Direct Soir n°235 5 nov 2007
Direct Soir n°235 5 nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°235 de 5 nov 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Hillary Clinton objectif Maison-Blanche

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
FABLET/PRESSE SPORT FABLET/PRESSE SPORT Directsoir N°235/Lundi 5 novembre 2007 12 SPORTS Véritable phénomène en Lituanie, Sarunas Jasikevicius est l’un des basketteurs européens les plus talentueux. Meneur de jeu, il débute sa carrière de basketteur aux Etats- Unis, au sein des collèges de Pennsylvanie. Il se présente à la Draft NBA 1998, mais n’est pas retenu. Le jeune joueur de 22 ans décide alors de rentrer en Lituanie pour relancer sa carrière, et signe un an plus tard avec l’Olympique Ljubljana, en Slovénie.Au cours de cette même saison, il glane la médaille de bronze aux Jeux olympiques de 2000, à Sydney, avec la sélection lituanienne. Auteur d’un très bon tournoi, il CYCLISME ■ Contrôlé positif l’été dernier, le cycliste Andrey Kashechkin (Astana) pourrait bien faire parler de lui ces prochains mois. Selon son avocat, le Kazakh a subi un test sanguin alors qu’il était en vacances en famille. Ce qui entre en contradiction avec l’article 8 de la Convention des droits de l’homme, selon lequel il ne peut y avoir d’ingérence dans la vie privée que par des autorités publiques, « ce que ne sont pas les autorités sportives ». BASKET-BALL 1,93m, 89 kg, Sarunas Jasikevicius est un roc. Aujourd’hui meneur de jeu star du Panathinaïkos d’Athènes, le Lituanien entend prouver à tous, sur les parquets du Vieux Continent, qu’il est toujours le meilleur joueur d’Europe. « Sharas », la légende lituanienne Sarunas Jasikevicius sous le maillot lituanien, pendant le championnat d’Europe de basket en septembre dernier. A. MARCHI/GAMMA Le « K » Kashechkin DR rejoint dans la foulée l’Espagne et le FC Barcelone, avec lequel il remporte l’Euroligue 2003. Mais c’est avec les championnats d’Europe disputés en Suède cette année-là que Jasikevicius entre dans la légende. Désigné meilleur joueur (MVP) de l’épreuve, il remporte la médaille d’or avec sa sélection. Il devient alors le basketteur européen le plus convoité du continent. C’est finalement le Maccabi Tel-Aviv qui a sa préférence. En Israël, il remporte deux Euroligues (2004,2005) et confirme son statut de meilleur joueur européen. La NBA lui fait les yeux doux et les Pacers d’Indiana lui proposent un FOOTBALL Aulas, le livre qui dérange ■ Le parcours de Jean-Michel Aulas, qui a repris l’Olympique Lyonnais en 1987, est émaillé de succès mais aussi de zones d’ombre. C’est en tout cas ce que révèle l’ouvrage de Thomas Nardone,Aulas,L’enquête interdite, qui paraît mercredi aux éditions Lyon Mag. L’auteur, qui connaît bien le président de l’OL, n’hésite pas à partager avec le lecteur ses mauvais souvenirs et les méthodes de travail de ce chef d’entreprise qui a réussi à faire d’un club de deuxième division la référence du football dans l’Hexagone. E. LEMAISTRE/PANORAMIC RUGBY John Sidney Millar distingué ■ Le 25 octobre dernier, quelques jours après la fin de la Coupe du monde, John Sydney Millar, prédécesseur de Bernard Lapasset à la présidence de l’International Rugby Board (IRB), a reçu la Légion d’honneur. Une belle distinction pour celui qui a entraîné l’équipe d’Irlande à la Coupe du monde 1987 et a mené la fédération irlandaise, avant de s’engager à la tête de l’organe dirigeant l’ovalie en 2003. Sarunas Jasikevicius est marié depuis 2006 à Linor Abargil, jeune mannequin israélien, élue Miss monde 1998. La cérémonie a eu lieu en Espagne, près de Barcelone. contrat de trois ans pour 12 millions d’euros. Jasikevicius découvre enfin la légendaire ligue, à 29 ans. Mais cette deuxième expérience américaine est une nouvelle déception pour le joueur. Il n’a pas la confiance de son coach et s’engage en 2006 avec les Golden State Warriors, où il joue par intermittence. « Sharas » ne supporte pas la situation et rejoint cette année l’Europe et l’ogre du Panathinaïkos, pour deux ans. Tenante du titre de l’Euroligue, l’équipe grecque veut conserver son titre dans cette édition 2008. Avec Jasikevicius à la baguette, cet objectif est à portée de panier. FOOTBALL Les Bleus virent au rouge ■ L’équipe de France de football va troquer son maillot blanc au profit d’une nouvelle tunique rouge. Une tenue qui devrait être dévoilée peu avant l’Euro 2008. Raymond Domenech a été l’un des premiers à la découvrir. Il semblerait conquis. Fini le maillot blanc largement utilisé durant la Coupe du monde 2006. Adidas a pris l’habitude d’effectuer des changements tous les deux ans, avant chaque grande compétition internationale. Pour retrouver des joueurs français vêtus de rouge, il faut remonter à une trentaine d’années. Reste à savoir si cette nouvelle couleur portera chance à l’équipe de France. En attendant, il faudra d’abord se qualifier pour l’Euro. Sofoklis Schortsanitis, le colosse (2,06 m) du Panathinaikos d’Athènes. Une Euroligue 2007-2008 relevée ■ L’Euroligue 2007-2008 promet d’être l’édition la plus spectaculaire des dernières années. L’exil en NBA des meilleurs éléments n’a pas eu lieu, ce sont même les clubs du Vieux Continent qui ont rapatrié quelques joyaux exilés. Le plus célèbre d’entre eux, Jasikevicius, est le fer de lance d’un Panathinaïkos grand favori à sa propre succession. Le coach et pape du basket européen, Zeljko Obradovic, dispose de la plus belle armada jamais vue en Europe. Favoris, les Grecs devront se méfier du CSKA Moscou, finaliste malheureux l’an dernier, qui veut sa revanche. Mais la surprise pourrait venir d’Espagne, où le Real Madrid présente une équipe exceptionnelle. Récents tombeurs des Toronto Raptors, les Madrilènes veulent un titre qu’ils n’ont plus remporté depuis 12 ans. Le Maccabi Tel-Aviv complète le quatuor des prétendants. P.PERUSSEAU/ICONSPORT AUDIENCE La Ligue 1 boudée sur Canal+ ■ Avec un Audimat en chute, le début de saison est difficile pour la Ligue 1 sur Canal+. Enregistrant une baisse de 14%, la chaîne cryptée passe de 32% à 18% de part d’audience. Principale raison invoquée pour expliquer cette baisse : la Coupe du monde de rugby, mais aussi un championnat amputé de plusieurs stars. P.MILLEREAUDPPI
S. HONDA/AFP L. CIRONNEAU/AP M. BLONDEAU/ICON SPORT www.directsoir.net RUGBY Toulouse voit la vie en rose Le Toulousain Vincent Clerc. ■ Week-end mitigé pour les favoris du Top 14. Si Toulouse a corrigé le Stade Français au Stadium (28-9), Perpignan est de nouveau passé à côté de son match face à Albi, perdu 21 à 16. Clermont s’est relancé avec une victoire (33-20) sur Montpellier pendant que Bourgoin avait plus de mal pour s’imposer contre Auch (18-16). La veille, Biarritz l’avait emporté sur le terrain de Brive (12-7). Si certains ont accumulé de la confiance, à l’image des Toulousains, d’autres, comme les Catalans, devront se reprendre en H Cup dès vendredi, pour les grands débuts de la Coupe d’Europe. 85000 spectateurs ont assisté aux Masters Series de Paris Bercy, soit une augmentation de 22% par rapport à l’édition 2006. Une véritable réussite pour les organisateurs, qui avaient à cœur de redorer le blason du tournoi cette année. TENNIS Nalbandian persiste et signe David Nalbandian. ■ Après Madrid la semaine dernière, la tornade David Nalbandian est passée par Paris hier. L’Argentin a pulvérisé Rafael Nadal en finale du tournoi de Bercy, en deux petits sets (6-4, 6-0) et un peu plus d’une heure. Au terme de cette folle quinzaine, le joueur endosse la tunique de premier remplaçant des Masters de Shanghai. Andy Roddick étant incertain pour ce rendez-vous, David Nalbandian pourrait bien participer à cette rencontre entre les huit meilleurs mondiaux. Une présence qui peut changer la donne, tant l’Argentin domine cette fin de saison. Vainqueur par deux fois de Roger Federer en l’espace de deux semaines, il peut être considéré comme le meilleur joueur du monde en ce moment. MARATHON Radcliffe et Lel aiment New York À SAVOIR M. MOCHET/AFP ■ Après deux ans d’absence, Paula Radcliffe remporte le marathon de New York en 2 h 23 min 09 sec. La Britannique a bien failli se faire souffler la victoire par la Kenyane Gete Wami, à quelques mètres de Central Park. Mais c’était sans compter sur sa force de conviction, qui lui a permis de réaliser un contre majestueux et de passer la première la ligne d’arrivée. Du côté des hommes, c’est le Kenyan Martin Lel, déjà victorieux en 2003, qui l’a emporté en 2 h09 min 04 sec. Le marcheur français Yohan Diniz, qui a perdu la puce servant de référence chronométrique, n’a pu figurer au classement de l’épreuve. Martin Lel et Paula Radcliffe. Le trimaran Banque populaire. FOOTBALL/LIGUE 1 Lens au finish Le RC Lens, qui restait sur une défaite à domicile le week-end dernier contre Rennes, a connu une embellie en battant, hier, Saint-Etienne (3-2) au terme d’un match riche en rebondissements. Tout semblait joué d’avance. A l’heure de jeu, les Lensois, menés 0-2 par des Stéphanois intelligents et très réalistes, n’imaginaient certainement pas à un tel dénouement. Après le 3-3 de la saison dernière, qui avait déjà vu les Artésiens remonter trois buts à leurs homologues stéphanois, les rencontres Lens-Saint-Etienne confirment qu’elles sont généreuses en émotions.Avant-dernier du classement au coup d’envoi, les hommes de Jean-Pierre Papin, qui restaient sur un succès à Monaco en Coupe de la Ligue, ont subi dès le début du match la pression des Stéphanois. Résultat, les Verts ont ouvert la marque par l’intermédiaire de David Gigliotti, inscrivant son premier but de la saison (17 e), avant que Christophe Landrin ne double la mise cinq minutes plus tard. Malgré une bonne réaction, les Lensois se sont heurtés au dernier rempart stéphanois, Jérémie Janot. Alors que les espaces se faisaient de plus en SPORTS 13 plus grands dès l’entame de la seconde période, les risques pris par les Sang et Or se sont avérés payants. De la tête, Adama Coulibaly a réduit l’écart à la 63 e minute, juste avant que Yohan Demont n’embrase le stade Félix-Bollaert, jusqu’ici dépité. A deux partout, le match allait basculer dans une attaque-défense, qui allait faire le bonheur des locaux. A cinq minutes du terme de la rencontre, Dindane Aruna a profité d’une erreur de Batista Nivaldo pour offrir à Lens son troisième succès de la saison. Avec ce score, Lens sort de la zone des relégables et cette victoire offre aux Nordistes la confiance qui leur faisait défaut depuis le début de la saison. Les Verts confirment qu’ils sont plus à l’aise à la maison qu’à l’extérieur. Un peu plus tôt dans la soirée,Toulouse et Metz ont fait match nul (0-0), tandis que Caen et Le Mans ont offert un autre festival offensif (3-2), qui aura vu le Normand Yoan Gouffran s’illustrer, avec un doublé à la clé. Benoît Ledoyen et les Lensois l’ont finalement remporté 3 à 2 face à Saint-Etienne, au terme d’un rare suspense. DÉCEPTION Djibril Cissé perd ses nerfs CHANGEMENT DE CAP DANS LA TRANSAT JACQUES VABRE ■ Les 60 concurrents doublent l’île d’Ouessant aujourd’hui et plongent dans le grand bain du golfe de Gascogne. Le petit temps qui règne depuis le départ devrait laisser la place, la nuit prochaine, à des rafales de 10 à 15 nœuds. Rien de tel pour lancer une course jusque-là marquée par la traversée du rail d’Ouessant et des vents peu constants. Chez les monocoques en classe Imoca, Marc Guillemot et L’avant-centre marseillais, en panne de but depuis le début de la saison, a insulté un supporter hier soir à l’aéroport de Porto. L’homme aurait critiqué le niveau de jeu actuel de Djibril Cissé, qui n’a visiblement pas du tout apprécié. « Ferme ta gueule », « Espèce de gros », a-t-il explosé devant les caméras. Une impulsion pathétique, à un moment où Marseille n’en a pas vraiment besoin. Charles Caudrelier sur Safran ont creusé un petit écart en tête. Le Gitana Eighty de Loïck Peyron et Jean-Baptiste Levaillant pointait à 8 heures, ce matin, à 14 milles des leaders. Du côté des multicoques, partis hier en début d’après midi, Pascal Bidégorry et Yvan Ravussin sur Banque populaire comptait ce matin un peu plus de 3 milles d’avance sur Groupama, skippé par Franck Cammas et Stève Ravussin. L. ZABULON/ICONSPORT B. LEDOYEN/PANORAMIC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :