Direct Soir n°310 10 mar 2008
Direct Soir n°310 10 mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°310 de 10 mar 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Dmitri Medvedev l'héritier de Poutine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Directsoir N°310/Lundi 10 mars 2008 12 CULTURE Rétro kidnapping ■ Un kidnapping, une lettre anonyme adressée aux parents de la victime qui s’égare et voilà l’inspecteur Hill de New Salementraîné dans une affaire d’enlèvement. Mythic, le scénariste de Lettres perdues, situe l’intrigue de ce cinquième tome de la série Halloween Blues dans les années 1950. Débutée en 2003 avec le dessinateur polonais Kas, cette série aux personnages récurrents présente des polars flirtant délicieusement avec le fantastique. Cette nouvelle aventure dépeint les techniques – quelque peu oubliées – des enquêtes policières des années cinquante. Halloween Blues, Lettres perdues, tome 5, de Mythic et Kas, coll. Polyptyque, 13 €. Destin d’un dessinateur engagé DR BD DR ■ Dans un entretien fleuve mené par le critique Goffredo Fofi, José Muñoz revient sur son itinéraire d’enfant de la BD. Couronné par le grand prix du Festival d’Angoulême en 2007 pour l’ensemble de son œuvre, l’artiste argentin égrène ses souvenirs. De ses mentors Cerentino et Solano à son ami et collaborateur Carlos Sampayo, sa griffe engagée se dessine. Ponctuée d’images d’archives et de ses dessins aux contrastes manichéens, cette conversation passionnante dresse le portrait d’un homme influencé par le roman noir américain et créateur du célèbre détective Alack Sinner. Conversation avec Muñoz et Sampayo, éd. Casterman, 22 €. BOTTI/STILLS/GAMMA A moins d’avoir séjourné ces dernières semaines sur une île déserte, il ne vous a certainement pas échappé qu’on célèbre demain le trentième anniversaire de la disparition de Claude François. Comme les télévisions ou les radios, les maisons d’édition se sont emparées en masse de l’événement, rendant hommage au chanteur populaire ou désacralisant le mythe. On peut trouver dans les librairies les témoignages de la sœur, Josette François (Claude François, mon frère, éd. Hors collection), de la nièce, Stéphanie Lohr (Une autre vie, éd. Bernard HOMMAGE Cloclo : ça s’en va et ça revient ! Trente ans après la disparition de Claude François, librairies, magasins de disques et kiosques sont envahis par une nouvelle « cloclomania ». Disparu le 11 mars 1978, Claude François reste un symbole des années yé-yé et du disco. La Finlande à l’honneur ■ Le 10 e Printemps des poètes fête la Finlande, pays à l’honneur cette année en France. Jyrki Kiiskinen, l’une des figures de la poésie actuelle, sera le 12mars à l’Institut finlandais de Paris, et du 14 au 16 à Clermont-Ferrand pour rencontrer les amateurs de poésie. Pour la première fois, l’un de ses recueils est traduit et édité en France (Aller-Retour, éd. Fédérop). Les organisateurs ont prévu un spectacle transversal, avec acteurs, musiciens, et Jyrki Kiiskinen lui-même autour d’une lecture différente, en français et en finnois, des poèmes de l’auteur. Un extrait, pour appâter les amoureux des mots : « Je loue ma voix à ceux qui n’existent pas/au pays qui n’est pas au chant qui est né de celui-ci/le chant qui est reparti en laissant une trace/silhouette de forme humaine en fusion. » www.printempsdespoetes.com C. DIEKER Pascuito), et même une « autobiographie posthume » avec une compilation des interviews de l’artiste sélectionnées par Fabien Lecœuvre (Je soussigné... Claude François, éd. Albin Michel). Mais le livre le plus évocateur de ces années paillettes est sans conteste le récit de Sylvie Mathurin (Un amour absolu, éd. Oh ! Editions), une groupie qui a partagé l’intimité et la couche de son idole. Le monde du disque surfe aussi sur le phénomène. Warner sort des DVD et CD sur l’artiste. Les éditions Mercury propose un Claude François, autrement dit, revisité par une quinzaine de chanteurs français, dont Alain Chamfort, Elodie Frégé, Jeanne Cherhal, Elli Medeiros, Alexis HK… Les amateurs de curiosités jetteront leur dévolu sur Cloclo Made in Japan (FGL Music), compilation des célèbres tubes revisités par des musiciens japonais. Enfin, les nostalgiques trouveront un objet collector dans les kiosques. Sur une initiative de Claude François Junior, le magazine Podium renaît de ses cendres pour un numéro unique, avec des stars, des couleurs flashy, le tutoiement du lecteur et le fameux « Waow ».Tout comme au bon vieux temps. PRINTEMPS DES POÈTES CONCERT DR Ballades au Bataclan ■ Pauline Croze entame sa tournée, accompagnée par trois musiciens (batteur, bassiste et guitariste). Jusqu’au mois de juin, la jeune chanteuse emportera Un bruit qui court sur les routes françaises et européennes. Ce deuxième album, sorti en novembre 2007, est un concentré de ballades sensibles, un peu plus rock, plus électro et plus jazzy que celles de son premier album, double disque d’or. De passage à Paris pour deux concerts, Pauline Croze emplira le Bataclan de sa voix chaude, un rien éraillée. L’occasion pour ses admirateurs d’entendre en live ses chansons poétiques. En concert ce soir et demain au Bataclan, 50, boulevard Voltaire, Paris 11 e (01 43 14 35 35 ou www.bataclan.fr).
ABBOT GENSER/JUNKYARD PRODUCTIONS www.directsoir.net Michel Gondry, maître en bidouillage Les acteurs Mos Def et Jack Black dans Be Kind Rewind, de Michel Gondry. Carrie, Robocop, Miss Daisy et son chauffeur, SOS fantômes, Le roi lion, etc. Michel Gondry explique ses choix : « Il fallait des films que tout le monde ait vus, et qu’il soit crédible qu’ils existent en VHS – une technique dont j’avais besoin pour l’effacement. » 13 ★★★★★ Sur le principe des vidéos faites à la maison, Michel Gondry propose une œuvre délirante et jubilatoire. Les premiers clips réalisés par Michel Gondry (pour son propre groupe, Oui- Oui, pour Björk et plus tard les White Stripes) dévoilaient déjà son extrême ingéniosité : pour mettre ses rêves en images, rien de mieux que de la bricole, de la débrouille, sans aucune gêne visà-vis de l’expérimentation. Sa vision du cinéma, cet élégant bidouillage romanesque, a donné Human Nature, puis Eternal Sunshine of the Spotless Mind, et enfin, plus récemment, en 2006, La science des rêves. Dans son dernier film, Soyez sympas, rembobinez (Be Kind Rewind dans sa version anglophone), il surfe sur la vague des films faits à la maison. Il ne sait que trop bien que l’époque, sous le coup des réseaux de partage de musique et de vidéos, encourage la création artisanale, les petits films que l’on fait chez soi avec trois bouts de ficelle. Jack Black joue dans ce film le rôle de Jerry, un homme sans occupation, qui passe ses journées à squatter le vidéoclub CULTURE CINÉMA de monsieur Fletcher (Danny Glover), où travaille Mike (Mos Def), son ami. Dans ce vidéo-club, on ne loue que des VHS. Un jour, Jerry, magnétisé depuis une chute dans un relais électrique, efface toutes les cassettes du magasin… Dès lors, pour ne pas perdre leurs clients, les deux amis vont réaliser leur propre version des films effacés, et ce avec les moyens du bord. Le premier de la série sera Ghostbusters (à revoir avant si possible !). Dans cette séquence hilarante, ils déambulent dans une bibliothèque, des armes en plastique dans les mains, des guirlandes colorées au bout en guise de laser… Ce n’est que le premier d’une longue série, où l’on croise, entre autres, Carrie, Rush Hour 2 ou Le roi lion. Tous les habitants du quartier adorent ces films, et en redemandent. Evidemment, les producteurs de cinéma ne voient pas l’histoire d’un très bon œil. Il sera alors temps pour tous les protagonistes de ce petit monde de réaliser leur propre film, une fiction basée sur leur quartier. Be Kind Rewind, de Michel Gondry, en salles.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :