Direct Soir n°2 7 jun 2006
Direct Soir n°2 7 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de 7 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (285 x 380) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : Chirac dans le chaudron du foot

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mercredi 7 juin 2006 6 L’ACTU FRANCE CHIRAC/DU BLEU DANS UN CIEL NOIR Qu’il est lourd à porter le maillot de la France… En 1998, le soir de la victoire historique, Chirac l’arborait comme un oriflamme. Huit ans plus tard, Zidane est encore là, lui aussi dans le mythique chaudron de Saint-Etienne mais tout a changé. Dans le chaudron politique, le président de la République mitonne avec quelques dossiers bien indigestes. Mon panache ». Les derniers mots de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand pourraient tout à fait convenir à la dernière démonstration diplomatique de Jacques Chirac. Le mariage entre Wall Street et Euronext est consommé, l’offre de la Bourse de Francfort est enterrée, et le président français, après la bataille, affiche main sur le cœur devant Angela Merkel son choix pour la solution franco-allemande.Tel un amant délaissé qui tenterait de séduire à nouveau sa belle, l’astuce est aussi élégante que vaine. Peut-elle néanmoins suffire à relancer le duo Paris-Berlin, et à sortir l’Europe de sa léthargie ? Rien n’est moins sûr. A quelques mois de la présidence allemande, le « non » français au référendum sur la Constitution est encore bien difficile à oublier. Les présidents français de la V e République ont su marquer leur passage d’une avancée européenne majeure : la réconciliation francoallemande pour de Gaulle, l’euro pour Mitterrand. Chirac, lui, restera le Président du « non ». En privant l’Europe d’une Constitution, T. MENEAU/GAMMA, J. SAGET/AFP, F. CRUSIAUX/AFP Boris Ehrgott les Français ont également sanctionné leur président. Le locataire de l’Elysée a reproduit en 2005, sur le terrain européen, la mésaventure de la dissolution de 1997. Le panache. Il en était également question au moment du choix d’une intervention militaire en Irak. Dominique de Villepin s’illustre à la tribune des Nations Unies. Les GI’s sont aujourd’hui encore englués dans le désert irakien sans la France, qui redoute pourtant, comme les autres, les attentats islamistes. Jacques Chirac est un républicain incontestable. La loi contre le voile dans les écoles, c’est lui, le discours sur la responsabilité de l’Etat français sous l’Occupation, c’est encore lui. Mais LES QUATRE CARTONS ROUGES A l’image de François Mitterrand, Jacques Chirac rêve d’être le Président d’un référendum gagnant sur l’Europe. Contre l’avis de nombreux experts, le Président annonce que le projet de Constitution sera soumis à l’approbation des Français. Il déclare début mai 2005 : « On ne peut pas dire je suis européen et je vote ‘non’à la Constitution ». Mais, n’ayant d’yeux que pour la crise intérieure, les Français expriment leur mécontentement. Le 29 mai 2005, le résultat est sans appel : non à 54,6%. Chirac s’attaque à la question du chômage, première préoccupation des Français, « priorité des priorités » pour Dominique de Villepin. Mais « la bataille pour l’emploi » tourne au fiasco. Le recours au 49-3 le 9 mars rassemble un million de manifestants en France. 45 universités sur 84 sont en grève. Chirac apporte un soutien « total et sans réserve » à son champion. Les manifestations durent plus d’un mois. Nicolas Sarkozy prend ses distances avec le Premier ministre. La loi est publiée le 2 avril, mais le gouvernement demande aux patrons de ne pas l’appliquer. Finalement, l’éléphant accouche d’une souris : l’amendement CPE disparaît du dispositif. pas de symbole fort (comme l’avortement ou l’abolition de la peine de mort), l’Histoire se souviendra du passage à l’armée de métier et de la victoire des Bleus en 98. La méthode Chirac consiste à ne pas en avoir. L’amnistie accordée à Guy Drut a laissé les Français pantois. Les parlementaires, de gauche comme de droite, ont été désarçonnés par cette bouée lancée à un ami, au beau milieu de la tempête Clearstream, et alors que le gouvernement Villepin se réveille à peine de la tornade du CPE. La fin de règne est difficile, la gouvernance de Chirac souffre d’usure. Mais patience. Cyrano obtient enfin grâce dans le cœur de Roxanne au moment de lui dire adieu. Non à l’Europe Non au CPE Ni oui ni non sur Clearstream Depuis 2001, le juge Van Ruymbeke enquête sur l’affaire des ventes de frégates à Taïwan. Dominique de Villepin, alors ministre de l’Intérieur, charge le général Rondot de se renseigner. Mais la demande est ambiguë, et les fuites se multiplient. La presse révèle une liste de personnalités politiques, dont Nicolas Sarkozy. Un mystérieux corbeau est au centre de l’affaire, c’est le vice-président du groupe EADS, Jean-Louis Gergorin. Les perquisitions au sein des ministères se succèdent, Sarkozy se constitue partie civile. La rumeur et la pression des juges poussent Jacques Chirac à nier « avoir demandé la moindre enquête visant des personnalités politiques ». EN COUV. L’exclu Directsoir Jacques Chirac au château de Rheinsberg « Il n’y avait naturellement pas de plan B ». Le 6 juin 2006 www.directsoir.net Oui à Guy Drut Jacques Chirac aime les sportifs. Guy Drut est un ami proche. Le chef de l’Etat amnistie l’ancien champion pour le maintenir au Comité internatinal olympique. Il agit en vertu de la loi de 2002, qui élargit le champ de l’amnistie présidentielle « aux personnes ayant rendu des services à la nation dans le domaine des arts, des lettres et des sports ». Drut était condamné à quinze mois de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende, peine à payer pour un emploi fictif « à la demande de la mairie de Paris » (alors dirigée par Jacques Chirac). La gauche et l’UDF sont choqués et dénoncent « une République bananière », « une dérive de l’Etat UMP », « une énième désinvolture » de Chirac. P.KOUARIK/AFP
FACELLY-WITT/SIPA D.R www.directsoir.net DANS LES KIOSQUES Après huit semaines d’absence dans les kiosques, France Soir a fait sa réapparition, avec une nouvelle formule. En une, Maria Carey et Guy Roux. C’estdit L’armée n’est pas un substitut à la prison, c’est une école de la générosité ». Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense « Quand on est dans un tourbillon, il y a une règle d’or : ne jamais se débattre. Se débattre, c’est se noyer ». Dominique de Villepin, Premier ministre. « Le Chef de l’Etat doit respecter le peuple français qui a voté non au referendum, et porter sa parole au lieu de la trahir en présence de Mme Merkel. » Jacques Chirac, Président de la République Caroline Halazy, Samantha Sewec, Bérengère de Termont JACQUES DEMARTHON/AFP Répartition financière, solidarités territoriales et nouvelles intercommunalités en Ilede-France. Tels sont les impératifs des communes de banlieue avides de relever la tête et de régler leurs soucis quotidiens. Et pour s’atteler à cette tâche, c’est soutenu par 250 maires que Claude Dilain (maire de Clichy-sous-bois) accueille les assises des villes de banlieue. Pierre Bourguignon, président de l’Association des Maires Ville et Banlieue de France, donne le ton : « pas de CLEARSTREAM LA SOURCE DU CORBEAU Coup de théâtre en pleine tempête Clearstream. Hier soir, le site Internet du Nouvel observateur a révélé l’identité de la source de Jean-Louis Gergorin, corbeau présumé.ll s’agirait de Florian Bourges, ex-salarié du cabinet d’audit Arthur Andersen et non pas d’Imad Lahoud. Le journaliste Denis Robert dément. Pour l’auteur d’ouvrages sur les affaires Clearstream, « c’est n’importe quoi. Lahoud lui a piqué toutes les informations à son insu pour en faire des faux ». Soupçonné d’avoir remis au dit corbeau un listing de comptes truqués à dessein de compromettre des personnalités, Imad Lahoud a été entendu ce matin par les policiers de la division nationale des Investigations financières. SOCIAL/LES BANLIEUES EN ASSISE Les sites à consulter Le site d’un Aulnaysien qui renvoit également vers d’autres blogs de banlieusards ! http://www.monaulnay.com 250 maires politique réparatrice. Il faut des politiques complémentaires, spécifiques qui ciblent les travaux publics, associatifs, de formation et apprentissage, de qualité de logement et de vie en ville.Quant à la sécurité, c’est un élément du développement durable de la société, qui va de l’eau potable au rottweiler sans muselière. » Ils seront nombreux à se retrousser les manches afin « d’accéler la réintégration des habitants et de ces villes dans le droit commun. » Radio associative locale implantée à Cergy-Pontoise avec pour mots d’ordre : liberté, diversité, proximité. www.radiorgb.net Des infos sur la profession, des réflexions et les actions dans l'organisation des villes. http://www.urbanistes.com Les prochains rendez-vous, les précédents forums, les questions abordées et les conditions d’adhésion. http://www.ville-et-banlieue.org FRANCE JOEL SAGET/AFP OUTREAU OU TROP PEU Le fiasco judiciaire 1 d'Outreau a porté ses fruits, la commission d’enquête a adopté à l'unanimité le rapport final qui tend à réformer le système en profondeur. Jean- Paul Garraud, député de la Gironde et vice-président de cette commission, revient sur trois points qu’il estime « clés ». « Instaurer un délai butoir 2 à la détention provisoire - 2 ans en matière criminelle, 1 an en matière délictuelle - c’est prendre un risque. A la catastrophe d’Outreau qui a emprisonné et brisé des innocents, il ne faut pas substituer celle de libérer trop tôt des coupables qui pourraient récidiver. » « On peut recourir à des 3 fenêtres de publicité, mais sous certaines conditions. Il faut arriver en temps réel à garantir la vérité aux gens tout en protégeant la présomption d'innocence. Seules les informations ne risquant pas de faire échec à la suite du procès seront accessibles à tous. » « Pour mener à bien la 4 réforme, il faut augmenter le budget alloué à la justice de 50%, soit passer de 1,5% du budget national à 3%. Il faudra ensuite envisager une réforme constitutionnelle, condition sine qua non pour changer le statut des magistrats. Ce sera là un des enjeux majeurs des campagnes à venir. » Directsoir t Mercredi 7 juin 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :