Direct Soir n°199 12 sep 2007
Direct Soir n°199 12 sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°199 de 12 sep 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Sean Connery seigneur du septième art

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°199/Mercredi 12 septembre 2007 8 EN COUVERTURE Je ne me suis jamais habitué à voir plus d’argent dépensé pour un repas que ce que gagnait mon père en une semaine. Celle qui s’ouvre commence par un divorce. Il se sépare de sa première épouse, Diane Cilento, la mère de son fils Jason. Il se remarie bientôt avec l’artiste française Micheline Roquebrune, rencontrée sur un terrain de golf. Sean Connery enchaîne les tournages avec les plus grands réalisateurs : Sydney Lumet (Le crime de l’Orient-Express, 1974), Terry Gilliam (Bandits, bandits, 1981). LA GLOIRE DISCRÈTE En 1983, il endosse une dernière fois le smoking de James Bond dans le remake d’Opération tonnerre, Jamais plus jamais. Un titre issu d’un serment qu’il aurait fait après le tournage des Diamants sont éternels. Dans ce film, où il joue sur son âge et les travers de Bond, où les gadgets ne fonctionnent plus et où l’espion danse la valse, il a enfin la chance de donner à son personnage la profondeur dont il rêvait. Entre deux rôles, il se consacre à deux de ses passions, le golf et la lecture. Son ENTOURAGE MAESTRACCI/TF1/SIPA Sean Connery milite pour l’indépendance de l’Ecosse. Ici en 2001, à l’occasion d’une conférence de presse. SON FILS Depuis qu’il est riche, il dévore tout ce qu’il peut lire : l’un des rares domaines où il ne compte pas son argent, lui qui en a chèrement appris la valeur. Il obtient ses premières récompenses avec le rôle de Guillaume de Baskerville (Le nom de la rose, Jean-Jacques Annaud, 1986) et remporte le British Academy for Film and Television Arts du meilleur acteur. Son interprétation de Jim Malone dans Les incorruptibles, de Brian De Palma, lui vaut un oscar et un Golden Globe en 1988. Suivent Indiana Jones et la dernière croisade de Steven Spielberg, où il vole presque la vedette à Harrison Ford, A la poursuite d’octobre rouge (John McTiernan, 1990),puis Rock (Michael Bay, 1996), etc. A 77ans, le comédien dont personne ne voulait possède l’un des pedigrees les plus impressionnants du cinéma actuel. Mais sa vraie passion, c’est le golf. « C’est pour moi une définition de la solitude. Je fuis les mondanités et les gens bidons, en vérité j’adore être seul », confie-t-il. ■ Jason Connery est né en 1963. Il embrasse la carrière de comédien en 1985, en jouant Robin des Bois – un rôle que son père avait déjà interprété – dans une série de la BBC. Aujourd’hui, il rencontre davantage le succès sur les planches que sur grand écran. K. SULLIVAN/ABACA Micheline et Sean passent au moins quatre mois par ans dans leur villa des Bahamas, qu’il a baptisé « Out of Bond » (loin de Bond). C’est de là qu’il gère sa carrière. S’il est officiellement aujourd’hui à la retraite, on dit qu’il pourrait faire une apparition surprise dans Indiana Jones 4, prévu pour l’année prochaine. « JE SUIS UN ÉCOSSAIS » En attendant, il entend aider ceux qui comme lui n’ont pas eu la chance d’avoir une enfance facile. Sean Connery donne beaucoup à des fonds pour l’éducation, notamment au Scottish International Education Trust, qu’il a créé en 1968. Une revanche sur la vie. Il livre aussi son dernier grand combat : depuis le début des années 1990, le comédien milite pour l’indépendance de l’Ecosse, et soutient financièrement et physiquement le Scottish National Party. De quoi exaspérer Sa Très Gracieuse Majesté, pourtant servie par l’agent 007 à l’écran, qui a attendu l’an 2000 pour l’anoblir. SON ÉPOUSE ■ Micheline Roquebrune est née en 1929 en France. Elle épouse Sean en 1975 en deuxièmes noces. Quand ils se rencontrent, elle ne parle pas anglais, ni lui français, mais ils jouent tous les deux au golf (Sean explique ainsi la longévité de leur mariage !). Madame Connery est peintre depuis l’âge de 23 ans. J. VINCENT/GAMMA S. AZZARA/CORBIS VU PAR Alain Kantorovitch, chargé de communication à la Cinémathèque française « Ce que l’on ne trouve pas chez les autres, c’est son charisme » ■ « Bond, James Bond. On commence toujours par James Bond, mais lorsqu’on s’intéresse au parcours de cet acteur, on remarque qu’il a réussi à casser cette image d’agent secret, et ce même si elle lui colle toujours à la peau. Au-delà d’un simple acteur physique, il est devenu un comédien. Même si sa filmographie présente quelques écueils, il sait maintenant où il met les pieds. Sean Connery choisit ses cinéastes, et a tourné avec les plus grands noms, tels Hitchcock (Pas de printemps pour Marnie, 1964), Lumet ou Lester. Malgré son âge, il se souvient qu’il a grandi dans un milieu très humble, et c’est quelqu’un qui connaît la valeur des choses. Il ne plaisante donc pas avec l’argent, ce qui peut expliquer sa rigueur dans l’application de ses contrats, même si cela a pu lui être reproché. Pour moi son plus beau film reste La rose et la flèche, de Richard Lester (1976), où il interprète Robin des Bois aux côtés d’Audrey Hepburn, porté par la magnifique musique de John Barry. Le film raconte son retour de croisade, alors que Robin est vieux, las et qu’il peut à peine brandir une épée. A cet égard, le combat final est un monument. Sean Connery y livre une interprétation stupéfiante. Je l’ai rencontré lors d’un hommage rendu à la Cinémathèque après la sortie de Jamais plus jamais (1983), au moment où il a réussi à se libérer de James Bond en allant presque jusqu’à l’autoparodie. Cela lui a permis de lancer le deuxième temps de sa carrière. Ce qui est unique chez lui, c’est son charisme, lié à son timbre de voix, à sa gestuelle. Parfois, il n’a pas besoin de la parole : tout est dans l’expression du visage, dans le regard. En cela, il me rappelle un peu Buster Keaton. » CELUI QUI L’A LANCÉ ■ Le réalisateur britannique Terence Young, né en 1915 à Shanghai, rencontre Sean Connery en 1957, sur le tournage d’Au bord du volcan. Les deux hommes collaboreront à plusieurs reprises sur la série des Bond. Terence Young meurt en 1999, à Cannes.
Michael Douglas FILM D'OUVERTURE FESTIVAL DEAUVILLE 2007 matn'l.. LS AU CINEMA Evan Rachel Wood PAR LES CREATEURS DE MrSCHMIDT eT SIDEWAYS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :