Direct Soir n°195 6 sep 2007
Direct Soir n°195 6 sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°195 de 6 sep 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Luciano Pavarotti une voix s'est tue

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Directsoir N°195/Jeudi 6 septembre 2007 16 CULTURE Un petit air de Paradis « Paradis, c’est l’enfer », répétait un Serge Gainsbourg éreinté après l’enregistrement, en 1990, de l’album Variations sur le même t’aime. Les temps ont changé. L’ex-lolita est devenue une mère de famille épanouie, et ses passages en studio, s’ils sont plus rares, sont aussi plus sereins. Ayant pris son temps depuis son précédent Bliss, datant de 2000, Vanessa Paradis revient aujourd’hui avec Divinidylle, dont le titre traduit bien la mélodie du bonheur qui traverse tout le disque. Comme sur Bliss, le producteur se nomme Mathieu Chédid. La chanteuse s’est également bien entourée du côté des auteurs (Thomas Fersen, Brigitte Fontaine, Franck Monnet…). Quant à la pochette, elle est l’œuvre de Johnny Deppqui, nul ne l’ignore, est le compagnon de la belle. Avec l’appui de ce casting de luxe,Vanessa Paradis nous livre un album frais et épuré, plus diversifié que le précédent. L’artiste se révèle aussi à son aise dans des rythmiques chaloupées (La mélodie) que dans le rock (l’irrésistible Divine Idylle) ou le pianovoix (le merveilleux Junior Suite, signé Alain Chanfort). Vanessa Paradis s’affirme également comme une compositrice de plus en plus assurée, en témoigne le beau Les revenants. Heureuse, mais pas amnésique, la chanteuse a dédié l’album aux disparus Franck Langolff et Etienne Roda-Gil, auteurs de Joe le taxi, tube qui l’a conduite vers la gloire. Divinidylle, Vanessa Paradis, Barclay. Les dessins et peintures de la pochette ont été réalisés par Johnny Depp. La bonne ADRESSE Josh Rouse, parfait et sans prétention ■ Depuis plus de neuf ans, Josh Rouse livre à intervalles réguliers ses productions musicales imprégnées d’une immense douceur. Originaire du Nebraska, Josh Rouse est un auteur-compositeur qui écrit comme il y a 25 ans des chansons sans prétention, mélodiquement parfaites, interprétés avec justesse, sans jamais d’emphase ou de fausse prétention. Une rupture sentimentale douloureuse l’a poussé à quitter les Etats-Unis pour l’Espagne. Les sonorités hispanisantes sont désormais une part essentielle de son œuvre. Trompettes, saxophones, trombones et clarinettes accompagnent une formation rock acoustique sur ces neuf titres fondants. Josh Rouse, Country Mouse City House, Bedroom Classics. DR DR MUSIQUE LE VÉNITIEN, LA GASTRONOMIE À L’ITALIENNE Non loin du quartier des écluses à Suresnes, Le Vénitien offre un petit coin d’Italie chaleureux et raffiné. Décor onirique à l’image de Venise, ici, l’ambiance est feutrée et élégante. Un régal pour les dîners à deux. Inventivité et convivialité sont les maîtres mots de ce lieu dirigé par Olivier Bearzatto. Pensez à goûter les amuse-bouches : assiette de Bresaloa ou de fruits de mer et poissons marinés. Connaisseurs, la carte ne peut que vous séduire : croustillant de langoustines au foie gras et vinaigre DR balsamique (11,50 €, aubergine au parmesan et Rostello finement coupé (11,20 €), spaghetti aux gambas légèrement anisées et relevées à l’ail doux (13,40 €). La qualité et le goût s’invite à votre table jusqu’au pain cuit dans les fours maison. Amateur œnologue, dans cette maison tous les vins sont italiens. De Toscane, au Piémont en passant par la Sicile et la Vénétie, les régions arborent une sélection variée et délicate. Le Vénitien, 37, rue Ledru-Rollin, Suresnes (92), 0145061870. Saint-Denis fête le rugby en musique ■ Coupe du monde de rugby oblige, le festival musical qui se tient au pied du Stade de France s’appelle Ovale. Si pour les besoins de la compétition sportive, ce sont des équipes venues de pays différents qui s’affrontent, de son côté le festival propose aussi une programmation d’artistes venus du monde entier. Des chœurs des pays basques aux slameurs de Saint-Denis, de Johnny Clegg à The Rakes en passant par Gotan Project, le métissage est de mise. Le coup d’envoi sera donné ce soir, par Grand Corps Malade, à 21h. Festival Ovale, jusqu’au 20 octobre, au village Rugbycolor, Stade de France. Gratuit. www.festival-ovale.fr Tokyo, ville déserte BLOGS ■ Masataka Nakano est photographe. Agé de 52 ans, il s’est mis en tête que le seul moyen de trouver un sens à la ville était justement de la vider de sa substance : les gens. Fruit de nombreuses années d’attente forcenée des courts instants pendant lesquels Tokyo se vide, les photos de Makano, publiées dans le livre Tokyo Nobody, ont des airs, au choix, de fantasme urbain pour les uns, de fin du monde pour les autres. Terrain de jeu vertigineux pour un objectif, la ville désertée permet d’appréhender une réalité qui ne peut être perçue lorsqu’elle regorge de gens et de voitures. www.artunlimited.co.jp/nakano La ville, jeu de société ■ Ancien photographe de presse, Patrick Messina poursuit depuis une dizaine d’années un travail sur les paysages urbains intitulé « La ville machine ». En prenant de la hauteur, il s’amuse, sans artifices, à faire paraître la ville et ses habitants comme un gigantesque plateau de Monopoly. A travers l’objectif de Messina, la ville devient jeu, et la vie miniature. Ainsi figé, le mobilier urbain prend des airs de jouets : maisons de poupées, silhouettes réduites à l’état de pions, tout semble disposé par la main d’un géant. Avec malice, les photos de Messina transforment notre rapport au monde, faisant glisser le quotidien vers le ludique. www.patrickmessina.com DR PATRICK MESSINA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :