Direct Soir n°26 26 sep 2006
Direct Soir n°26 26 sep 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de 26 sep 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : François Hollande double mixte

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Mardi 26 septembre 2006 8 ACTU FRANCE EN BREF Bon wagon pour les Rmistes C’est une bonne rentrée pour les usagers des transports. En effet, les titulaires de la CMUC, l’AME, l’API et l’ASS pourront bénéficier d’une réduction de 75% du prix de la carte orange. Les Rmistes auront droit quant à eux à la gratuité totale à compter d’avril 2007. Une mesure qui touche tout de même plus d’un million de personnes, soit 10% de la population l’Ile-de-France. Bon voyage ! Jeanne d’Arc désarmée Une des épées de la statue de Jeanne d’Arc a été retrouvée par des ouvriers à Reims… dans un if. L’épée, dérobée et endommagée plusieurs fois ces derniers temps, ne va pas retrouver sa statue tout de suite : les vols et autres « plaisanteries » ont déjà coûté plus de 20000 euros à la mairie. Haut conseil de la science et de la technologie Cette institution, inaugurée hier, sera chargée d’éclairer les choix de l’exécutif dans les domaines scientifiques et technologiques. Un enjeu stratégique pour l’avenir économique du pays. Pas frais, mon poisson ? Le préfet du Rhône a élargi hier la zone d’interdiction de consommer les poissons pêchés dane le Rhône. Motif : un risque de pollution aux polychlorobiphényls (PCB), type dioxine. L’arrêté concerne toute la traversée de la ville, entre la confluence des canaux de Miribel et de Jonage (au nord-est de Lyon) et le pont Pasteur. Des recherches sont en cours. En attendant, le principe de précaution est maintenu. VILLEPIN/Ses ambitions pour la France Les choses vont mieux, mais rien n’est encore gagné », un message optimiste teinté de réalisme c’est le ton qu’a voulu donner Dominique de Villepin dans une interview accordée ce matin à La Tribune. Un Premier ministre qui souhaite donner l’image d’un homme en phase avec les réalités du pays : « Beaucoup de Français continuent d’éprouver des difficultés dans leur vie quotidienne. Répondre à ces difficultés, c’est mon premier objectif » mais qui entend également affirmer les effets positifs de l’action gouvernementale car « la reprise actuelle n’est pas le fruit du hasard ». A l’heure où la mondialisation sert d’épouvantail à une extrême gauche virulente et à une frange de la droite, Dominique de Villepin se veut optimiste : « Les Français ont la capacité de réussir dans l’économie mondialisée ». Un discours rassurant, loin du Villepin « Va-t-en guerre » de ces derniers mois et qui pourrait peut-être laisser croire qu’il n’a pas renoncé à une ambition présidentielle. Mais il n’ira pas plus loin : « Je suis occupé, j’ai des responsabilités claires (…) je souhaite mener cette tâche jusqu’au bout ». Au hasard de l’entretien, le Premier ministre égrène certains des enjeux de la présidentielle de 2007.Tout d’abord, l’innovation, point crucial « pour faire face à la mondialisation et lutter contre les délocalisations des emplois et des usines. » Second enjeu : l’emploi avec, pour premier défi, faire passer le taux de chômage de 10% à 8% d’ici à 2007 et atteindre le plein emploi SÉCU/Un début de guérison h Le déficit de la Sécurité sociale devrait enregistrer une légère amélioration en 2006 et 2007, grâce au redressement de la branche maladie : les prescriptions d’arrêt de travail ont diminué, la consommation de médicaments a baissé… Deux facteurs qui ont ralenti très nettement les dépenses de la branche. Après avoir atteint des niveaux historiques en 2004 (11,9 milliards d’euros), le déficit du régime général devrait être ramené à 9,7 milliards d’euros, selon les chiffres de la Commission des comptes de l’organisme. Un petit mieux, malgré la dégradation de la branche vieillesse, aggravée par « le succès des retraites anticipées et les départs à la retraite de la génération du baby-boom », note la Commission. Malgré cela, le déficit devrait être ramené à 9,4 milliards d’euros en 2007. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2007 est d’ailleurs présenté aujourd’hui. @ JEAN-PIERRE CLATOT/AFP Dominique de Villepin, le 9 août, à Sallanches. situé autour de 6%.Troisième enjeu : le pouvoir d’achat, « un vrai choix de société » pour le premier ministre qui admet « que nous n’avons pas encore trouvé le bon équilibre entre les résultats des entreprises et la rémunération du travail », une allusion claire aux stock-options des grands patrons tant décriées et qui font l’objet d’une proposition de loi d’Edouard Balladur. Enfin, dernier point, la question de l’endettement qui obère l’avenir du pays car « lorsque l’état s’endette, il n’a plus les moyens de moderniser les services publics, il n’investit plus ou pas suffisamment pour l’avenir. » A cet égard,Thierry Breton devrait annoncer demain en conseil des ministres, une réduction d’un point de la dette en 2007 passant ainsi de 64,6% à 63,6%. VÉRONIQUE FORGE CONSEIL DE PARIS : Les municipales en ligne de mire h Les manœuvres se multiplient au sein du Conseil de Paris. La majorité de gauche, composée des élus socialistes, verts et communistes, occupe le terrain en cette rentrée, principalement sur le dossier des transports. Un dossier élaboré sous la houlette de l’adjoint vert aux transports, Denis Baupin, mais qui ne rassemble pas la majorité. Ainsi, le débat sur le futur Plan de déplacements de Paris (PDP) des quinze prochaines années, initialement prévu pour juillet 2006, ne devrait débuter qu’en 2007. Le point d’accroche : la voie spécifique pour taxis et véhicules d’urgence sur le périphérique, et surtout le « contrôle d’accès » aux arrondissements de l’hypercentre. Si les socialistes veulent éviter une « sanctuarisation » du centre de la capitale, les communistes s’opposent à cette voie spécifique. Bertrand Delanoë préfère minimiser les dissensions, et assumer « totalement ce que nous avons fait depuis cinq ans ». Des travaux qui devraient enfin porter leurs fruits, grâce à la mise en service des tramways fin décembre et de l’augmentation de 15% de l’offre autobus. @ AFP Chiffres « Mon objectif : passer en dessous des deux millions de chômeurs au premier trimestre 2007. » Les résultats sont plus que jamais nécessaires depuis la nomination lundi de Françoise de Panafieu à la tête du groupe UMP, en remplacement de Claude Goasguen. La future adversaire du maire en 2008 est apparue très combative dès son premier Conseil.X.F. Bertrand Delanoë, cet été à La Rochelle.
www.directsoir.net C’est le centre, c’est un projet et une philosophie, on peut être différent et travailler ensemble ». Un message rassembleur que François Bayrou, invité hier soir de l’émission Le franc parler sur i-Télé et France Inter, n’a cessé de distiller au cours de l’entretien. François Bayrou, candidat d’une troisième voie, version française ? En tout cas, le candidat de l’UDF a une nouvelle fois voulu éviter l’affrontement droite/gauche et renvoyé dos à dos Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal car, ditil, « ce ne sont plus les vrais clivages ». Un discours offensif dans lequel le candidat de l’UDF a également fustigé une « bipolarisation de la politique française ». Une tendance qui nous viendrait des Etats-Unis et serait relayée par les médias : « L’Europe ne doit pas adopter le modèle bipolaire américain ! » François Bayrou prône un changement profond car « l’aspiration a un changement est puissante en France (…). Sortir de ce jeu des apparences, accepter de tourner la page, c’est ce que les Français veulent ». Dans le diagnostic que dresse le candidat à l’élection présidentielle, il y a la nécessité d’une meilleure représentation politique au parlement : « l’expression des citoyens n’a plus sa place » mais aussi la restauration du modèle républicain et de l’Etat. Un discours que le candidat assume totalement lorsqu’il parle notamment d’un grand thème d’actualité : l’école. L’éducation est au cœur de sa réflexion car elle est, selon lui, la cause et la solution à de nombreux maux de la société française, notamment les @ MAXIM MARMUR/AFP questions d’intégration et de violence urbaine. La philosophie de François Bayrou est sans doute résumée dans la phrase de Victor Hugo : « Quand j’ouvre une école, je ferme une prison. » Mais pour lui, traiter la question scolaire ne consiste pas à militariser l’institution comme le suggère Ségolène Royal ou assouplir la carte scolaire mais à favoriser « l’égalité des chances », restaurer l’autorité et rétablir l’excellence. Il considère que les élèves qui ne suivent pas ou dérangent la bonne marche de la classe doivent être mis dans des structures avec un encadrement adapté. Selon lui « c’est le meilleur service que nous pouvons rendre aux jeunes ». Dans la même logique, François Bayrou accepte l’idée que l’on fasse de bonnes classes pour de bons élèves. Un discours novateur dans la bouche d’un politique ! L’objectif : rétablir l’excellence de l’école républicaine et le principe C’estdit méritocratique. Il le dit sans ambages, l’éducation est son premier cheval de bataille et sera au centre de la campagne électorale. Quant au second, c’est sans aucun doute la restauration de l’Etat et de ses principes régaliens. Interrogé sur les banlieues, son message est clair : « On a eu tort de supprimer la police de proximité », et de prôner la réimplantation de l’Etat dans les zones difficiles tant en milieu urbain qu’à la campagne. Tous les candidats semblent plus ou moins le dire, mais là où François Bayrou va plus loin, c’est lorsqu’il parle d’une obligation de résidence. Comprenez l’obligation que devrait avoir tout instituteur, tout fonctionnaire, de résider dans le lieu dans lequel il travaille. Une idée qui vise à recréer du lien social dans des quartiers où la seule logique est trop souvent celle de l’affrontement. Pas d’angélisme pour autant : selon lui, le principe de la peine et de la punition doit demeurer seul garant du respect de l’autorité.Au-delà des clivages droite/gauche, François Bayrou se veut donc un républicain rassembleur dont les maîtres mots demeurent : « Liberté, égalité, fraternité ». « J’ai finalement pu voir la Terre pour la première fois... Elle était là, cette belle planète, tournant gracieusement sur elle-même... Si paisible... Aucun signe de guerre, aucune trace de frontières, de troubles, que de la beauté pure... » Anousheh Ansari, première femme touriste de l’espace, sur son blog VÉRONIQUE FORGE « Je ne commente aucune candidature. » Ségolène Royal, hier à l’assemblée nationale « Jacques Chirac porte une responsabilité sérieuse dans le décrochage économique et social de la France. » François Fillon, dans son livre La France peut supporter la vérité (à paraître le 5 octobre chez Albin Michel) FRANCE @ A.C.POJOULAT/AFP « On peut être différent et travailler ensemble » François Bayrou, le 2 septembre, à La Grande-Motte. ENERGIE/Vers un carburant vert POLITIQUE/Bayrou : la troisième voie ? h Ce n'est pas encore la fin du toutpétrole, mais un premier pas est franchi. Le ministre de l'Economie et des Finances, Thierry Breton, devrait annoncer dans les prochains jours le lancement de pompes à essence verte au bioéthanol de type E-85. Objectif : proposer aux automobilistes « une essence verte beaucoup moins chère ». L'E-85, autorisé depuis juin dernier en expérimentation, devrait trôner prochainement aux volucompteurs des enseignes « sur tout le territoire ». Seul hic, ce biocarburant, composé à 85% d'éthanol et 15% d'essence, est utilisable seulement avec des véhicules dotés d'un moteur « flex-fuel » capable de recevoir ce mélange. Or, la France manque encore cruellement de ce type de voitures, et seul Renault, au Brésil, propose des moteurs mixtes. Interrogé sur ce sujet, le ministre est resté évasif, mais positif. « Je réserve de bonnes surprises aux Français, et sur les voitures, et sur la fiscalité. » ANNE DEVERRE Dans les KIOSQUES Le premier numéro de la semaine de France Football sort aujourd’hui. Renseignez-vous avant les matchs de Ligue des Champions, et découvrez le nouveau frenchie du Milan AC, YoannGourcuff. @ ALAN JULIEN/AFP Directsoir t Mardi 26 septembre 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :