Direct Soir n°269 21 déc 2007
Direct Soir n°269 21 déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°269 de 21 déc 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Yannick Noah au Zénith de Paris ce soir

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°269/Vendredi 21 décembre 2007 6 EN COUVERTURE Yannick Noah Enfant de la balle YANNICK NOAH, QUI A GRANDI AU CAMEROUN ENTRE LE SPORT ET LA MUSIQUE, A UN PARCOURS EXCEPTIONNEL. VAINQUEUR DE ROLAND-GARROS EN 1983, ANCIEN CAPITAINE DE L’ÉQUIPE DE FRANCE DE TENNIS VICTORIEUSE DE LA COUPE DAVIS, IL RENCONTRE UN GRAND SUCCÈS COMME CHANTEUR. PARRAIN ENGAGÉ D’ASSOCIATIONS CARITATIVES, IL SAIT UTILISER SA NOTORIÉTÉ POUR SERVIR LES CAUSES HUMANITAIRES ET DÉFENDRE L’ÉCOLOGIE. BENHAMOU SERGE/GAMMA/EYEDEA PRESSE
F.CRUSIAUX/GAMMA www.directsoir.net Le dernier album de Yannick Noah, Charango, connaît un grand succès et confirme que le joyeux interprète de Saga Africa, qui faisait le pitre sur les cours de la Coupe Davis, est devenu un musicien accompli. Il a enregistré avant-hier une émission qui sera diffusée le soir de Noël sur RTL. Une belle façon d’ensoleiller la soirée de ceux qui seront esseulés, ou même des innombrables fans de l’ancien vainqueur de Roland Garros. Il est né à Sedan (Ardennes), le 18 mai 1960. Son père Zacharie, d’origine camerounaise, est footballeur professionnel, tandis que sa mère, Marie- Claire, française, est professeur. Alors que Yannick a trois ans, la famille part vivre à Yaoundé, au Cameroun. Très vite, le petit garçon découvre les deux passions de sa vie : la musique et le sport. Yannick a tout juste 11 ans lorsque son entraîneur, le joueur américain Arthur Ashe, dieu vivant du tennis, remarque ses dispositions et s’ébahit de son talent. Il le convainc alors de retourner en France et de s’inscrire en section sport- études. Le succès sera au rendez-vous : à 17 ans seulement, Yannick remporte le tournoi junior de Wimbledon. Son jeu est spectaculaire, nourri de surprises et d’improvisations (la reprise de volée entre les jambes devient vite sa marque de fabrique). Fort de cette première grande victoire, il affronte les stars du tennis mondial : Guillermo Vilas, Jimmy Connors, Ivan Lendl. Puis vient la gloire : le 5 juin 1983, il remporte le tournoi de Roland Garros face au Suédois Mats Wilander. Cela faisait 37 ans que la France attendait cet événement. Capitaine de l’équipe de France en 1991, Yannick Noah mène l’équipe masculine, dont Guy Forget et Henri Leconte, à la victoire en Coupe Davis, un exploit attendu depuis 1932. Il récidivera cinq ans après, avec l’équipe féminine en Fed Cup. LA MUSIQUE, UNE ÉVIDENCE Au sommet de son art, Yannick Noah choisit de se retirer des tournois pour se consacrer au deuxième amour de sa vie : la musique. « J’ai sacrifié toute mon enfance et mon adolescence au tennis. J’ai connu mes sœurs avant et après, mais pas pendant. J’ai vraiment mis le paquet pour y arriver, pour être le troisième mondial. Pendant vingt ans, je me suis réveillé en pensant à mon corps, à mes matchs. Je savais qu’une fin de carrière est toujours très difficile à vivre. La retraite à 30 ans… La musique, c’était évident. J’ai toujours eu envie de chanter, même quand je n’étais pas joueur professionnel. Ce n’était pas juste un rêve, je sentais que c’était possible. » Sa carrière de musicien démarre fort : en 1991, il enregistre son premier 45- tours, intitulé Saga Africa. Le morceau devient rapidement un tube, chanté et dansé sur toutes les pistes. Puis il entre en studio et réalise son premier album, Black and What, qui se vend à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. Deux ans plus tard, en 1993, il enregistre son deuxième album, Urban Tribu. Après sept ans de silence, le chanteur revient en 2000 avec un disque éponyme qui s’écoule à plus de 1,5 million d’exemplaires. Yannick Noah n’est pas un champion pour rien. Son opus suivant, Pokhara, EN COUVERTURE 7 Yannick Noah est l’une des personnalités préférées des Français. Depuis plusieurs mois, il poursuit la plus grosse tournée de sa carrière : près de 150 dates sur les scènes françaises. Des concerts qui affichent souvent complet. Musicien, sportif, globe-trotter et citoyen du monde engagé, Yannick Noah est un homme accompli, simple et généreux. Il sera sur la scène du Zénith, ce soir à Paris. La musique, c’était « évident. J’ai toujours eu envie de chanter, même quand je n’étais pas joueur professionnel. » En février 2006, Yannick Noah donne un concert à Saint-Denis (la Réunion) pour redynamiser le tourisme sur l’île, touchée par une épidémie de chikungunya. connaîtra le même sort grâce aux tubes Mon Eldorado, Si tu savais et Ose, qui lui permettent d’atteindre la première place des hit-parades. Son dernier album, Charango, est une fois de plus un succès. L’ex-tennisman travaille avec les mêmes partenaires, Robert Goldman (le frère de Jean- Jacques Goldman, sous le pseudo de J. Kapler), accompagné de ses acolytes Gildas Arzel, Erick Benzi et Jacques Veneruso, qui lui concoctent des musiques sur mesure. AUX ARBRES CITOYENS Entre reggae-pop et afro variété, secousses exotiques et sonorités ensoleillées, il est difficile de résister à ses tubes. De Simon Papa Rara à Saga Africa en passant par La voix des sages et Jamafrica, le chanteur comble son public avec des thèmes récurrents : le partage, les racines, le métissage, la fraternité et l’amour. Yannick Noah ne prétend pas révolutionner la musique et n’en a pas l’intention : il souhaite interpeller son auditoire sur des sujets importants. A travers ses textes, il appelle aux responsabilités Le dernier album de Yannick Noah a été élu Album RTL 2007 par la station. civiques et prône les valeurs humanistes pour un monde meilleur. Dans Donne-moi une autre vie, premier single écrit et composé par Gildas Arzel, extrait de son nouvel album, il est question notamment des « filles qu’on solde en Roumanie », « des gamins vendus de Bali », et de l’espoir de lendemains qui chantent. Pour le tournage du clip, le chanteur a souhaité se rendre au nord du Chili, à San Pedrode Atacama, bourgade nichée dans la vallée de la Lune, à 1 700 km de la capitale, Santiago. Dans la chanson Aux arbres citoyens, il souligne la tendance naturelle de l’être humain à ne penser qu’à lui et à ne se préoccuper que des apparences. « J’ai voulu chanter ce titre pour qu’on n’oublie pas d’être vigilants. La protection de l’environnement, c’est à notre niveau à tous, dans la vie de tous les jours. On ne peut pas vivre en bonne santé sur une planète malade », souligne Yannick Noah, qui souhaite attirer l’attention de toutes les générations. Son engagement va au-delà de ses chansons : en 1988, il crée avec sa mère, Marie-Claire Noah, l’association IMAZ PRESS/GAMMA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :