Direct Soir n°221 12 oct 2007
Direct Soir n°221 12 oct 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°221 de 12 oct 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Al Gore prix Nobel de la Paix

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
P.PERUSSEAU/ICON SPORT Directsoir N°221/Vendredi 12 octobre 2007 12 SPORTS Alors que le sextuple champion de France a connu une perte d’élan au cours de cette saison, l’espoir de l’OL pourrait bien reposer sur les épaules de Karim Benzema, reperé par Bernard Lacombe, qui privilégie la promotion interne. Humble, mais sûr de sa force, le Gone avait annoncé qu’il fallait faire confiance aux jeunes et que Lyon n’avait pas besoin de rechercher un attaquant. Le moins que l’on puisse dire, c’est que celui qui habite encore chez ses parents, à Bron, dans la proche banlieue lyonnaise, ne donne pas tort à ses dirigeants. Auteur de 50% des buts de l’OL, Benzema a déjà marqué 10 fois en dix journées, et aurait même pu porter son total à 11, sans une erreur d’arbitrage de Stéphane Lannoy à Bordeaux. A seulement 19 ans, le numéro 10 est parti sur les bases d’un but toutes les 80,2 minutes jouées, qui pourraient l’amener à atteindre la barre des 20 buts, ce Benzema n’a pas qu’aucun attaquant rhodanien raté ses débuts en bleu, n’a réussi depuis Sonny Anderson. Travailleur acharné, jeune Peu impressionné par le Stade en mars dernier, face à l’Autriche en match amical. footballeur à l’écoute, mais déjà de France, le Lyonnais marqua mûr, Karim Benzema est promis l’unique but tricolore, à la 54 e minute, sur à un bel avenir. Un potentiel un service de Nasri. énorme, dévoilé pour la première fois dès la saison 2004-2005, époque où Lyon marchait encore sur l’Europe. Efficace devant le but, technique et lucide, Benzema possède une palette large qui fait de lui plus qu’un simple attaquant. Alors que certains se demandaient s’il avait les épaules pour porter le costume d’unique titulaire à la pointe du 4- 3-3 lyonnais, il a répondu de la plus belle des façons. Fred, qui revient à peine de blessure et surtout Milan Baros, peu en verve, ont du souci à se faire. Karim Benzema s’est imposé comme le buteur lyonnais du début de saison. HANDISPORTS ■ D’après le China Daily, deux Chinois, Dong Jinbao et Zhu Benyi, seront jugés pour avoir volé un tampon officiel de l’organisation des jeux mondiaux pour handicapés mentaux, qui se sont achevés hier à Shanghai. Un délit qui a permis aux deux compères de faire signer un contrat de vente d’espace publicitaire à une entreprise de communication, pour un montant de 70 000 yuans, soit 6 700 euros. Pactole restitué, mais qui ne les empêchera pas d’encourir deux ans de prison. FOOTBALL A 19 ans, Karim Benzema a franchi un palier pour devenir « le » buteur que Lyon recherchait depuis le départ de Sonny Anderson. En tête du classement des buteurs, avec 10 buts en 10 matchs, il fait partie du groupe France pour affronter demain les Iles Féroé. Benzema, l’atout lyonnais A. PISACRETA/ROPI-REA Un vol sans scrupule F. DURAND/SIPA INITIATIVE « Tous en Bleu » ■ La marque de vêtements Cambé s’est associée à l’action Tous en Bleu. Le concept est de soutenir l’équipe de France de rugby durant le Tournoi des VI Nations et la Coupe du monde. D’autres marques se sont jointes à Tous en Bleu : Hors Jeux, O’Keen et Depuis le début. L’opération reversera 5% de ses bénéfices à l’association Cyberhosto, engagée dans l’achat de matériels informatiques pour les enfants hospitalisés. P.ROYER/FRANCEDIAS.COM TIR Pour ne pas rater la cible ■ L’Espace Champerret à Paris (17 e), accueillera, du samedi 13 au lundi 15 octobre, la seconde édition du mondial du tir de loisir. L’occasion de découvrir le tir à l’arc, la sarbacane sportive, les fléchettes ou encore le paint-ball, à travers de multiples démonstrations, mais aussi des ateliers de pratique. Entrée : 7 € pour les adultes et 4 € pour les enfants. Horaires : de 10h à 19h, fermeture le 15 octobre à 16h. RUGBY La bonne affaire des partenaires NICOLAS GOUHIER/CAMELEON/ABACA ■ L’équipe de France n’est pas la seule bénéficiaire de son parcours réussi dans cette Coupe du monde 2007. Juste après l’exploit des Bleus face aux All Blacks, qui a ouvert au XV tricolore les portes des demi-finales, les ventes et la notoriété des partenaires sportifs ont été boostées. A titre d’exemple, la file d’attente devant la boutique officielle du Mondial, à Paris, n’a cessé de s’allonger dès lundi midi. L’événement suscite un tel engouement chez les Français, que l’équipementier officiel des Bleus, qui avait déjà vendu près de 500 000 maillots, a été obligé de réapprovisionner les stocks de nombreux distributeurs. Un phénomène dont profitent aussi les différents sponsors. Génération 1987 ■ Né en 1987, Benzema n’est pas l’unique représentant d’une génération dorée. A Lyon, on trouve en la personne de son coéquipier Hatem Ben Arfa un autre prodige du ballon rond. Doté d’un talent exceptionnel, le milieu offensif lyonnais a tardé à éclore. La maturité aidant, il a été appelé par Raymond Domenech pour suppléer Louis Saha lors des matchs face aux îles Féroé et à la Lituanie. Comment parler de cette lignée sans évoquer le Marseillais Samir Nasri. Indisponible pour l’instant, le meneur phocéen, qui n’a disputé que 6 rencontres, manque à son équipe, dix-huitième de Ligue 1. Jeremy Menez, monégasque depuis deux saisons, complète ce quatuor, champion d’Europe des moins de 17 ans en 2004. Benzema et Nasri sont tous deux appelés en équipe de France A. C’est plutôt bon signe pour l’avenir des Bleus. ALBERTO RAMELLA/UMA FOOTBALL Un maillot sacré ■ Le football, en Italie, c’est sacré. La religion aussi. Club de 3 e division transalpine, Ancona Calcio a remis au Pape Benoît XVI un fanion, un ballon, ainsi qu’un maillot du club, lors de l’audience générale de mercredi, au Vatican. Un maillot bien évidemment floqué du numéro 16 et au nom de Benedetto (Benoît en italien). S. MANTEY/PRESSE SPORTS
P.ELLIS/AFP P.PERUSSEAU/ICON SPORT www.directsoir.net RUGBY/COUPE DU MONDE La dernière ligne droite de Pelous Quand on lui demande si la rencontre entre l’Angleterre et la France, demain soir, revêt un caractère particulier, Pelous répond par la négative : « Dans l’état d’esprit, c’est un France-Angleterre de plus. Je me sens un peu détaché de l’événement, et je suis davantage plongé dans l’événement sportif. J’ai du mal à me dire que je vais jouer une demi-finale de Coupe du monde. J’ai l’impression que l’on vit notre enchaînement de matchs sans aucune prise sur l’événement Coupe du monde. » Pourtant, ce sera la dixseptième confrontation avec les voisins anglais pour le plus capé des Bleus, en douze ans de sélections. Et onze victoires françaises, pour six anglaises. Le capitaine tricolore reconnaît que le XV de la Rose n’a jamais été facile à jouer. « Ce sont toujours des matchs difficiles. Depuis que je joue en équipe de France (1995), on se dispute le leadership européen. Ce ne sont pas forcément les meilleurs joueurs, mais ils croient en eux. Et, surtout, ils savent analyser leurs forces et leurs faiblesses, pour mieux jouer sur leurs forces. » Les joueurs de Sa Majesté sont pragmatiques, et leur victoire de 2003, en demi-finale, face à la France, l’était tout autant (24/7). Fabien Pelous s’en souvient : « On a incriminé les conditions climatiques, la présence de journalistes dans l’hôtel. Mais ce jour-là, ils étaient plus forts. Je n’ai jamais revu ce match, mais je n’ai pas le souvenir que l’on ait explosé. » Si la France s’était inclinée face aux Blacks samedi dernier, Pelous aurait vécu sa dernière sélection nationale. Et pour une fois, le deuxième ligne avait chanté la Marseillaise. Il y a vu un signe : « C’était un match particulier, j’ai chanté La Marseillaise et peut-être que je vais le refaire. Je me suis dit « Je vais chanter, au cas où… » On était prêt à ne rien lâcher. Le dernier match ? Forcément, on y pense. Cela m’a traversé l’esprit, mais cela ne m’a pas perturbé. » Et les Bleus, sont-ils perturbés, à la veille de ce choc ? « Sur le plan mental, ça va. On est sur notre petit nuage. Non pas que l’on se sente invincibles, mais tout simplement parce que l’on continue l’aventure, alors que cela semblait peu probable. » FOOTBALL Féroé-France : souvenir, souvenir… Raymond Domenech. Joueur emblématique des Bleus, Fabien Pelous tirera sa révérence à l’issue du Mondial. Avant cela, il disputera sa 3 e demi-finale de Coupe du monde. Après la victoire face aux Blacks la semaine dernière, il est confiant. ■ Le 8 septembre 2004, les Tricolores se déplaçaient sur cet archipel de 18 îles et 48 000 habitants, perdu dans l’Atlantique nord, entre Ecosse et Islande. Ce premier match à l’extérieur de Raymond Domenech ravive quelques souvenirs au sélectionneur, pas toujours plaisants : « L’entraînement de la veille avait été le plus mauvais que j’avais dirigé, même en club. Parfois, ça ne présage pas du match, mais là, c’était conforme : c’était une catastrophe ! » Ludovic Giuly, en première mi-temps, puis Djibril Cissé, en fin de match, furent les buteurs français, Patrick Vieira était exclu à l’heure de jeu, et Claude Makélélé restait dans les tribunes, annonçant sa retraite quelques jours plus tard. Le meilleur joueur français s’appelait alors… Benoît Pedretti. Le sélectionneur avait avoué avoir « raclé les fonds de tiroirs » pour cette rencontre. Aujourd’hui, Domenech dispose d’un groupe homogène pour son déplacement aux Féroé. Un effectif qui reste toutefois sur une récente défaite, à domicile face à l’Ecosse. RUGBY Wilkinson essaie le ballon officiel Le buteur du XV de la Rose, Jonny Wilkinson. ■ Jonny Wilkinson, l’ouvreur et buteur de l’Angleterre, s’entraîne depuis hier à tirer des coups de pied avec les six ballons officiels de la demi-finale qui opposera demain son équipe à la France. « C’est la première fois que je m’entraîne avec les six ballons du match avant une rencontre. C’est idéal de pouvoir s’y habituer, afin d’avoir plus de compréhension du ballon, même si je me suis un peu familiarisé maintenant. » Le buteur affiche un taux de réussite aux tirs au but de 62,5% (10/16 aux pénalités et 5/8 aux transformations) et reste sur un 4/7 et deux drops manqués face à l’Australie (12-10) en quart de finale. Jonny Wilkinson avait émis quelques commentaires acerbes sur le ballon officiel. « C’est un sujet délicat et je ne veux pas en faire une grosse affaire mais, en tant que buteur, tu veux toujours contrôler le plus grand nombre de paramètres. On ne peut pas contrôler le vent ou les conditions de terrain. Dans cette Coupe du monde, il semble que le ballon soit un autre de ces paramètres », a-t-il déclaré au Times. SPORTS Le deuxième ligne du XV de France, Fabien Pelous, a été 41 fois capitaine en 117 sélections. Record à battre. 13 PHOTOSPORT/PANORAMIC



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :