Direct Soir n°25 25 sep 2006
Direct Soir n°25 25 sep 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de 25 sep 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Monsieur Debbouze

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Lundi 25 septembre 2006 4 EN EXCLUSIVITÉ INTERVIEW CLÉMENTINE AUTAIN À gauche toute A 33 ans, Clémentine Autain est une figure montante à la gauche de la gauche. Possible candidate unitaire pour la présidentielle, elle répond aux questions de « Directsoir ». La gauche de la gauche, c’est quoi ? Existe-t-il un socle commun à toutes ces formations ? La gauche antilibérale rassemble des forces politiques diverses qui partagent la volonté de voir advenir un autre monde, solidaire, écologique, féministe et authentiquement démocratique. Nos vies ne peuvent être soumises à l’intérêt de quelques multinationales. Il y a des marges de manœuvre pour partager les richesses, les pouvoirs, les savoirs et les temps. Notre but commun est l’abolition de toutes les formes d’exploitation et de domination. Vous n’êtes ni du PCF ni de la LCR, vous n’êtes de rien, peut-être de tout... Vous revendiquez-vous d’une tradition politique ? C’est par l’articulation des différentes traditions de la gauche des ruptures que nous pourrons réinventer et construire le projet de transformation sociale du XXI e siècle. Bové, Besancenot, PCF... pourquoi la gauche n’arrive pas à se mettre d’accord pour la présidentielle ? Nous sommes proches d’un accord ! Nous avons engagé un travail en commun, adopté des documents de contenus et de stratégies. Aujourd’hui, ne pas faire l’unité apparaîtrait artificiel et ferait ressembler à tous les autres... Vous vous êtes réunis en collectifs pour dire non au libéralisme et à la Constitution européenne. Un an après, que reste-t-il de ce rassemblement et quel est son but ? Lors de la réunion nationale des collectifs le 10 septembre dernier, chacun a pu prendre la température : l’aspiration unitaire est très forte, la dynamique s’amplifie. C’est ensemble que nous avons gagné le référendum du 29 mai, c’est ensemble que nous devons faut une autre voie à gauche en 2007. Comment être audible, crédible et réussir à peser si nous partons divisés ? Nous en avons assez de l’alternative entre une droite dure et une gauche molle. Quel avenir promettez-vous à une union de la gauche du non ? Un avenir majoritaire dans le pays ! Pourquoi avoir lancé l’idée de votre éventuelle candidature ? Nous recherchons la personnalité qui permettra le consensus. Mes profils et parcours politiques me placent au cœur Mon profil (...) me place au carrefour du rassemblement. Repères J. SAGET/AFP PHOTO J. SAGET/AFP PHOTO du rassemblement. C’est pourquoi des militants ont pensé à moi, alors que j’étais prête à assumer cette responsabilité. Quels sont vos atouts face à d’autres candidats de votre camp comme Marie- Georges Buffet ou Olivier Besancenot ? Nous ne sommes pas dans une logique de concurrence. Ces personnalités doivent participer activement à la campagne, que nous voulons collective. L’enjeu est de trouver qui sera sur le bulletin de vote. Vous dites : « je mesure mon handicap, je suis jeune, je suis une femme et je suis blonde. » A part la couleur de vos cheveux, vous avez des points communs avec Ségolène Royal... HALEY/SIPA 74% des sympathisants communistes l’apprécient (source Ifop-Paris Match), elle est populaire et féministe, pourquoi ne pas s’allier avec elle ? Ce n’est pas une question de personne (et je m’élève contre les attaques sexistes dont la candidate socialiste fait l’objet) mais de programme. Ségolène Royal tire le PS sur sa droite : œillade à Blair, conception réactionnaire de la famille, encadrement militaire des jeunes délinquants, remise en cause de la carte scolaire... Pour un projet de gauche le compte n’y est pas ! Le projet du PS manque singulièrement d’ambition et ne se donne pas les moyens de combattre la loi du profit, de redistribuer les richesses en profondeur, de lutter contre les ségrégations sociales et de consolider les services publics. Plateau de télévision, presse, radio... Les médias semblent vous aimer, et vous ? Ils permettent de s’exprimer vis-à-vis du grand nombre et je ne vais pas me plaindre d’en profiter. Mais je refuse la « pipolisation » que beaucoup souhaiteraient me voir prendre. ADRIENNE DE MALLERAY, MAXIME RUSZNIIEWSKI ET GUILLAUME KLOSSA Ses débuts Adjointe au maire de Paris Candidate à la candidature A 24 ans, elle participe à la fondation de l’association mix-cité, mouvement pour l’égalité entre les sexes et commence à militer à l’Union des étudiants communistes. PROFIL Trois propositions de Clémentine Autain si elle parvenait au pouvoir à l’issue des élections présidentielles : 1- Le lancement d’un processus constituant de VI e République. 2- Un nouveau statut du salariat défendant le CDI comme norme et garantissant la continuité des droits. 3- La création d’un pôle public de l’énergie. 25 mars 2001 : elle devient l’adjointe affiliée communiste au maire de Paris, Bertrand Delanoë, en charge de la jeunesse. 10 septembre 2006 : elle se déclare prête pour incarner la gauche antilibérale, lors de la réunion des collectifs unitaires locaux pour une alternative à gauche. P.-F. COLOMBIER/IMAGEFORUM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :