Direct Soir n°268 20 déc 2007
Direct Soir n°268 20 déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°268 de 20 déc 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : François Fillon l'efficacité tranquille

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir N°268/Jeudi 20 décembre 2007 10 ÉCONOMIE Carré Hermès L’élégance immuable Chic, raffiné et élégant, le carré Hermès sublime la tenue de millions de femmes à travers le monde. Objet de luxe par excellence, il se transmet de génération en génération, comme un bijou de famille. A soixante-dix ans, ce célèbre accessoire de mode s’offre une nouvelle coupe. AUTOUR DU COU OU AU POIGNET, EN CEINTURE, EN PARÉO, EN SAUTOIR OU EN BALUCHON, IL EXISTE MILLE ET UNE FAÇONS DE PORTER SON CARRÉ HERMÈS. De nombreuses personnalités concèdent à ce foulard une place privilégiée dans leur garde-robe. La princesse Grace Kelly le noue en écharpe pour soutenir son bras cassé, sa fille Caroline de Monaco le détourne en bandeau à la manière des corsaires, la pop star Madonna le décline en bustier. Depuis soixantedix ans, le précieux morceau de soie, à la forte charge émotionnelle, se transmet de mère en fille sans jamais prendre une ride. Au fil des années, le carré a conservé ses nuances éclatantes et son toucher unique. UN CROQUIS, UN CARRÉ, UNE HISTOIRE Cent ans après ses débuts comme fabricant de selles et de bagages, la maison Hermès se lance dans la production de riches étoffes en 1937. Elle a l’idée d’imprimer des foulards en soie, matière jusqu’alors utilisée pour la confection des casaques de jockey. L’édition baptisée Jeux des omnibus et dames blanches conduit le groupe vers la route de la soie et le chemin du succès. Apparaissent ensuite les carrés Brides de gala, Jardins secrets, A vos crayons,ou La Danse du cheval marwari. De nombreux dessinateurs se sont essayés à l’exercice périlleux : l’affichiste et graphiste Cassandre, Sempé, le designer Hilton McConnico et le décorateur Jean Hugo. Mais la maison Hermès engage également des collaborateurs ou d’illustres inconnus. C’est ainsi que des modèles, aujourd’hui célèbres, proviennent de l’imagination d’un jeune écolier soudanais, d’un voyageur ukrainien ou d’un postier texan. De plus, les collections de livres et d’objets de la culture équestre, recueillies notamment par Emile Hermès, deviennent une source d’inspiration pour de nouvelles éditions. De Méditerranée à Belles du Mexique, des Jardins EXPOSITION P.VERRIER d’Arménie à l’Indien Pani la Shar Pawnee, le carré invite au voyage et à la découverte de contrées lointaines… pour le prix de 250 euros. UNE FABRICATION INCHANGÉE DEPUIS 1937 Confectionner un carré Hermès exige rigueur et patience. Plus de deux ans de travail et cent quarante manipulations sont nécessaires, depuis les premières esquisses jusqu’à la soigneuse disposition du tissu dans les célèbres boîtes orangées de la boutique du 24, rue du Faubourg-Saint-Honoré, à Paris. Les différentes étapes de fabrication se déroulent au sein des ateliers de la société Gandit, situés à Bourgoin-Jallieu, près de Lyon, en Isère. C’est en 1948 que Robert Dumas, gendre d’Emile Hermès, petit-fils du fondateur de la maison, demande aux artisans de la région d’adapter leurs techniques sur cadre à la production du carré de quatre-vingt-dix centimètres de côté. Deux collections, composées d’une dizaine de nouvelles déclinaisons de dessins, sont commercialisées chaque année. Chaque modèle demande la participation de quatorze corps de métier et jusqu’à 800 heures de travail, pour un résultat de soixante-cinq grammes. Gravure, lavage, coloration, autant de gestes réalisés dans les laboratoires surnommés « la cuisine des couleurs ». Le choix des motifs et des coloris représente la marque de fabrique des carrés. Le carré, c’est un espace de liberté sur lequel s’écrit une histoire grâce à la personnalité de son dessinateur, illustre ou inconnu. La styliste Bali Barret, codirectrice du département soie chez Hermès. Le carré Hermès au musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon Quoi de plus naturel pour un musée lyonnais que de rendre hommage à la fabuleuse histoire du carré ? A l’occasion du soixante-dixième anniversaire du foulard mythique d’Hermès, le musée des Tissus et des Arts décoratifs de la ville lui consacre une exposition temporaire, jusqu’au 6 avril prochain. L’occasion également de remercier la maison Hermès pour les dons qu’elle effectue au musée depuis quinze ans. En effet, depuis 1992, le groupe cède deux fois par an quelques modèles de ses collections de carrés. Jeu des omnibus et dames blanches est le premier carré Hermès, créé en 1937. Q. BERTOUX La danse du cheval marwari. L’exposition regorge d’anecdotes sur le célèbre foulard. En guise de fil rouge, un carré Hermès est exposé dans chaque salle du musée et s’accompagne d’une fiche de présentation. Il vient compléter l’ensemble des collections permanentes de l’établissement. Plus de dix carrés Hermès entraînent les visiteurs vers les secrets de la soierie lyonnaise. Pour ceux qui souhaiteraient parfaire leur culture en matière de tissus, le musée organise jusqu’à la fin du mois de décembre une exposition sur l’exploitation 1500 modèles ont été créés depuis la création du premier carré, en 1937. HERMÈS FAIT SON CINÉMA Reconnaissable au premier coup d’œil, on peut apercevoir le carré Hermès dans les couloirs des plus beaux palaces, sur le podium des défilés ou les plateaux de cinéma. Dans le long-métrage Le mariage de mon meilleur ami (1997), Cameron Diaz, enrubannée de son carré, joue une jolie BCBG crédule. Dans Bon voyage (2003), Isabelle Adjani campe une jeune starlette élégante, Viviane. Jouant avec son foulard Hermès, elle use de ses charmes pour attirer les hommes. Plus récemment, dans Le Diable s’habille en Prada (2006), la tyrannique Miranda Priestly (interprétée par une géniale Meryl Streep) demande à sa jeune assistante de lui commander des carrés Hermès et autres tailleurs Chanel. Le foulard a côtoyé les plus grandes stars, coiffé les plus belles têtes, et conserve depuis des décennies son rang d’objet de luxe. de la soie dans le cadre de l’opération L’esprit d’un siècle, Lyon 1800-1914. Des commandes de l’empereur Napoléon au succès des ateliers, en passant par les expositions universelles, l’histoire de la soie dans la région est amplement développée. Exposition sur le carré Hermès jusqu’au 6 avril prochain, au musée des Tissus et des Arts décoratifs, 34, rue de la Charité, Lyon 2e. Renseignements au 0478384200 ou sur le site www.musee-des-tissus.com. Q. BERTOUX
INTERFOTO USA/SIPA Q. BERTOUX www.directsoir.net L’actrice Isabelle Adjani, coiffée d’un carré Hermès, dans le film Bon voyage de Jean-Paul Rappeneau. A 70 ANS, LE CARRÉ SE FAIT COUPER EN QUATRE Depuis sa création, le carré Hermès s’est décliné en de multiples modèles. Le « gavroche », de 45 cm de côté, naît dans les années 1980. Suivent le châle, trois fois Kelly en calèche rose. plus grand (140 x 140cm), le cachemire et le plissé. La maison Hermès lance aussi le losange, en crêpe de soie, et une version plus fine, tel un ruban, le Twilly. A l’occasion du soixante-dixième anniversaire du carré, la styliste Bali Barret, codirectrice du département soie chez Hermès, a créé une nouvelle collection : les carrés 70. Le célèbre foulard, porte-bonheur de la marque, voit son format se réduire : 70 cm de côté, au lieu des 90 cm traditionnels. La soie « vintage », plus fluide et plus mate, donne à l’accessoire une touche « vieillie », comme patinée par le temps. Les carrés 70 revisitent les classiques de la RÉPARTITION DU CHIFFRE D’AFFAIRES HERMÈS EN 2006 3% arts de la table 4% autres produits 5% autres métiers Hermès 7% parfums 7% horlogerie ■ Source : www.international.com maison, y compris le premier modèle édité en 1937. En 2006, les collections de carrés ont célébré le thème de L’air de Paris. Hermès a choisi de dédier cette année 2007 à la danse, afin de démontrer la créativité et le savoir-faire du groupe. La famille a créé de nouveaux produits exceptionnels, dont le carré fourrure, l’association d’un carré de soie avec une ganse de zibeline. Un mariage sans fausse note. Swinging Saint-Germain. 44% maroquinerie-sellerie 11% soie et textiles 19% vêtements et accessoires Q. BERTOUX ■ Après avoir déterminé le dessin qui figurera sur le prochain carré, la maison Hermès envoie l’esquisse grandeur nature aux experts exerçant leur talent dans les ateliers près de Lyon. Les dessinateurs créent dans un premier temps une maquette, puis décomposent le croquis ÉCONOMIE 11 SECRETS DE FABRICATION ÉTAPE 1 La création d’une maquette et de cadres ■ Il existe une fiche signalétique pour chaque carré Hermès. Des milliers d’informations sont archivées, depuis la création du premier modèle en 1937. Les coloristes disposent d’un nuancier ■ Pour obtenir les teintes parfaites, les coloristes mesurent les doses de pigments au demi-dizième de gramme près. Les coloris peuvent être mélangés entre eux, ce qui offre un nombre de possibilités infinies. Les couleurs proviennent ■ Les couleurs sont ensuite enduites sur les cadres. Ces derniers sont alignés sur une table d’impression de plus de cent mètres de long recouverte de morceaux de soie. La couleur s’imprègne sur les zones de tissus selon sur un ensemble de cadres – un cadre par couleur – qui, une fois superposés, reconstituent le dessin originel. Pour donner vie au dessin, il faut jouer avec les couleurs. Un travail de longue haleine. ÉTAPE 2 Le choix des nuances de 75000 tons et de plus de quarante couleurs mères, afin de trouver la « teinte idéale ». Chaque modèle est décliné en dix à douze combinaisons de couleurs différentes. ÉTAPE 3 La fabrication des couleurs ■ Avant d’être envoyé à Paris et exposé dans les magasins, le carré Hermès est ourlé par les mains expertes des couturières de la maison. Chaque artisan vérifie avec précision qu’aucun fil ne dépasse et que chaque point de couleur de pigments naturels et de gommes. Les trouvailles sont conservées à l’abri de la lumière, le plus souvent dans des pots en terre. Un modèle de carré Hermès peut demander la création de plus de quarante couleurs. ÉTAPE 4 L’application des teintes l’intensité désirée. Les artisans tiennent compte de chaque détail afin de ne pas oublier une partie du dessin. Si les doses ont été correctement respectées, le croquis voulu apparaît comme par magie. ÉTAPE 5 Le contrôle des finitions C. LAMBERMONT/GAMMA C. LAMBERMONT/GAMMA est correctement appliqué. En cas de défaut ou d’erreur, le foulard ne pourra en aucun cas être commercialisé. Le travail d’une équipe pendant près de deux ans serait alors réduit à néant.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :