Direct Soir n°230 25 oct 2007
Direct Soir n°230 25 oct 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°230 de 25 oct 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Louis Borloo, Grenelle : rendez-vous réussi

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°230/Jeudi 25 octobre 2007 8 EN COUVERTURE Le pari que nous faisons, avec Jean-Louis Borloo et le président de la République, c’est que le Grenelle marquera la fin d’une opposition paralysante entre la protection de l’environnement et le développement. François Fillon, hier, en ouverture des tables rondes. du Grenelle de l’environnement : réorganiser la société avant que la raréfaction des ressources ne nous amène à une société de restrictions. « L’objet du Grenelle, c’est de démontrer que c’est faisable, (…) poser toutes les contradictions de notre société pour essayer de trouver un chemin possible du développement durable. » VOYAGE AU GROENLAND Le volontarisme de Jean-Louis Borloo, qui multiplie les voyages et les rencontres pour enrichir sa réflexion, suscite des réserves au sein de l’opposition. Ainsi, dernièrement, quelques détracteurs ont critiqué son voyage au Groënland, accompagné d’une cohorte de chercheurs et de personnalités comme YannArthus-Bertrand. Si les proches applaudissent cette opération qui vise à faire prendre en considération les changements dus au Trois VISAGES… J.M. TURPIN/GAMMA Jean-Louis Borloo et François Fillon au Grenelle de l’environnement. réchauffement global, d’autres s’émeuvent que l’on puisse prendre un avion, et faire l’aller-retour dans la journée, alors que les émissions de CO2 du voyage ont été compensées. Sur son blog, YannWehrling, porteparole national des Verts, lance ainsi au ministre qu’il aurait mieux valu, plutôt que de faire le voyage en avion jusqu’à la lisière du pôle Nord, faire le voyage jusqu’au bureau d’Anne-Marie Idrac, présidente de la SNCF, et s’inquiéter de la fermeture annoncée de 262 gares de ferroutage. Cependant, ces bémols n’ont que peu d’écho au regard de l’ampleur du chantier ouvert par le ministre. La table ronde du Grenelle de l’environnement pose définitivement les prochaines orientations de la France en termes de politique environnementale. Elle définira d’ici à la fin de la semaine 15 à 20 mesures qui structureront cette MAIRE PLÉBISCITÉ ■ En mars 1989, Jean-Louis Borloo est élu à la mairie de Valenciennes, avec 76% des voix au second tour. Il sera réélu jusqu’en 2001, avant de laisser sa place à son premier adjoint, Dominique Riquet. CYBER MINISTRE ■ Le 10 octobre dernier, Jean-Louis Borloo a participé à un « chat interview » sur un nouveau site web (www.noe.org) lancé à l’occasion du Grenelle de l’environnement par Olivier Chiabodo, ex-animateur de TF1. Le site a recueilli plus de trois mille propositions concrètes sur les dix grands thèmes développés autour de la préservation des ressources naturelles. politique. Ces mesures arrêtées lors du Grenelle seront traduites en une loi d’orientation et de programmation. Le Parlement devrait se prononcer ensuite au premier semestre 2008. Jean-Louis Borloo doit désormais convaincre au-delà des mots, par des prises de positions. Avec le Grenelle de l’environnement, les feux sont braqués sur lui et son équipe. Le ministre joue un rôle important dans une révolution qui ne l’est pas moins. En quatre mois, il vient de remporter deux batailles majeures. La première est personnelle – Jean-Louis Borloo peut se féliciter des conditions de la négociation et valoriser son talent politique que son départ de Bercy avait remis en cause. La seconde est essentielle. Avec les innombrables partenaires du Grenelle de l’environnement, il vient de réussir à faire de l’environnement une cause nationale unanimement saluée. E. SCORCELLETTI/DR SAMSON THOMAS/GAMMA/EYEDEA PRESS VU PAR Dominique Riquet, maire de Valenciennes depuis mai 2002. « Il se nourrit de l’échange, c’est une éponge » Dominique Riquet. ■ « Je l’ai rencontré en 1988, il était président du club de foot de Valenciennes et il cherchait des personnes pour former une liste et tenter l’aventure municipale. Il avait déjà des idées très intéressantes et avait bien décortiqué les principaux dossiers. Ce qui marquait chez lui à l’époque, c’était son profil novateur. Je pense qu’il a une capacité d’analyse, une intuition élevée. Ce qui a marché entre nous, c’est que je suis plutôt organisé, lui plus impulsif, on se complète bien, même s’il faut avoir parfois la capacité de ne pas s’agacer facilement. Jean-Louis Borloo met beaucoup d’énergie dans ce qu’il fait, il est tenace et pugnace. Ce qui est remarquable, c’est la facilité de contact qu’il peut avoir, il aime les gens. Je l’ai vu aussi assister à des réunions de quatre heures sans rien dire, mais il a tout entendu, tout compris ! Il se nourrit de l’échange, c’est une éponge. Il vient d’être réélu député avec 62% des voix. Je trouve qu’il conserve une grande conviction personnelle et une grande faculté d’indignation… » MARIAGE ■ Le 21 juillet 2005, Jean-Louis Borloo épouse Béatrice Schönberg. Le mariage est célébré par le maire de Rueil-Malmaison, le député UMP Patrick Ollier. Soucieuse d’éviter toute ambiguïté, la journaliste de France 2 quitte la présentation des journaux télévisés. RAMBAUD/ANDIA
Arec 11 SOO'IIen 6e Il klndallol Edmond Sllr. de IJ fo ! ldllloe pour &1 Mflttolre de &1 Shoah elle l A.ssoclaiiOI M•bêfkhlt Crif



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :