Direct Soir n°263 13 déc 2007
Direct Soir n°263 13 déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°263 de 13 déc 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Dalaï-Lama, la voix du Tibet

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°263/Jeudi 13 décembre 2007 6 EN COUVERTURE Dalaï-lama La croisade d’un homme de paix LE CHEF SPIRITUEL TIBÉTAIN EST EN VISITE EN ITALIE DEPUIS MARDI. APRÈS ROME, LE DALAÏ-LAMA SE RENDRA À TURIN. SI LE PAPE NE LUI A PAS ACCORDÉ D’ENTREVUE, LE PRIX NOBEL DE LA PAIX 1989 RESTE TRÈS COURTISÉ. L’ACCUEILLIR EST UN ENGAGEMENT FORT CONTRE LA RÉPRESSION CHINOISE AU TIBET. A. PELLASCHIAR/AP
M. ROMANA/AFP www.directsoir.net Le pape ne recevra pas le dalaï-lama, après que Pékin a estimé qu’une telle rencontre risquait de « heurter les sentiments du peuple chinois » et appelé le pape à démontrer « la sincérité de sa volonté d’améliorer les relations » avec la Chine. Benoît XVI a fait de l’amélioration des relations avec la Chine, où les fidèles catholiques vivent parfois dans la clandestinité, un objectif central de son pontificat. En juin dernier, dans une lettre ouverte, il s’est fixé comme but le rétablissement des relations diplomatiques avec Pékin, suspendues en 1951, deux ans après la révolution maoïste de 1949. Une nouvelle entrevue avec le dalaï-lama (les deux chefs religieux s’étaient déjà rencontrés en octobre 2006) aurait grippé les rouages de cette tentative. ENTREVUE À HAUT RISQUE Depuis son exil en Inde, en 1959, le dalaï-lama milite pour l’autonomie du Tibet au sein de la République populaire de Chine. Cet engagement irrite au plus haut point les autorités chinoises qui mènent une répression continue sur les Tibétains. L’organisation Tibet Watch a ainsi fait état lundi d’une accentuation de la pression policière à l’encontre des dissidents. Information démentie par Pékin qui continue par ailleurs à exercer une forte pression sur tous ceux qui accueillent le dalaï-lama, aussi haut placés soient-ils. Et ces intimidations portent leurs fruits. Ainsi, l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder a qualifié d’erreur « la rencontre, en septembre, entre Angela Merkel, qui [lui] a succédé à la tête de l’Allemagne fin 2005, et le dalaï-lama ». Bravant les foudres chinoises, pas moins de quatre chefs d’Etat ou de gouvernement l’ont déjà officiellement reçu cette année. L’Union européenne a décidé hier de le recevoir en 2008. SOUTIENS AFFICHÉS En amont des Jeux olympiques organisés à Pékin l’année prochaine, une course s’est semble-t-il engagée. Le 15 juin dernier, le Premier ministre australien récemment défait aux élections législatives, John Howard, a reçu le dalaïlama. Le 29 octobre 2007, c’était au tour de Stephen Harper, Premier ministre du Canada, de l’accueillir. Plus récemment, les Etats-Unis ont honoré doublement le chef du peuple tibétain. Le 16 octobre, le dalaï-lama a rencontré George W.Bush en privé dans les salons de la Maison Blanche à Washington. Le lendemain, le Congrès américain lui a décerné sa « médaille d’or » : la plus haute distinction civile du pays. Après la cérémonie, Lodi Gyari, l’un des deux émissaires du dalaï-lama, parlait « d’un geste du Congrès pour envoyer un puissant message aux Chinois ». Au Tibet, les moines des monastères de Drepung et de Nechung ont voulu célébrer l’événement. Plusieurs d’entre eux ont été blessés et arrêtés après quatre jours de heurts avec la police. EN VISITE EN 2008 EN FRANCE Durant les Jeux olympiques de Pékin en août 2008, le dalaï-lama se rendra à Nantes. Le président du groupe d’information du Sénat sur le Tibet, Louis de Broissia (UMP), qui souhaite qu’il soit reçu officiellement par le Président, précise : « La France a un seul langage sur la question du Tibet et on ne pourra pas ne pas recevoir le chef spirituel. » Nicolas Sarkozy ne s’est pas encore prononcé sur cette question. EN COUVERTURE 7 En visite en Italie, le leader tibétain ne sera finalement pas reçu au Vatican. Benoît XVI craindrait d’irriter Pékin et de mettre en difficulté les catholiques chinois dont la situation est précaire. Un épisode qui illustre la pression permanente qui s’exerce sur les épaules du dalaï-lama et de ses hôtes. Le dalaï-lama a achevé « son apprentissage en 1959, au festival du Mönlam » La médaille d’or du Congrès américain, la plus haute distinction civile du pays, a été décernée au dalaï-lama le 17 octobre dernier. UN HOMME DE PAIX Récemment, le dalaï-lama se déclarait favorable à la soumission à un référendum des conditions de sa « réincarnation » et du choix de son successeur. Celui-ci pourrait être choisi dans un autre pays que le Tibet. Une révolution qui remettrait en cause une tradition séculaire. Selon la tradition, l’actuel dalaï-lama, Tenzin Gyatso, a été désigné comme la réincarnation de celui qui le précédait dans la fonction. Il est né en 1935, dans une famille d’agriculteurs du nord-est du Tibet. « Enfant, j’ai grandi sous l’attention bienveillante de ma mère, une femme de qui émanait une véritable compassion », déclarait récemment le dalaï-lama à Washington. Une enfance assez proche de celle présentée dans le film Kundun de Martin Scorsese. A l’âge de deux ans, il est reconnu comme la réincarnation du treizième dalaï-lama et commence son apprentissage monastique. « A Lhassa, toutes les personnes autour de moi, mes professeurs et même les domestiques m’ont appris ce que signifie être gentil, honnête et attentionné. C’est dans cet environnement que j’ai grandi. » Le dalaïlama a achevé son apprentissage en 1959, à l’issue du festival du Mönlam, J’ai toujours encouragé les dirigeants du monde à s’engager avec la Chine, j’ai soutenu l’adhésion chinoise à l’OMC ainsi que l’attribution des Jeux olympiques à Pékin. J’ai choisi de faire ainsi avec l’espoir que la Chine sera plus ouverte, tolérante, tel un pays responsable. une grande cérémonie religieuse annuelle à Lhassa. L’EXIL L’année 1959 est celle du soulèvement tibétain contre la répression chinoise et de la fuite du dalaï-lama en Inde. Pendant le soulèvement, plus de 80000 personnes, essentiellement des moines bouddhistes, ont été tuées par les troupes d’occupation chinoises. Dans un premier temps, le dalaï-lama était en faveur des réformes proposées par Mao Zedong pour moderniser le Tibet. Mais Pékin a imposé la réforme agricole et la « transformation socialiste » par la force, entraînant la révolte des Tibétains. Deux semaines plus tard, après avoir traversé l’Himalaya, le dalaï-lama et son gouvernement se sont réfugiés en Inde. Cent mille Tibétains les rejoindront à Dharamsala, dans le nord du pays. ÉMOIS DE L’ONU Le 21 octobre 1959, l’assemblée générale de l’ONU adopte une résolution par laquelle elle se déclare gravement préoccupée par la question des droits de l’homme au Tibet. A l’époque, l’Irlande, J. YOUNG/REUTERS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :