Direct Soir n°188 28 aoû 2007
Direct Soir n°188 28 aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°188 de 28 aoû 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Hubert Reeves l'homme qui parle aux étoiles

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°188/Mardi 28 août 2007 8 EN COUVERTURE Aux côtés de Nicolas Hulot et du philosophe et sociologue Edgar Morin, à Paris, le 1 er avril 2007, lors d’une conférence sur le pacte écologiste proposé par le journaliste français. Il ne peut y avoir d’avenir décent pour l’humanité qu’avec l’économie, le social et l’environnement traités à part égale. préparons un spectacle intitulé Mozart et les étoiles où l’on intercale des causeries sur les rapports entre la musique et la cosmologie. » Hubert Reeves dit que la musique tiendrait encore plus de place « s’il n’y avait ces périls écologiques ». Et il ajoute : « La musique, cet art majeur est avec tous les arts et la science, une spécificité que les humains ont développée plus que toute autre espèce. Cela donne ses lettres de noblesse à l’humanité. » MAL DE TERRE Hubert Reeves est aujourd’hui une des voix les plus écoutées de la défense de l’environnement, saluant l’entrée de l’écologie dans la campagne présidentielle sous l’impulsion de Nicolas Hulot. Le scientifique est actuellement le président de la Ligue ROC qui, après avoir TROIS REPÈRES LES YEUX AU CIEL Hubert Reeves est l’un des piliers de La nuit des étoiles. Chaque année au mois d’août, durant cette manifestation, le scientifique raconte la « saga » de l’univers, des premières secondes après le big bang jusqu’à l’apparition de la vie. Ce rendez-vous attire les amateurs d’astronomie depuis désormais dix-sept ans. été le rassemblement des opposants à la chasse, étend désormais son action à la préservation de la biodiversité. « Il faut proposer des pistes pour changer de cap », déclare-t-il. « Je me suis informé, je suis accablé au vu des constats des scientifiques dans leurs spécialités… Mais j’ai aussi pris connaissances de résultats encourageants. J’ai vu que beaucoup de personnes semblent se complaire dans la dénonciation. Mais j’ai choisi le camp de celles qui ont des propositions. » Hubert Reeves attend avec impatience l’ouverture du « Grenelle de l’environnement » en octobre prochain. Cette consultation vise à redéfinir la politique de développement durable de la France. La Ligue ROC est associée à la préparation de ce rendez-vous ; elle est présente dans quatre des six groupes de V. HABBICK/SPL COSMOS travail. « Notre Ligue a, depuis trois ans et sans savoir qu’il y aurait un Grenelle, bien travaillé certains des dossiers qui y sont traités. Je suis persuadé que dans les autres collèges, ceux du patronat, des syndicats de salariés, des collectivités locales et même celui de l’Etat, il y a (...) des personnes qui sont prêtes elles aussi à relever les défis, à opérer cette rupture avec l’époque où l’environnement était sacrifié à l’économie et au social. » Pour le célèbre astrophysicien, cette façon de faire est révolue, elle conduit à une impasse. Pour Hubert Reeves, « il ne peut y avoir d’avenir décent pour l’humanité qu’avec l’économie, le social et l’environnement traités à part égale » et de conclure : « En fait, nous allons savoir vite si nous savons nous montrer intelligents. » Avec un tel professeur, nous pourrions y parvenir… DÉFENSEUR DE LA BIODIVERSITÉ En 2001, Hubert Reeves a succédé à l’explorateur Théodore Monod à la présidence de la Ligue ROC, dont il était cofondateur. Cette association française se donne pour mission la préservation de la faune sauvage et la défense des non-chasseurs. Renseignements sur www.roc.asso.fr. F. GUILLOT/AFP VU PAR Jean Audouze* « Il m’a donné le goût pour la vulgarisation des sciences. » ■ « Je connais Hubert Reeves depuis quarante-deux ans. Il est incontestablement un très grand scientifique. Il a créé en France une école d’astrophysique dite astrophysique nucléaire et il est l’auteur de nombreuses et importantes découvertes dans son domaine. Avant son arrivée en France en 1965, je m’intéressais déjà à ce sujet de recherche ; j’ai par la suite tout fait pour devenir son élève. Je mesure la chance qui fut la mienne de commencer ma carrière à ses côtés. Je me souviens, lorsque j’étais thésard, Hubert Reeves était alors invité à présenter une conférence publique à Bruxelles. Il ne pouvait pas s’y rendre et il m’a demandé de le remplacer. C’est lui qui m’a non seulement formé à la recherche, mais aussi donné le goût pour la vulgarisation des sciences. Activité dans laquelle il excelle et qui lui confère une célébrité méritée. » *Astrophysicien, directeur de recherches au CNRS. Dans les années 1960, Jean Audouze fut le premier étudiant à mener une thèse sous la direction d’Hubert Reeves. UN HOMME ET DES TRAVAUX RECONNUS Hubert Reeves est depuis 2003 commandeur de la Légion d’honneur. L’astrophysicien québécois a par ailleurs reçu la médaille Albert- Einstein. Une distinction remise annuellement à des personnes qui ont rendu des « services exceptionnels » en rapport avec l’œuvre d’Albert Einstein. S. DE SAKUTIN/AFP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :