Direct Soir n°29 29 sep 2006
Direct Soir n°29 29 sep 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de 29 sep 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Scarlett Johansson supernova

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
MALICIA/ABACAPRESS Directsoir t Vendredi 29 septembre 2006 18 PEOPLE Elle ne sait pas encore dire « papa », mais la fille du plus célèbre des rockers français est déjà terrible ! D Les Beatles sont timbrés ! Une nouvelle série de timbres rock est à l’étude en Grande-Bretagne. Ils afficheront les couleurs des pochettes de six albums des Beatles… Un hommage joliment adressé ! I.L. errière ses lunettes noires, Johnny Hallyday fond pour les beaux yeux de Jade, sa fille adoptive. Et pour coller à son image de rocker tout en montrant que son bébé lui colle à la peau, la (toujours) « idole des jeunes » a eu la meilleure des idées : se faire graver à jamais son nom en chinois sur l’avant-bras. Selon le site Internet du Point, il aurait fait appel à Christian Audigier, un célèbre styliste pour dessiner le plus symbolique de ses tatouages. En chinois, « Jade » s’écrit en un seul idéogramme, et non en quatre, comme les lettres « J.A.D.E. » qu’il aurait maintenant sur la peau. Et la signification de ces quatre lettres accolées les unes aux autres ne correspond pas du tout à la fausse image de « dur » que l’on se fait parfois de celui qui est capable de remplir le stade de France de « bikers » et de fans en furie. La vérité, c’est que Johnny est un homme sensible, et qui grâce à son épouse Laetitia, a trouvé la sérénité qui avait pu lui manquer autrefois. En chinois, « J.A.D.E. » veut dire : « la petite maison dans la prairie » ! Quand il chante à Bercy, au Palais des Sports ou en tournée (en ce moment même), Johnny, entre les représentations, appelle Jade au téléphone. Cette fille-là lui fait un effet « terrible ». ERIC DESSONS/JDD/GAMMA OLIVIA DE KERLAND JOHNNY HALLYDAY L’AMOUR DE SA VIE ROYAL MAIL/PA-EMPICS/ABACAPRESS.COM SOLO/VISUAL PRESS AGENCY RICHARD BRANSON RIDICULISE PARIS ! Le milliardaire Richard Branson, patron de Virgin, a organisé une grande soirée pour l’anniversaire de son fils. L’héritière Paris Hilton figurait parmi les convives. Lorsque Richard a appris qu’elle se déguiserait en Alice au pays des merveilles, il a demandé à ses 60 serveuses d’en faire de même. Si bien qu’à son arrivée, elle s’est vite sentie mal. Un invité l’aurait interpelée pour lui demander un verre. Quelle honte… Il est gonflé ce Richard ! LAURIE CALLIER EN COUV. Jade (à gauche sur la photo), Laetitia et la rock-star. Jay Z : comes back ! Le temps de convaincre Beyonce de l’épouser et le voilà de retour ! Le rappeur US sera dans les bacs le 21 novembre avec Kingdom come. Il s’est entouré de Chris Martin (Coldplay) Dr Dre, The Neptunes ou encore Kanye West. Une tournée suivra. ISABELLE LABROUSSE ALBERT FERREIRA/STARTRAKS/ABACAPRESS.COM
www.directsoir.net L’exclu Directsoir « Lorsqu’Emilio Estevez m’a proposé d’interpréter un personnage antipathique, j’ai dit oui tout de suite et je me suis appliqué à le rendre le plus odieux possible. » Christian Slater S. BENHAMOU/GAMMA Christian Slater, le repoussoir du film et Emilio Estevez, son réalisateur enthousisate. BOBBY LE FILM ÉVÉNEMENT Interview croisée avec l’acteur-réalisateur Emilio Estevez et le comédien Christian Slater. Quand avez-vous décidé de faire ce film dont le seul et véritable héros est Bobby Kennedy ? Emilo Estevez : J’ai commencé à écrire ce sujet en 2000 et je l’ai fini en 2001 sachant que nous avons connu le 11-Septembre et que le monde s’est retourné. À l’époque, personne ne voulait faire ce film, c’est un drame dans lequel il y a 22 personnages différents et mon angle a été de dire que Bobby Kennedy est le personnage principal. Bobby n’est pas un film polémique mais un film humaniste et vous avez, par ailleurs, une distribution exceptionnelle. Emilo Estevez : En effet Demi Moore, Sharon Stone, Anthony Hopkins, Martin Sheen, Elija Wood, Christian Slater, Harry Bellafonte et tant d’autres, mais ils n’étaient pas là pour leur célébrité mais pour leur habilité en tant qu’acteurs. Chacun des personnages a une histoire. Ce film parle de la condition des femmes, l’inégalité raciale, du Vietnam. Souvenons-nous qu’il y a eu l’assassinat de Martin Luther King, celui de Bobby Kennedy, les manifestations à Paris, peut-être pouvons dire que 1968 a été l’année la plus importante du dernier siècle. Christian Slater, parlez-nous de votre rôle : Christian Slater : Tout d’abord, jouer dans ce film a été un réel bonheur, ma mère, qui est mon agent, m’a parlé du sujet, elle avait lu le script et elle avait raison. Mon personnage est un homme qui, contrairement aux autres rôles, n’est pas heureux mais aigri. Il se contente du statu quo mais pas du changement, il n’était pas touché par le message de Bobby Kennedy. Ne craignez-vous pas que l’on vous reproche votre engagement politique ? Emilo Estevez : Mais est-ce que ce n’est pas ça le cinéma finalement ! Le problème aux États-Unis aujourd’hui, est que les films n’ont pas de couleur politique, l’art est toujours politique donc tu prends des risques. Cela fait 10 ans que je n’ai pas tourné mais j’ai des opinions, je suis de gauche et il est vrai que l’on est à l’âge du pessimisme, c’est un véritable trou noir et j’espère qu’avec ce film les jeunes gens vont s’impliquer politiquement car aux États-Unis, ils ne regardent que les clips sur MTV. Pour conclure, Bobby est un film plein d’espoir et d’humanité. Christian Slater : Oui, vous savez aujourd’hui on n’est plus en sécurité, on va dans une direction qui n’est pas la bonne, on a besoin d’être rassuré et ce film rassemble, unit... Emilo Estevez : Absolument, certains diront aux États-Unis, que j’ai voulu diviser les Américains, mais bien au contraire Bobby réunit. Tu es ma sœur, je suis ton frère, c’est comme ça et on n’y peut rien. Nous sommes connectés dans nos joies et dans nos peines, et c’est ce qui est dit dans le film « Nous partageons le même petit moment de vie ». RACHEL BOURLIER STEPH/VISUAL PRESS AGENCY VAN TINE DENIS/ABACAPRESS.COM CAMERAPRESS/GAMMA MARIA CERDA/VISUAL PRESS AGENCY Beyoncé au régime Pas d’inquiétude, Beyoncé ne veut pas vraiment perdre ses rondeurs. Mais pour les besoins du dernier film dans lequel elle interprète le rôle de Deena, la chanteuse a dû perdre du poids pour vieillir son personnage au cours de l’histoire. Elle a déclaré : « Le plus sympa a été de le reprendre ensuite. » Jennifer Aniston reine de la mode Le magazine américain people vient de sacrer Jennifer Aniston la femme la mieux habillée d’Hollywood. L’ancienne comédienne de Friends avait déjà été élue une année la star la plus belle et la préférée des Américains. Cette fois, ce sont les internautes qui ont donné leur choix. La classe ! Stop aux scènes de sexe ! Eva Longoria en a assez ! Trop c’est trop, Eva n’en peut plus de tourner des scènes de sexe pour la série Desperate Housewiwes. Elle explique « quand je sors du lit, je suis épuisée par la chaleur qui règne sur les plateaux à cause de la lumière des projecteurs ». Pas facile la vie de star. À bon entendeur ! Directsoir t Vendredi 29 septembre 2006 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :