Direct Soir n°195 6 sep 2007
Direct Soir n°195 6 sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°195 de 6 sep 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Luciano Pavarotti une voix s'est tue

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
E. FOUGERE/VIP/CORBIS I.D.A.F/SIPA 4 Directsoir N°195/Jeudi 6 septembre 2007 20 22 GROS JEUX PLAN BIO EXPRESS ■ 1918 : Naissance ■ 1934 : Entrée au collège. Il fera des études de droit. ■ 1942 : Il entre à l’ANC (Congrès national africain). ■ 1956 : Première arrestation. Acquitté en 1961. ■ 1962 : Arrestation. Condamné à perpétuité en 1964. ■ 1990 : Libération sur décision du président De Klerk. ■ 1993 : Prix Nobel de la paix. ■ 1994 : Elu président de la République. ■ 1999 : Fin de son mandat. Création de la fondation Nelson Mandela. Retiré de la vie médiatique depuis 2004, Nelson Mandela n’accorde plus d’interview, laissant désormais parler à sa place ses 89 ans de combat. En visite privée à Paris, il a été reçu lundi dernier par Nicolas Sarkozy dès sa descente d’avion sur le tarmac de l’aéroport d’Orly, hommage exceptionnel pour un homme exceptionnel. Jacques Séguéla, l’initiateur de ce voyage, raconte. Mandela, déjà une légende Hier, à l’invitation d’Havas, une dizaine de grands patrons français ont, à leur tour, célébré Nelson Mandela lors d’un déjeuner dans les salons du Ritz. Il est devant moi, tel que je l’ai connu dans les années 1990, lorsque Danielle Mitterrand lui remit le Prix de la mémoire. Les ans ont passé, les cheveux blanchi, les rides du temps creusé ses traits, mais le regard est intact, ouvert, franc, vif, malicieux, mobile, couleur de liberté. La chemise de soie, son emblème vestimentaire, reste, elle aussi, immuable, témoin multicolore et ethnique de la vie retrouvée. Son épouse mozambicaine, Graca Machel, veille à chaque détail. Chacun s’empresse autour de lui, qui parle d’une voix douce et pénétrante, comme épargnée par le temps. Son légendaire sourire ne le quitte pas, témoin d’une sérénité que plus rien désormais ne saurait affecter. A ma question « Etes-vous heureux ? », il répond : « Oui, je peux enfin dire que je suis heureux ». Les grandes rencontres sont les plaques sensibles de notre existence, elles impriment notre mémoire d’un message indélébile. Le sien est une leçon de vie. Cet homme au-dessus des hommes a bercé nos rêves, pour certains de jeunesse, pour moi d’âge mûr, en se battant pour la plus belle idée depuis l’invention de l’humanité : la liberté, et son indispensable complément, la tolérance : « Etre libre, dit-il, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes, c’est respecter l’autre et renforcer sa liberté. » A la question « Qu’est-ce qui fait courir un Président ? », Mandela a donné sa réponse, quelques mois avant de quitter la présidence d’Afrique du Sud : « C’est dans la mesure où la paix et l’équité deviendront réalité dans ce monde dont, comme les légions d’hommes et de femmes qui, dans le monde entier, ont consacré leur vie à essayer d’améliorer celle de tous, je pourrai me retirer satisfait et serein. » Il est là, aujourd’hui, pour nous rappeler sa lutte contre le sida, le meurtrier de son fils, et donner la parole à sa fondation qui s’évertue à endiguer ce dernier fléau de l’humanité, dans cette terre d’Afrique, qui lui doit d’être entrée dans l’âge adulte. Ce deuxième combat de sa vie, après celui de sa victoire sur l’apartheid, consiste ainsi, jusqu’à ses dernières forces, à sillonner la planète pour en appeler à notre conscience de nanti. Comment tolérer cette injustice du mal qui concentre sa tuerie sur ce continent et ne dispose pas des moyens de protection et de soins que nous avons pu mettre en place ? « Les droits de l’homme, confie le prix Nobel de la paix, qui ont été acquis et déclarés universels, resteront vides de sens et notre liberté incomplète, si des millions d’êtres humains dans notre pays, en Afrique et dans le monde, continuent à souffrir de ces maux et, s’il n’est pas mis un terme à cette malédiction qui gâche leur vie. » Et notre hôte de nous convier le 27 Juin 2008, jour de ses 90 ans, à Hyde Park, le bois de Boulogne de Londres, pour le plus grand concert antisida de ce début de siècle. Après les Rolling Stone, Queen, les Pink Floyd et The Who, on attend le groupe ou le chanteur qui relèvera le défi de donner une âme et un son à cette campagne que Mandela a baptisée 46664, le numéro de son matricule. « Si tu veux réussir ta vie, dit le bouddha, regarde la montagne et grimpe à Nelson Mandela et Nicolas Sarkozy, à l’Elysée, le 4 septembre dernier. son sommet. Et lorsque tu l’auras atteint, continue de monter ». Nelson Mandela continue, sous nos yeux, de poursuivre son chemin au-delà des nuages, jusqu’au grand bleu des légendes vivantes. P.KOVARIK/AF LA NOBLE CAUSE D’UN VOYAGE C’est pour sensibiliser les opinions publiques occidentales à la lutte contre le sida – et récolter des fonds – que Nelson Mandela a entrepris ce voyage fatigant. A Monaco, il a présidé dimanche une vente au profit de ses œuvres, avant de rejoindre la France lundi, pour une visite qui s’achève aujourd’hui. Accueilli par Nicolas Sarkozy, il a rencontré, hier, Jacques Chirac avec qui il a évoqué les possibles coopérations entre sa fondation et celle que prépare le prédécesseur de Nicolas Sarkozy. Les deux hommes ont aussi évoqué les principales questions sanitaires qui concernent les pays en développement, comme le sida et la tuberculose. Un fonds spécial de lutte contre ces fléaux doit être constitué, du 26 au 28 septembre prochains, lors d’une conférence à Berlin. T. COEX/POOL/AFP
Pour votre santé et votre sécurité : veillez à ne pas consommer plus de UNITÉS D'ALCOOL rARJOUR POUR I.ES FEMMES 4i UNITÉS UNITÉS D'ALCOOL D'ALCOOL f'AA JOUR f"'UR LC ! i\POIJR I.ES HOMMES CONSO/>



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :