Direct Soir n°27 27 sep 2006
Direct Soir n°27 27 sep 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de 27 sep 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Sharapova gagnante gagnante

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mercredi 27 septembre 2006 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW JACK LANG « Il n’y a pas de candidat idéal » Inivité de Direct8 à quelques jours du dépôt officiel des candidatures, Jack Lang s’exprime sur la personnalité de celui ou celle qui représentera le PS dans l’élection présidentielle. Serez-vous l’un des candidats à l’investiture ? Jack Lang : Sauf soubresauts toujours possibles au parti socialiste, oui. J’entends par soubresauts les suites de l’initiative de François Hollande indiquant qu’il serait prêt à être candidat si un rassemblement s’ordonnait autour de lui. Mais je ne suis pas sûr que le Premier secrétaire du parti socialiste aille jusqu’au bout de la volonté qu’il a exprimé. Je pense néanmoins que cela pourrait être une bonne solution. En tout cas, je trouve regrettable que depuis un an, des campagnes effrénées, désordonnées, sans principe, aient pu être organisées par les uns ou les autres. J’y ai certes participé mais assez modestement. Si j’ai donc un reproche à adresser à François Hollande – dont je soutiens l’action – c’est d’avoir laissé s’entreprendre sans entraves ces campagnes individuelles. Nous avons tous les atouts en main pour gagner Repères Y a-t-il un candidat idéal ? Un candidat idéal, non. Nous ne sommes pas dans ces périodes anciennes où vous aviez un candidat comme François Mitterrand qui se détachait manifestement. Et Lionel Jospin candidat ? Il a bien le droit, il a lui aussi la légitimité. C’est un homme d’Etat, il a une expérience : deux fois Premier secrétaire, Premier ministre, il a apporté beaucoup à ce pays. Pourquoi s’interdirait-il d’être candidat ? Pourquoi le rassemblement ne se ferait-il pas autour de Ségolène Royal ? Pourquoi pas, si à un moment ou à un autre elle-même avait exprimé ce désir, cette volonté. Chacun et chacune d’entre nous pourrait être la personnalité autour de laquelle s’organise le rassemblement, mais à condition que les gestes soient accomplis, que les signes soient donnés et que chacun ne cherche pas à jouer exclusivement « perso ». Vous estimez que Ségolène Royal surfe sur l’émotion et l’opinion ? C’est une personne que je connais depuis très longtemps, elle existe par elle-même. Certains de ses amis, notamment ceux @ IMAGE FORUM/AFP @ E. ROBERT/CORBIS SYGMA qui se rallient en cohorte, n’ont pas un vrai respect pour elle. Pourquoi ne l’ont-ils pas soutenue plutôt ? Pourquoi ne l’ont-ils pas accompagnée quand elle n’était pas portée par tel ou tel sondage ? Pour moi, elle existe indépendamment de tout sondage, et comme chacun de mes camarades je connais le caractère éphémère des sondages ! J’ai pour Ségolène Royal une considération liée à notre travail en commun dans les gouvernements auxquels nous avons appartenu. Je la regarde avec les mêmes yeux qu’avant. @ G. GIANSANTI/SYGMA/CORBIS Croyez-vous que la gauche puisse gagner en 2007 ? Nous avons tous les atouts en main pour gagner. Nous avons un bon projet dont on ne parle pas suffisamment, nous avons de bons candidats. Donc, quel que soit le candidat choisi, si nous sommes capables de nous regrouper autour de lui dès sa désignation, il l’emportera. Le parti socialiste doit-il œuvrer pour que le parti communiste rentre dans un gouvernement de gauche ? L’intérêt de la gauche et du pays serait que le parti communiste, les radicaux de gauche et les verts puissent former une véritable alliance de législature qui soit en même temps une alliance de gouvernement. PROPOS RECUEILLIS PAR DOMINIQUE SOUCHIER ET VALÉRIE TRIERWEILER 1977 A Nancy, fou de théâtre 1981 Ministre de Mitterrand 2006 Candidat à la candidature A Nancy, sa ville natale, il crée le célèbre Festival international du théâtre, prémices de son engagement pour la démocratisation de la culture. LIRE Dans son dernier livre, La révolution fiscale (éd. Plon), Jack Lang se livre à une analyse de l’impôt. Citoyen engagé et professeur agrégé de droit public, il a longtemps enseigné le droit fiscal et les finances publiques. En 1981, Jack Lang est nommé ministre de la Culture. Un poste qu’il occupe 10 ans, sous tous les gouvernements socialistes des deux septennats de François Mitterrand. Un record. Candidat à la candidature du parti socialiste pour l’élection présidentielle, Jack Lang s’est exprimé à Lens le 16 septembre dernier devant la fédération du Pas-de-Calais. Verdict le 3 octobre. @ HALEY/SIPA
du 13 au 28 Septembre 2006 *www.traincreationentreprises.com, ,/fi. ""TCE LE TARin DE LA CRÉATIOn "'-'-:-. ET OU DÉUELDPPEITIEnT D 1 EnTAEPAISES ACCOIIIPAGnEA LES EnTREPRISES CRÉATRICES O'EIIIPL.OIS Le Train qu'il ne faut pas manquer quand on est Chef d'Entreprise en dévelpement, Créateur ou Repre eur... !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :