Direct Soir n°187 27 aoû 2007
Direct Soir n°187 27 aoû 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°187 de 27 aoû 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : François Fillon les réformes de la rentrée

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°187/Lundi 27 août 2007 6 EN COUVERTURE François Fillon Face aux défis de la rentrée FRANÇOIS FILLON A ÉTÉ NOMMÉ PREMIER MINISTRE LE 17 MAI DERNIER. À LA TÊTE D’UN GOUVERNEMENT D’OUVERTURE, IL DOIT ASSURER LA RUPTURE PROMISE PAR NICOLAS SARKOZY. ITINÉRAIRE D’UN ENFANT DISCRET DU GAULLISME À L’APPROCHE D’UNE RENTRÉE CHARGÉE. G. BASSIGNAC/GAMMA/EYEDEA
ABACA www.directsoir.net Le parcours (de Raymond Barre) démontre qu’il n’y a pas d’autre chemin que de dire la vérité aux Français et de prendre résolument des mesures parfois difficiles. » En rendant hommage, samedi dernier, à l’ancien Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing, François Fillon semble lire sa propre feuille de route. Depuis son arrivée à la tête du gouvernement, il a privilégié le travail et les réformes à la communication et aux effets d’annonce. Les quatre chantiers menés à bien (ou presque en 100 jours) ne sont pas des plus faciles. Le travail, d’abord. Avec la loi Tepa (travail, emploi, pouvoir d’achat) voté le 1 er août dernier à l’Assemblée nationale. Autre grande promesse du Président : le service minimum, voté le 2 août dernier. Concernant la sécurité, le gouvernement a mis en place la loi sur la récidive, promulguée le 10 août. Enfin, la réforme des universités constitue un projet ambitieux qui avait fait reculer bien des gouvernements face à la pression constante des syndicats étudiants et enseignants. RASSURER ET AVANCER De courtes vacances en Toscane à peine achevées, François Fillon doit faire face aux difficultés de tous ordres. La plus immédiate est la crise des marchés financiers, pour l’instant contenue, liée aux tensions sur le secteur des crédits à risque aux Etats-Unis. L’instabilité financière inquiète d’autant plus que la croissance française a ralenti au deuxième trimestre, et que l’équilibre des budgets français pour 2007 et 2008 repose sur des hypothèses de croissance forte (2,25% et 2,5%). Le Premier ministre conserve son sang-froid puisque dans un entretien au Monde publié la semaine dernière, il expliquait que ces objectifs restaient accessibles. Autres difficultés annoncées : la réforme de l’enseignement scolaire et la franchise sur les soins médicaux. François Fillon mise sur un pragmatisme qui s’illustre dans la composition de l’équipe gouvernementale. Face à la crainte de l’omnipotence de l’UMP et prenant acte de l’émergence de la société civile dans la vie politique, celui qui a fait toute sa carrière politique au sein du RPR, puis de l’UMP, a accueilli à la demande de Nicolas Sarkozy des figures de gauche emblématiques, comme Bernard Kouchner. Le « style Fillon » – discrétion, rigueur, labeur – équilibre efficacement celui de Nicolas Sarkozy. Les Français approuvent toujours. L’ENTRÉE PROGRESSIVE EN POLITIQUE A 20 ans, François Fillon ne pensait probablement pas devenir Premier ministre. Né au Mans le 4 mars 1954, il est l’aîné d’une fratrie de quatre garçons. Après une enfance paisible dans la petite ville de Cérans-Foulletourte (Sarthe), l’écolier brillant évolue dans les meilleures institutions privées de sa région. Son bac philosophie en poche, il veut devenir journaliste. A 21 ans, il couvre la mort de Franco en tant que stagiaire de l’AFP à Madrid. Rien ne semble le destiner à la carrière qu’il va alors embrasser, sauf peutêtre l’amitié qui lie ses parents à Joël le Theule, député gaulliste de la Sarthe, et bientôt ministre de Raymond Barre. Dans la famille Fillon, on ne parle pas politique, sauf François, qui a accroché plusieurs affiches du général de Gaulle aux murs de sa chambre. Après l’obtention de son DEA de droit public, il devient assistant parlementaire de Joël le Theule, puis son chefadjoint de cabinet au ministère des Transports. Sa carrière politique s’accélère quand son mentor décède brutalement d’une crise cardiaque. Il devient alors, à EN COUVERTURE 7 Tandis que, au bout de ses cent premiers jours, le président Sarkozy enregistre, ce matin, selon une enquête TNS Sofres pour Le Figaro, un excellent score de 71% de jugements « positifs » de la part des Français, son Premier ministre, François Fillon, de son côté, a vu dans un autre sondage (Ifop - Le journal du dimanche) sa cote de popularité monter de 7 points, à 63% d’opinions favorables. Portrait d’un homme discret, homme de confiance du Président qui aborde une rentrée riche en projets et dossiers. A 27 ans, François Fillon « devient le plus jeune député de la V e République » En 2006, dans La France peut supporter la vérité, François Fillon a théorisé la présidentialisation de la V e République et la suppression du poste de Premier ministre. François Fillon et Nicolas Sarkozy le 24 août dernier, lors d’une conférence de presse à l’Elysée. 27ans, le plus jeune député de l’histoire, avant d’être le plus jeune président de la commission parlementaire de la Défense, à 32 ans. Un domaine qu’il connaît bien, pour être l’auteur d’une thèse de politique de défense comparée. En 1992, il devient président du conseil général de la Sarthe. Là encore, il est le plus jeune. Au printemps 1993, quand la droite remporte les élections législatives, Edouard Balladur nomme le jeune séguiniste ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Ministre de la Poste et des Télécommunications sous Alain Juppé, il mène à bien l’ouverture du capital de France Telecom. Un parcours brillant et pourtant discret, peut-être parce que les alliances et les choix politiques de François Fillon ne sont pas toujours dans la ligne officielle du RPR. En 1998, il prend la tête de la région Pays de la Loire face à Hervé de Charrette. Un coup d’éclat qui retient l’attention de Nicolas Sarkozy. Les deux hommes se rapprochent pendant les années d’opposition. En 1999, le Sarthois emmène le maire de Neuilly sur le circuit du Mans, l’un de ses terrains de sport favoris où il assouvit régulièrement sa passion pour les bolides au volant de Formules 3000 en compagnie de son ami, le pilote Henri Pescarolo. Fidèle à ses origines, homme de famille, François Fillon aime s’éloigner de la vie politique auprès de Pénélope, son épouse, d’origine galloise, et de leurs cinq enfants. LE RAPPROCHEMENT AVEC NICOLAS SARKOZY En 2002, la cohabitation se termine. Jacques Chirac est réélu, la droite revient aux affaires. L’homologue de François Fillon en Poitou-Charentes, Jean-Pierre Raffarin, est nommé à Matignon en mai. Son arrivée au ministère du Travail et des Affaires sociales place alors François Fillon au centre d’un échiquier sur lequel va s’affronter la famille gaulliste pendant cinq ans. Face à un Nicolas Sarkozy déjà montant, Jacques Chirac qui n’a jamais pardonné à son futur successeur son alliance avec Edouard Balladur pendant la campagne présidentielle de 1995, compte sur Fillon pour faire contrepoids à son ancien disciple. En confiant le Quai d’Orsay à Dominique de Villepin, l’un de ses favoris, il complète le dispositif censé neutraliser les courants émergents au sein de l’UMP. Nicolas Sarkozy continue son parcours place Beauvau, et Fillon mène à bien la très difficile et impopulaire réforme des retraites. Pendant ce temps, Dominique de Villepin se fait le chantre de la diplomatie chiraquienne en s’opposant, au siège de l’ONU, à l’invasion américaine en Irak, position souvent comptée à l’actif des deux mandats de Jacques Chirac. Occupé à faire passer sa réforme, François Fillon ne voit pas venir la défaite de la droite aux élections régionales de 2004. Après le re- LUDOVIC/REA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :