Direct Soir n°298 14 fév 2008
Direct Soir n°298 14 fév 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°298 de 14 fév 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Laetitia Casta, un amour d'actrice

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°298/Jeudi 14 février 2008 6 EN COUVERTURE Ce sont les rêves qui donnent envie de vivre. Interview extraite du magazine Maxi, mars 2001. les propositions de l’agence Madison, avant de l’accompagner à Paris pour une photo test. En deux semaines, elle devient mannequin vedette de l’agence, et défile pour Jean Paul Gaultier. Tout s’emballe pour la jeune modèle, jusqu’à la couverture du magazine Elle en 1994. S’ensuit un contrat avec la marque Guess, où elle sublime la vision du designer Paul Marciano. La première fois qu’il l’a vue, « elle avait l’air d’une jeune fille de 12 ans, mais je l’ai regardée plus attentivement, et j’ai été stupéfait par la construction parfaite de son visage. Je ne pouvais plus me départir de son regard ! ». Sa silhouette, imparfaite selon les normes strictes du milieu, dérange. On lui conseille volontiers un régime ou un « lifting » des dents. Ce qu’elle refuse. Son sourire, c’est aussi sa force, cet air malicieux plus que coquin, adolescent plus qu’adulte. Ses mensurations TROIS REPÈRES P.BOUCLIER/PHOTONONSTOP Lætitia Casta au Festival de Cannes en 2004. MARIANNE ■ Beaucoup regrettent la présence de son buste dans les bâtiments officiels. Remplacé en 2003 par Evelyne Thomas, Lætitia Casta demeure dans les esprits l’incarnation physique du symbole de Marianne. Choisie par les maires en 2001 (devant Estelle Hallyday, Nathalie Simon, Patricia Kaas), elle succède à de nombreuses et prestigieuses Françaises, dont Brigitte Bardot. exceptionnelles (90C-61-90) l’amènent tout naturellement vers la lingerie, et elle devient en 1996 l’une des cinq « Angels » de Victoria’s Secret. Egérie également de L’Oréal, dès 1998, aux côtés de Kate Moss et de Jennifer Aniston, année où elle devient la « femme la plus sexy de la planète », selon le magazine Rolling Stone. Lors de ses récentes dernières poses, une grande campagne pour des galeries commerçantes, elle apparaissait en femme moderne sous l’objectif de Jean-Paul Goude. LOUVE PARMI LES LOUPS En donnant naissance à son premier enfant, Sahteene (qui se prononce Satine) en 2001, elle ne met pas de terme à sa carrière de mannequin mais lève définitivement le pied. Toujours à cheval entre New York, Paris et Londres, elle alterne B.ENGUERAND tournages, séances photos et baby-sitting. Aujourd’hui, Lætitia Casta est devenue sereine, elle va où elle veut aller. Celle qui déclarait n’avoir besoin pour être heureuse que de « l’air de la montagne, de pain et de fromage », entretient sa forme en nageant, en faisant du jogging et, par-dessous tout, « en riant aussi fort que possible pendant au moins 15 minutes par jour ». C’est son secret de beauté. C’est aussi comme cela qu’elle entretient sa vie personnelle, tout en discrétion. Elle ne fait pas la une des tabloïds, contrairement à Kate Moss, qu’elle a souvent croisée sur les podiums. Cette jeune femme a su sortir d’un monde de loups et devenir louve au sens de la métaphore romaine : généreuse, paisible et renfermée sur son cercle familial, mais tout aussi déterminée et indépendante. THÉÂTRE ■ Si le grand public se souvient d’elle dans La bicyclette bleue ou Les âmes fortes de Raoul Ruiz, son passage sur les planches des théâtres a moins marqué les esprits. L’ex-mannequin a pourtant interprété Ondine dans la pièce du même nom mise en scène par Jacques Weber en 2004. M.KALTER/AKG IMAGES JACOVIDES/BORDE/ANGELI VUE PAR Gilles Legrand, réalisateur « Une détermination alliée à une vraie fraîcheur » ■ « Lætitia Casta avait toutes les qualités que je souhaitais pour Angèle, une détermination alliée à une vraie fraîcheur. Elle avait très envie de faire le film et elle a loyalement accepté le jeu des essais. J’aime son côté instinctif, fonceur. Sur le tournage, elle s’est en plus révélée d’un très grand courage. Au-delà de son jeu, elle n’a jamais reculé. Elle m’a quelquefois bluffé par sa spontanéité, son audace. Dehors, dans la neige à 1 800 mètres d’altitude, avec un loup qui claquait des dents à deux centimètres de son visage, elle allait jusqu’au bout et même un peu plus loin, toujours prête à y retourner s’il le fallait ! C’était impressionnant ! Je trouve qu’elle apporte à son personnage une beauté, bien sûr, mais aussi un élan, une conviction et une sincérité ingénue. » YSL ■ Trois lettres, le sigle d’un grand nom de la mode qui n’a pas résisté aux charmes de la belle Lætitia. Avec l’ancien couturier, elle entretient une relation qui va au-delà du rapport professionnel. Lors du défilé d’adieu d’YSL, accompagnée de Catherine Deneuve, elle a chanté pour celui à qui elle demande encore conseil. F. DUFOUR/AFP
tf&NEf• PIXAR IUALL• E 1 l RENDEZ-VOUS LE 30 JUILLET AU CINÉMA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :