Direct Soir n°198 11 sep 2007
Direct Soir n°198 11 sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°198 de 11 sep 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Elton John ce soir au Zénith

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir N°198/Mardi 11 septembre 2007 10 ECONOMIE Chupa Chups La sucette à succès Chupa Chups, ou comment une sucette espagnole née dans les années 1950 a conquis le monde coiffée d’une fleur de Salvador Dali. Née d’un constat simple–les bonbons collent aux doigts– elle a conquis les jeunes gourmands… L’ORIGINE DE LA SUCETTE EST D’AU- TANT PLUS SURPRENANTE QU’ELLE EST SIMPLISSIME : L’IDÉE EST DE TROUVER UNE SOLUTION POUR POUVOIR MAN- GER DES BONBONS SANS LES AVOIR DANS LA MAIN, DONC AVEC LES DOIGTS QUI COLLENT… L’ingénieuse idée de planter un bâtonnet dans une confiserie est née en 1958, chez Enric Bernat, un confiseur barcelonnais. Suite à une étude de marché révélant que 67% des consommateurs espagnols de bonbons ont moins de 16 ans, il aura envie de créer une sucrerie pour les enfants. Pour expliquer son invention, il dira que cette nouvelle façon de manger un bonbon serait « comme manger avec une fourchette » ! UN NOM DONNÉ PAR LES CONSOMMATEURS Il décide de la lancer sous la marque Gol, à cause de sa ressemblance avec un ballon, mais n’en est pas pleinement satisfait. Il préfère s’en remettre aux conseils d’une petite agence de publicité, qui lui suggère trois noms : Pals, Rols et Chups. C’est finalement Chups qu’il retient. Mais les consommateurs en décident autrement grâce au slogan musical publicitaire scandé sur les ondes, vantant les mérites Interview du SPÉCIALISTE DR Chupa, chupa, chupa Chups ! (en espagnol, chupar signifie sucer) de la sucette : « Chupa, chupa, chupa Chups » (du verbe espagnol chupar, qui signifie sucer). Le succès de ce slogan est tel que « chupa » est associé à « Chups » par les jeunes Espagnols. Enric Bernat rebaptise alors sa sucette. La Chupa Chups est née. LA CHUPA CHUPS FRAPPE À TOUTES LES PORTES ESPAGNOLES Lors de sa naissance, la Chupa Chups est vendue une peseta (un prix relativement élevé par rapport aux bonbons à l’époque) et plantée sur une tige en bois. Ce bâtonnet sera remplacé par un bâton en plastique à la fin des années 1960, parallèlement au succès grandissant du matériau auprès du grand public. La Chupa Chups se décline en sept parfums : citron, orange, fraise, menthe, chocolat-vanille, cafécrème et fraise-crème. Le produit est cher, et pour- tant, il se vend bien. Enric Bernat a été à bonne école et sait exactement comment toucher son public et distribuer son produit. En effet, chez les Bernat, la confiserie est une affaire de famille : le grand-père fut le premier fabricant espagnol de bonbons. Agé de 16ans à peine, le petitfils, inventeur de la Chupa Chups, est envoyé par son père faire du porte-à-porte pour vendre des biscuits. Il appliquera cette technique de distribution, mais, pour s’assurer de diffuser ses produits au plus grand nombre, il organisera une gigantesque centrale de distribution comprenant près de six cents représentants, sillonnant toute l’Espagne. Une méthode de commercialisation quelque peu offensive, mais qui marche ! Cinq ans à peine après sa mise sur le marché, on peut trouver la Chupa Chups dans plus de 300 000 points de vente en Espagne. Georges VERQUIN - Président de la Chambre syndicale nationale de la confiserie COMMENT SE PORTE LE MARCHÉ DE LA CONFISERIE AUJOURD’HUI ? Le marché de la confiserie, de manière globale, se porte plutôt bien. Nous n’assistons pas à de grandes variations au niveau des chiffres. Certains produits se vendent mieux que d’autres, comme les chewing-gums sans sucre, qui sont plébiscités par les consommateurs. Des couleurs séduisantes pour autant de parfums. 4 milliards de sucettes sont vendues QUI SONT LES PLUS GROS CONSOMMATEURS DE BONBONS ? QUE CHERCHENT-ILS À TRAVERS EUX ? Les enfants sont souvent désignés comme étant de gros consommateurs de bonbons, ce qui est vrai. Je tiens tout de même à souligner que beaucoup d’adultes consomment aussi des bonbons et une grande partie d’entre eux préfère ceux des enfants. Une faiblesse parfois inavouable. Ils sont en quête de plaisir ! C’est l’unique véritable raison de consommer des confiseries. Ils sont nos petits péchés mignons et comblent la nostalgie de notre enfance. Nous sommes des vendeurs de plaisir. chaque année dans près de 165 pays. LA MARGUERITE DE SALVADOR DALI La Chupa Chups connaît un tel succès qu’une deuxième usine espagnole voit le jour en 1967 et qu’une antenne est créée en France. Deux ans plus tard, afin de conquérir un marché international, Enric Bernat cherche à adopter un logo qui soit plus universel et s’en remet à Salvador Dali, lui aussi Catalan, pour redessiner le logo de la marque. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est en quelques dizaines de minutes seulement et en griffonnant sur le coin d’une page de magazine que Salvador Dali fait naître la célèbre marguerite que nous connaissons tous sur le papier d’emballage du bonbon. L’artiste avait vu juste et savait exactement quel serait le logo le plus approprié pour la Chupa Chups. Il n’a jamais été modifié depuis, et cela fait presque 40 ans que ça dure… COMMENT VOYEZ-VOUS L’AVENIR DE LA CONFISERIE ? En ce qui concerne l’avenir de la confiserie, je reste assez confiant. Je travaille dans ce domaine depuis pas mal d’années et je reste toujours assez surpris de constater la capacité de la profession à innover. Les imaginations sont fertiles. Même les bonbons sans sucre arrivent à faire parler d’eux.
M. FOURMY/REA www.directsoir.net La zone de cuisson de la pâte, dans les usines catalanes de Chupa Chups. DES SUCETTES DANS L’ESPACE ! La Chupa Chups fait son entrée au Japon en 1970, puis aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Grande- Bretagne dans les années 1980. En 1993, une usine verra même le jour en Chine. Rappelons qu’aujourd’hui encore, c’est le produit barcelonnais qui a le plus grand succès à travers le monde. En 1979, ses ventes atteignent le milliard d’unités. Elle est proposée dans plus d’une cinquantaine de parfums déclinés en fonction de chaque pays, pour mieux coller aux goûts des consommateurs des quelque 160 pays dans lesquels elle est distribuée. Une notoriété telle qu’en 1981, la célèbre sucette s’est même offert le luxe d’embarquer à bord de la 10 8 6 4 2 -0 9,2 Suède 8,9 Danemark 7,5 Pays-Bas 7 Finlande 5,9 Allemagne 5,6 Grande-Bretagne station Mir avec les cosmonautes amateurs de sucettes. Une première dans l’espace ! CHANGEMENT DE NATIONALITÉ Née sous le drapeau espagnol, la Chupa Chups a été rachetée l’année dernière par un groupe italonéerlandais. C’est le groupe Perfetti Van Mell, leader mondial et dans le secteur de la confiserie, qui s’est offert quelque quatre milliards de sucettes Chupa Chups, qui rejoignent et s’ajoutent aux autres nombreuses marques détenues par le groupe : Mentos, Frisk, Fruitella, Golia, Happydent… Cependant, il n’a pas été question de transférer les principales unités de production ni le siège barcelonnais. La Chupa Chups a encore de beaux jours devant elle, sous le beau soleil de la Catalogne… LE MARCHÉ DE LA CONFISERIE DANS LES PAYS INDUSTRIALISÉS 4,2 Belgique 3,8 3,6 ■ Consommation moyenne de bonbons et confiseries en kilos, par habitant, en 2006. Source : Syndicat national de la confiserie Autriche France 3,2 Suisse 2,6 Espagne Les adolescents, une cible particulièrement visée par la marque. 6 Etats-Unis DR ■ Sur 800 m², le Musée international des sucreries vous ouvre ses portes à Montélimar. De l’Antiquité à nos jours, les sucreries sont mises en scène et représentées de façon somptueuse. Par exemple, une reproduction de La Joconde en réglisse, des sculptures en sucre, les étapes de fabrication du chocolat. Mais le nougat, maître des lieux, n’entend pas se faire voler la vedette : le plus gros nougat du monde y est représenté : 1,3 tonne de plaisir ! La construction d’une boîte de bonbons géante, climatisée et installée à l’intérieur d’une construction de style Eiffel de plus de 1600 m², est prévue pour vous allécher et vous entraîner dans une promenade gourmande où se rencontrent des enfilades de sucettes ou de bonbons à dévorer, pas seulement des yeux ! Entré : 6 € (adultes), 4 € (enfants de 5 à 12 ans). Gratuit pour les moins de 5 ans. Renseignements : 04 75 50 62 66 www.palais-bonbons.com ECONOMIE 11 L’UNIVERS DE LA DOUCEUR MUSÉE Le palais des bonbons et du nougat LIVRE Bonbons forever ! ■ Depuis cinq siècles, les confiseurs développent leur savoir-faire pour le plaisir des petits et des grands. Et pour cause, le paysage de la confiserie française est l’un des plus riches au monde avec 10g de bonbons et confiseries consommés en moyenne quotidiennement par personne : soit l’équivalent d’un bonbon par jour. La Chambre syndicale de la confiserie rassemble plus de 60 entreprises, toutes ancrées dans notre patrimoine régional. Une centaine d’entreprises et des milliers d’artisans. Environ 6000 salariés sont employés par cette industrie. Un chiffre ■ Pour 20 sucettes, il vous faut : 100 g de sucre cristallisé, 25 g de sirop de glucose, un demi-verre d’eau et 30 g de miel. Faites cuire le sucre, le sirop de glucose et l’eau à 165°C. Lorsque le tout est fondu, éteignez le feu. Rajoutez le miel en mélangeant avec la cuillère en bois. Faites couler le tout sur un marbre pour que la pâte refroidisse. Façonnez ensuite des grosses billes dans lesquelles vous planterez un bâtonnet. Laissez refroidir. Ça y est, vos sucettes au miel sont prêtes ! ■ On les suce, on les croque, on les déguste, seul, en famille ou entre amis. Ils nous rappellent notre enfance et sont complices de tous nos instants. Les bonbons sont aujourd’hui au cœur de nos vies. Bonbons forever regroupe tous nos petits péchés d’enfance. Un livre qui mêle gourmandise et talent culinaire. Des recettes gourmandes très attractives à réaliser en famille ou en solo. De quoi surprendre agréablement vos amis ! A vos fourneaux ! Bonbons forever, de Trish Deseine, 7,90 €. LE BONBON, UN MÉTIER La Chambre syndicale de la confiserie À FAIRE VOUS-MÊME Des sucettes au miel Le miel, un aliment naturel et sain. La carte de France des bonbons. d’affaires de 1,23 milliard d’euros en 2006, vingt variétés de bonbons et plus de 600 spécialités régionales de confiserie. Une production de 236000 tonnes en 2006. La Chambre syndicale de la confiserie défend des convictions fortes. Mais c’est aussi la charte de déontologie « gardienne de l’éthique » de la profession. Elle veille à préserver et à transmettre leur patrimoine et leur savoir-faire, notamment en développant et encourageant la formation « métier » et la production de bonbons et confiseries de qualité. DR CORBIS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :