Direct Soir n°231 26 oct 2007
Direct Soir n°231 26 oct 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°231 de 26 oct 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : J.K. Rowling magicienne de Harry Potter

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir N°231/Vendredi 26 octobre 2007 6 EN COUVERTURE Harry Potter La magie d’un succès « HARRY POTTER » A FAIT PASSER SA CRÉATRICE D’UN UNIVERS À L’AUTRE. DURANT LES ANNÉES D’ÉCRITURE PRÉCÉDANT LA SORTIE DU PREMIER VOLUME, EN 1997, ELLE A CONNU LA PAUVRETÉ ET LA DÉPRESSION. DEPUIS, LE JEUNE SORCIER A FAIT DE J. K. ROWLING UNE FEMME RICHE ET ÉPANOUIE. J.C. GÖTTING/GALLIMARD
J.C. GÖTTING www.directsoir.net Enfin ! Les lecteurs français de la saga Harry Potter peuvent dévorer les pages du dernier volet de la série. L’attente aura été longue depuis 2005, année de parution du sixième opus. Trop longue pour certains. Dans un sondage en ligne réalisé par Metro le 20 juillet dernier, veille de la sortie du dernier volume en anglais, un tiers des futurs acheteurs du livre affirmaient qu’ils liraient la fin des aventures de Harry en version originale, pour connaître plus tôt l’épilogue de la saga. « IMPROBABLE » Pour des millions de lecteurs, ce septième épisode est un Graal tout autant qu’un déchirement. Les aficionados de la série vont connaître le dénouement et les révélations qu’ils ont tant attendus. Mais depuis le début, la créatrice du jeune sorcier l’a dit, l’histoire de Harry Potter est une saga en sept tomes, pas un de moins, pas un de plus. Début juillet, peu avant la sortie de la version anglophone de Harry Potter et les reliques de la mort, elle affirmait encore à l’antenne de la BBC que « l’histoire de Harry se termine sur une fin très nette », jugeant « improbable » l’éventualité d’opus supplémentaires. Ce n’est pas suffisant pour mettre un terme aux espoirs des plus fervents amateurs de l’apprenti sorcier. Le lundi suivant la déclaration télévisée de J.K. Rowling, une pétition était lancée sur la toile par la chaîne de librairies britannique Waterstone, pour « sauver » Harry. L’attachement des lecteurs aux personnages de la série est tel que Waterstone prévoyait même d’ouvrir une ligne de soutien psychologique, pour aider les plus sensibles à surmonter la mort annoncée par l’auteur de deux personnages importants. PHÉNOMÈNE DE SOCIÉTÉ De telles démarches témoignent de l’ampleur du phénomène Potter. Si les trois premiers ouvrages furent des best-sellers classiques, la sortie du quatrième volet, en 2000, fait basculer la série Après douze refus dans le surnaturel d’éditeurs, « le premier tome commercial. Deux de Harry Potter est publié. millions de livres » sterling sont consacrés à la promotion de Harry Potter et la coupe de feu. L’éditeur Bloomsbury ira jusqu’à installer, dans la gare de King’s Cross, à Londres, une reconstitution du « quai 9 3/4 », d’où part le train qui emmène les apprentis sorciers vers l’école de Poudlard. Les manifestations liées à la parution du dernier épisode en français sont aussi légion. Une radio consacre par exemple toute la journée à l’événement. Virgin Megastore a même organisé hier, dans son magasin des Champs-Elysées à Paris, une soirée sur le thème de la magie, pour faire patienter les plus grands fans de la série jusqu’à 00h01, heure à laquelle ils ont pu acheter le précieux livre. D’innombrables fan-clubs de Harry ont vu le jour, et on ne compte plus les sites internet qui lui sont consacrés. C’est à croire que tout le monde ou presque a un avis sur Harry Potter, et pas seulement les enfants. Et que celui qui n’en a jamais émis jette le premier sort. Certaines institutions voient d’un mauvais œil le succès du sorcier superstar. En 2003, le cardinal Joseph Ratzinger, futur EN COUVERTURE 7 Depuis 00h01 ce matin, « Harry Potter et les reliques de la mort », septième – et dernier ? – volume des aventures du sorcier est disponible en français. Le personnage créé par J. K. Rowling fait battre le cœur de dizaines de millions d’adolescents à travers le monde. Il a aussi changé la vie de sa créatrice, aujourd’hui multimillionnaire. J. K. Rowling reçoit le titre de docteur honoraire en droit de l’université d’Aberdeen (Ecosse), le 6 juin 2006. Benoît XVI, a jugé dans une lettre que Potter « désagrège l’esprit du christianisme ». Aux Etats-Unis, alors que de nombreux enseignants profitent du succès de Harry pour l’utiliser en classe, des associations de parents redoutent la mauvaise influence du sorcier sur leurs enfants. Elles décèlent dans ses aventures une nette tendance au paganisme. Mais que les églises se rassurent, avec un peu plus de 70000000 pages internet le mentionnant, Harry Potter reste moins célèbre que le Christ (environ 155000000 de pages). JACKPOTTER Phénomène de société, la « Pottermania » est aussi un ovni éditorial. De ce côté, le sort le mieux maîtrisé par Harry est sans doute celui de la multiplication des gains. Les six premiers opus ont été écoulés à 325 millions d’exemplaires à travers le monde. En vingt-quatre heures, 11 millions de lecteurs ont acquis la version anglophone du dernier tome. Les 60 traductions de l’ouvrage devraient permettre à la saga de franchir les 400 millions de livres vendus. Bien entendu, Hollywood ne pouvait pas laisser passer pareil succès. Cette année, l’adaptation du cinquième épisode, Harry Potter et l’Ordre du Phénix, a déjà rapporté plus de 900 millions de dollars. Au cinéma, Harry Potter a généré 4,5 milliards de dollars de recettes pour la Warner, productrice des films. Les sortilèges magiques semblent faire plus rêver que les sabres laser ou les guerriers destructeurs : en à peine six ans et cinq films, Harry Potter a surclassé Star Wars et même les vingtdeux aventures de James Bond au hitparade des profits cinématographiques. Mais les profits générés par Harry Potter Avec une fortune estimée à 810 millions d’euros, J. K. Rowling est plus riche que la reine d’Angleterre. ne sont pas uniquement d’ordre financier. Car le sorcier semble avoir donné le goût de la lecture à de nombreux enfants. C’est un véritable tour de force que J.K. Rowling a réalisé : l’auteur britannique a absorbé toute une génération dans la lecture d’ouvrages de 600pages en moyenne. HARRY POTTER, FILS DE CENDRILLON Ses histoires de sorcier ont plongé J. K. Rowling dans un véritable conte de fées. The Sunday Times Rich List estime sa fortune en 2007 à 545 millions de livres, soit près de 810 millions d’euros. Pourtant, avant de devenir un écrivain à succès, la vie n’a pas toujours été tendre avec celle que ses lecteurs appellent désormais « Jo ». Née à Yate le 31 juillet 1965 dans le sud-ouest de l’Angleterre, Joanne passe la fin de son enfance à Tutshill, un environnement assez proche de celui de Harry Potter. C’est une campagne où vivent de nombreux animaux, qui occupent une place importante dans la saga. La forêt de Dean, non loin, est l’objet de nombreuses légendes magiques, qui dé- D. MOIR/REUTERS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :