Direct Soir n°307 5 mar 2008
Direct Soir n°307 5 mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°307 de 5 mar 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (138 x 188) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1004 Ko

  • Dans ce numéro : Sophie Marceau émouvante dans un rôle de résistante

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir N°307/Mercredi 5 mars 2007 4 CULTURE Gil Galliot, Philippe Lelièvre et Fred Nony. Pourquoi nous quittent-elles ? ■ Les griffes redoutables du quotidien ont déchiré le tissu amoureux d’un couple marié depuis dix-huit ans. Agnès pleure et est troublée par un autre homme, alors que Paul, son mari, réalise la gravité de la situation. Pour tenter de continuer à ne faire qu’un avec elle, Paul, interprété par Philippe Lelièvre, Gil Galliot et Fred Nony, décide de pénétrer l’esprit de sa femme. Ingénieuse, subtile et drôle, une exploration inattendue de l’intimité féminine. Ne nous quitte pas, de Yves Hirschfeld et Gil Galliot, jusqu’au 4 mai au théâtre des Mathurins, 36, rue des Mathurins, Paris 8 e (01 42 65 90 00). LITTÉRATURE Bombay la monstrueuse ■ Il aura fallu sept ans à l’écrivain Vikram Chandra pour venir à bout de son troisième roman. On comprend mieux les raisons de ce labeur en lisant les mille pages du Seigneur de Bombay. Un thriller foisonnant et démesuré qui défie les genres et les normes, récompensé par l’équivalent indien du prix Goncourt. Alternant les histoires, multipliant les personnages, Vikram Chandra dresse à travers ce roman le portrait de la grouillante mégalopole de Bombay, avec ses bas-fonds, ses embouteillages, sa corruption, ses clivages religieux, ses inégalités sociales et sa pègre tentaculaire. Une ville monstrueuse et fascinante, énergique et chaotique, que l’auteur restitue dans cet ouvrage avec la précision d’un miniaturiste. Le Seigneur de Bombay, de Vikram Chandra, Robert Laffont, 24 €. DR THÉÂTRE N. KHAYAT/ABACAPRESS DR Chère famille ★★★★★ Olivier Assayas signe « L’heure d’été », un film intimiste, portrait d’une famille prise dans le tourbillon de la vie : émouvant. C’est l’été. Comme de tradition –et ils en ont fait un art de vivre – les Berthier sont réunis dans la superbe maison de campagne d’Hélène (Edith Scob). Cette femme a consacré sa vie à chérir et préserver l’œuvre de feu son oncle, le peintre Paul Berthier, dont les objets de collection très précieux ornent la demeure. Elle fête en ce jour ses 75ans. Ses petits-enfants font les quatre cents coups dans le jardin tandis que Frédéric (Charles Berling), Jérémie (Jérémie Renier) et Adrienne (Juliette Binoche), ses enfants, prennent le soleil en se racontant leurs vies et souvenirs. Quelques mois plus tard, Hélène meurt. La famille doit prendre des décisions relatives au patrimoine qu’elle a légué. C’est à Frédéric, l’aîné de la fratrie, qu’elle DR La fratrie d’Olivier Assayas : Jérémie Renier, Juliette Binoche et Charles Berling. a confié la responsabilité de l’héritage. Très attaché à la maison, il n’envisage pas de la vendre. Mais sa sœur et son frère ne voient pas les choses de la même manière… A partir d’un projet initié par le musée d’Orsay qui souhaitait associer le cinéma à son vingtième anniversaire, le très éclectique réalisateur français Olivier Assayas (Fin août, début septembre, Les destinées sentimentales, Demonlover, Clean, Boarding Gate…) a décidé de faire un film sur l’histoire, les racines, la mémoire et sa transmission, centré sur les liens d’une fratrie et leurs rapports à une maison et des objets chargés de souvenirs. Sans pathos, et avec ce qu’il faut de mélancolie, L’heure d’été se concentre sur les micro-événements du quotidien. Un film Johnnie To revient au polar avec Mad Detective, mettant en scène un inspecteur aux méthodes particulières. CINÉMA qui évoque, dans son rapport à la nature, au temps et à la modernité, le cinéma d’Hou Hsiao-hsien (qui a lui aussi répondu à la proposition du musée d’Orsay en signant Le ballon rouge avec Juliette Binoche), sur qui Olivier Assayas a par ailleurs réalisé un documentaire. Juliette Binoche, Jérémie Renier, et Charles Berling (pour la troisième fois réunis sous la direction d’Assayas) y incarnent avec justesse des vies aux rythmes et trajectoires différents auxquelles chacun peut s’identifier. Chaque élément concourt ainsi à la réussite d’un film à la portée universelle, qui rappelle sans prétention que le temps passe et combien il est important de profiter des bons moments qu’offre la vie. L’heure d’été, d’Olivier Assayas, en salles. L’inspecteur fou ■ Après avoir participé à Triangle, cadavre exquis cinématographique sorti en janvier, le prolifique Johnnie To cosigne un nouveau film avec son compère Wai Ka-fai. Le réalisateur hongkongais (Election, Exilé, Breaking News), célébré en Europe, y renoue avec le polar, son genre de prédilection. Il nous présente une enquête menée par un inspecteur timbré, mais doté d’un sixième sens. Mad Detective, de Johnnie To, en salles.
www.directsoir.net Joyeux anniversaire Michael e 3 décembre 1982, un coup de tonnerre s’apprêtait à changer le marché du disque à tout Ljamais. Thriller, l’album le plus vendu au monde, avec 104millions de copies écoulées selon les estimations, envahissait pour les vingt-cinq années à suivre les ondes radiophoniques et toutes les boîtes de nuit, du camping de Palavas-les-Flots aux soirées « hype » new-yorkaises. Michael Jackson et Quincy Jones passaient du statut de superstars internationales à celui de légendes vivantes. Sept Grammy Awards en 1984 pour un album qui contenait seulement neuf titres, dont sept singles (Thriller, Beat It, Billie Jean, Wanna Be Startin’Somethin’,The Girl Is Mine…), tout est dit. De ses pas de danse à ses étonnants clips vidéo, Michael Jackson a écrit les codes de la musique noire américaine du XXI e siècle. Du coup, lorsqu’il s’agit de rendre hommage à Thriller, on ne fait pas dans la nuance : titre inédit, gros livret, DVD bonus (contenant trois clips et une performance live), le tout emballé dans un joli coffret collector à paillettes qui décorera les étagères du monde entier. Enfin, la star a fait appel à la crème des producteurs et rappeurs américains : Will.i.am, Kanye West, Fergie et Akon. Il fallait au moins ça.Au jeu des remixes, les heureux élus s’en sont bien sortis avec des sons modernes qui revisitent l’original sans le dénaturer (hormis Beat It 2008 et Billie Jean 2008 qui n’apportent pas grand-chose à la version initiale). Pour les quelques retardataires et les derniers amoureux du disque, cette édition est incontournable. Thriller Edition 25 e anniversaire (Jive Epic/Sony BMG) de Michael Jackson est dans les bacs depuis lundi. La bonne ADRESSE Hot Chip, joies et peines ■ Déjà auteur de deux albums et de nombreux remixes, Hot Chip livre avec Made In The Dark une nouvelle leçon d’électro-pop intelligente. Les Anglais au look de « nerds » continuent sur ce disque à faire le grand écart entre finesse mélodique et efficacité électronique, passant d’une ballade soul lacrymogène (selon le morceau-titre) à un tube capable de donner la bougeotte à une statue (Ready For The Floor). Hot Chip confirme ainsi qu’il est bien le plus digne héritier de New Order et des Pet Shop Boys, groupes qui, dans les années 1980, ont prouvé que mélancolie et euphorie pouvaient fort bien cohabiter sur un même dancefloor. Made In The Dark, Hot Chip, EMI. TOM GRILL/CORBIS Michael Jackson fête les 25 ans de Thriller avec un album collector. La symphonie gargantuesque MUSIQUE LA FAVELA CHIC, C’EST LE BRÉSIL À PARIS J.VEYSEY/EYEDEA Les beaux jours arrivant, préparez-vous à une atmosphère chaleureuse et festive. Dans cet établissement du 11 e arrondissement, vous pourrez profiter du bar et du restaurant de 300m 2 avec vos amis. Mais n’y allez pas pour un dîner romantique ! La Favela Chic est plutôt un endroit où l’on danse sur les tables après le dîner. Pour vous dépayser, des plats aux saveurs brésiliennes sont proposés, mais également des cocktails comme le capirinhamojito-batida accompagnés de tapas de manioc. Si vous aimez danser, l’ambiance est « cool » et la programmation pointue grâce aux DJ de renom qui passent aux platines de 19h30 à 22h. Après 22h, la soirée continue et l’on continue à danser sur d’autres rythmes, avec des compilations de musique brésilienne comme la samba ou la bossa-nova. La Favela Chic, 18,rue du Faubourg-du- Temple, Paris 11 e (08 26 10 07 90). ■ Il fallait un lieu à la démesure de l’œuvre. C’est à Bercy que retentira la Symphonie des Mille, la 8 e de Mahler, celle des superlatifs, auprès de laquelle l’Héroïque de Berlioz est une gentille ballade. De l’avis du compositeur, « elle est si originale de contenu et de forme que je ne saurais jamais vous la décrire. Imaginez que l’univers se mette à résonner et retentir. Ce ne sont plus des voix humaines, mais des planètes et des étoiles qui tournent ». Summum du gigantisme romantique du XIX e siècle, elle exige 1000interprètes et les chœurs des Wiener Singverein, London Symphony et l’Orchestre de Paris. Symphonie n°8 (Symphonie des Mille), de Gustav Mahler. Jeudi 6, au Palais omnisports de Paris Bercy, à 20h30. De 22 € à 107 € (0892 390 100). CULTURE 5 FOTOS INTERNATIONAL/SIPA DVD Ô temps, suspends ton vol ■ Makoto, une lycéenne sans histoires, mène une vie banale entre les cours, sa famille et ses amis. Jusqu’au jour où elle découvre qu’elle a le pouvoir de voyager dans le temps, pour le meilleur et pour le pire. Mention spéciale au dernier Festival du film d’animation d’Annecy, La traversée dans le temps n’a pas volé sa réputation d’excellence. On retiendra en particulier le dessin, sobre et élégant, qui s’allie à la perfection avec une bande originale très poétique. Beau et mélancolique à la fois. La traversée du temps, Kaze, 20 €. DR Esprit, es-tu là ? ■ En France, il aura fallu à peine plus de cinq ans au collectif Clamp pour s’imposer dans le paysage du manga. Leurs œuvres les plus connues – Chobits, Tsubasa-Reservoir Chronicle, ou encore X – trustent les premières places des ventes et font figure de référence. L’adaptation en film d’animation de XXX-Holic ne déroge pas à la règle. L’univers inquiétant et habituel du collectif est conservé et, à condition d’adhérer au dessin très stylisé et anguleux, ces aventures dans le monde des esprits se révèlent passionnantes. XXX-Holic, Kaze, coffret de quatre épisodes, 42 € environ. DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :