Direct Soir n°217 8 oct 2007
Direct Soir n°217 8 oct 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°217 de 8 oct 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Jennifer Lopez sort un nouvel album

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
B. RENOUT ENGUERAND H. LEVITT Directsoir N°217/Lundi 8 octobre 2007 14 CULTURE THÉÂTRE Princesse Sara Trois ans après son premier rôle au cinéma, Sara Forestier se lance au théâtre, dans la nouvelle mise en scène de « L’autre », première pièce de Florian Zeller. Des débuts prometteurs pour une jeune femme en soif d’apprentissage. Premier rôle au théâtre pour Sara Forestier dans L’autre, une pièce de Florian Zeller. « J’en avais marre qu’on me dise « coupez ! » J’ai besoin de rêver plus d’une minute. » C’est dans cet état d’esprit que Sara Forestier a décidé de dire « oui » à Florian Zeller et de jouer une femme partagée entre deux hommes dans la pièce L’autre. A la Comédie des Champs-Elysées, lors de la première, l’héroïne de L’esquive semble bien loin. Envolé le « je vous kiffe ! » lancé lors de la cérémonie des césars, en 2004. L’adolescente au bagout maladroit a fait place à une femme plus mûre et à l’attitude posée. Dans cette version dépoussiérée de L’autre, elle a la lourde tâche de succéder à Chloé Lambert et Elodie Navarre, qui avaient inauguré la création de la pièce en 2004 au théâtre des Mathurins. Le pari est Pendant 30 ans, Helen Levitt a photographié New York. TOP DES TOPS DR 1 James Blunt All The Lost Souls jkle réussi : le spectateur constate avec bonheur que la comédienne a travaillé d’arrache-pied pour relever le défi de son premier rôle, ne rechignant pas à répéter de 16h à minuit, tous les jours de la semaine, depuis le mois de septembre. Sur scène, le cocktail Sara Forestier-Aurélien Wiik fonctionne à merveille.Aurélien Wiik étant cet « autre » qui peut venir remettre en cause le bien-fondé de votre couple. Seul bémol, la timidité du jeu de Stanislas Merhar, vraisemblablement plus à l’aise au cinéma que sur les planches. A ne pas manquer : Sara Forestier et Aurélien Wiik invités de Culture 8, le 22 octobre sur Direct8. L’autre, Studio des Champs-Elysées, 15, av. Montaigne, Paris 8 e (0153239919). EXPOSITION PHOTO THÉÂTRE Edward Steichen, l’enfant terrible ■ Décédé en 1973, à 93 ans, Edward Steichen laisse une œuvre considérable. Surnommé « l’enfant terrible de la photographie », il est l’une des figures les plus prolifiques, influentes et controversées de l’histoire de cette discipline. Sa carrière s’inscrit dans le siècle et commence véritablement avec une série de portraits de « grands hommes », dont celui d’Auguste Rodin en 1902. Pendant la Première Guerre mondiale, Steichen devient responsable de l’équipement photo de la Marine américaine. Au début des années 1920, c’est à la photo de mode qu’il s’intéresse, et l’on retrouve son œil dans les magazines Vogue et Vanity Fair. De New York à Paris, les initiatives d’Edward Steichen firent du bruit. Toutes étaient motivées par la volonté de faire entrer la photographie dans le monde des beaux-arts. En 300 clichés, le Jeu de paume rend hommage au travail de cet artiste talentueux. Steichen, une épopée photographique, jusqu’au 30 décembre, au Jeu de paume, site Concorde, 1, place de la Concorde, Paris 8 e (0147031250). Dans les rues de New York ■ Quatre ans après avoir rencontré Walker Evans et Henri Cartier-Bresson, Helen Levitt achète un Leica et décide de devenir photographe. En hommage à cette rencontre décisive, la fondation HCB (Henri Cartier-Bresson) lui dédie une exposition. Helen Levitt propose sa vision humaniste du quotidien des New-Yorkais des quartiers populaires entre 1930 et 1980. Helen Levitt, jusqu’au 23 décembre. Fondation Henri Cartier-Bresson, 2, impasse Lebouis, Paris 14 e (01 56 80 27 00). 2 Manu Chao La Radiolina 3 4 5 Back to Black Vanessa Paradis Divinydille Greta Garbo, sous l’œil de Steichen. Tiken Jah Fakoly L’Africain jkle jkle jkle jkle Amy Winehouse Reggae des consciences. Tandis que le tiercé de tête reste inchangé, c’est l’artiste Tiken Jah Fakoly qui crée la surprise en signant la meilleure entrée de la semaine. Arrivé en quatrième position, le chanteur de reggae ivoirien offre un album qui a pour vocation « d’éveiller les consciences ». La preuve qu’en 2007, il est encore possible pour un artiste engagé de rencontrer le succès commercial. Légende : (e) nouvelle entrée - Source : SNEP/IFOP DR Une pièce sur un Van Gogh en train de se révéler. L’histoire inconnue de Van Gogh ■ Avant l’illustre Van Gogh, il y eut simplement Vincent. Nicholas Wright, auteur de Van Gogh à Londres, imagine ce que fut la vie de ce jeune homme en cet hiver 1873. De sa quête initiatique dans une petite pension familiale de la banlieue londonienne à son émancipation, Vincent se révèle. Josiane Stoleru, Guillaume Marquet, Amandine Pudlo donnent vie à cette effervescence : le besoin d’aimer, de découvrir et de se connaître. Van Gogh à Londres, jusqu’à fin novembre au Théâtre de l’Atelier, 1, place Charles-Dullin, Paris 18 e (01 46 06 49 24). ESSAI L’autocensure du « Times » en temps de guerre ■ Alors que l’antisémitisme et les lois raciales ravageaient l’Europe, jamais le New York Times ne jugea pas utile de mettre en avant le fait que les victimes étaient juives. « Aucun journal américain n’était mieux placé pour dénoncer la destruction des Juifs, et aucun journal américain n’a influencé à ce point le discours public en ne le faisant pas. » Laurel Leff, professeur d’université et journaliste, explique les raisons qui ont motivé le plus grand quotidien de l’époque à minimiser l’horreur des traitements infligés aux Juifs. A travers son réquisitoire, l’auteur effectue un retour sur l’Histoire, richement documenté et argumenté. Relégué en page VII, de Laurel Leff, Calmann- Levy, 24 €. La journaliste américaine Laurel Leff. DR DR
P.DURY/2007 EUROPACORP D. BERRETTY/RAPHO www.directsoir.net La jeune actrice Olivia Thirlby (Samantha Marris) et David Duchovny (Benjamin Marris). DVD Sacha Guitry. Eternel Guitry Si j’étais toi est une production Europacorp. Cette société de production et de distribution a été créée en septembre 2000 par Luc Besson. ■ Sacha Guitry était connu pour ses démêlés avec la critique, qui ne goûtait pas les déclamations incisives et percutantes propres à son style. Il fut pourtant réhabilité par la Nouvelle Vague et, cinquante ans plus tard, tout le monde le fête encore. Studio Canal réédite trois DVD de l’artiste. Coffret Sacha Guitry avec Ils étaient neuf célibataires, Donne-moi tes yeux et Toâ, éd. Studio Canal, 30 €. 15 Le pari de Perez ★★★★★ « Si j’étais toi », le second film de Vincent Perez, est un drame psychologique qui s’aventure dans le paranormal. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Vincent Perez n’a pas choisi la facilité. Le sujet de sa seconde réalisation, Si j’étais toi, est pour le moins délicat. Son héros, Ben (David Duchovny), nage initialement dans le bonheur et est marié avec Hannah (Lili Taylor). Amoureux comme au premier jour, les deux tourtereaux ont une fille, Sam, une ado un tantinet rebelle. Un drame survient : mère et fille ont un accident de voiture, duquel Hannah ne réchappe pas… Mais son âme se glisse dans le corps de Sam. Drame psychologique ou film fantastique, très vite le spectateur ne sait plus sur quel pied danser. Faut-il pleurer devant la tragédie vécue par le mari et le choc subi par le père ? Vaut-il mieux rire, a contrario, de la passivité d’un homme confronté à une situation abracadabrante ? Car c’est là que le bât blesse : David Duchovny ne parvient pas à nous émouvoir. Inexpressif, pas révolté pour deux sous, sa prestation se révèle être d’une passivité gênante. Touchant sur une ou deux ■ Au début des années 1980, les skinheads formaient une communauté marginale et violente, en réaction au gouvernement Thatcher et à la morosité de l’Angleterre en crise économique et industrielle. Le film This is England revient sur cette période. Elevé dans un milieu prolétaire, le jeune héros du long-métrage, Shaun, 12 ans, va se familiariser avec les crânes rasés. Cet adolescent solitaire découvre une famille de substitution en même temps que les DocMartens et la musique ska. Mais tout va changer après la sortie de prison de Combo, un skinhead raciste et violent… Pour This is England, le réalisateur Shane Meadows CULTURE Chez les skinheads Le film « This is England » propose une plongée dans l’univers des skinheads sous l’ère Thatcher. CINÉMA scènes (à l’hôpital), il est loin de tirer la quintessence de son personnage. Tout l’inverse d’Olivia Thirlby, qui excelle dans le rôle de la fille devenue mère et femme. Emouvante et pleine de subtilité, elle donne une âme au film, lui donne du corps… A moins qu’elle n’en soit simplement la raison d’être. Le choix de cette jeune actrice, formée au théâtre, représente incontestablement le tour de force de Vincent Perez. La réalisation n’offre quant à elle aucune surprise : juxtaposition de séquences tour à tour invraisemblables ou téléphonées. Et l’on aurait souhaité que Vincent Perez aille plus loin dans le dilemme auquel est confronté Ben dans sa quête de la solution. Vivre avec sa fille, dont le corps est animé par les désirs et la volonté de sa femme, n’est pourtant pas une gageure. Que reste-t-il donc du film ? La sincérité de Vincent Perez, qui offre l’impression de croire à ce qu’il nous montre, et au risque de se répéter, la prestation superbe d’Olivia Thirlby, que l’on reverra très vite. Si j’étais toi, en salle mercredi. Thomas Turgoose, un vrai gamin des rues. s’est inspiré de sa propre jeunesse. L’interprète principal, le jeune Thomas Turgoose, est véritablement sorti des rues, en rupture scolaire. This is England, en salle mercredi. AD VITAM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :