Direct Soir n°187 27 aoû 2007
Direct Soir n°187 27 aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°187 de 27 aoû 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : François Fillon les réformes de la rentrée

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°187/Lundi 27 août 2007 8 EN COUVERTURE Notre pays souffre de ce jeu de rôles, cette partie de chasse où les idées nouvelles sont abattues en plein vol par le camp d’en face. François Fillon, 14 juin 2007. François Fillon au château de Rambouillet, le 30 juin 2007. maniement, il prend la tête de l’Education nationale, où il mène à bien une autre grande réforme. Finalement, il n’y aura jamais d’opposition entre Nicolas Sarkozy et François Fillon. C’est même Dominique de Villepin qui se pose en challenger du ministre de l’Intérieur, qui va les jeter dans les bras l’un de l’autre. Figure incontournable des gouvernements Raffarin, François Fillon est remercié froidement par le tandem Chirac-Villepin le 31 mai 2005. Jacques Chirac vient de perdre son référendum sur la Constitution européenne, une idée de Dominique de Villepin, qui dans la foulée est nommé à Matignon. Après un entretien avec le nouveau Premier ministre, François Fillon confie à des journalistes du Monde : « De Chirac, on ne se souviendra de rien, sauf de mes réformes. » Il se retire alors en TROIS REPÈRES WITT/SIPA Grèce pour passer ce cap difficile. A son retour, il devient le fer de lance de l’équipe d’un Nicolas Sarkozy en route pour l’Elysée et qu’il considère comme le meilleur espoir de la droite pour 2007. DE LA CAMPAGNE À LA VICTOIRE Pendant deux ans, Fillon accompagne Sarkozy, affronte ouvertement Dominique de Villepin, participe à l’élaboration du programme du candidat de l’UMP. En 2006, dans La France peut supporter la vérité, il théorise la présidentialisation de la V e République et la suppression de la fonction de Premier ministre. Le 6 mai dernier, Nicolas Sarkozy accède à la présidence de la République. Le nouvel hôte de l’Elysée tient sa promesse en nommant François Fillon à Matignon. Alors qu’on commente PÉNÉLOPE FILLON ■ L’épouse du Premier ministre est une femme discrète. Dans une interview donnée en mai dernier à l’hebdomadaire britannique Sunday Telegraph, elle expliquait préférer marcher sur le trottoir opposé à son mari pour ne pas être reconnue. Née au pays de Galles, elle avoue volontiers sa préférence pour le calme de la campagne. J.F. MONIER/ABACA SPORT AUTO sur les 100 premiers jours, le duo exécutif travaille aux cinq prochaines années. Le Premier ministre s’applique à trouver la parade à la censure du Conseil constitutionnel sur le remboursement des intérêts d’emprunts immobiliers, prépare le Grenelle de l’environnement, le futur contrat unique. Sur tous les fronts, il accomplit la transformation de son poste en celui de « vice-président », dans l’attente du rapport commandé à la mission présidée par Edouard Balladur et à laquelle participe Jack Lang. Une fonction qui ne se substitue pas à celle du président de la République, qui la complète et qui dessine un avenir de la République. Après tout, rien de surprenant pour ce fou des 24 Heures du Mans, cette épreuve qui, comme Matignon, demande célérité, endurance et travail d’équipe irréprochable. ■ François Fillon est un passionné de sport automobile. Originaire du Mans, il ne tarit jamais d’éloges sur la course mythique des 24 Heures du Mans, qu’il considère comme « la plus belle course automobile au monde parce que c’est la plus dure ». Il y a participé à plusieurs reprises, notamment au volant de voitures de légende comme une Ferrari 250GT et une Alpine A220. E. GREGOIRE/GAMMA VU PAR Alexandre Adler, journaliste, proche de François Fillon « Des airs d’intellectuel ou de gentilhomme britannique. » ■ « Avec sa discrétion et la distanciation apparente dont il fait preuve, François Fillon a des airs d’intellectuel ou de gentilhomme britannique. Il se démarque également de la classe politique française, car contrairement aux hauts fonctionnaires, il ne propose pas immédiatement une ordonnance, une solution immédiate à chaque problème. Ici encore, il semble plus proche de la culture britannique tant il est imprégné de culture parlementaire : l’attention qu’il porte à ses interlocuteurs est remarquable. J’ai rencontré François Fillon lorsque nous étions proches de Philippe Séguin. Dans ces temps d’exaltation, il se distinguait par son courage réformateur mais aussi par sa capacité à modérer. Ces réformes ont toujours été marquées par une véritable modestie budgétaire. Ce qui surprend chez cet homme c’est ce mélange d’eau et de feu, de discrétion, de patience et de pragmatisme, qui fait face à son amour des bolides et de la vitesse. C’est peut-être ce qui en fait le Premier ministre le plus compatible avec Nicolas Sarkozy, peut-être aussi ce qui n’en fait pas le plus flexible des deux. » LA SARTHE ■ François Fillon revient régulièrement sur ses terres d’origine, où il possède une gentilhommière, le château de Beaucé, acquise il y a quinze ans. Il avait choisi la Sarthe pour son premier déplacement en province immédiatement après avoir été nommé à Matignon. Parlant de la commune où il vit, il avait alors déclaré : « Je dois tout à ceux qui m’ont élu pour la première fois. » DIRECT8
NOUVEAU !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :