Direct Soir n°303 21 fév 2008
Direct Soir n°303 21 fév 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°303 de 21 fév 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Christine Boutin, une maison pour 15 euros par jour

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
COLORSPORT/UMA REX/FEATURES/REX/SIPA Directsoir N°303/Jeudi 21 février 2008 10 SPORTS FOOTBALL RUGBY Il y a tout juste trois ans, le monde du rugby découvrait un jeune prodige. Gavin Henson, 26 ans, a depuis montré un visage moins reluisant. Mais après des mois de disette, le centre des Ospreys a changé. Henson, l’heure de la seconde chance Après des débuts étincelants, le jeune prodige gallois Gavin Henson, victime de ses excès, fait un timide retour au XV de Galles. PICS UNITED/PRESSESPORTS Le Barça et ses gros sous ■ Le FC Barcelone a réalisé un chiffre d’affaires de 153 millions sur les six premiers mois de la saison 2007-2008, avec en prime 9,4 millions de bénéfices. Une bonne nouvelle pour la formation blaugrana, qui peine pourtant à trouver son jeu sur le terrain depuis le début de la saison. L’objectif, de 315 millions d’euros, devrait être largement atteint, tout comme les 15 millions d’euros de bénéfices espérés en début d’exercice. P.LAGATHE/ICON SPORT FOOTBALL Qui pour habiller les Bleus ? ■ Les Bleus connaîtront le 22 février prochain leur nouvel équipementier pour la période de 2011 à 2018. Parmi les prétendants se trouve Adidas, qui habille les Bleus depuis 1972. Si la candidature d’Airness semble aujourd’hui anecdotique, le forcing de Nike est indéniable. Le géant américain est prêt à faire des concessions : le contrat qui culmine aujourd’hui à 11 millions d’euros devrait doubler. F. FAUGERE/DPPI CYCLISME La formation Silence victime d’un vol ■ La formation cycliste Silence a connu une bien mauvaise surprise à l’occasion de la deuxième étape du Tour de la province de Grosseto (Italie). Tous leurs vélos ont été dérobés durant la nuit. Les huit montures, évaluées à 8000 euros pièce, n’ayant pas été retrouvées, les coureurs ont été contraints de prendre le chemin du retour. Le préjudice est évalué à plus de 128000 euros. Marqueur d’essais, Gavin Henson sait aussi botter. Pour preuve, le centre gallois a déjà marqué 112 points au pied pour le compte du XV du Poireau. Dans un sport symbole de virilité, Gavin Henson pourrait aisément faire figure d’ovni. Lorsque beaucoup s’ornent d’un bandeau fait de « strap » ou d’un casque pour se protéger des frottements, lui rentre sur les pelouses les cheveux chargés de gel coiffant. Atypique et surtout surprenant pour un joueur de rugby, il va encore plus loin lorsqu’il avoue à qui veut bien l’entendre son goût prononcé pour l’épilation et pour les cabines à UV. Beau gosse dans l’âme et dans l’apparence, Gavin Henson n’en reste pas moins un prodige de la planète rugby. Problème : comme nombre de talents bruts, le centre gallois cultive aussi une image sulfureuse en dehors des terrains. Le couple qu’il forme avec la chanteuse Charlotte Church devient la cible des tabloïds. Les « Beckham gallois », comme certains s’amusent à les appeler, multiplient les frasques et virent rapidement à la caricature. Lorsqu’il est seul, les troisièmes mi-temps se soldent souvent par des excès et le lieu privilégié pour les fins de soirées arrosées du joueur des Ospreys pourrait bien être le caniveau. Pire, sans doute victime de son hygiène de vie, Henson est accablé par les pépins physiques. Fractures, ligaments croisés, le centre en voit de toutes les couleurs. Son retour parmi les « Diables rouges » est repoussé, en raison de son goût pour la provocation. Dans son autobiographie, My Grand Slam Year (fin 2005), il « plaque » un à un ses coéquipiers. Mais avant d’en arriver à de pareilles conclusions, Gavin Henson avait touché du bout des doigts l’excellence rugbystique lors du Tournoi des VI Nations 2005. Titulaire dans un XV du Poireau étincelant, il porte alors avec l’ailier Shane Williams tous les espoirs d’une nation en plein renouveau. La suite parle d’elle-même. Aujourd’hui, Gavin Henson, devenu papa, revient sur la pointe des crampons. Plus humble, le garçon a vieilli et le XV de Galles a recommencé à gagner. BASKET La NBA attend l’Europe ■ Le grand manitou de la NBA, David Stern, étudie avec attention les projets européens. Dans l’air du temps depuis quelques années, la création d’une division européenne qui verrait l’entrée de cinq formations du Vieux Continent dans la célèbre ligue nord-américaine semble plus que jamais d’actualité. Le seul véritable obstacle, selon les instances dirigeantes, serait aujourd’hui les infrastructures. Avec la construction prochaine d’un complexe à Berlin ajouté aux projets de Rome et du Real Madrid, l’affaire semble prendre une nouvelle tournure. Les décideurs de la NBA espèrent inaugurer cette nouvelle division d’ici dix ans. Gavin Henson, fiche d’identité ■ Nom : Gavin Henson. Nationalité : galloise. Né le 1 er février 1982 à Brigdend (pays de Galles). Taille : 1,82m. Poids : 95 kg. Position : centre ou demi d’ouverture. Clubs : Swansea RFC (2000-2003). Ospreys (2003-2008). Bilan : ● 25 sélections avec l’équipe nationale. La première : le 10 juin 2001 contre le Japon. ● Points en sélection : 130 (3 essais, 1 drop, 18 pénalités, 29 transformations). ● 1 sélection avec les Lions britanniques. Palmarès : 1 Grand Chelem avec le XV du pays de Galles (2005). H. BROWNIE/FLASHPRESSE FOOTBALL Lille choisit les trois kiwis ■ Le Losc ne sera plus habillé par Airness la saison prochaine. Le club nordiste a décidé de s’engager avec Canterbury. La firme néo-zélandaise, premier équipementier mondial de rugby et récemment championne du monde avec l’Afrique du Sud, poursuit son immersion dans le monde du ballon rond. D. WILKINSON/OFFSIDE/PRESSE
FOOTBALL/LIGUE DES CHAMPIONS Lyon si près, si loin P.LAURENSON/FLASH PRESS www.directsoir.net A cause d’un but encaissé à trois minutes du coup de sifflet final, la qualification sera difficile dans deux semaines à Old Trafford sur les terres mancuniennes. Mais les Lyonnais ont su aussi montrer de belles choses. A trois minutes près. C’est ce que doivent ressasser les hommes d’Alain Perrin depuis le coup de sifflet final, hier soir. Comme en 2006, en quart de finale face au Milan AC, les Rhodaniens ont encaissé un but dans la dernière ligne droite, au terme d’une période de domination adverse. Si ce but inscrit par Tevez va compliquer plus encore le déplacement à Old Trafford, dans treize jours, Lyon peut certainement trouver des motifs de satisfaction dans sa prestation délivrée à Gerland. Surtout au vu des dernières semaines agitées du côté de Tola Vologe. Pour tenter de jouer à armes égales avec l’ogre mancunien, l’OL devait impérativement retrouver des ressources morales collectives, qui lui faisaient tant défaut depuis son déplacement victorieux à Glasgow (victoire 3-0, en décembre). Une situation qui laissait d’ailleurs nombre d’observateurs dans l’expectative à l’orée de ce 8 e de finale. Au centre des inquiétudes : la défense. Mais hormis le but de Carlos Tevez (87 e), la dernière ligne olympienne a montré une grande application pour contenir les assauts anglais. Mention spéciale à Boumsong FOOTBALL/UEFA Bordeaux et Marseille en lice Le Marseillais Samir Nasri. et Reveillère, sur la brèche pendant les 90 minutes. Si la furia doit se déchaîner le 4 mars prochain à Old Trafford, le stade de Manchester, Lyon sait qu’il pourra compter sur une solidité défensive qui n’avait donc pas totalement disparu. Le milieu, lui aussi, à l’image d’un Toulalan fidèle à luimême, a réussi à résister à celui mis en place par Sir Alex Ferguson. Seul bémol, l’influence limitée d’un Juninho encore en manque de compétition. Enfin, en pointe, Benzema a confirmé tout son talent. Pour autant, les Lyonnais devront sortir une prestation « extraordinaire » en Angleterre. Face au jeu de passes aussi rapide que millimétré des Mancuniens, mais aussi à la roublardise et à la technique déroutante de son armada offensive, Lyon devra imposer encore plus de densité physique, pour limiter au maximum les espaces dont raffolent Ronaldo et ses coéquipiers. Pour se réveiller en quarts, au matin du 5 mars, les Gones devront également marquer. Cela signifie aussi plus de prises de risques. L’équation paraît alors plus que jamais compliquée. Mais si Lyon n’est pas en ballottage favorable, il n’est pas encore éliminé. ■ Fort d’une dynamique incroyable et d’un probant succès à l’aller au Vélodrome (3-0), l’Olympique de Marseille ne devrait plus avoir qu’à assurer sa qualification pour les 8 es de finale, ce soir à Moscou face au Spartak. Sur une pente tout aussi ascendante, comme en atteste sa démonstration à Monaco (6-0) dimanche et sa deuxième place en championnat, à un point du leader lyonnais, Bordeaux comptera tout de même un retard d’un but au moment de recevoir Anderlecht au Stade Chaban-Delmas. Si les hommes de Laurent Blanc ont la faveur des pronostics, leur fin de match la semaine dernière à Constant Vanden Stock, où ils ont encaissé deux buts, les incitera sûrement à prendre encore plus au sérieux la formation bruxelloise. Lors de leur dernière visite en Gironde durant la saison 2002/2003, les Belges s’étaient imposés (2-0). Pour passer le cap des 16 es, Bordeaux pourra notamment compter sur son goleador Argentin, Fernando Cavenaghi. B. GOSSAGE/NBAE VIA GETTY/AFP Hier soir, Karim Benzema a encore été l’homme du match de L’Olympique Lyonnais. NBA Kidd et O’Neal chutent d’entrée Kobe Bryant, auteur de 41 points hier soir. SPORTS 11 ■ Les deux stars récemment transférées, Jason Kidd et Saquille O’Neal, auraient certainement souhaité de meilleurs débuts sous leurs nouvelles couleurs, la nuit dernière. Malgré 15 points, 9 rebonds et 3 passes, après un mois d’absence, le « Shaq’ » a dû s’incliner avec ses coéquipiers des Phoenix Suns face à son ancienne équipe des Los Angeles Lakers (130-124). La faute, en grande partie, à un énorme Kobe Bryant, auteur de 41 points, 5 rebonds et 3 passes. Grâce à cette sixième victoire consécutive, la franchise californienne prend la seconde place de la Conférence Ouest devant son adversaire de la nuit. De son côté, Jason Kidd, le nouveau meneur de Dallas, s’est incliné chez les New Orleans Hornets (104-93). Avec seulement 8 points inscrits et 5 passes délivrées en 36 minutes de jeu, Kidd aura vite fait d’oublier sa première prestation sous le maillot des Mavericks. Enfin, les Boston Celtics ont subi leur onzième défaite de la saison, sur le parquet des très modestes Golden State Warriors (119-117), un jour après être tombés à Denver. TOBY MELVILLE/REUTERS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :