Direct Soir n°293 7 fév 2008
Direct Soir n°293 7 fév 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°293 de 7 fév 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Gordon Brown (Premier ministre britanique) sur tous les fronts

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Directsoir N°293/Jeudi 7 février 2008 12 CULTURE Impérial Beat Assailant Adam Turner n’a pas le parcours classique des rappeurs américains. C’est en rencontrant le frenchy producteur Danny Wild qu’il décide de faire vivre sa musique dans l’Hexagone, ce qui peut paraître paradoxal lorsqu’on a grandi dans une des villes les plus innovatrices en terme de hip-hop : Atlanta (Usher, Lil Jon, T.I., Ludacris, Outkast…). Beat Assailant apparaît sur la scène française en 2005 avec un premier album : Hard Twelve. Le succès est immédiat et l’artiste enchaîne concerts et festivals pendant deux ans, toujours accompagné de ses neufs musiciens (DJ, claviers, cuivres et choristes). De cette aventure humaine naît Imperial Pressure, album écrit et réalisé sur la route. Sa diversité musicale, ouvrant le hiphop vers le rock, le jazz, le funk, l’électro ou la soul, permet à Beat Assailant de passer l’étape difficile du second album avec brio. Parmi les invités, on retrouve notamment José Reis Fontão, chanteur du groupe Stuck In the Sound, sur le titre Better than Us. L’énergie et la spontanéité d’Imperial Pressure s’expliquent par le fait que chaque morceau a été enregistré dans les conditions du live, en une seule prise. Des titres comme Crash the Party nous transportent ainsi dans une ambiance folle de salle de concert. Beat Assailant électrisera vos glaciales soirées d’hiver. Imperial Pressure, de Beat Assailant (Discograph), sort ce lundi. Le rappeur sera en concert le 15 mars au Bataclan de Paris et dès aujourd’hui en tournée dans toute la France. La bonne ADRESSE Le bonheur de Mathieu Johann■ La route a été longue. Pleine d’embûches, de déceptions, de demi-succès, mais la ténacité de ce jeune homme de 27ans a fini par payer. Quatre ans après la Star Academy qui l’a révélé au public, Mathieu Johannsort son premier album chez Sony. Intitulé Le bonheur ça fait mal, l’opus de quatorze titres oscille entre chanson française traditionnelle et tonalités pop-rock à la Damien Saez. Les textes sont un peu sombres, mais l’émotion est là. Depuis hier soir, Mathieu Johannest au Sentier des Halles pour « retrouver la flamme, mettre le feu au carburant », le tout en chansons. Mathieu Johann, Le bonheur ça fait mal, Sony, sortie le 11 février. En concert jusqu’au 10 février au Sentier des Halles, 50, rue d’Aboukir, Paris 2e. www.sentierdeshalles.fr F. TONDRE/REA N.STERNALSKI/KR IMAGES PRESSE Beat Assailant aux 10 e nuits du Sud à Vence (06) en août 2007. MUSIQUE SE FAIRE DU BIEN EN SE FAISANT PLAISIR Voici une adresse 100% light qui ne vous fera pas prendre de poids. Il ne s’agit pas d’une ferme, mais d’un lieu qui peut vous faire voyager. La décoration intérieure la fait ressembler à une auberge scandinave. Tables et bancs sont en pin, et vous pouvez vous installer dans des sièges en rotin ou en jonc, tout en étudiant les peintures au pochoir qui ornent les murs. Vous souhaitez manger sain, et en profiter pour garder la ligne ? Cet établissement vous invite à une halte de bien-être. A la carte, on R. SAINT-CLAIR/ANGELI ne vous propose que des produits 100% bio. Il y en a pour tous les goûts. Vous aimez les rouleaux de printemps ? Ils seront aux crudités et bio. Vous êtes plutôt attiré par du thon ? Dégustez le thon mélangé à des légumes. Vous êtes un gourmand ? Pensez à la salade de fruits. Et les propositions de plats n’en finissent pas. Les prix varient entre 3 € en moyenne et 10 €. La ferme Opéra, 57, rue Saint-Roch, Paris 1 er (0140201212). Ouvert tous les jours (brunch le dimanche). Electro-clash française ■ Inspirés par de grandes références rock (des Stooges à Kraftwerk), les Dead Sexy Inc. créent un son très actuel, à la frontière de l’électro et du rock tendance punk. Kamikaze, leur dernier album, est donc une bonne nouvelle pour les oreilles mais aussi pour les jambes, car on attrape vite la bougeotte avec les rythmes syncopés. Intrigant également, leur collaboration pour le clip du single, qui sera réalisé par le studio Nekome (à voir en mars). Ils seront demain soir en concert avec Jad Wio au Trabendo. Idéal pour découvrir les titres de Kamikaze, et subir quelques suées électriques. Dead Sexy Inc. et Jad Wio jeudi au Trabendo, Parc de La Villette, Paris 19e. Fatale interview Gangsters réels DR DVD ■ Match de boxe psychologique, le film Interview de SteveBuscemi est le remake du chef-d’œuvre du controversé Theo Van Gogh. Petit neveu du célèbre peintre, cet auteur, journaliste et réalisateur hollandais, a été assassiné en novembre 2004. Son projet de film, situé à New York, est alors repris par l’équipe originelle avec SteveBuscemi aux commandes. Cette histoire d’interview d’une starlette américaine par un journaliste aigri tourne à la rencontre explosive entre deux êtres que tout oppose. Mais une troublante attirance va bouleverser leur relation. Les bonus du DVD présentent le film original de Theo Van Gogh. Interview de SteveBuscemi, Diaphana Edition Vidéo, 20 €. DARE FILMS/DR ■ Sur le papier, le projet de Donal MacIntyre paraissait fou. Le journaliste, reporter et réalisateur, après avoir travaillé sur des sujets aussi sensibles que la traite des blanches, a décidé de filmer le quotidien d’un clan de mafieux de Manchester. Dominic Noonan, parrain du clan le plus puissant de Manchester, a accepté d’accueillir le réalisateur, qui montre simplement et sans aucun jugement la violence et les difficultés d’une ville abandonnée par le système policier classique. Une plongée dans un univers généralement traité par le biais de la fiction. A Very British Gangster, de Donal McIntyre, Bac Films.
DR A.SISSAKO/DR www.directsoir.net Flic et voyou ★★★★★ Guillaume Canet et François Cluzet sont à nouveau réunis, frères flic et truand dans « Les liens du sang », inspiré à Jacques Maillot par des faits réels. Dans le Lyon des années 1970, Gabriel retrouve François, son cadet, après dix ans derrière les barreaux. Entre ces deux hommes que tout oppose, les liens du sang sont inaliénables. Malgré ses réticences et ses frustrations, François soutient son frère. Il lui trouve un logement, un boulot, lui offrant un peu de stabilité. Mais les vieux démons de Gabriel ne tardent pas à le rattraper. S’en sortiront-ils indemnes ? Après les aventures du gang des postiches portées sur grand écran par Ariel Zeitoun, et bientôt les vies hors du commun de Jacques Mesrine ou d’Albert Spaggiari, les mauvais garçons inspirent le septième art. Jacques Maillot s’est, lui, intéressé à l’histoire intime des frères Papet. Dans Les Jacques Maillot, Guillaume Canet liens du sang, le réalisateur livre une et François Cluzet adaptation libre de leur autobiographie, ont rencontré les frères Papet à de nombreuses Deux frères - flic et truand. Un duo interprété par François Cluzet, étonnant reprises. Ces derniers ont été présents sur les lieux bandit mariol, et Guillaume Canet, jeune du tournage à Lyon. inspecteur de police droit dans ses bottes. Guillaume Canet interprète François, frère policier de Gabriel (François Cluzet), fraîchement sorti de prison. Dans ce long métrage au réalisme brut, FESTIVAL Le réalisateur malien Abderrahmane Sissako. ■ Tiré du best-seller éponyme de Cecelia Ahern, P.S. : I Love you est un film sur la mort, l’amour et l’espoir. Holly (Hilary Swank) n’a que 28 ans lorsqu’elle perd son mari Gerry. Dévastée par le chagrin, elle est sur le point de renoncer à la vie, lorsqu’elle reçoit une lettre de lui. Pour aider sa femme à se reconstruire, Gerry a tout prévu. Chaque message incite Holly à faire un pas en avant : acheter une lampe, aller danser, partir en week-end avec ses amies, etc. Traitée sur le ton de la comédie, cette histoire tragique est à la fois drôle et émouvante. La prestation d’Hilary Swank, découverte dans Million Dollar Baby, est étonnante. Son rôle de femme enfant un peu superficielle lui va à ravir. A noter également, la présence de Lisa Kudrow L’Afrique et le 7 e art ■ La Cinémathèque fête cinq décennies de cinéma africain et rend hommage à son pionnier, Ousmane Sembène. Avec plus de 80 films projetés, des avant-premières, des tables rondes, Africamania, présidée par Costa-Gavras, redore le blason d’un 7 e art trop souvent laissé pour compte. Des années 1960 à aujourd’hui, de la décolonisation au retour aux sources, l’Afrique fait son cinéma. Africamania, jusqu’au 17 mars à la Cinémathèque française, 51, rue de Bercy, Paris 12e. P.S. : la vie continue Avec « P.S. : I Love you », Richard LaGravenese conjugue comédie romantique et drame sentimental Gerry (Gerard Butler) et Holly (Hilary Swank). (Phoebe de Friends), qui fait souffler un vent de folie sur ce film un poil long. P.S. : I Love you, de Richard LaGravenese, en salles. 2005 - SND GROUPE M6 CULTURE 13 CINÉMA on retrouve avec plaisir les R5 d’époque, les blousons de cuir, les coupes « cheveux au vent », comme les états d’âme de deux hommes. A la rigueur de l’un répond l’exaltation de l’autre. Pas de raccourci manichéen, pas de bon et de méchant, Les liens du sang révèle des personnages complexes égratignés par la vie. Si Gabriel, brillamment interprété par un François Cluzet aussi détestable qu’attachant, fanfaronne avec malice pour échapper à une réalité qui ne lui convient pas, François se torture l’esprit, refoulant toutes les erreurs d’un aîné longtemps adulé. Jacques Maillot a su flairer la complicité qui lie ces deux acteurs, tout comme le talent de Guillaume Canet pour des rôles « laborieux ». A leurs côtés la vie défile : les coups de cœur, les femmes (Clotilde Hesme, Marie Denarnaud), les tragédies. Dix ans après Nos vies heureuses, Jacques Maillot livre un film profondément humain, une réflexion sur la fraternité faite d’amour et de tyrannie, menée à un train d’enfer par deux grands du cinéma français. Les liens du sang, de Jacques Maillot, en salles.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :