Direct Soir n°283 24 jan 2008
Direct Soir n°283 24 jan 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°283 de 24 jan 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Open d'Australie : Tsonga en finale !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
G. WOOD/AFP 10 Directsoir N°283/Jeudi 24 janvier 2008 20 22 EN JEUX COUVERTURE JO-WILFRIED TSONGA ■ Profil : - 22 ans. - Né le 17 avril 1985 au Mans (72). - 1,88m, 90 kg. - Droitier, revers à deux mains. - Point fort : sa dimension physique. - Point faible : son revers. Entraîneur : Eric Winogradsky. ■ Parcours tennistique : - Club de Fay (72). - Université du Maine. - Club de Coulaine (72). - Pôle espoir de Poitou-Charente. - Insep à Paris. - CNE Roland-Garros. ■ Evolution classement ATP : - 2008 (au 14/01/2007) : 38. - 2007 : 43. - 2006 : 212. - 2005 : 338. - 2004 : 163. Classement ATP Race : - 2008 (en cours) : 17. - 2007 : 68. ■ Meilleur parcours en Grand Chelem : - Australie : demi-finale. - Roland Garros : 1 er tour. - Wimbledon : 8e. - US Open : 16e. Le tennisman français s’est qualifié ce matin pour la finale de l’Open d’Australie. Le joueur de 22 ans a infligé un cinglant 6-2, 6-3, 6-2 au n°2 mondial Rafael Nadal dans un match qui a duré moins de deux heures. En finale, il affrontera le vainqueur du match Federer-Djokovic. Open d’Australie Tsonga terrasse Nadal C’est un événement. Le nouveau champion du tennis français, Jo-Wilfried Tsonga, vient de battre le n°2 mondial, Rafael Nadal, et jouera la finale du prestigieux tournoi du Grand Chelem de Melbourne. A 22 ans, et après trois longues saisons de galère, « Jo » a définitivement changé de dimension. D’espoir, il vient d’entrer dans le cœur de la France du tennis comme le digne successeur du grand Yannick Noah. Au-delà du sport, la ressemblance est frappante. Comme son aîné, Tsonga est né d’une mère française et d’un père africain, venu du Congo pour devenir professeur de physique. De cette union, le jeune homme a puisé cette touche qui le rend si attachant et si authentique. A la différence de Gaël Monfils et surtout de Richard Gasquet, surmédiatisé depuis ses premiers coups de raquette, Jo est resté dans l’ombre et a patiemment attendu son heure. Pur produit de la filière fédérale, Tsonga a gravi un à un les échelons vers les sommets du tennis mondial. Alors qu’il n’est qu’un jeune joueur en devenir, il prend son premier envol en intégrant, à 13 ans, le pôle espoir de Poitiers. Loin de ses bases, il se révèle très vite au côté de Patrick Labazuy. Ses progrès sont fulgurants, il devient champion de France des 13-14 ans en 1999 et passe de 15/3 à -15 en seulement deux ans. Cette réussite lui ouvre logiquement les portes de l’Insep, puis celles du centre national d’entraînement de Roland-Garros. C’est au sein de La Mecque du tennis français que le jeune espoir rencontre son futur entraîneur, Eric Winogradsky. Ce tandem va traverser des tempêtes. Les blessures accablent le Manceau qui garde pourtant foi en son avenir. Entre ses douleurs au genou, au poignet et une hernie discale, Tsonga signe sa première grande victoire sur le circuit professionnel en battant Carlos Moya, alors 4 e joueur mondial, au tournoi de Pékin, en 2004. Mais, très vite, les pépins physiques le rattrapent et il ne fait plus parler de lui pendant deux ans. Jo-Wilfried Tsonga est le troisième joueur français à atteindre la finale de l’Open d’Australie. Seul Jean Borotra en 1928 et Arnaud Clément en 2001 avaient réussi une telle performance. Jo-Wilfried Tsonga (à gauche), vainqueur de Rafael Nadal (6-2, 6-3, 6-2). A l’aube de 2007, enfin réconcilié avec son corps, il peut exploiter pleinement sa puissance, notamment au service. Un an avant son exceptionnel parcours sur le Rebound Ace de Melbourne, il retrouve Andy Roddick au premier tour de l’Open d’Australie et pousse l’Américain dans ces derniers retranchements lors d’un premier set d’anthologie. Vainqueur du jeu décisif le plus long de l’histoire du tournoi conclu 20 à 18, il lâche ensuite le match. La carrière du Français est lancée. Il atteint les 8 es de finale à Wimbledon, éliminé par son ami Richard Gasquet. Sûr de son jeu, Jo- Wilfried Tsonga sait qu’il revient de loin et aborde 2008 avec une terrible rage de vaincre. Prochain objectif : intégrer les dix meilleurs joueurs mondiaux. VU PAR NICOLAS GUENZET Un de ses premiers entraîneurs, à Poitiers. Quelles sont les spécificités du jeu de Jo-Wilfried Tsonga ? Je dirais d’abord sa puissance physique. J’inclus la puissance pure de ses coups, mais aussi sa vitesse de déplacement. Son jeu est construit autour de son service et de son coup droit. C’est un attaquant, son tennis est axé vers l’avant, vers le filet. Que dire de son mental ? Il a une grande confiance en son jeu. Tout gamin, il était persuadé de réussir et il s’en est donné les moyens. Ses années de galère lui ont forgé un caractère. Cela lui sert aujourd’hui sur le court. Il est ressorti grandi de cette période-là où beaucoup auraient tout lâché. L’après-Open d’Australie ? Ça va être la période délicate. Tout va dépendre de la manière dont il va digérer son parcours. Mais il a les moyens d’intégrer le Top 10. Il est jeune et il va encore progresser. Richard Gasquet a eu une ascension fulgurante, Jo-Wilfried a mis plus de temps mais ils ont le même potentiel. S. MILLIGAN/REUTERS
A. KISBENEDEK/AFP D. CLARKE EVANS/NBAE VIA GETTY IMAGES/AFP M. CHRETIEN/PPG/ICON SPORT www.directsoir.net CAN 2008 Le Maroc sur sa lancée Le Marocain Michael Chrétien. 130 sur ■ Après n’avoir fait qu’une bouchée de la Namibie (5-1), lors de leur premier match, les Marocains voudront remporter une deuxième victoire consécutive ce soir. La tâche s’annonce un peu plus difficile face à une formation guinéenne qui n’a déjà plus le droit à l’erreur. Dans ce même groupe A, le Ghana recevra des Namibiens qui ne se font guère d’illusions. Hier soir, le Sénégal et la Tunisie ont fait match nul (2-2), dans le groupe D, comme l’Afrique du Sud et l’Angola (1-1). NBA Les Spurs sont de retour Tony Parker hier soir. ■ La nuit dernière, les San Antonio Spurs sont allés battre les Lakers. Une victoire qu’ils doivent en grande partie à leur intérieur Tim Duncan auteur d’un beau match (28 points, 17 rebonds, 4 passes décisives). Tony Parker s’est contenté de 16 points. Côté Lakers, Ronny Turiaf s’est illustré avec 14 points, 4 rebonds et 4 contres. Bonne nouvelle pour Joakim Noah, qui s’est offert 14 points, 15 rebonds et 3 interceptions, participant ainsi à la victoire des Bulls face à Indiana (108-95). Les autres Tricolores sont restés plutôt discrets avec 9 points pour Johan Petro et 5 points pour Yakhouba Diawara. HANDBALL Les Bleus en balade Le Français Jérôme Fernandez (à g.). RÉSULTATS M. PHILBEY/EPA C’est en millions de francs suisses (soit 81 millions d’euros) la somme qui a été proposée à Roger Federer par l’équipementier Nike pour arborer la marque américaine les courts de tennis. ■ Leur billet pour les demifinales de l’Euro en poche, les joueurs de l’équipe de France de handballabordent sans pression le match d’aujourd’hui (17h20) contre la Hongrie. Une aubaine pour Claude Onesta, qui va pouvoir faire tourner son effectif et laisser les cadres au repos. Les organismes en auront besoin après la débauche d’énergie dépensée face à l’Allemagne. Derrière la France, le deuxième ticket pour le dernier carré va se jouer entre les Suédois et les Allemands. Dans l’autre groupe, impossible encore de connaître l’adversaire des Bleus. Le Danemark, la Croatie et la Norvège se tiennent en 1 point. FOOTBALL/LIGUE 1 Sitôt le match de Lyon contre Lorient terminé (2-0), les Girondins de Bordeaux et leur entraîneur Laurent Blanc comptaient à nouveau six points de retard sur le leader rhodanien.Autant dire que le faux pas face à Lens (0-3) a été vite corrigé pour les sextuples champions de France. Ainsi Bordeaux, invaincu lors des six derniers matchs après sa déroute contre Caen (5-0) le 24 novembre, devra poursuivre sur cette dynamique pour espérer pouvoir accrocher Ben Arfa, Benzema et les étoiles lyonnaises dans le sprint final. Mieux, Bordeaux n’a plus perdu à Chaban- Delmas depuis 3 mois et demi, contre Lyon (1-3) justement. A l’époque, les Marine et Blanc ne pouvaient pas s’appuyer sur le phénomène Cavenaghi. Chamakh parti à la CAN avec le Maroc, l’Argentin poursuit son opération séduction, et continue d’offrir des points à son équipe, avec 3 buts lors des derniers matchs. Avec une victoire, Bordeaux peut revenir à 11 Bordeaux pour poursuivre, Roussey pour survivre Le Bordelais Cavenaghi. LÉGENDE SPORTS Le dernier match de la 22 e journée de Ligue 1 oppose ce soir Bordeaux à Saint-Etienne. Une rencontre qui revêt des enjeux différents pour les deux équipes. trois points de Lyon et s’éloigner un peu plus largement de Nancy, troisième. L’ancien dauphin des Gones, qui était calé à la 2 e place jusqu’à la 20 e journée, ne gagne plus depuis sept matchs et a perdu deux nouveaux points à Picot, face à Marseille hier (1-1). L’occasion pour le Bordeaux 2008 d’améliorer encore sa cuvée, en cas de victoire face à une équipe de Saint-Etienne un peu verte. Dans le Forez les choses compliquées continuent à empoisonner la vie du club. L’instabilité du poste de l’entraîneur, Laurent Roussey, est désormais officielle, même s’il est encore en poste… Eu égard sans doute à la victoire contre Rennes (2-0) lors de la dernière journée. Une tolérance qui pourrait se périmer en cas de contre-performance contre Bordeaux, et plus encore après le derby face à l’Olympique Lyonnais, dimanche. Autant dire que le staff de Laurent Roussey vit des heures décisives. Début de réponse ce soir… MICHAEL CHANG ■ Michael Chang a obtenu hier 75% des votes du comité de sélection du Hall of Fame, composé de 207 membres représentant dix-huit nations, ce qui lui vaut d’être admis au Panthéon de la gloire du tennis. Agé de 35 ans, l’Américain s’est rendu célèbre en 1989, année où il a remporté Roland-Garros, devenant à 17 ans le plus jeune joueur à rafler l’Open de France. En seize ans de carrière, Chang a atteint le rang de n°2 mondial, et est resté pendant sept ans dans le Top 10. Il a remporté 34 titres sur le circuit ATP. OPEN D’AUSTRALIE Ivanovic-Sharapova : une finale attendue Il n’y a pas eu de surprise, cette nuit dans le tableau féminin. Maria Sharapova et la Serbe Ana Ivanovic se sont qualifiées pour la finale de l’Open d’Australie, samedi. La Russe a dominé assez facilement Jelena Jankovic en deux petits sets (6-3 6-1). Dans l’autre demi-finale, le match a tenu toutes ses promesses. D’abord dépassée par le jeu de Daniela Hantuchova, Ivanovic s’est bien reprise ensuite. Le dernier set, très accroché, s’est finalement joué sur une erreur d’arbitrage (0-6, 6-3, 6-4). La Serbe accède à sa deuxième finale en Grand Chelem, après Roland-Garros l’an passé. A noter, la qualification des Français Arnaud Clément et Mickaël Llodra en finale du double. Ils rencontreront les Israéliens Jonathan Erlich et Andy Ram. Ana Ivanovic Maria Sharapova J. ABRAM WAINWRIGHT/EPA WIRE IMAGE/ICON SPORT ROMAIN PERROCHEAU/ICON SPORT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :