonorités, sur plusieurs cordes. Jouer dans des films, faire rire sur scène, ou donner vie à un projet par le biais de la mise en scène font partie du même métier. J’essaie de le faire au mieux, avec l’envie permanente d’apprendre. Vous avez choisi un thème autour de Marilyn Monroe. De nos jours, d’autres, comme Britney Spears, subissent aussi un énorme acharnement médiatique… Tout le monde est attaché à Marilyn, à cette star déchirée, engloutie par un système. Elle a été façonnée et fascinée par Hollywood,comme tant d’autres.Je pense par exemple à Judy Garland ou à Mickey Rooney, ou même aux petits de la Star Academy dans un autre registre… C’est un système économique qui peut, quand il est mal géré, vous broyer. Au départ, on se sent l’élu mais, derrière, il y a une organisation financière. Il ne faut pas l’oublier et ne pas perdre de vue que si on ne plaît plus, on nous oubliera. Et vous, comment avez-vous vécu votre médiatisation au fil de votre carrière ? Aujourd’hui, j’ai 50ans. J’ai été très heureux de connaître les faveurs des médias, j’en ai bien profité. J’ai eu droit à mon petit tour de manège en quelque sorte. Il faut aussi savoir passer à autre chose.Il y a aujourd’hui des choses plus importantes dans ma vie : je suis un heureux papa, j’écris des scénarios,je mets en scène.Tout cela me nourrit énormément ! Je considère ce qui m’est arrivé comme un cadeau. Maintenant, j’essaie de rendre tout cela aux autres, par l’intermédiaire de la mise en scène. Kad Merad, de Bergues à Las Vegas. La transmission semble importante pour vous. Pourriez-vous dire que vous êtes le grand frère des humoristes d’aujourd’hui ? C’est un rôle qui me convient, mais – et j’en avais parlé au regretté Henri Salvador– je ne veux pas être cantonné dans le rôle de l’ancien combattant, être enfermé à la caserne et être rappelé uniquement en cas de guerre ! J’aime la phrase du peintre Pierre Soulages : « Je fais ce qui m’apprend ce que je cherche. » Je continue en effet à découvrir sans cesse,à être dans la quête. Pensez-vous que, comme on le dit des clowns, vous êtes aussi un peu triste ? Un clown n’est triste qu’en début de carrière, et non à la fin. Il noie le poisson grâce à son métier, mais c’est un personnage extrêmement lucide. Je fais sûrement partie de cette Il faut être dans l’étonnement : catégorie en effet… Le problème s’étonner soi-même et les autres. Le jour où on ne se surprend plus, réside plus dans l’inconscient on s’éteint. J’essaie d’être toujours collectif car on a toujours considéré les humoristes comme des de rester sur les chemins dans la quête de nouvelles choses, personnes de seconde zone.Il a fallu de la découverte. attendre des gens comme Coluche Smaïn, février 2008. ou, dans mon cas, que je joue dans un film comme Harkis, pour démontrer que le clown est capable de faire autre chose. Anna Gavalda, chronique de l’angoisse ■ L’écrivain à succès ne tire pas réellement profit de la confiance que lui accordent les lecteurs. Terrorisée à l’approche de la sortie de son nouveau livre, Anna Gavalda s’est récemment confiée au magazine Elle : « J’ai la trouille, effectivement. A chaque fois, j’ai l’impression d’avoir tout à prouver et à chaque fois, c’est pire. » Et l’auteur d’Ensemble, c’est tout d’expliquer les effets d’un tel stress : « J’ai perdu plusieurs kilos, je prends un demi-somnifère pour dormir et je suis obligée d’utiliser des shampooings à base de goudron pour calmer un scalp qui ne contient plus rien ! » Kad Merad, mariage à l’américaine ■ L’acteur Kad Merad, qui triomphe actuellement au cinéma dans Bienvenue chez les Ch’tis, a confié au magazine Paris Match qu’il ne s’était pas marié à Bergues, dans le Nord, mais à Las Vegas, aux Etats-Unis. Interrogé sur son choix, Kad a répondu : « Que voulez-vous ? A part flamber et se marier, il n’y a pas grand-chose à faire à Las Vegas. Et puis, je trouve que ça fait très classe sur le livret de famille. » R. DELALANDE/JDD/EYEDEA Bill Gates, pour quelques dollars de moins ■ Rien ne va plus dans le club des milliardaires : Bill Gates en a perdu la tête. Qu’on se rassure, le président de Microsoft n’est pas devenu fou, mais moins riche. Assez pour se passer des transports en commun mais plus assez pour être l’homme le plus fortuné du monde. Après avoir détenu ce titre pendant treize ans, Bill Gates a été détrôné par son ami et partenaire de bridge, Warren Buffett, investisseur et homme d’affaires américain. Les Français Bernard Arnault (LVMH) et Liliane Bettencourt (L’Oréal) arrivent en 13 e et 17 e position. BON ANNIVERSAIRE BRUCE WILLIS De son vrai nom Walter Willis, l’acteur américain Bruce Willis fête aujourd’hui son 53 e anniversaire. Né le 19 mars 1955 sur la base militaire américaine d’Idar-Oberstein, en Allemagne, ce fils de mécanicien débute au théâtre, mais se révèle dans Clair de lune, série télévisée qui lui ouvre grand les portes du cinéma. Le réalisateur John McTiernan fait de lui un homme d’action qui n’a peur de rien, évitant les Piège de cristal et survivant à Une journée en enfer. Marié pendant treize ans à l’actrice Demi Moore, avec laquelle il a eu trois enfants, Bruce Willis a été promu officier des Arts et des Lettres en 2005. KCS PRESSE GRIMM PEER/ABACA
NATIONAL ARCHIVES M.-L. HAROT/FRANCE 3 www.directsoir.net 20H50 France 3 HONNEUR À LA LANGUE DE MOLIÈRE Ce soir dix équipes représentant dix pays seront en compétition pour cette « spéciale langue française ». 2007 EUROPACORP - TF1 FILMS PRODUCTION 21H00 22H40 Sur le front ■ En 1943, les Américains découvrent la réalité de la guerre dans laquelle ils sont engagés. Sur le front les soldats se battent, aux Etats-Unis, les villes participent à l’effort de guerre. The War livre deux documents d’une force narrative exceptionnelle. The War (épisodes 5 et 6), série. GAGNEZ DES DVD DU FILM « L’INVITÉ » Directsoir vous offre 30 DVD du film « L’invité ». Après Le dîner de cons et Le placard, retrouvez Thierry Lhermitte, Daniel Auteuil et Valérie Lemercier dans une comédie hilarante et survoltée. Envoyez vos nom, prénom et adresse postale à : invitations@directsoir.net Précisez en objet : l’invité B. BARBEREAU/FRANCE 2 Les trente premiers courriels gagneront le DVD « L’invité » Les réponses envoyées avant l’heure de la mise en ligne du journal ne pourront être prises en compte. Le pouvoir des « ex » ■ Une enquête sur la sexualité en France parue la semaine dernière révèle que les hommes ont en moyenne 11,6 partenaires au cours de leur vie, et que les femmes en ont 4,4. Ça se discute s’intéresse ce soir aux « ex-inséparables », amis ou ennemis. Ça se discute, magazine. Cette année, le célèbre jeu télévisé Questions pour un champion, fêtera ses 20 ans d’existence. Diffusée pour la première fois à la télévision le 7 novembre 1988, l’émission attire encore aujourd’hui des milliers de téléspectateurs, devenus « accros » aux questions de culture générale posées par l’emblématique Julien Lepers. Inspiré d’un jeu britannique appelé Going for Gold, le succès de QP1C (abréviation utilisée par les adeptes du jeu) repose aussi bien sur la qualité de son format, avec notamment les trois manches mythiques que sont le « Neuf points gagnants », le « Quatre à la suite » et le « Face-à-face », que sur la réelle difficulté des questions. La personnalité vive et curieuse de l’animateur, Julien Lepers, fait aussi partie intégrante de ce succès. SPÉCIALE LANGUE FRANÇAISE A l’occasion de la Journée internationale de la francophonie, demain 20 mars, Questions pour un champion propose à partir de 20h50 sur France3 son édition spéciale consacrée à la langue française. La Grèce, le Niger, la Thaïlande, l’Arabie saoudite etc. Dix pays sont en lice pour participer à la grande finale de ce soir. En présence de monsieur Abdou Diouf, secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie, chaque participant tentera de remporter la victoire et de succéder au Bénin, vainqueur en 2007. Questions pour un champion, « spéciale langue française », divertissement. 20H50 LE PAVILLON EST PROCHE Il reste 70 postulants en course dans Nouvelle Star 2008. Les candidats devront se produire sur scène en trio, accompagnés d’un piano et d’une guitare, pour interpréter une chanson choisie sur une liste. 20 personnes seront éliminées lors de cette avant-dernière journée d’auditions au théâtre du Trianon, avant les directs du Pavillon Baltard. Nouvelle Star, divertissement. TÉLÉVISION 15 20H40 Un amour sous tutelle Julia Maraval incarne Nora. L’émission de Fred Musa, Planète Rap, qui avait été déprogrammée par France 4 pour laisser place à des séries moins coûteuses, devrait faire son retour sur France Ô, dans le cadre de la nouvelle grille de la chaîne, en avril prochain. Source : VSD ■ Antoine, 40 ans, vit seul depuis la mort de sa femme. Il mène une vie plutôt simple entre ses cours au lycée, ses livres et quelques amis. Il reçoit un jour la visite de son locataire et de sa fille, Nora. Endetté jusqu’au cou, ce dernier se suicide, laissant Nora à la charge de la Ddass. Rongé par les remords, Antoine obtient la tutelle de l’adolescente, qu’il élève comme sa fille. Jusqu’à ce qu’un jour il ne la regarde plus comme une enfant, mais comme une femme… Un téléfilm troublant et fort, réalisé par Edouard Molinaro et adapté d’une nouvelle d’Henry James, magnifiquement interprété par Jean-Michel Dupuis, Julia Maraval et Jacques Perrin. Nora, téléfilm. M6 DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :