Direct Soir n°22 20 sep 2006
Direct Soir n°22 20 sep 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de 20 sep 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Renovation, Jean Reno

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mercredi 20 septembre 2006 6 OH/TELBA/SIPA ACTU FRANCE JEAN RENO/La force tranquille Cannes 2006, Jean Reno à la plage. Archétype de la star internationale en version hexagonale, il s’est fait aimer de tous. A 58 ans, Jean Reno revient au théâtre. DR Trois films marquants Le grand bleu (1988) Naissance d’un film mythique, tout comme son duo Besson-Reno. La grande bleue attire près de 9,2 millions de spectateurs. L’odyssée aquatique vaut aux deux hommes une véritable reconnaissance. Et pourtant, Le grand bleu est déjà la quatrième collaboration entre l’acteur et le réalisateur. L’avant-dernier (1981), Le dernier combat (1983) et Subway (1985) les ont déjà réunis. Mais grâce à ce succès, Reno marque son empreinte dans l’univers de Besson. Le film est même lancé aux Etats-Unis. La carrière outre-Atlantique des deux Français démarre sous de beaux auspices. Il est partout : des écrans aux planches, et surtout dans nos cœurs. Les Français l’adorent et ne sont pas les seuls. Il est l’un des rares acteurs en France à jouer dans des films américains (Da Vinci Code).Au Japon, il est devenu un mythe vivant au point que les publicitaires se l’arrachent. Et l’on a ainsi pu voir le héros des Visiteurs vanter les mérites de produits alimentaires nippons (chewing-gum, yaourt ou bière). DR Léon (1994) EN COUV. « Bankable », le mot est faible. Jean Reno plaît et avec lui, c’est le succès garanti quoi qu’il fasse. Mais comment expliquer le phénomène Reno ? Est-ce son nez qui amuse ? Sa voix profonde qui envoûte ? Sa présence aussi imposante que mystérieuse ? Peut-être tout simplement son talent. Jean Reno est à l’aise dans tous les rôles. Il passe d’un film français à une superproduction américaine avec une facilité déconcertante. Il s’est Le duo fonctionne et poursuit sa conquête hollywoodienne. La paire se retrouve dans Léon, un film tourné aux États-Unis et entièrement en anglais. Une réussite américaine et hexagonale. 3,5 millions de spectateurs français se précipitent dans les salles. Sourcil froncé, Reno joue les durs, en vain… c’est sa sensibilité pour Matilda qui charme. Et si le film met en vedette l’acteur et son metteur en scène, c’est surtout la jeune Natalie Portman qui reste la véritable révélation de ce succès. DR L’exclu Directsoir « Etre dans sa loge, travailler avec un groupe, c’est se retrouver dans une bulle aimable », ou « accepter la souffrance et savoir en rire, sortir une vanne quand personne ne s’y attend, c’est peut-être ça, être Andalou ». « Les grandes occasions » Théâtre Edouard VII, Réservations : 01 47 42 59 92 essayé à tous les genres : cinéma d’action, comédie romantique, humour. Les jeunes et les femmes l’adorent. Cet automne, une fois n’est pas coutume, Jean Reno revient à ses premiers amours : le théâtre. Sur scène, il campe le rôle d’Antoine aux côtés de Clémentine Célarié dans Les Grandes occasions, pièce américaine adaptée par Danièle Thompson au Théâtre Edouard VII, à Paris. D’une certaine manière, Reno a repris la carrure et le charisme d’un Lino Ventura : densité, simplicité, authenticité. Cet été, il a endossé un nouveau rôle, celui de marié. Impossible d’y échapper : les photos de son mariage en Provence, avec pour témoins, Nicolas Sarkozy et Johnny Hallyday, sont parues dans toute la presse people. Le strass et les paillettes ne lui ont pas, pour autant, fait oublier ses origines modestes. Jean Reno, de son vrai patronyme Juan Moreno Errere y Rimanes, est né à Casablanca, au Maroc, de parents castillans. Il est arrivé en France à l’âge de 17 ans et a décidé qu’il serait acteur. Il a donc suivi des cours de théâtre. Et puis, les rencontres se sont enchainées jusqu’à celle, décisive, avec Luc Besson au début des années 1980 pour L’Avant-dernier. Depuis, Reno, sans frime ni scandale, est devenu numéro un dans le cœur du public. Godzilla (1998) CLÉLIE MATHIAS Dix ans après Le grand bleu et sa belle réussite aux Etats-Unis, Jean Reno se détache de son complice. Après Mission impossible qui le fait connaître dans le monde entier, il rejoint l’équipe de Roland Emmerich pour chasser le célèbre lézard vert japonais, égaré dans les rues de New York. Un film au succès mitigé, qui permet tout de même à Reno de figurer en tête d’affiche d’une grosse production hollywoodienne. Son aura devient désormais internationale.
www.directsoir.net Jacques Chirac à la 61 e assemblée générale de l’ONU, hier, à New York. SÉGOLÈNE ROYAL/ « À vos sacs à dos » h Si la candidature de Ségolène Royal n’est pas encore officielle, le meeting qu’elle a tenu hier à Bondy avait des airs de lancement de campagne électorale. La réunion, à laquelle ont assisté environ 300 membres de ses comités Désirs d’avenir, devait donner le coup d’envoi des débats participatifs à grande échelle. Mais lorsqu’elle a lancé « Et maintenant, à vos sacs à dos ! », personne ne s’y est trompé. La presque candidate a défini trois thèmes de travail : la qualité du dialogue social, l’égalité dans l’éducation et la préparation de l’après-pétrole. A.M. CINEMA/60 ans sur la Croisette h Le 20 septembre 1946 s’ouvrait, à l’ancien Casino de Cannes, la première édition du Festival international du film. Mais depuis 1951, les prix sont remis en mai. Lors de la première édition, pas moins de onze Grands Prix, similaires à la Palme d’or créée en 1975, ont été décernés. Seuls les festivals de 1948 et 1950 n’ont pu avoir lieu, faute de budget, et celui de 1968 avait été perturbé par les réalisateurs de la Nouvelle Vague. A.G. PROD/DB ROYALTY-FREE/CORBIS RAY STUBBLEBINE/REUTERS 20 nouvelles expressions JACQUES CHIRAC À L’ONU/ « Un crime contre l’humanité se prépare » h Jacques Chirac n’avait plus assisté à une assemblée générale de l’ONU depuis 2002. Pour son retour à la tribune de l’hémicycle, le chef de l’Etat a prononcé un discours fleuve, que la richesse de l’actualité lui autorisait. Il était particulièrement attendu sur le sujet du nucléaire iranien, où il a cherché à infléchir la position du président américain George Bush. Les deux hommes s’étaient apparemment mis d’accord lors de leur entrevue de mardi matin. Jacques Chirac a assuré que les deux pays avaient « tout à fait la même approche ». « Il ne peut pas y avoir de négociation sans préalablement, au début de la négociation, un arrêt dans l’enrichissement de la part des Iraniens », a-t-il déclaré. George W. Bush a, de son côté, précisé qu’il partageait avec la France « le même objectif » tout en faisant montre de nombreuses réserves. Multipliant les appels au dialogue et à la négociation, le chef de l’Etat a ajouté qu’« un crime contre l’humanité se préparait » au Darfour, et appelé le Soudan à accepter « sans délai » une force onusienne. Il a ensuite lancé officiellement Unitaid, taxe sur les billets d’avions, pour faire « face à des fléaux qui déciment des générations, déstabilisent des sociétés, dévastent des nations, notamment en Afrique ». 44 pays se sont déjà prononcés en faveur de cette mesure, susceptible de rapporter 200 millions d’euros par an pour l’accès des plus démunis aux médicaments. XAVIER FORNEROD CULTURE/Ne dites pas… dites plutôt… h Ce soir, Bob avait l’intention de regarder la « director’s cut » d’un « blockbuster » sur son « home cinema ». Mais la commission générale de terminologie et de néologie est passée par là. Finalement, selon les nouvelles règles, publiées au Journal officiel du 15 septembre dernier, Robert devra regarder la « version d’auteur » d’une « grosse machine » (sic) sur son « cinéma à domicile ». En tout, une vingtaine d’expressions anglicisantes du domaine audiovisuel ont désormais leur équivalent en français. De quoi ravir les tenants de l’exception culturelle. THOMAS LIARD LES SITES À CONSULTER HHHH www.culture.gouv.fr/culture/dglf/terminologie/base-donnees.html HHHH http://atilf.atilf.fr/tlf.htm HHH http://www.copinedegeek.com/lexique.php3 ? id_rubrique=23 FRANCE JEUNES : LES NOUVEAUX JOBS En déclin : les métiers peu qualifiés du BTP. 1 Le chômage des jeunes baisse de façon mécanique avec le départ à la retraite de la génération du baby-boom. Mais l’emploi devient mobile : les carrières entières dans une seule entreprise deviendront rares. 2 Les secteurs porteurs dans les années à venir sont les métiers de service non délocalisables, les métiers peu qualifiés, dans le sanitaire et le BTP, ou très qualifiés, comme l’enseignement, la logistique, le droit des entreprises ou encore le soutien informatique. 3 Sur le déclin : les emplois non qualifiés de l’industrie traditionnelle (mécanique, textile, assemblage électronique…) automatisés ou délocalisés, les métiers agricoles, la vente (réduction du nombre de petits commerces) ou encore le secrétariat. 4 Une bonne formation supérieure s’effectue en deux temps. Un socle solide de compétence généraliste (maniement de la langue, de l’outil informatique…) s’accompagne d’une professionnalisation (alternance, stage). D’après Sophie Boissard, directrice du Centre d’analyse stratégique. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK/AFP Directsoir t Mercredi 20 septembre 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :