Direct Soir n°257 5 déc 2007
Direct Soir n°257 5 déc 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°257 de 5 déc 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Nicole Kidman une actrice en or

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
DR SUBLIM DESIGN Directsoir N°257/Mercredi 5 décembre 2007 14 CULTURE EXPOSITION 100 ans de pub Première rétrospective consacrée au film d’animation publicitaire en France, l’exposition La pub s’anime rend hommage aux pionniers du genre et présente une centaine de spots réalisés entre 1912 et 2007. Des images familières tirées de films publicitaires du XX e siècle. Qu’est-ce que le cinéma d’animation ? En préambule de l’exposition, le visiteur apprend qu’il est « constitué d’éléments dessinés, découpés, peints en volumes ou générés par ordinateur et dont l’illusion du mouvement est produite par la technique de la prise de vue image par image, selon un rythme de 24 images par seconde ». En somme, le cinéma d’animation définit la technique du dessin animé, née à la fin du XIX e siècle. Utilisée dans la publicité vingt ans plus tard, son évolution est intimement liée à celle du cinéma. D’une salle à l’autre, le visiteur découvre cent ans de pub animée. D’abord en noir et blanc, muettes, elles ressemblent à des vignettes de BD. Puis la couleur et le parlant font leur apparition, les Circle Eyes. TOP DES TOPS DR DESIGN effets se multiplient, les personnages prennent du relief, et ce sont les spots en 3D qui terminent le parcours. De 1912 à 2007, le point commun à toutes les réclames réside dans le ton utilisé.Toujours humoristique, parfois osé, souvent outré. En 1938 par exemple, « Les cachous Lajaunie rendent l’homme fort et la femme séduisante pour 1franc75 ». Et « La bière Dumesnil ne déforme pas la ligne ». En complément des films, des affiches, des story-boards et des objets d’un autre temps, comme le praxinoscope ou la lanterne magique, viennent témoigner de l’ingéniosité des pères du dessin animé. La pub s’anime, jusqu’au 6 avril, au musée des Arts décoratifs, 107, rue de Rivoli, Paris 1 er (0144 55 5750). Graphisme californien made in France SPECTACLE THÉÂTRE Sol en cirque : une comédie musicale contre le sida ■ Trois ans déjà que Les aventuriers de la pierre molle, le spectacle de Zazie, Vincent Baguian et Jean-Marie Leau tourne en France au profit de l’association Sol en si. Et comme le combat continue, revoilà la troupe au grand complet : Claudia la taupe modèle, Perrache le lion, Tam l’hippopotame, Noway le singe ministre. Tous sont réunis pour sauver Big Mama, l’éléphant rongé par un mal étrange. Sur les conseils de Vishnu le sage, seul la pierre molle peut soigner Big Mama. Mais il va falloir payer Cœur Froid, le serpent triste et avare, pour se procurer le précieux minéral. Le troupeau monte un spectacle pour obtenir des fonds. Cette comédie musicale entre en résonance avec la cause qu’elle défend : venir en aide aux enfants atteints du sida grâce à un spectacle plein de bonne humeur et d’humanité. Sol en cirque, Les aventuriers de la pierre molle, jusqu’au 19 décembre au Dométoile, Domaine national de Saint-Cloud (0149654364). A Nantes le 9 décembre, Lille les 15 et 16, Grenoble le 21, Nice le 22 et Marseille le 23. ■ Avec ses couleurs vives et ses mélanges de styles, le graphisme californien s’est récemment imposé comme une référence du design. Il a notamment inspiré les graphistes du studio Sublim Design qui exposent, pour la première fois en France, une trentaine de leurs créations. Sculptures d’origami, impressions sérigraphiques et toiles, chaque création conjugue humour, trash et poésie. Blowin’in the Wind, jusqu’au 16 décembre à la Gallery Gus, 7, rue d’Uzès, Paris 2 e (0140281792) www.gusconcept.com 1 Pirates des Caraïbes Buena Vista Home Video jkle 2 Ensemble, c’est tout Fox Pathé Europa Perrache le lion (David Ban) et Juventus le zèbre (Calogero). Spider-Man 3 Zodiac La vie 3 4 5 Gaumont Columbia Warner Home Video des autres Tristar Home Video TF1 Vidéo jkle jkle jkle jkle Meilleures ventes de films en DVD L’adaptation du best-seller d’Anna Gavalda, Ensemble, c’est tout, fait son entrée dans le top hebdo. Quatre personnes abîmées par la vie se rencontrent et finissent par vivre ensemble pour tout partager. Elles peuvent compter sur leur soutien mutuel et prouvent que l’on ne réussit pas seul. Légende : (e) nouvelle entrée - Source : DR Robert Plagnol interprète ce Thomas Chagrin. Monologue du chagrin ■ Thomas Chagrin (librement adapté de rien) est un monologue écrit par le talentueux auteur dramatique américain Will Eno. Mariant pessimisme et humour, ce texte (interprété par Robert Plagnol) évoque la fragilité d’une existence. L’adaptation française est signée Jean-Marie Besset, la mise en scène Gilbert Désveaux. Thomas Chagrin (librement adapté de rien), à la Manufacture des Abbesses, 7 rue Véron, Paris 18 e (0142334203). LIVRE J’ai épousé un tueur en série ■ Une façon de comprendre un serial killer est peut-être de le voir par les yeux de son épouse. Jacques Expert, directeur des programmes de la chaîne Paris Première, grand reporter d’origine, s’est intéressé aux femmes de criminels alors qu’il couvrait des faits divers. De ces expériences, il a tiré le sujet de son premier roman. Dans ce livre-document, l’auteur décrit la routine de petites gens de la province pavillonnaire. L’épouse silencieuse et fidèle découvre après seize ans de mariage que le père de ses deux enfants, macho boute-entrain et forte tête, viole les femmes et les tue. Mais l’apprend-elle vraiment ? Voilà le cœur du roman : jusqu’à quel point une femme peut-elle aimer son mari pour ne pas entrevoir l’horreur de sa double vie ? Jacques Expert, La femme du monstre (éd. Anne Carrière), 19 €. Jacques Expert. PASCAL GELY/AGENCE BERNAND DR
JONATHAN WENK DR www.directsoir.net I’m Not There (« Je ne suis pas là ») est le titre d’une chanson méconnue de Bob Dylan, tirée des mythiques Basement Tapes, enregistrements jamais commercialisés. Cate Blanchett a remporté le prix de la meilleure actrice au Festival de Venise pour son interprétation « d’un » Bob Dylan. ■ Filmer des enfants qui jouent à être leurs parents lorsqu’ils travaillent, c’est le concept du documentaire de Françoise Marie. Dans Petites histoires de reins du tout, la réalisatrice avait demandé à des petits malades de se mettre dans la peau de leurs médecins. Avec On dirait que…, elle pousse plus loin le concept du jeu de rôle en l’élargissant à une palette de sept métiers. Que leurs parents soient gendarmes, travaillent dans un cirque ou tiennent un restaurant, les enfants ont une vision assez juste des risques, contraintes et responsabilités de ces métiers. Outre l’aspect ludique du film, cet éventail d’emplois permet une analyse de notre société. A leur insu, les enfants montrent toutes les faiblesses du système : inégalités, DVD Odette sur un petit nuage ■ Odette Toulemonde n’a rien pour être heureuse, mais elle l’est. Son romancier fétiche, Balthasar Balsan, a tout pour l’être, mais ne l’est pas. Odette rêve de le remercier, pensant lui devoir son optimisme. L’écrivain Eric-Emmanuel Schmitt est passé derrière la caméra avec Odette Toulemonde. Pour nourrir cet univers fantasque et pétillant, il a fait appel à Catherine Frot et Albert Dupontel. Odette Toulemonde, d’Eric-Emmanuel Schmitt, Pathé !, 20 €. Le monde du travail vu par les enfants Agriculteur, médecin, épicier ou instituteur : comment les enfants comprennent-ils les métiers de leurs parents ? On dirait qu’on arrêterait quelqu’un. dévalorisation, risque et absence de reconnaissance de certaines professions. On dirait que…, de Françoise Marie, en salles. PYRAMIDE Dylan fois six ★★★★★ Pour évoquer l’icône Bob Dylan, le réalisateur Todd Haynes a fait appel à six acteurs différents. Si beaucoup de documentaires lui ont été consacrés, Robert Zimmerman, alias Bob Dylan, n’a jamais fait l’objet d’un « biopic » (biographie filmée) classique, comme ses collègues Johnny Cash ou Ray Charles. Comment résumer la vie d’un artiste à la personnalité changeante, qui n’a cessé de se réinventer ? Un jour poète libertaire conseillant « de ne pas suivre les leaders », le lendemain prêcheur évangéliste chantant qu’« il faut servir quelqu’un » … Pour aborder cette figure complexe, le réalisateur Todd Haynes a demandé à six acteurs d’incarner différentes facettes de Bob Dylan. Le résultat est un ovni visuel, magnifique évocation éclatée et fantasmée d’un homme qui, à 66 ans, reste toujours une énigme. Marcus CarlFranklin interprète Woody, un garçon nourri de folklore américain. Comme le jeune Robert Zimmerman, il va se rendre au chevet de son idole Woody Guthrie. Ben Whishaw (alias Arthur) rappelle que Dylan fut le Rimbaud insolent des « sixties ». Christian Bale joue Jack, un chanteur de CULTURE 15 CINÉMA folk contestataire se convertissant au christianisme. Heath Ledger incarne Robbie, qui représente les échecs amoureux de Dylan. Richard Gere est Billy, un cow-boy solitaire qui symbolise la retraite de l’artiste près de Woodstock après son accident de moto en 1966. Mais la prestation la plus impressionnante est à mettre au crédit d’une femme. C’est l’androgyne Cate Blanchett (Jude) qui ressuscite le Dylan de 1965, année charnière dans sa vie comme pour l’histoire de la musique. L’actrice incarne parfaitement un artiste alors drogué, arrogant et messie rock adulé et détesté. Après avoir réalisé un beau mélodrame à la façon des années 1950 (Loin du paradis), Todd Haynes confirme qu’il est l’un des cinéastes américains les plus brillants et audacieux. Son I’m Not There peut dérouter ceux qui ne connaissent pas l’œuvre et la vie de Dylan, mais il offrira aux autres un beau portrait musical, sur lequel souffle un vent de liberté propre aux années 1960. I’m Not There, de Todd Haynes, en salles.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :