Direct Soir n°272 9 jan 2008
Direct Soir n°272 9 jan 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°272 de 9 jan 2008

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : David Douillet le champion des pièces jaunes

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
F. ZANETTINI/REA J. J. MAHÉ Directsoir N°272/Mercredi 9 janvier 2008 14 CULTURE CULTURE Liverpool 2008 Capitale européenne de la culture pour 2008, la ville de Liverpool accueillera cette année de nombreux événements musicaux et artistiques. Tour d’horizon des festivités. Liverpool a retrouvé une deuxième jeunesse grâce à un chantier de rénovation urbaine de 17 hectares. Liverpool, grande cité portuaire située au nord-ouest de l’Angleterre, aussi célèbre pour son équipe de football, les Reds, que pour avoir assisté à la naissance des Beatles, valorisera cette année son titre de capitale européenne de la culture. En ouverture des festivités, Ringo Starr et Dave Stewart donneront un concert exceptionnel samedi soir à la Liverpool Echo Arena. En juin, Sir Paul McCartney se produira au stade d’Anfield et de nombreux groupes de rock envahiront la ville lors de la « Liverpool Music Week » en novembre. La musique classique ne sera pas en reste. Tout au long de l’année, des récitals seront donnés par le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra. En marge de la programmation musicale, Liverpool Le spectacle Soli 2. TOP DES TOPS DR 1 Persepolis TF1 Video jkle multipliera les expositions d’art contemporain, notamment au Tate, plus grande galerie d’art moderne après celle de Londres. Jusqu’au 13janvier, Mark Wallinger, lauréat du Turner Prize 2007, et les trois autres finalistes, y sont exposés. En février, une rétrospective rendra hommage à l’œuvre de Niki de Saint Phalle, puis au peintre viennois Gustav Klimt. A l’automne se tiendra la 5 e édition de la Liverpool Biennial (seul festival international d’art contemporain de Grande-Bretagne). Enfin, une exposition sur Le Corbusier aura lieu dans la crypte de la Metropolitan Cathedral jusqu’à la fin de l’année. Liverpool partage son titre de Capitale européenne de la culture avec la ville de Stavanger en Norvège. Plus d’infos sur : www.liverpool08.com. FESTIVAL EXPO THÉÂTRE Déclinaisons de fils et de lumière ■ Le grand marché de l’art contemporain tient sa sixième édition à Bercy-Village. Sur le thème Fils et lumière, il est, selon la commissaire du salon Marie-Alice Peron, voué à mettre en avant « les arts textiles, tombés en désuétude depuis les années 1970 ». Divers supports servent ici à « mettre en valeur le fil et la lumière », déclinés de toutes les manières possibles : peinture, sculpture, gravure, photo, création design ou œuvre numérique. Cartonniers et tapissiers y tiennent une place non négligeable, à l’instar d’Anne Vial, qui a réalisé quatre tapisseries religieuses symbolisant les quatre saisons. Bercy-Village accueille cette année des artistes venus de nombreux horizons, d’Israël, du Japon ou d’Italie entre autres. Tous présents pour l’occasion, les créateurs contemporains répondent aux questions des visiteurs. Les œuvres exposées sont mises en vente. Sixième grand marché de l’art contemporain, à Bercy-Village, jusqu’au 13 janvier, Paris 12 e (01 56 53 93 93). Milk-shake de danses contemporaines Rendez-vous des hip-hopeurs et des chorégraphes contemporains, le Festival Suresnes cités danse fête sa seizième édition. Soixante danseurs confrontent leurs univers afin d’offrir un festival pluriel. Cette année, six chorégraphes présentent leur création dont Petites Histoires.com de Kader Attou, Urban Ballet d’Anthony Egéa, Tricôté de Mourad Merzouki, ou encore Roméos et Juliettes de Sébastien Lefrançois. Festival Suresnes cités danse, du 12 janvier au 6 février, Théâtre Jean-Vilar, 16, place Stalingrad, Suresnes (01 46 97 98 10). 2 Shrek 3 Paramount Pictures France 3 4 5 TF1 Video Pirates des Caraïbes Walt Disney Studio Home Pieds à terre, de Corinne Loyer. Boulevard de la mort TF1 Video Meilleures ventes de films en DVD Persepolis, le film tiré de la célèbre bande dessinée de Marjane Satrapi, fait son entrée dans le top. A Téhéran en 1978, Marjane commence sa vie d’adolescente pendant la révolution islamique. Un film drôle et poignant sur la situation des femmes iraniennes, qui a reçu le prix du jury au dernier Festival de Cannes. Légende : (e) nouvelle entrée - Source : La môme jkle jkle jkle jkle C. LOYER PHOTOS : P.MATSAS/OPALE - DR Une histoire de tous les jours ■ Mon colocataire est une garce est un condensé de quotidien entre deux jeunes gens que tout semble opposer. Elle est jolie, libérée et manipulatrice, lui maladivement timide, la libido proche du néant. Situations improbables et répliques mordantes rythment une pièce qui ne manque pas de sel. Mon colocataire est une garce, jusqu’au 4 mars, au Café-théâtre des beaux-arts de Bordeaux (05 56 94 31 31). NOUVELLES Miranda July, la touche-à-tout ■ Cette Américaine de 33 ans est à la fois plasticienne, musicienne et réalisatrice de Toi, moi et tous les autres, petit bijou de créativité et de poésie remarqué au festival de Cannes 2005. Dans le recueil de nouvelles Un bref instant de romantisme, elle s’essaie, avec la même insolente facilité, à l’écriture. On y retrouve son imagination foisonnante et décalée, comme dans cette histoire où la narratrice enseigne la natation à des retraités sur le sol de son appartement. Ses seize personnages sont tous des solitaires dont les rêves se fracassent au contact de la réalité. Restent ces brefs instants de romantisme que Miranda July capture en apesanteur. Un bref instant de romantisme, de Miranda July, Flammarion, 19 €. DR
PATHE www.directsoir.net CULTURE 15 CINÉMA L’autre rêve américain ★★★★★ Avec « Into the Wild », Sean Pennadapte l’histoire vraie de Christopher McCandless, un jeune Américain qui quitte tout pour un « road movie » en solitaire. L’histoire vraie de Christopher McCandless, interprétée par Emile Hirsch. Pour son premier film en tant que réalisateur depuis The Pledge en 2001,Sean Penns’est attaqué à un projet qui l’obsédait depuis près de dix ans : l’adaptation d’Into the Wild, un livre de Jon Krakauer qui raconte l’histoire vraie de Christopher McCandless. En 1990, ce jeune Américain de 22 ans, fraîchement diplômé de l’université, avait tout plaqué – famille, identité, argent, carrière – pour prendre la route. Durant deux ans, il sillonna les Etats-Unis. Sa quête initiatique l’emmena jusqu’en Alaska, où il tenta de vivre seul en communion avec la nature… Durant 2h30, Sean Pennfilme l’odyssée d’un jeune idéaliste nourri aux écrits de Tolstoï et de Thoreau, qui va fuir l’hypocrisie de sa Eddie Vedder, leader et chanteur du groupe PearlJam, a composé et interprété la majorité des onze pièces musicales de la bande originale du film. famille comme le matérialisme de la société occidentale.Son retour à la nature sera ponctué de rencontres avec des « gens vrais »,de défis physiques, ainsi que de réflexions consignées par écrit. Sous forme de road movie, Into the Wild fait défiler des paysages sublimes, des champs de blé du Dakota au désert californien. On sent Sean Penn, le rebelle d’Hollywood aux prises de position marquées sur l’Irak, totalement fasciné par son héros. Il fait de Christopher McCandless (incarné de manière intense et habitée par Emile Hirsch) le symbole de la résistance contre une société dans laquelle la possession et les apparences priment. Le manque de distance avec son sujet est la principale faiblesse du film. Le réalisateur flirte avec l’hagiographie, alors que l’égoïsme de ce jeune révolté (il laissa durant deux ans sa famille sans nouvelles) et un idéal parfois bien simpliste peuvent agacer. Reste que Sean Pennsigne une belle œuvre lyrique, dans la lignée d’une tradition typiquement américaine, proche de Holden Caulfield (mythique héros de L’attrape-cœurs de J.D.Salinger),de Sur la route de Jack Kerouac, d’Easy Rider ou des récits d’aventure de Jack London. Difficile de ne pas être bouleversé par la conclusion : « Le bonheur n’est réel que quand il est partagé. » Into the Wild, de Sean Penn, en salles. Une comédie à la roumaine « California Dreamin’ », récompensé par le grand prix Un certain regard au dernier Festival de Cannes, est un petit chefd’œuvre qui témoigne de la grande qualité du cinéma roumain. ■ Le premier long-métrage de Cristian Nemescu est une tragicomédie qui se joue des errements kafkaïens de la bureaucratie et de la suprématie américaine. Inspiré d’une histoire vraie, le scénario raconte les aventures de marines américains coincés au fin fond de la Roumanie alors qu’ils escortent un train de l’Otan vers la Serbie. La rencontre avec les autochtones et le rêve des Marsa Dinulescu interprète Monica. jeunes filles de partir avec eux transforment la vie du village… California Dreamin’, de Cristian Nemescu. En salles. BODEGA FILMS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :