Direct Soir n°300 18 fév 2008
Direct Soir n°300 18 fév 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°300 de 18 fév 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : Bernard Kouchner l'expérience du Kosovo

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°300/Lundi 18 février 2008 8 ÉCONOMIE Ducros Le maître des saveurs Cannelle, safran, gingembre, vanille, cumin… Autant de couleurs et saveurs qui font désormais partie intégrante de l’art culinaire. Sur ce marché des épices en pleine expansion, Ducros s’est imposé comme le spécialiste des goûts et des plaisirs variés. AUTREFOIS RARES ET CHÈRES, LES ÉPICES PARFUMENT AUJOURD’HUI TOUS LES PLATS. Grâce aux diverses marques qui ont emprunté la route des épices, il n’est plus nécessaire de se ruiner pour s’initier à la cuisine exotique et aux saveurs fortes. Parmi ces marques, Ducros règne en maître. Et si la marque provençale a récemment perdu son fondateur, Gilbert Ducros, celui-ci laisse néanmoins derrière lui un parfum d’épices dans toutes les cuisines. Né en 1928, dans la Drôme, Gilbert Ducros se passionne dès sa jeunesse pour les épices et les herbes grâce à son père qui, une fois retraité, occupe son temps au négoce d’aromates et d’herbes de Provence. Dans les années 1950, Gilbert Ducros abandonne sa carrière d’officier et se lance à son tour dans les épices. Rapidement, les marchés et grossistes de Provence deviennent trop petits pour ses projets ambitieux.Aventurier, il part donc vendre sa lavande en Grande-Bretagne ou à New York avant de se lancer dans la vente d’épices. En 1963, il crée avec son frère Michel, à Buis-les-Baronnies (Drôme), une société de négoce de produits et aromates provençaux, poivres et épices à destination des industries alimentaires et pharmaceutiques. Ducros s’implantera par la suite à Carpentras. Initiative SAVEUR DUCROS/STUDIO NICOLAS DUCROS Très vite, la marque provençale révolutionne le quotidien des cuisinières et des cuisiniers Les pots Ducros ont été récemment relookés. UNE CUISINE FACILE Très vite, la marque provençale révolutionne le quotidien des cuisinières et des cuisiniers. Grâce à elle, leurs plats s’enrichissent de saveurs exotiques. Le Carnet des saveurs 2008 Après avoir lancé en 2000 le premier Carnet des saveurs en Amérique du Nord, McCormick édite cette année, pour la première fois, une version destinée au marché européen. Deux des marques leaders du groupe, Ducros et Schwartz, le numéro un du marché britannique des herbes, épices et condiments, se sont associées pour définir la cuisine européenne de 2008. Avec l’aide de grands gastronomes français et britanniques, ils ont identifié les six grandes tendances actuelles. Parmi elles, « les mariages inhabituels En plus de redonner du goût à des recettes souvent fades, Gilbert Ducros facilite l’utilisation des épices lorsqu’il les commercialise en 1965 dans de petits flacons.Avec ce nouveau conditionnement, Ducros élargit ses ventes. Au-delà du marché industriel, il et inattendus ». Les chefs s’inspirent d’ingrédients classiques, tels que le piment et le cacao, pour créer des saveurs inédites. En forte progression chaque année, l’attirance pour les cuisines exotiques confirme la deuxième tendance : l’alliance sucré-épicé. Autres approches : les « cuisines traditionnelles du monde » et la « cuisine fusion ». Cette dernière mélange des ingrédients issus de plusieurs ethnies différentes. Pour finir, deux autres tendances, « les alliances Les petits bocaux Ducros ont trouvé leur place dans toutes les cuisines. vise le grand public. Les petits bocaux trouvent désormais leur place dans les rayons des supermarchés et investissent les cuisines. Si allier les épices n’est pas toujours inné chez bon nombre de cuisiniers, au fil des ans, Ducros pousse encore plus loin son aide culinaire avec les « sachets malins ». L’association de saveurs et le dosage déjà préparés dans le sachet, il ne reste plus qu’à ajouter le mélange à vos mets : poulet, viande, pâtes, riz… Outre sa large gamme d’épices, la marque n’hésite pas à élargir son offre. En 1973, Ducros lance Vahiné, qui regroupe des fruits secs conditionnés, des arômes liquides et toutes sortes d’aides à la pâtisserie. Avec son célèbre slogan « Vahiné, c’est gonflé », elle devient rapidement leader sur le marché. En 1981, nouvelle innovation : les infusions « La Tisanière ». Ducros satisfait désormais tous les goûts et devient une aide indispensable en cuisine. LE PÈRE DUCROS SE DÉCARCASSE Son esprit novateur, Ducros l’exploite également pour ses campagnes publicitaires qui ont sans aucun doute contribué à la réussite de la marque. Dès 1975, Ducros investit le petit écran. Aujourd’hui, tout le monde se souvient du fameux slogan : « A quoi ça sert que Ducros se décarcasse ? » D’autres spots rafraîchissantes » de fruits et d’herbes, afin de compenser les recettes trop épicées, et « la cuisine santé et bien-être ». En effet, non seulement certaines herbes et épices relèvent la saveur des plats, mais sont reconnues aussi comme bénéfiques pour la santé. A partir de ces tendances, dix associations de saveurs sont proposées dans ce carnet 2008 : graines de pavot et rose, mangue verte et piment, grenade et cumin, litchi et citronnelle… de quoi faire saliver les gourmets. DUCROS
DR D. VO TRUNG/CORBIS SYGMA CHASSENET/SUCRÉ SALÉ www.directsoir.net L’usine Ducros à Carpentras. Un chef cuisinier Ducros crée de nouveaux mélanges d’aromates vendus en sachets. publicitaires suivront, dont « Les herbes de Provence, c’est Ducros qui me les ramasse », ou encore « C’est facile de mettre de l’imagination dans votre quotidien ». Si ces slogans retenus par tous apportent à la marque une signature spécifique, son emblème majeur reste avant tout le Père Ducros. Apparu pour la première fois en 1978, il est l’archétype du bon vivant. Depuis, ce personnage a conquis les Français. Avec son fort accent provençal, sa silhouette légèrement enveloppée, le cuisinier moustachu représente parfaitement la marque. DUCROS QUITTE LE GIRON FAMILIAL Réussite commerciale et succès publicitaire s’enchaînent grâce à l’esprit visionnaire de son fondateur, et Ducros devient, dans les années 1980, le leader européen du marché des épices. Mais rapidement, l’entreprise ambitieuse de Gilbert PRODUCTION D’ÉPICES EN TONNES (2003-2004) Source : données de Faostat. 200 sortes d’épices en provenance du monde entier sont traitées chaque année sur le site de Carpentras. Ducros, qui l’avait mené sur le chemin de la gloire, n’est plus aussi bénéfique. A force d’investir, le groupe perd de l’argent. Chez les Ducros, les divergences familiales se ressentent – le père est un conquérant, tandis que ses fils sont plus soucieux des finances du groupe. En 1992, la famille se décide à vendre l’entreprise à Eridania- Béghin-Say, le pôle agroalimentaire du groupe italien Ferruzzi-Montedison. Huit ans plus tard, c’est le leader mondial des épices, l’américain McCormick, fondé en 1889, qui s’empare de la marque provençale pour environ 425 millions d’euros. Ducros profite depuis de la puissance de ce groupe pour poursuivre son développement. PARFUM D’INNOVATION Pour attirer les consommateurs de plus en plus désireux de s’initier à de nouvelles saveurs, Ducros ne cesse de se décarcasser. Chaque année, la marque renouvelle son offre. Au-delà de son répertoire de saveurs, l’entreprise a récemment relooké ses bocaux. Avec ce nouveau design, elle propose surtout une meilleure qualité : des herbes plus riches en huiles essentielles et un couvercle plus adapté, qui permet au produit de garder toute sa fraîcheur et tout son goût. Par ailleurs, Ducros a su moderniser son image en s’invitant sur le Net avec la création de son site. Outre la présentation des divers produits, un magazine culinaire en ligne, Epices et vous, propose chaque mois des recettes diverses et variées en mettant un produit à l’honneur. Ce mois-ci, direction l’Asie pour un voyage culinaire en compagnie du Père Ducros. Inde : 1600000 85,6% Chine : 66000 3,5% Bangladesh : 48000 2,6% Pakistan : 45300 2,4% Turquie : 33000 1,8% Népal : 15500 0,8% Autres pays : 60900 3,3% DR DELESSARD/NECO/SIPA ÉCONOMIE 9 CEPASCO La référence historique Le Spigol, un mélange de piment, safran, curcuma et autres épices. ■ C’est grâce à son expérience de mousse dans la marine marchande qu’Albert Ménès découvre les parfums d’épices. En 1921, il fonde la maison Albert Ménès et importe du monde entier des produits d’épicerie rares. En 1971, grâce à sa rencontre avec Thierry Hervey, la maison Albert Ménès se lance dans la distribution en libre-service. Connue pour ses bocaux d’épices, elle a étendu peu à peu son offre aux confitures, biscuits et conserves. Aujourd’hui, la société Albert Ménès affiche 380 références d’épicerie, avec des gammes très larges : 22 miels, 64 épices, 36 types de biscuits sucrés ou salés. ■ Amora, avec ses mélanges en poudre d’épices et d’aromates, s’est imposée sur le marché. Devenue l’une des marques préférées des Français, elle est au départ connue pour sa moutarde. Tout commence en 1703, avec François Naigeon, fils de laboureur, reçu maître vinaigrier à Dijon. En 1750, son fils, Jean- Baptiste, révolutionne la moutarde en substituant le jus de raisin au vinaigre pour une meilleure conservation. Déposée en 1919, la marque Amora ne sera lancée qu’en 1934. A partir de 1950, la marque élargit son marché aux cornichons, olives et épices. Autre succès qui fera sa réputation : le concept de la vinaigrette prête à l’emploi, lancé en 1985. Depuis 2000, Amora appartient au groupe Unilever. ACTEURS DU MARCHÉ ■ Depuis la fin du XIX e siècle, Cepasco propose des assaisonnements et condiments sous la marque Spigol. En 1876, Antoine Espig, originaire d’Espagne, s’installe à Alger et commerce le safran importé de la péninsule ibérique. Son fils lui succède en 1899, et met au point un nouveau produit : le Spigol (un mélange de piment doux, de curcuma, d’épices nobles et de safran). Distribué dans un premier temps en Algérie, au Maroc et en Tunisie, le Spigol est commercialisé avec succès dans les années 1930, en métropole et en Espagne. En 1962, la famille Espig quitte l’Algérie pour s’installer à Marseille, et y crée la SARL Cepasco (Centrale des épices, assaisonnements et condiments). ALBERT MÉNÈS La finesse des épices Gilbert Ducros, fondateur de Gyma. Epices « Baies roses » d’Albert Ménès. GYMA Les épices surgelées ■ Après avoir vendu Ducros, le roi des épices fonde en 1992 le groupe Gyma pour Gilbert, Yves et Marc. La famille n’est pas prête de délaisser son domaine de prédilection et se relance dans les sauces et condiments, herbes et épices, tout en se convertissant à la surgélation des sachets d’herbes surgelées. Au fil des ans, Gyma s’impose sur de nouveaux marchés. Son succès est tel que les produits sont diffusés peu à peu à travers toute l’Europe. La marque s’installe en Angleterre, en Belgique, en Pologne, au Portugal et en Espagne grâce à la création de filiales commerciales. Aujourd’hui, Gyma réalise environ 150 millions de chiffre d’affaires, et produit 80000 tonnes de sauces et épices. AMORA Par amour du goût A partir de 1950, la marque a élargi sa gamme aux épices. DR DENIS/REA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :