Direct Soir n°264 14 déc 2007
Direct Soir n°264 14 déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°264 de 14 déc 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Gad Elmaleh le chouchou du public

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
S. BOUE/PRESSE SPORTS LUTTIAU/PRESSE SPORTS Directsoir N°264/Vendredi 14 décembre 2007 12 SPORTS FOOTBALL ■ Ce n’est pas un hasard si l’OM est le club préféré des Français. Son palmarès, les grands noms qui s’y sont succédé et le caractère tout à fait à part du club olympien en font une institution unique dans le football hexagonal. Les journalistes d’OM Mag retracent son histoire en 200 pages de photos, d’anecdotes et d’émotion. De quoi ravir les nombreux fans phocéens. L’histoire de l’Olympique de Marseille, éd. Hugo Sport, 40 €. FOOTBALL Miné par une blessure en ce début de saison, le Niçois Hugo Lloris a effectué son retour face au Paris Saint-Germain, pour le plus grand bonheur de ses supporters. Retour sur celui qui peut devenir un jour le dernier rempart des Bleus. Lloris : des buts bien gardés Le gardien de but Hugo Lloris est l’un des plus grands espoirs français. DR Marseille, toute une histoire R. DEMARET/REA MER Hugo Lloris est un phénomène. A tout juste 21 ans, le jeune portier niçois est considéré comme l’un des plus grands espoirs au poste de gardien de but en équipe de France. Détente, réflexe, prise de balle, lecture des trajectoires, intelligence, Lloris a déjà toutes les qualités requises pour le très haut niveau. Seul bémol : son jeu au pied encore trop approximatif. Malgré tous les superlatifs, l’international espoir garde la tête froide en admettant ses faiblesses, qu’il travaille à corriger. Formé à Nice, il intégrera le groupe pro en 2005, consécration suprême pour ce jeune Niçois arrivé au club à 11 ans. Son entraîneur, le bouillant Frédéric Antonetti, décide de lui faire confiance et lui offre une place de titulaire la saison suivante. En 2006, l’OGC Nice (anciennement Gym) réalise un parcours chaotique, et c’est Lloris qui est à l’origine de son retour au succès. Auteur de parades décisives, il surnage dans le naufrage collectif azuréen et permet aux Aiglons de se maintenir en première division. Ses prestations ne laissent pas insensibles les grandes équipes françaises et européennes qui lui font désormais la cour. 40 ans de sauvetage pour la SNSM ■ La Société nationale des sauveteurs en mer (SNSM) vient de souffler ses quarante bougies à Paris. Forte de 5 000 bénévoles, l’association, qui s’inscrit comme le premier organisme de secours sur les eaux, porte secours à environ 10 000 personnes et 4 000 bateaux chaque année. Spécialiste des interventions en haute mer, la SNSM a également pour vocation de s’investir dans la prévention et dans la formation des futurs sauveteurs. DR FOOTBALL L’omerta brisée ■ C’est une histoire qui dérange. Christian Imbach a mené l’enquête en tentant de recoller les pièces d’un puzzle mondial, qui relie les affaires de rachats des clubs en Angleterre, les problèmes de corruption en Italie et les doutes qui planent autour des progrès de la génétique et du dopage, sans oublier les malversations à peines voilées de la Fifa. Une véritable plongée dans un univers décadent, où le sport est victime des caprices des puissants. Apocalyps’foot, Christian Imbach, éditions La compagnie littéraire, 22 €. Palmarès : Vainqueur du championnat de France des 18 ans avec l’OGC Nice en 2004-2005. Vainqueur de l’Euro avec l’équipe de France des 19 ans en 2005. Vainqueur du festival de Toulon avec l’équipe de France des 20 ans en 2006. Le Milan AC, Arsenal FC, le RC Lens ou encore l’Olympique Lyonnais suivent depuis les performances du petit prince du Ray. Titulaire indiscutable en équipe de France espoir, il marche désormais sur les traces de ses illustres prédécesseurs et perpétue la tradition des excellents portiers français. Encadré à Nice par l’ancien international français Lionel Letizi (2 e gardien), le jeune Lloris dispose d’un mentor de premier ordre pour continuer sa progression et tutoyer les sommets. Face à Lyon et son armada offensive samedi, en ouverture de la 18 e journée, Lloris ne sera pas de trop. FORMATION Une école de champions ■ Richard Descoings, directeur de Sciences-Po Paris, et Arnaud Lagardère ont inauguré le 4 décembre dernier un programme de formation destiné aux sportifs de haut niveau. Intitulé « Sciences-Po – Fondation Jean- Luc Lagardère Executive Education », ce cursus comprend plusieurs matières offrant un éventail le plus large possible d’opportunités professionnelles après la carrière sportive des candidats. Dans les rangs de cette première promotion de dix-sept élèves, on retrouve les tennismen Richard Gasquet et Paul-Henri Mathieu. Les athlètes sont ainsi suivis tout au long de leur parcours sportif. L’OGC Nice version 2007-2008 ■ Nice est l’une des équipes surprises de cette première partie de championnat. Les Aiglons, entraînés par Frédéric Antonetti, proposent un jeu efficace, axé sur un bloc défensif solide et une attaque prolifique, à l’image d’un Baky Koné réaliste (8 buts). L’OGC Nice réussit un mélange collectif judicieux. Des joueurs d’expérience, tels Echouafni, Rool ou Laslandes (meilleur buteur de la Ligue 1) côtoient des jeunes talents comme Lloris, le milieu brésilien Ederson et Apam, le solide défenseur nigérian. Une combinaison qui porte ses fruits : Nice occupe actuellement la première moitié du classement en occupant la 7 e place. Les supporters rêvent d’Europe, mais la direction du club sait que Nice joue le maintien. Un manque d’ambition dû sans doute à des problèmes entre dirigeants et à l’absence d’un stade digne d’un grand club. JOUCÉO FOOTBALL Les Bleus ont enfin leurs magnets ■ La collection 2008 des magnets Just Foot est arrivée. Phénomène dans les cours de récréation depuis quatre ans, la collection de maillots miniatures parrainés par l’ancien international Just Fontaine s’étoffe avec l’arrivée des stars de l’équipe de France. Pour l’Euro 2008, seize tuniques bleues dédicacées viennent s’ajouter aux 320 maillots des équipes de Ligue 1 déjà disponibles. O. ANDRIVON/ICON SPORT
J.-M. LIOT/DPPI LUTTIAU/PRESE SPORT www.directsoir.net HANDBALL/MONDIAL Les Bleues étaient si près du but… Les handballeuses françaises ont montré deux visages, hier soir, dans leur quart de finale. Un temps intouchables, elles sont une nouvelle fois retombées dans leur travers avant de s’incliner après deux prolongations face aux Roumaines. L’équipe de France de handball s’est inclinée hier soir en quart de finale du championnat du monde face à une équipe Roumaine plus réaliste (34 -31). Dans un Palais omnisports de Paris-Bercy archi-comble (12 000 spectateurs), les filles d’Olivier Krumbholz ont touché du doigt les portes des demi-finales, mais ont été incapables d’y accéder. La France a fait la course en tête avant de voir son avance fondre à vue d’œil. Elle a même frôlé la perfection en début de première période, s’appuyant sur une Valérie Nicolas infranchissable dans les cages tricolores (21 arrêts dans le match). Les enchaînements français alliés à une défense agressive ont fonctionné à merveille. Pour preuve, les Roumaines ont dû attendre la 11 e minute pour inscrire leur deuxième but. Mieux, à quelques secondes de la mi-temps, les Bleues ont enfoncé davantage le clou et se sont envolées au tableau d’affichage, menant 14 à 7. Mais, au retour des vestiaires, la fébrilité a pris le pas sur la maîtrise. Négligeant les fondamentaux en défense, maladroite devant les buts, la bande de Sophie Herbrecht ne parvient plus à mettre la main sur le ballon (23 balles perdues contre 13 pour les Roumaines) et encaisse un sévère 5-0. Le duel est lancé et les deux équipes se rendent coup pour coup. S’ensuit une première prolongation à l’issue de laquelle Maakan Tounkara rate la balle de match sur un tir excentré très difficile. La France a laissé passer sa chance et cède dans le deuxième acte. Difficile pour les Bleues de retenir leurs larmes devant le bonheur roumain. Les Françaises se sont battues et elles ont prouvé qu’elles pouvaient être, par moments, les meilleures. Reste maintenant à accrocher la cinquième place en match de classement. La dernière étape d’un championnat du monde au goût d’inachevé pour la France. Les demi-finales opposeront la Norvège à l’Allemagne et la Russie à la Roumanie. RUGBY Les clubs français jouent gros Jacques Cronje, le Sud-Africain biarrot. ■ La 4 e journée de H-Cup s’annonce cruciale pour les clubs français. Dès ce soir, Biarritz ouvre le bal contre les Ecossais de Glasgow. La victoire est impérative pour les Basques, défaits en Ecosse la semaine dernière (9-6). Pour cette rencontre, les Biarrots seront privés de Julien Dupuy, touché au genou à l’aller. Le Stade Français a également besoin d’un succès à Cardiff demain pour conserver la tête de sa poule. Un match que l’ouvreur argentin Juan Martín Hernández, blessé aux adducteurs, devrait manquer. Même impératif de victoire pour les Perpignanais, qui, privés de leur centre sud-africain Gavin Hume, seront contraints de battre les London Irish. De son côté, Clermont aura la lourde tâche de réitérer son exploit de la semaine dernière face aux Wasps (37-27). Enfin, Toulouse, à domicile, voudra prendre sa revanche face à Leicester, alors que Bourgoin, quasiment éliminé, n’a plus rien à espérer de son déplacement à Gloucester. TRANSAT B TO B Peyron à bon port Loïck Peyron à son arrivée à Port-la-Forêt. ■ Loïck Peyron s’est imposé sur Gitana Eighty dans la transat Ecover B to B entre Bahia et les côtes finistériennes. Après avoir mené la course de bout en bout, le Nantais est arrivé ce matin à 00h13 à Port-la-Forêt, devançant Kito de Pavant (Groupe Bel) et Michel Desjoyeaux (Foncia). Ce dernier a percuté un bateau de pêche à une quarantaine de milles de l’arrivée. Peyron remporte ainsi sa troisième victoire dans une transatlantique en solitaire, après ses succès en 1992 et 1996 dans la transat anglaise (Ostar) sur son trimaran Fujicolor. Champion ORMA à 4 reprises (1995, 1996, 1997 et 2002) et deux fois champion Fico (1998, 1999), il ajoute un nouveau titre à son palmarès, cette fois dans la catégorie monocoque. Héros malgré lui du premier Vendée Globe, qu’il termina en seconde position, il avait marqué les esprits par sa témérité en portant secours à Philippe Poupon, qui s’était retourné au large de l’Afrique du Sud. La rage de vaincre de Maakan Tounkara n’a pas suffi. SPORTS 13 P.MINIER/OUEST MEDIAS/UMA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :