Direct Soir n°193 4 sep 2007
Direct Soir n°193 4 sep 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°193 de 4 sep 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Vanessa Paradis « divine idylle »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
DR DR Directsoir N°193/Mardi 4 septembre 2007 14 CULTURE LEPHÉNOMÈNE PESSL Thriller littéraire, roman de formation, campus, enquête historique, « La physique des catastrophes » multiplie les genres. C’est surtout le premier ouvrage, sensationnel, de la nouvelle surdouée des lettres américaines : Marisha Pessl. TOP DES TOPS DR ROMAN Le monde des livres n’avait pas connu pareille surdouée depuis Donna Tartt et son Maître des illusions en 1992. Comme sa célèbre prédécesseur, Marisha Pessl, née en 1977, a fait une entrée fracassante sur la scène littéraire américaine avec sa Physique des catastrophes, premier roman fulgurant. Outre l’érudition et la rapidité avec laquelle elle a imposé sa plume, Marisha Pessl rappelle également Donna Tartt par le choix de son sujet : un thriller littéraire, mettant en scène un groupe d’étudiants d’élite regroupé autour d’un professeur atypique. Mais là où le Maître des illusions glace le sang, La physique des catastrophes est à la fois très noire et très drôle. La narratrice, Bleue von Meer, est une jeune fille aussi singulière que son nom le laisse supposer. Orpheline de mère, cette adolescente précoce sillonne les Etats-Unis en compagnie de son père, brillant intellectuel et professeur de sciences politiques itinérant. Exceptionnellement, le duo s’installe durablement dans une ville en Caroline du Nord, pour que Bleue puisse sereinement effectuer sa dernière année de lycée. Là, elle se familiarise avec un cercle de lycéens très glamour, qui se retrouve régulièrement chez Hannah Schneider, la professeur de cinéma. Dès le départ, le lecteur sait que cette mystérieuse Hannah va être assassinée. Il lui reste alors 600 pages pour comprendre pourquoi. Du fait de son exceptionnelle densité, La physique des catastrophes est, malgré ses mensurations imposantes, un ouvrage qu’il faut relire. L’auteur y jongle avec les genres comme d’autres avec des balles. C’est un roman de formation, car Bleue a tout lu, tout vu, mais elle n’a pas encore vécu. C’est aussi un brillant thriller, dans lequel Marisha Pessl joue avec les faux-semblants et les identités, avant de clore – ou plutôt d’ouvrir – par une fin étonnante. C’est une en- Une leçon de Donner A corps et écrits ■ Quand la maison d’édition Viking Penguin a annoncé la publication du premier roman de Marisha Pessl, de nombreuses critiques lui ont reproché de vouloir profiter du physique avantageux de l’auteur. Les quolibets ont cependant vite laissé place aux louanges ; l’ouvrage a été sélectionné par le New York Times Book Review parmi les cinq meilleurs romans de l’année. Née le 26 octobre 1977, Marisha Pessl a grandi en Caroline du Nord. Diplômée de la prestigieuse université de Columbia, elle a débuté sa vie professionnelle en tant que consultante financière. Elle a récemment déclaré travailler sur un deuxième roman, sans en préciser le sujet. ■ Auteur aussi féroce que doué, mais parfois taxé de dilettantisme, Christophe Donner signe avec Un roi sans lendemain un roman abouti et audacieux. Ce partisan de l’autofiction trouve ici une manière originale de parler de lui, à travers l’histoire d’un écrivain, Henri Norden, qui doit écrire un scénario sur Louis XVII. Il va se prendre de passion pour l’enfant martyr de la Révolution, mort à l’âge de 10 ans. Evidemment, Henri Norden est un double de Christophe Donner et le triste destin de Louis XVII renvoie à la propre enfance de l’auteur. Un roi sans lendemain de Christophe Donner, Grasset, 377 p., 20,90 €. 1 L’aube le soir ou la nuit Yasmina Reza Flammarion jkle 2 Ni d’Eve ni d’Adam Amélie NothombAlbin-Michel RENTRÉE LITTÉRAIRE 3 4 5 L’élégance du hérisson Muriel Barbery Gallimard Histoire de Lisey Stephen King Albin Michel Meilleures ventes de livres (hors BD et livres de poche) L’aube le soir ou la nuit. La célèbre dramaturge Yasmina Reza a suivi avec une liberté inouïe le candidat Nicolas Sarkozy de juin 2006 à l’élection présidentielle, pour dresser un portrait très personnel. « Il n’y a pas de lieux dans la tragédie. Et il n’y a pas d’heures non plus. C’est l’aube, le soir ou la nuit. » Légende : (e) nouvelle entrée Source : Harry Potter and the Deadly Hallows J.K. Rowling Olf jkle jkle jkle jkle C. HULIE/GALLIMARD quête historique, qui revient sur les groupuscules terroristes du temps de la contre-culture. Mais le plus fascinant est certainement la façon dont Marisha Pessl s’amuse avec son immense culture, qu’elle soit académique ou populaire. Le nom des 36 chapitres est ainsi toujours une référence à un livre ou à un film.Tant d’érudition donnerait le tournis, s’il n’y avait une ironie permanente, un humour décapant. Et là encore, comme son héroïne, Marisha Pessl est la première de la classe. Il s’agit maintenant de savoir ce qu’on peut écrire après un livre aussi monumental qu’inclassable. Donna Tartt avait ainsi pris une décennie pour donner un successeur à son Maître des illusions. Espérons que Marisha Pessl aille un peu plus vite. La physique des catastrophes de Marisha Pessl, éd. Gallimard, 24,50 €. THÉÂTRE David Le Rheun et Denise Aron-Schropfer. A l’heure des confidences ■ L’amour, un sujet éternel, universel, auquel une mère et son fils s’attaquent un soir. Libérés des non-dits, ils déclinent et conjuguent l’amour sous toutes ses formes. Filial, adultérin, bourgeois ou débridé, Denise Aron-Schropfer et David Le Rheun confrontent leurs sentiments. Ecrite par Narcis Comadira et mise en scène par François Joxe, La vie éternelle est une création inédite du Chantier théâtre. La vie éternelle, de Narcis Comadira, jusqu’au 13 octobre, au théâtre du Lucernaire, 53, rue Notre-Dame-des-Champs, Paris 6 e (01 45 44 47 34). SORTIE Cultivons notre jardin ■ Depuis huit ans, des artistes contemporains trouvent matière et scène à ciel ouvert dans les jardins de Bourgogne et de Champagne. Danse, théâtre, et musique métamorphosent les lieux et les chargent d’une émotion singulière. Au programme dans le Parc de Champagne à Reims ce samedi 8 septembre, un voyage dans le son avec Fugit de Philippe Foche. Il donnera un concert avec, pour instruments, tablas, gong et métaux. Entre Cour et Jardins, jusqu’au 15 septembre. Programme complet sur le site www.barbirey.com (0380671230). DR DR
DR DR www.directsoir.net Opération dissection du système, par Michael Moore. L’acteur Jet Li, alias Rogue. DVD Ambition littéraire Karin Viard et Eric Caravaca interprètent « Les ambitieux » de Catherine Corsini, deux personnages impitoyables en affaires. ■ Julien (Eric Caravaca), jeune écrivain de province, décroche un rendez-vous avec la plus redoutable des éditrices. Judith Zahn (Karin Viard), réputée pour ses avis tranchés, est une célibataire caractérielle. Loin d’apprécier les talents littéraires du jeune homme, elle le trouve cependant très à son goût. Si Judith a besoin d’affection, Julien cherche un sujet pour son prochain livre. Par hasard, ` il découvre l’histoire du père de Judith, un révolutionnaire des années 1970. Sans informer sa maîtresse, il utilise l’identité de ce héros. Drôle et piquante, cette comédie moderne filme le monde de l’édition avec finesse et drôlerie. En bonus, les essais du casting révèlent les balbutiements du film commentés par Jet Li contre Jason Statham ■ « Celui qui cultive sa vengeance se consume. Celui qui l’ignore se renie. » Après que son meilleur ami a été assassiné, l’agent Jack Crawford jure de le venger. Tout accuse le redoutable Rogue, un tueur aussi insaisissable qu’un courant d’air. Une occasion musclée de retrouver deux as du combat, dans un affrontement qui promet d’être sans merci. Rogue, l’ultime affrontement, de Philip Atwell, en salle demain. la réalisatrice. Les personnages de Julien, timide manipulateur et de Judith, aussi détestable que touchante, prennent corps en direct. L’occasion également de retrouver la BO de Grégoire Hetzel pour une pause musicale sophistiquée. Les ambitieux, Catherine Corsini, France Télévisions, 19, 99 €. « Sicko » en chiffres : DR 130 jours de tournage, 500 heures de rushes et plus de 200 témoignages. 15 USA, système malade ★★★★★ Le réalisateur Michael Moore passe au crible le système de santé américain dans « Sicko ». Michael Moore est de retour, et comme toujours, un vent de polémique et un torrent de critiques se déversent sur les méthodes américaines. Après Bowling for Colombine et Fahrenheit 9/11, Sicko, son quatrième documentaire, dépeint sans concession les aberrations d’un système de santé américain injuste, guidé par l’argent, laissant dépérir les malades. Rick, Adam, Laura sont autant de victimes impuissantes, laissées-pour-compte, endettées, contraintes de payer des frais de soins faramineux. Pourtant, tous disposent d’une mutuelle souscrite auprès d’assureurs privés. Pour quelles raisons ne sont-ils pas remboursés ? Le profit, l’appât du gain, nous dit Michael CULTURE CINÉMA Moore. Ces entreprises sont prêtes à tout pour quelques dollars de plus dans leurs caisses. Prime et promotions pour les médecins refusant des soins, emploi de chasseurs de failles dans les dossiers d’inscription… La liste des maladies non couvertes est longue et les tours de passe-passe innombrables. Face à ce marasme, Michael Moore s’interroge : « Comment se fait-il que la plus grande puissance occidentale ne dispose pas d’un système de santé universel accessible à tous ? » Il joue des comparaisons en examinant l’accès aux soins au Canada, en Grande-Bretagne, en France et jusqu’à Cuba, ennemi juré de l’Oncle Sam. Les principes de gratuité des soins ou de prise en charge totale des malades sont à mille lieues du système américain. Présentés de façon quelque peu utopique, les modèles européens, canadien et cubain semblent de véritables eldorados. Si l’enquête sur le sol américain est argumentée, le rire et l’étonnement l’emportent dès que l’auteur s’intéresse à un autre pays. Un rire qui sauve une fin un peu grotesque, se rapprochant plus du docu-fiction que d’une critique fondée. L’occasion néanmoins pour le réalisateur de jouer avec les images et de faire resurgir des dossiers sensibles : Guantanamo, l’embargo américain sur Cuba. Sicko, Michael Moore, en salle demain.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :