Direct Soir n°214 3 oct 2007
Direct Soir n°214 3 oct 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°214 de 3 oct 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Cécile de France secrets d'une réussite

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Directsoir N°214/Mercredi 3 octobre 2007 16 CULTURE MUSIQUE Le Boss retrouve son équipe La carrière de Bruce Springsteen a toujours alterné moments intimistes et grosse artillerie musicale. L’année dernière, le chanteur du New Jersey revisitait de vieux morceaux folk traditionnels dans We Shall Overcome. Avec Magic, c’est au contraire ses muscles que le Boss fait saillir. Cinq ans après The Rising, Springsteen renoue avec son fidèle E Street Band, sa formation historique. Aux manettes, on retrouve Brendan O’Brien (PearlJam, Soundgarden…), réputé pour ses productions amples et lourdes. Résultat : le single Radio Nowhere accueille d’entrée de jeu l’auditeur avec un énorme mur du son. Sur tout l’album, la voix puissante du chanteur fait des merveilles, secondée par le saxophone du géant Clarence Clemons, la guitare de SteveVan Zandt (le Silvio Dante de la série Soprano) ou la batterie de Max Weinberg. Magic offre aussi des moments plus calmes. On y découvre sur certains morceaux un Springsteen influencé par les Beach Boys période Pet Sounds. Brian Wilson n’aurait ainsi pas renié Girls in Their Summer Clothes, magnifique évocation d’un crépuscule estival avec chœurs, woodblocks et glockenspiel (percussions de métal et de bois). L’album n’est pas la seule bonne nouvelle pour les fans de Springsteen. Le patron offre également sa tournée. Il sera ainsi à Bercy le 17 décembre. Magic, Bruce Springsteen, Columbia. En concert le 17 décembre à Bercy, Paris. La bonne ADRESSE Un coup de peinture et c’est reparti F. TONDRE/REA ■ La Ruda est avant tout un groupe de scène : avec plus de 700 concerts à son actif, il a su mettre en transe des foules entières d’adolescents. Mais après une série de show-cases, l’idée leur est venue de sortir un album acoustique, Les bonnes manières. Voilà donc un prétexte pour casser la routine. Après être passés du ska à un son plus rock, ils reviennent avec des rythmes un peu plus swing et des amplis débranchés. A neuf morceaux revisités, s’ajoutent deux inédits. C’est un peu chiche diront certains. Oui, mais il y a un documentaire live et studio livré avec le disque. Les bonnes manières, La Ruda, Wagram. DANNY CLINCH Bruce Springsteen et son nouvel album, Magic. LE NOUVEAU BAR DE LA CANTINE DU FAUBOURG La Cantine du faubourg reste pour les connaisseurs un lounge très cosy pour dîner ou prendre un verre. L’espace restaurant a toujours son DJ sous confettis de lumière et vidéos futuristes. La nouveauté : le bar à l’étage, un espace contemporain et tendance qui a ouvert ses portes cet été. Il est dans le même esprit que le restaurant mais vous n’attendrez plus le début de soirée pour vous y rendre : le bar ouvre ses portes à midi. Autant dire qu’il est idéal pour un déjeuner d’affaires ou entre amis. La clientèle est composée de gens du quartier ou de visiteurs DR étrangers. Les serveurs sont habillés en noir pour le côté chic. Une large sélection d’assiettes gourmandes chaudes et froides est proposée. Dès 18h30, une autre clientèle quitte le bureau pour une pause détente dans une ambiance musicale et tamisée. Les cocktails sont servis avec des amusegueules très variés. Et pour les plus gourmands, la maison vous propose avant de dîner, foie gras, saumon et caviar. La Cantine du faubourg, 105, rue du faubourg Saint-Honoré, Paris 8 e (0142562222). P.LE FLOCH/SIPA Hey Joe ! ■ Le mythique chanteur anglais Joe Cocker fait escale au Zénith de Paris dans le cadre de sa tournée Hymn For My Soul, titre de son 22 e album studio sorti en mars. Joe Cocker, 63 ans, entamait en 1969 sa carrière de magicien arrangeur (elle repose en effet essentiellement sur des reprises) à Woodstock avec un morceau monumental des Beatles, With a Little Help From My Friends. Il l’interprétera à coup sûr ce soir devant une assemblée de fans de toutes générations qui applaudira aussi les trésors soul de son dernier opus, reprises de Bob Dylan, George Harrison ou Stevie Wonder. Joe Cocker, ce soir au Zénith de Paris, à 20h30. DVD Derrière le rideau des films de guerre DR ■ Le cinéma américain et le Pentagone entretiennent depuis les années 1920 des relations troubles. Hollywood Pentagone propose d’éclairer cette collaboration ambiguë à l’aide des témoignages de critiques de cinéma, de producteurs, d’historiens et de membres du Pentagone. Tour à tour campagnes d’enrôlement ou critiques acerbes, les films de guerre hollywoodiens révèlent une dépendance ambivalente. Le film de John Huston Let there be Light, resté interdit au public américain pendant 30 ans, constitue une extension à ce documentaire. Hollywood Pentagone, éd. Montparnasse, 20 €. Fascinante Marie-Antoinette DR ■ Epouse mal-aimée, reine dénigrée, Marie-Antoinette a été le sujet de nombreux films dont le plus récent, celui de Sofia Coppola, a marqué les esprits. Le docu-drama de Yves Simoneau que propose France Télévisions Distribution fait appel aux conseils de Chantal Thomass. En spécialiste de l’époque et du personnage, l’un des plus connus de l’histoire de France, elle reconstitue les moments clés de la vie de cette reine, de son arrivée à Versailles en 1770 à son exécution, vingt-trois années plus tard. Marie-Antoinette, de Yves Simoneau, France Télévisions Distribution, 17 €.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :